• Lecteur, vous nous direz si le père d'Arlette a raison de ne donner, qu'en tremblant, sa plus jeune fille, à cet artiste de François, venu tout spécialement de Paris pour la lui enlever. Une intellectuelle qui connaît mieux le latin que l'art culinaire ne risque-t-elle pas de faire aller la barque tout de guingois ? Las ! Las ! Et quand on songe qu'une épouse doit encore s'improviser infirmière, ministre du budget, conseillère pédagogique... Mais François, malgré nombre de mésaventures, jure que son sort demeure digne d'envie. Cobaye ? Tant pis... puisque cobaye chéri. Le secret des époux qui s'aiment vraiment est de savoir faire des vicissitudes quotidiennes, encore du rire, encore de la joie... et de ne pas regretter les sombres minutes passées ensemble. Quelle épouse ne revivra là sa propre expérience ? Quel époux ne se reconnaîtra tout de bon dans ce « cobaye chéri » ?

  • Lecteur, vous nous direz si le père d'Arlette a raison de ne donner, qu'en tremblant, sa plus jeune fille, à cet artiste de François, venu tout spécialement de Paris pour la lui enlever. Une intellectuelle qui connaît mieux le latin que l'art culinaire ne risque-t-elle pas de faire aller la barque tout de guingois ? Las ! Las ! Et quand on songe qu'une épouse doit encore s'improviser infirmière, ministre du budget, conseillère pédagogique... Mais François, malgré nombre de mésaventures, jure que son sort demeure digne d'envie. Cobaye ? Tant pis... puisque cobaye chéri. Le secret des époux qui s'aiment vraiment est de savoir faire des vicissitudes quotidiennes, encore du rire, encore de la joie... et de ne pas regretter les sombres minutes passées ensemble. Quelle épouse ne revivra là sa propre expérience ? Quel époux ne se reconnaîtra tout de bon dans ce « cobaye chéri » ?

  • Vivre ! C'est presque le premier mot du livre de Dominique Mérange. Et c'en est le mot-clé. Il faut vivre pour participer, pour admirer, il faut vivre pour être soi-même, un trait d'union entre le passé et le futur. Une goutte d'eau résume tous les nuages, un souffle toutes les brises, une herbe tous les chemins des sèves. Mais si le bourgeon devient branche morte, si le sourire innocent « d'un bouton de rose » peut se transformer avec le temps en rictus de haine, en savoir maléfique... cela n'empêche pas Dominique Mérange d'écrire d'émouvants poèmes, dont les couleurs seraient peut-être moins tendres devant une toile de fond moins noire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty