• Mars 1919 : la première organisation patronale française, la Confédération générale de la production française, réunissant l'ensemble des corporations et de la production du pays, naît. Elle deviendra le CNPF en 1946, puis le Medef en 1998.

    Retracer le destin de ce mouvement, c'est évoquer les grands évènements qui ont marqué la France du XXe siècle : le Front populaire et les premiers accords de Matignon en juin 1936 ; la reconstruction au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; la grande crise de 1968 ; l'arrivée de la Gauche au pouvoir en 1981 ; la mise en place des 35 heures en 1998 ; les nouvelles lois sur le travail entre 2016 et 2018.

    C'est à ce voyage historique que ce livre convie, où témoignent la plupart de ceux qui ont dirigé le CNPF puis le Medef.

    François Roche est journaliste et auteur. Il a dirigé plusieurs titres de la presse économique (La Tribune, L'Expansion). Il a également fondé une revue géopolitique spécialisée sur la zone d'influence russe (Russia, Ukraine & Central Asia Intelligence). Il est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment Le Hold-Up du Siècle (Le Seuil, 1999), Les Cuisines du Kremlin (Le Seuil, 2004), Le Miel. Enquête sur le nouvel or jaune (François Bourin, 2017) et La Danse de l'ours et du dragon (2018).

  • Imaginant une rencontre secre?te entre Vladimir Poutine et Xi Jinping, au fin fond de la Mongolie, Franc?ois Roche nous fait entrer dans les coulisses d'un extraordinaire complot.
    Depuis la chute de l'URSS, Russes et Chinois, dont l'histoire commune remonte a? pre?s de quatre sie?cles, n'ont eu de cesse de renforcer leurs relations sur tous les plans: militaire, commercial, diplomatique. Mais aujourd'hui, Xi offre a? Poutine un projet beaucoup plus ambitieux: un partenariat de coordination strate?gique globale pour « constituer le po?le central de ce fameux monde multipolaire dont les dirigeants occidentaux ne cessent de nous rebattre les oreilles ». En fait, c'est la naissance d'un nouvel Axe a? l'Est que propose Xi a? Poutine, une nouvelle alliance qui pourrait bien, si elle se mettait re?ellement en place, changer radicalement les affaires internationales. Mais la Chine et la Russie parviendront-elles a? s'entendre ? Poutine acceptera-t-il le marche? que lui pre?sente ? Retrac?ant l'histoire commune de ces deux e?normes puissances, Franc?ois Roche dessine surtout dans ce re?cit imaginaire, mais si cre?dible, les visages possibles du monde a? venir, un monde qui risque d'e?tre entrai?ne? malgre? lui dans la danse infernale de l'Ours et du Dragon.

  • Les évolutions rapides d'ordre politique et économique obligent les Etats et les organisations internationales à penser différemment leur action dans un monde globalisé. La diplomatie culturelle a-t-elle encore sa place ? Voici une série de contributions inédites issues de plusieurs colloques, conférences et séminaires organisés par l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon, l'Université de Bologne et plusieurs universités américaines entre 2000 et 2006.

  • Empire plusieurs fois détruit où se dessine aujourd'hui une jeune démocratie soucieuse de la mémoire de l'Histoire, l'Allemagne est le terrain des paradoxes. La complexité de son modèle économique ou la force de ses multiples identités régionales avec ses traditions culturelles restent méconnues du grand public et sont réduites par les médias à des clichés simplistes.
    Pour y remédier, François Roche, grand voyageur amoureux de la patrie de Goethe et de Schiller, nous livre le récit érudit de son excursion en quête de l'identité vraie de l' Allemagne contemporaine. Entre descriptions, réflexions et analyses, interviews et anecdotes, il nous révèle le quotidien d'un pays dynamique en plein renouveau. De la porte de Brandebourg aux forêts de Thuringe, des entreprises du Mittelstand aux grandes métropoles, cette pérégrination riche en rencontres surprenantes nous laisse entrevoir la nature profonde de ce grand pays, dont la particularité est qu'il n'a pas de centre. Madame de Staël voyait dans cette caractéristique une sorte d'anarchie douce et paisible.

  • Comme dans la mythologie antique, le monde vit aujourd'hui sous l'emprise de Titans. Ce sont les grandes firmes technologiques, GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) et autres BAT (Baidu, Alibaba, Tencent) dont la puissance, excédant celle des États, n'a jamais eu de précédent (les seuls profits annuels d'Apple excèdent le PIB de la plupart des pays du monde).
    Ces titans technologiques ont bénéficié, depuis la crise financière de 2008-2009, d'un afflux massif de capitaux, et de moyens de financement considérables grâce à la politique de bas taux d'intérêt des banques centrales destinée à alléger le coût de la dette des États et des entreprises. Le capitalisme financier a donc fait le lit des Titans technologiques, qui ont à leur tour cassé nos modèles économiques et sociaux, et basculé le monde dans le virtuel- où les fake news ne se distinguent plus de la vérité,   ni le complotisme et le conspirationnisme de l'enchaînement complexe des causalités.  D'où l'ascension concomitante de Titans politiques (Xi Jinping, Donald Trump, Vladimir Poutine, Reciep Tayyip Erdogan, Jair Bolsonaro et d'autres), qui ont bouleversé les règles du jeu géopolitique mondial et réinstauré volonté de puissance et règne du rapport de forces brutal.
    Devenu le terrain d'affrontement de ces Titans économiques et politiques qui n'ont plus rien à voir avec leurs prédécesseurs, le monde est rendu plus incertain et plus dangereux. 
    Révolution monétaire, révolution technologique, révolution politique: cet enchaînement produit un monde nouveau où toutes les règles anciennes deviennent obsolètes. 
    Loin de changer la donne, la pandémie du Covid-19 aura été un révélateur de l'état de la planète.  Les forts en sortiront plus solides encore, les faibles encore plus démunis. Des phénomènes apparus ces dernières années vont s'accélérer : automatisation et délocalisation du travail, puissance du capitalisme alimentée par la création monétaire des banques centrales et les taux négatifs, prégnance des technologies, réduction des libertés individuelles, aggravation de la fracture entre ceux qui ont et ceux qui n'ont pas, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas, ceux qui peuvent se protéger des risques et ceux qui y sont exposés.
    Au point que le revenu universel sera probablement la seule solution pour que les millions d'emplois qui vont disparaître ne débouchent pas sur des révoltes de la pauvreté et de la faim.

  • Des machines plus intelligentes que l'homme ? Une utopie que les auteurs de science-fiction et les scénaristes d'Hollywood ont imaginée... mais que les progrès technologiques sont en passe de réaliser. Deux phénomènes se conjuguent : la puissance de calcul des superordinateurs augmente de façon exponentielle ; de nouveaux logiciels reproduisent le fonctionnement des neurones du cerveau humain et confèrent aux machines la faculté d'apprendre. Les systèmes pensants peupleront bientôt les domiciles, les entreprises, les usines, les administrations, les hôpitaux, les villes, les armées. Jusqu'où iront-ils dans leur degré d'autonomie et leur liberté de décision ? Quelle place les hommes préserveront-ils dans un univers contrôlé par les robots ? Après la bombe atomique, l'intelligence artificielle est-elle la deuxième arme létale inventée par l'homme et capable de le détruire ? La chute de l'Empire humain retrace l'histoire méconnue de l'intelligence artificielle du point de vue du robot : c'est une machine qui raconte ici son aventure et dévoile les mystères de son long cheminement avec l'homme, jusqu'au combat final.

  • C'est sans préméditation que les textes du présent numéro s'articulent autour d'un pôle d'attraction qui leur confère une certaine unité malgré leur grande diversité. Ainsi, le voyage initiatique, la transmutation et le déplacement identitaire sont présents dans les récits de Louis Hamelin et de Roland Bourneuf, sensibles dans les réflexions poétiques de Dominguo Cisneros, Guillaume Asselin, Roger Des Roches ou Cédric Demangeot ainsi que dans les proses de Marie Cosnay, Emmanuel Kattan et Jean-Claude Brochu, pour ne nommer que ceux-ci. La revue propose aussi un hommage à Robert Lepage en publiant son discours d'acceptation de la Médaille de l'Académie des lettres du Québec reçue l'automne dernier, texte précédé d'une synthèse de son oeuvre par André Ricard, directeur adjoint de la revue.

  • Mon père était sergent-major, lorsque la Révolution éclata. S'il était resté dans l'armée, il eût pu, comme beaucoup de ses camarades, parvenir aux plus hauts grades, mais ses convictions politiques ne lui permettaient pas de servir le nouveau gouvernement, et il consacra tous ses efforts à la cause du roi malheureux. Il assista au siège de Lyon, puis il partit avec. le détachement qui marchait sur Paris pour délivrer Louis XVI.
    Ayant appris, en arrivant à Étampes, la mort de l'infortuné souverain, il revint à Blois où habitait sa mère.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Collection XIX - "Mon père était sergent-major, lorsque la Révolution éclata. S'il était resté dans l'armée, il eût pu, comme beaucoup de ses camarades, parvenir aux plus hauts grades, mais ses convictions politiques ne lui permettaient pas de servir le nouveau gouvernement, et il consacra tous ses efforts à la cause du roi malheureux. Il assista au siège de Lyon, puis il partit avec. le détachement qui marchait sur Paris pour délivrer Louis XVI. Ayant appris, en arrivant à Étampes, la mort de l'infortuné souverain, il revint à Blois où habitait sa mère."Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La science va plus loin que ne l´avait imaginé la science-fiction.
    L´homme a vraiment inventé des créatures qui sont en passe de s´affranchir de leur créateur : pour la première fois dans l´histoire de l´humanité, l´intelligence artificielle et l´intelligence humaine vont entrer en concurrence.
    Des tâches de plus en plus sophistiquées vont être prises en charge par des robots : que restera-t-il de l´emploi industriel, si les usines sont automatisées et pilotées à distance ?
    Dans le même temps, l´Internet deviendra un espace totalement privé, aux mains d´entreprises surpuissantes (transnationales, connaissant tout de nous grâce à une exploitation massive des données, dotées d´armées de robots à leur service exclusif) en mesure de concurrencer les Etats.
    Dans cette nouvelle civilisation des machines, l´homme sera-t-il le maillon faible ?
    Que faire de lui, s´il tend à devenir oisif (raréfaction du travail) et immortel (allongement de la durée de vie) ?
    Le retour à la sagesse universelle constituera-t-il son ultime recours dans le monde futur ?

empty