• Docteur en études cinématographiques, spécialiste du cinéma américain, Damien Ziegler poursuit une oeuvre d'essayiste consacrée plus particulièrement au thème de la représentation du paysage dans l'art. Ce Dictionnaire Terrence Malick est son troisième ouvrage, après La Nuit du chasseur, une esthétique cinématographique, et La Représentation du paysage au cinéma. Il collabore habituellement aux revues Cinémaction et Éclipses. Le présent dictionnaire explore l'oeuvre du réalisateur-philosophe Terrence Malick à travers la présentation et l'analyse de l'ensemble de ses oeuvres, ses thèmes de prédilection, ses collaborateurs (acteurs, directeurs de la photographie, compositeurs, monteurs, producteurs), ainsi que les artistes et auteurs qui constituent pour lui une source majeure d'inspiration. Il vise à éclairer sous toutes ses facettes le questionnement mené par Malick depuis le début de son oeuvre sur la place de l'homme dans l'univers, les liens entre nature et culture, ainsi que l'amour sous toutes ses formes.

    Sur commande
  • Consacré par trois prix dont la Palme d'or au Festival de Cannes en 1991, Barton Fink, quatrième film des frères Coen, inscrit son propos dans une filiation multiple : film de cinéma sur le cinéma, dans le prolongement de Boulevard du crépuscule de Billy Wilder ; film de cinéma sur le théâtre et le jeu de masques qu'est la vie, dans le prolongement de Persona d'Ingmar Bergman ; film sur la folie, dans le prolongement des premières oeuvres de Roman Polanski, comme le toujours moderne Cul-de-sac ; film surréaliste sur le monde des rêves, dans le prolongement du mythique Pandora d'Albert Lewin. Davantage que la simple somme de ces chefs-d'oeuvre consacrés, la valeur ajoutée de Barton Fink tient à son ton unique, sa capacité à couvrir de rire les situations les plus désespérées, à faire de l'art sans se prendre au sérieux ni céder aux facilités du cynisme. Ambition shakespearienne, entre grandeur tragique et bouffonnerie débridée, qui consacre, aujourd'hui encore, Barton Fink comme l'oeuvre majeure de ses deux réalisateurs.

    Sur commande
  • A.I. Intelligence artificielle, ou L'adieu à la mélancolie est une analyse approfondie du film que Steven Spielberg a réalisé à l'orée des années 2000 à partir d'un ancien projet de son ami Stanley Kubrick. Les angoisses les plus contemporaines, avec le remplacement dans un avenir pas nécessairement lointain de l'humanité par des entités synthétiques, y sont écartées au profit d'une peinture saisissante et apaisée de la fin des temps. L'essai met en valeur le propos audacieux d'une oeuvre qui s'affranchit des traditionnelles visions d'apocalypse, et privilégie la sérénité à la mélancolie.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Film maudit en raison de l indifférence critique et l échec financier rencontrés à sa sortie, film culte de par l enthousiasme qu il est capable de susciter aujourd hui, La Nuit du chasseur se voit affubler de qualificatifs généraux qui traduisent la difficulté à cerner sa véritable nature. Réalisé en 1955 par Charles Laughton, acteur britannique alors en fin de carrière, le film réunit passé (Lillian Gish, égérie de David Griffith durant les années dix) et présent (Robert Mitchum, habitué des rôles de mauvais garçon dans les années quarante) pour raconter l histoire singulière d un faux pasteur persécutant deux enfants afin de mettre la main sur un magot. Truffé d images ciselées à la manière d un conte pour enfants, le récit aspire à une certaine intemporalité. Le présent ouvrage se propose d explorer le monde intérieur du film par une analyse chronologique et exhaustive des procédés mis en uvre par Laughton et ses collaborateurs pour convaincre le spectateur.

  • Le paysage est un thème sans cesse remis sur le métier depuis son apparition en Chine et sa découverte plus tardive en occident durant la Renaissance italienne. C'est sur ce terreau d'une tradition picturale aussi ancienne que diversifiée culturellement que s'est greffé l'apport du cinéma. Le paysage au cinéma ne se contente pas de répéter des schémas maintes fois explorés mais écrit une nouvelle page d'histoire d'un genre privilégié au XXe siècle durant lequel les explorateurs et chasseurs d'exploits découvrent les parties les plus inaccessibles de notre planète, des sommets de l'Himalaya aux abysses des fonds marins.
    La présente étude ne se veut pas une simple transposition d'une histoire de la peinture de paysage au cinéma. Elle se réclame de l?esprit du traité et expose l'étendue des possibilités d'un art encore jeune dans le cadre de la représentation d'un sujet difficile. Les maîtres, anciens et modernes, de Vincente Minnelli à Terrence Malick, d'Alfred Hitchcock à Andrei Zviangintsev, de Stanley Kubrick à Kim Ki-Duk, de John Ford à Clint Eastwood, sont convoqués afin de définir le paysage cinématographique. Mais la représentation du paysage à l'écran ne peut être entreprise qu'en étroite collaboration avec une certaine philosophie des différents éléments le constituant. L'approche adoptée ici se fonde sur les concepts d'interdépendance et de vacuité qui servent dans le bouddhisme à décrire la réalité du monde.

    La Représentation du paysage au cinéma est l'élargissement d'un propos largement esquissé dans le premier ouvrage de son auteur, consacré à une oeuvre décrivant la symbiose entre l'homme et la nature, La Nuit du chasseur, une esthétique cinématographique.

empty