• à propos de Pre

    Daniel Charneux

    • Meo
    • 1 Septembre 2020

    Pete Miller, un jogger vieillissant, a été l'ami de Steve Prefontaine, une légende du demi-fond américain. Arrivé à l'âge de la retraite, il décide de raconter - avec pour toile de fond la participation des Nifty Tortoises, son équipe de vétérans, au célèbre Hood to Coast Relay et l'histoire des États-Unis des années cinquante à nos jours -, l'épopée sportive de celui que ses supporters surnommaient «?Pre?». Un athlète qui professait une haute opinion de son sport : Selon Steve, l'important n'était pas la victoire, mais la manière. Gagner une course en la gérant, restant prudemment derrière pour démarrer dans le dernier tour, c'était bon pour les poules mouillées, pour les comptables. Ce n'était pas ainsi que lui, Steve Prefontaine, voyait la course. "Et comment la vois-tu, la course, toi, Plouc, avait demandé Bowerman?? - Comme une oeuvre d'art, coach?! Une oeuvre d'art."

    Sur commande
  • Nuage et eau nous conte la vie de Ryôkan, du « A » poussé dans les bras de la sage femme qui lui tapotait les fesses, au « A » murmuré en mourant, entouré de son frère et de celle à qui il n'aura jamais avoué son amour. Fils d'Inan, le maître du village, Ryôkan assiste à l'exécution d'un voleur, cette violence à laquelle il préfère la compassion, le marque. Adepte de la lecture de Confucius, de l'écriture et des promenades silencieuses, il rejoint « la Voie » à dix-sept ans et en devient le meilleur disciple. Gagnant le respect de ses supérieurs, il réalise un pèlerinage de cinq ans à travers les temples du Japon pour parfaire son éducation, mais à l'heure de prendre la place de son maître, il refuse humblement, préférant partir pour une vie d'ermitage.

    Sur commande
  • Norma, roman

    Daniel Charneux

    Sur commande
  • Si le titre Illusions perdues n'était déjà pris par un illustre romancier, il aurait pu servir à l'auteur de Trop lourd pour moi. Car Jean-Baptiste Taillandier, le protagoniste narrateur de ce récit, perdra une à une les illusions de son enfance. Né au milieu des années 50, il entre dans la vie avec la louable intention d'aider la veuve et l'orphelin. Tenté un temps par la coopération au développement, il devient finalement psychologue en milieu scolaire. Or, la satisfaction n'est au rendez-vous ni dans sa vie professionnelle, ni dans sa vie affective perturbée. Le seul havre de paix est l'enfance, où le plongent ses souvenirs heureux associés la plupart du temps à une mère aimante. Mais les êtres chers s'en vont, et Jean-Baptiste voit son univers rétrécir comme peau de chagrin. D'où la tentation de la fuite. Après avoir cherché dans le bouddhisme un refuge illusoire, il trouvera une retraite dans la solitude consentie, où il tentera de dire ce qui le ronge depuis toujours et qui était, décidément, trop lourd pour lui.

  • More

    Daniel Charneux

    • Meo
    • 10 Novembre 2015

    En 2016, on commémore le cinq centième anniversaire de la parution de L'Utopie de Thomas More.
    Le hasard veut que Geneviève Bergé ait incité Daniel Charneux à rédiger un essai sur un saint de son choix pour une collection qu'elle dirigeait (mais qui - crise de l'édition oblige - a entre-temps disparu) et que ce choix se soit porté sur Thomas More, un personnage qui le fascinait depuis longtemps.
    Dans cet « essai-variations », Daniel Charneux tente de percer le mystère de More, ami d'Érasme, bonus pater familias, auteur de l'Utopie, grand chancelier d'Angleterre sous Henri VIII (et, à ce titre, inquisiteur redoutable), décapité sur ordre du même et enfin canonisé, admis dans le sanctuaire de l'Église catholique.
    Cet ouvrage est un essai, si l'on veut bien rendre au mot son sens d'origine, celui qu'il avait chez Montaigne. Daniel Charneux « essaie » d'évoquer un homme en le passant, comme disait Montaigne, « à l'étamine » de sa sensibilité, de sa culture, de sa perception, des événements qui agitent son temps.
    Quant à la forme adoptée pour cette évocation, il est permis de la définir par le mot « variations », car le sujet du livre n'est pas seulement More, mais sa recherche, sa poursuite par un écrivain, comme le thème de Diabelli n'est, somme toute, qu'un point de départ pour Beethoven, lorsqu'il compose les variations éponymes.

    Sur commande
  • Recyclages

    Daniel Charneux

    • Luc pire
    • 19 Février 2003
  • Jeanne la femme sans grâce, Jeanne qui a aimé d'un amour interdit, Jeanne qui a donné naissance à l'enfant du péché ne trouvera comme solution à son malheur que l'abandon. Elle s'abandonne elle-même. Elle s'offre à la folie.
    L'auteur donne la parole à Jeanne, un siècle après. Rend la vie à celle qui n'a jamais vécu vraiment. Écrit pour la faire exister.

  • Norma

    Daniel Charneux

  • Pierre Hubermont : écrivain proltarien, de l'ascension à la chute Nouv.

    Né dans le Borinage en 1903, Joseph Jumeau est connu comme écrivain sous le nom de Pierre Hubermont. Rédacteur au journal socialiste L'Avenir du Borinage puis au Peuple, il participe à plusieurs revues littéraires progressistes. Très à gauche dans le P.O.B., mais anticommuniste, il opte pourtant, en 1940, pour l'«?Ordre Nouveau?» dans la mouvance d'Henri De Man. Il collabore avec l'occupant, d'abord comme journaliste, avant d'animer la Communauté Culturelle Wallonne. Arrêté en 1944, il est déféré devant le conseil de guerre. Son avocat plaide l'irresponsabilité, insistant sur les antécédents familiaux et sur le contraste entre ses articles avant et pendant le conflit. Il va ainsi sauver sa tête. On lui doit plusieurs romans dont, en 1930, Treize hommes dans la mine. En 1935, il signe un texte dans un ouvrage collectif sur la Nuit des Longs Couteaux, où dénonce les atrocités, les massacres, les camps de concentration du régime avec lequel il collaborera pourtant quelques années plus tar

    Sur commande
empty