• « L'aube, pour moi, ce n'est pas simplement le lever du jour... C'est tout ce qui participe du commencement : l'aube, l'enfance, la graine... C'est un mode d'appréhender le monde, de le surprendre dans sa nouveauté, sa fantastique nouveauté à travers la répétition quotidienne. ».
    Magnifiques entretiens avec Georges Haldas, emprunts de fraîcheur et de poésie, qui sont l'occasion d'évoquer le travail d'écriture, la mémoire, la foi, le corps, tout ce qui constitue en somme un être humain sensible et, peut être, confiant.

    Sur commande
  • Repas à Paris. En province. Petits restaurants populaires. Dîners d'apparat. Sandwichs ou grands menus. Repas en Toscane, en Calabre, en Grèce, en Crète. Où il semble qu'à table, sous le signe des pois chiches, de l'huile d'olive, des souvlakis, du restiné, c'est la terre elle-même et la mer et le ciel, la lumière et la vie qu'on absorbe. Cosmique est l'acte de manger ! Haldas dit tout cela, et bien d'autres choses encore : le wagon-restaurant (rêveur), l'avion (désopilant). Repas ratés et festins somptueux. Mais aussi l'amitié, indissociable de tout vrai repas (à l'inverse des " repas d'affaires "). Et il rappelle, en passant, que les mots saveur et savoir ont, en latin, la même origine, sapere. Quels horizons !
    /> Bref, des repas comme manifestation, par excellence, de la condition humaine. Telle est cette légende. Où le quotidien, le burlesque et le sacré, de par la seule manière de l'auteur - sa voix - ne font qu'un.

    Sur commande
  • "Il m'arrive quelquefois d'oublier un nom propre ou un terme courant, pourtant familier. Cela le temps de dix secondes ou d'une demi-heure. Mais c'est chaque fois angoisse, vertige et même panique. Car perdre la mémoire, c'est perdre la vie et plus encore l'essence même de la vie. Dans la mesure où la mémoire - l'ai dit à de multiples reprises -, qui transcende le temps, nous met en relation avec l'instance ultime, créatrice de toute vie. Alors quoi ? Le fil d'Ariane rompu ? La relation compromise, qui donne sens à la vie. D'où panique accrue.
    Devant cet abîme, deux possibilités : ou bien chercher à tout prix à retrouver le nom propre ou le terme courant, avec acharnement même ; et, bien entendu, sans résultat. Ou alors, lâcher prise, laisser aller, s'abandonner. Adviendra ce qui adviendra. Et puis tout à coup, au moment le plus inattendu, miracle : le nom propre ou le terme courant resurgit. Joie ineffable de ces retrouvailles. Qui n'a d'égale que l'intensité de la panique antécédente. La vie est de nouveau là. On peut continuer. Avec courage. Mais là n'est pas le plus important.
    Le plus important, dans cette menue péripétie - menue, oui, mais en même temps symbolique - c'est l'accord du lâcher prise et de la confiance. Qui ne font qu'un. Au terme de quoi, c'est, comme le nom propre et le mot courant, l'Eden qui là aussi est retrouvé". (Georges Haldas)

    Grand format 25.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • "Pourquoi, près de cinquante après leur parution, rééditer les préfaces substantielles rédigées par Georges Haldas ? C'est d'abord l'âme russe qui convoque son écriture. En solitaire - le travail et les conversations avec Alexandre Soloviev seront ultérieures - il lit, prend des notes et surtout se plonge et s'immerge dans un univers qu'il reconnaît comme sien, quand bien même il n'y a aucune racine. La littérature russe devient ainsi sa compagne. Elle ne le nourrit pas, ce qui supposerait un mode d'être, mais elle chemine avec lui ou lui avec elle, tant il se découvre parent de ceux dont il fréquente assidûment les eaux profondes. Les études de lettres qu'il a effectuées auparavant ou son propre savoir ne déterminent ni ne guident ses options et ses choix ; ce qui lui sert de boussole sur l'immensité de cette terre russe qu'il affectionne, c'est ce qu'il sent. Il se fie à ce que capte en lui le poète. Et quelle que soit la posture choisie, la moquerie, l'étonnement ou l'admiration, force est de constater la solidité, l'intensité et l'ampleur des textes qu'il rédige pour mener leurs lecteurs à l'essentiel des oeuvres retenues. Au travers des écrivains russes qu'il aime, Georges Haldas a rencontré et voulu faire connaître ses frères. Avec eux, il a désiré rendre témoignage de leur unique parente, celle que Boris Pasternak appelait, seulement, mais pleinement 'Ma Soeur, la Vie'." (Serge Molla) Les plus grands écrivains russes présentés par Georges Haldas : Pouchkine, Tchaadaev, Griboïedov, Lermontov, Gogol, Aksakov, Herzen, Tourgueniev, Gontcharov, Melnikov, Petcherski, Leskov, Saltykov-Chtchedrine. .

    Grand format 24.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Indisponible
  • Grand format 21.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 15.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Air natal (l')

    Georges Haldas

    Grand format 28.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 14.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Maison en calabre (la)

    Georges Haldas

    Grand format 10.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 23.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 10.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 10.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Le tournant

    Georges Haldas

    Grand format 16.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 10.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Ni folklore, ni pittoresque, dans ces tableaux pourtant attrayants, ni regret d'un passé révolu, mais effort, toujours, d'intériorisation et de métamorphose. Comme Fargue écrivait dans Le Piéton de Paris: «Ma vie a été vécue de telle façon que je connais tous les cafés de Montmartre, tous les tabacs, toutes les brasseries», Haldas pourrait se prévaloir d'une science, en la matière, au moins aussi exhaustive pour maints quartiers de Genève.

    Grand format 10.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 25.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 19.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Funeraires

    Georges Haldas

    Grand format 13.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 13.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Ere nouvelle

    Georges Haldas

    Grand format 19.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Si la comparaison n'était pas osée du point de vue du langage, nous dirions volontiers, " Les Poètes malades de la Peste ", rédigé en 1953, est l'" ancien testament " et " Les Sept Piliers de L'État de Poésie " le " nouveau testament " de Georges Haldas.
    Pourquoi cela ? Pour révéler combien ces deux textes, qui explicitent le regard et le mouvement intérieur du poète, sont à lire conjointement. Ne traduisent-ils pas une même visée, quand bien même le premier essai est encore engoncé dans une époque qui marque très profondément, pour ne pas dire trop fortement, son auteur ? Le premier n'annonce-t-il pas le second ? Le second supplante-t-il le premier ou se renvoient-ils l'un l'autre ? Ces questions nous paraissent pertinentes et trahissent qu'à nos yeux le contenu du second essai ne vient pas abolir, mais accomplir ce que les mots anciens portaient et annonçaient sans en avoir véritablement et pleinement conscience.
    Serge Molla.

    Poche 9.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Grand format 24.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Mon propos dans ces pages est à la fois très simple et plus que complexe.
    A savoir la différence de réaction spontanée entre les femmes et les hommes face, non pas à un événement ordinaire d'un niveau strictement temporel, mais en présence d'un phénomène qui, non seulement dépasse notre condition terrestre, mais qui, de par sa nature non pas irrationnelle, absurde ce terme, mais suprarationnel, en est aux antipodes et par là même défie le bon sens, la raison, l'entendement et même ce qu'on désigne par science et connaissance.
    Et qui se trouve être un révélateur par excellence de nos dispositions intimes, à la fois, et de notre vision de l'homme et de ce monde où nous vivons. Soumis à l'espace-temps et pour tout dire prisonnier de celui-ci. Chacun ayant déjà deviné que je veux parler de la Résurrection du Christ et de la manière contrastée avec laquelle réagissent, face au personnage ressuscité, les femmes et les hommes selon le témoignage que nous en donnent les Ecritures, et dont on s'aperçoit tout de suite qu'au-delà du phénomène proprement dit.
    C'est l'essence même de la féminité ou de l'esprit masculin qui est en jeu et par là même éclaire de manière sans pareille aujourd'hui la relation de l'homme et de la femme avec ses composantes antagonistes, à la fois, et complémentaires. Ce qui signifie d'abord et avant tout que cela concerne les croyants comme les non-croyants. Bref, chacun d'entre nous. G. H.

    Grand format 9.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Épuisé
empty