• Sur commande
  • Le lobby saoudien en fFance ; comment vendre un pays invendable Nouv.

    L'Arabie saoudite rivalise avec la Corée du Nord en matière d'atteintes aux droits de l'homme ; d'absence totale de droits de la femme ; d'usage de la torture ; d'intolérance religieuse absolue ; d'interventions militaires extérieures (Bahreïn, Yémen) ; d'absence de liberté de conscience, de la presse et de liberté d'opinion, etc. Une spécificité supplémentaire propre à l'Arabie : la peine de mort pour « blasphème » et l'athéisme assimilé à du terrorisme.

    Longtemps le régime s'est recroquevillé dans sa superbe indifférence avant que la guerre au Yémen ou l'assassinat de Khashoggi ne l'obligent à soigner son image. La solution a donc consisté à contracter avec toutes les sociétés internationales de relations publiques et les cabinets de lobbying, en particulier aux États-Unis et en France.

  • Nadar, Cartier-Bresson, Brassaï, Helmut Newton, Man Ray, Willy Ronnis, Robert Doisneau, Diane Arbus, Mario Giacomelli, Robert Franck, William Klein, Daido Moriyama, Valérie Belin... Les grands noms de la photographie française et internationale sont réunis dans ce somptueux ouvrage qui embrasse 150 ans d'histoire de la photographie noir et blanc.

  • Sur la question de la radicalisation du religieux, les salafistes djihadistes concentrent toute notre attention. Or ils ne sont pas les seuls à constituer une menace : il faut aussi s'intéresser aux téléprédicateurs du Conseil évangélique de Trump, aux juifs radicaux du « Grand Israël », aux extrémistes bouddhistes et hindouistes... Dans notre monde globalisé, on doit en réalité parler des radicalismes religieux au pluriel.
    Tous reposent sur le même triptyque d'intolérance : une foi, une terre, un peuple, s'appuyant sur une réécriture victimaire de l'Histoire et légitimant une violence vengeresse « sanctifiante » - à l'instar des kamikazes salafistes qui se croient promis au paradis ou de ces pasteurs et prêtres américains justifiant le meurtre de médecins avorteurs.
    S'ils partagent de nombreux points communs, tous ne visent pas un objectif planétaire. Mais tous redessinent la géopolitique moderne, tandis qu'au sein des sociétés, les poussées radicales sapent chaque jour un peu plus l'égalité entre les hommes, les droits des femmes, des minorités, excluant l'« Autre » du champ politique quand il ne s'agit pas purement et simplement d'épuration ethnique...
    Face à ces dangers, il est temps de cesser de traiter les religions sous l'angle de la liberté de conscience et de les considérer en termes politiques. Les mêmes appels à l'exclusion proférés par des néonazis ou des suprémacistes seraient immédiatement condamnés : pourquoi faudrait-il les tolérer quand ils sont tenus par des religieux, quelle que soit leur « chapelle » ?

  • « Le monde religieux est en pleine ébullition.
    Les transcendants de chaque camp peuvent dorénavant se battre en expliquant qu'ils ont un mandat direct de (leur) Dieu. Tous ces nombreux Dieux uniques et miséricordieux - empreints de paix et d'amour comme il se doit - ont eu à faire face aux délires mortifères de leurs disciples et à l'arrivée massive et incontrôlée de morts aux portes de leur paradis. Ils doivent tous ensemble convoquer les hommes pour les ramener à la raison. Est-ce que quelqu'un a leurs adresses ? »

  • Mon tresor brontosor Nouv.

    Sur commande
  • Quand je te vois

    ,

    • Mouck
    • 8 Octobre 2019

    Quand je te vois, il se passe plein de choses étranges en moi... Un petit garçon s'interroge sur les émotions qui l'habitent vis-à-vis de sa petite camarade de classe. Il aime être en sa compagnie, et en même temps il n'ose pas lui parler ; il se dépêche d'aller à l'école pour la voir arriver ; il fait semblant d'être courageux quand elle a peur... Mais que lui arrive-t-il ?
    Une histoire tout en poésie et tendresse pour aborder le sentiment amoureux avec les plus petits.

    Sur commande
  • Issu d'un croisement de styles - blues, ragtime et musique européenne -, le jazz est né dans la ville grouillante et pittoresque de La. Nouvelle-Orléans pour s'imposer, en quelques décennies, comme l'une des formes musicales majeures du XXe.siècle, touchant les milieux sociaux des cinq continents. Mais par-delà le phénomène du swing et la magie de l'improvisation collective, qui incitent à danser ou à battre la mesure quand on l'écoute, le jazz a témoigné d'une formidable aventure humaine.: porteur d'une vision du monde généreuse et fraternelle, il a su dire la tristesse des esclaves noirs du Sud, mais aussi l'optimisme d'un peuple plein de vitalité, de sorte qu'il demeure à jamais un hymne à la vie et à la circulation du sang.

    Sur commande
  • C'est un petit garçon qui ne veut pas exactement devenir pompier ou policier, non ce petit garçon voudrait devenir grand méchant loup. Sacré métier ! Il pense qu'en plus il peut surpasser son prédécesseur mythique, le grand méchant loup de tous les contes pour enfants... Va-t-il s'en sortir un peu mieux ?...

  • Dans ce guide illustré, le lecteur (re)découvre La Rochelle à travers des balades thématiques : le littoral, les sentiers de la côte, le patrimoine architectural et historique et les sites naturels d'exception, cet ouvrage permet de tout comprendre de l'île :
    - son histoire, - ses habitants, - ses balades à pieds ou en vélo, - son patrimoine, - sa cuisine, - ses personnalités célèbres.

    Sur commande
  • Krokmais

    Zurcher/Conesa

    • Winioux
    • 16 Octobre 2012

    Fantine a adopté un monstre qui croque tous les "mais" qu'il rencontre. Mais en faisant des trous dans les phrases, il donne aussi l'occasion à Fantine de faire quelques bêtises.

  • Une étude exceptionnelle sur les dessous du royaume le plus puissant et le plus secret au monde.
    La diplomatie religieuse de l'Arabie saoudite constitue un étrange trou noir dans l'analyse du radicalisme qui affecte l'islam aujourd'hui. Pourquoi le salafisme, mouvance la plus intolérante et sectaire de l'islam, est-il devenu si conquérant ? Parce que parmi tous les radicalismes religieux qui pourrissent la planète, il est le seul à bénéficier d'un appui constant de la part d'un pays doté d'immenses moyens : le royaume saoudien.
    Cette étude, dont les collaborateurs ont souhaité conserver l'anonymat, révèle comment ce royaume aux deux visages, celui conciliant de la dynastie Saoud et celui plus agressif du salafisme, propagandiste du djihad, a depuis des décennies développé une stratégie religieuse pour conquérir la communauté musulmane, mais aussi l'Occident, sans apparaître comme un ennemi grâce à un soft power original, hybride des systèmes américain et soviétique.
    Aujourd'hui, ce pays longtemps protégé se retrouve menacé sur son propre territoire par le salafisme djihadiste qu'il a propagé ailleurs.

  • Hollywood est une usine à rêves mais aussi une formidable machine à créer des méchants. À chaque époque sa cible. D'abord incarné par le Noir, représenté comme un illettré, un paresseux obsédé par la femme blanche, l'ennemi a ensuite pris les traits de l'Indien, sauvage et agressif, puis du Chinois cruel, du basané - bandit mexicain, gras et transpirant, ou trafiquant colombien -, du nazi ou du communiste... Plus récemment, lors de la deuxième guerre du Golfe, c'est le « Frenchie » qui a cristallisé la rancoeur des États-Unis, avant qu'il soit remplacé par l'Arabo-Irano-terroristo-musulman.
    Pour mener l'enquête, l'auteur a passé au crible plus de trois mille films, le plus souvent des objets cinématographiques de consommation courante, ceux qui forgent l'opinion publique bien plus que les chefs-d'oeuvre. De manière implacable, il démontre comment Hollywood, en jouant de la confusion entre fiction et réalité, cinéma et géopolitique, est devenu une arme de propagande massive, capable de transformer les ennemis des États-Unis en menaces planétaires.

    Sur commande
  • Cet ouvrage est publié à l'occasion de l'exposition Hélène Marcoz dans les collections permanentes du Palais des Beaux-Arts de Lille. L'artiste cherche en photographie et en vidéo à tisser des liens entre regard, image, mémoire, lieu et temporalité. Dans chacune de ses photographies se décantent les impressions de plusieurs images, comme si chacune d'elle portait l'empreinte infime laissée par la précédente.
    La vidéo rejoue le même processus en l'inscrivant dans le mouvement. Avec Jean-Marie Dautel, chargé de conservation en photographie, Hélène Marcoz a imaginé faire dialoguer ses oeuvres avec celles du musée en portant une attention particulière à quelques grands genres de l'histoire de l'art, comme le paysage ou la nature morte. En parallèle, elle a réalisé au sein du musée une nouvelle série de photographies intitulée D'après.
    En questionnant les différences de temporalité entre la présence quasi immuable du tableau sur le mur du musée et le regard éphémère du visiteur qui le contemple, elle invite dans cette série à considérer le rapport intime à l'oeuvre, le temps passé, la proximité ou l'attitude physique. L'empreinte du visiteur sur le tableau nous amenant à nous interroger : qu'est-ce qu'une oeuvre sans un regard ?

    Sur commande
  • Monsieur Bonheur livre toutes sortes de bonheurs : des doux, des sucrés, des forts, des longs, des courts.
    Les bonheurs ont des couleurs, des saveurs ou des bruits très différents. Il faut tendre l'oreille et ouvrir les yeux pour accueillir Monsieur Bonheur.

    Sur commande
  • « Nous allons vous rendre le pire des services, nous allons vous priver d'ennemi ! », avait prédit en 1989 Alexandre Arbatov, conseiller diplomatique de Mikhaïl Gorbatchev. L'ennemi soviétique avait toutes les qualités d'un « bon » ennemi : solide, constant, cohérent. Sa disparition a en effet entamé la cohésion de l'Occident et rendu plus vaine sa puissance.
    Pour contrer le chômage technique qui a suivi la chute du Mur, les États (démocratiques ou pas), les think tanks stratégiques, les services de renseignements et autres faiseurs d'opinion ont consciencieusement « fabriqué de l'ennemi » et décrit un monde principalement constitué de menaces, de risques et de défis.
    L'ennemi est-il une nécessité ? Il est très utile en tout cas pour souder une nation, asseoir sa puissance et occuper son secteur militaro-industriel. On peut dresser une typologie des ennemis de ces vingt dernières années : ennemi proche (conflits frontaliers : Inde-Pakistan, Grèce-Turquie, Pérou-Équateur), rival planétaire (Chine), ennemi intime (guerres civiles : Yougoslavie, Rwanda), ennemi caché (théorie du complot : juifs, communistes), Mal absolu (extrémisme religieux), ennemi conceptuel, médiatique.
    Comment advient ce moment « anormal » où l'homme tue en toute bonne conscience ? Avec une finesse d'analyse et une force de conviction peu communes, Pierre Conesa explique de quelle manière se crée le rapport d'hostilité, comment la belligérance trouve ses racines dans des réalités, mais aussi dans des constructions idéologiques, des perceptions ou des incompréhensions. Car si certains ennemis sont bien réels, d'autres, analysés avec le recul du temps, se révèlent étonnamment artificiels.
    Quelle conséquence tirer de tout cela ? Si l'ennemi est une construction, pour le vaincre, il faut non pas le battre, mais le déconstruire. Il s'agit moins au final d'une affaire militaire que d'une cause politique. Moins d'une affaire de calibre que d'une question d'hommes.

    Sur commande
  • « Toi qui hésites encore à partir faire le djihad pour défendre les musulmans persécutés, nous te comprenons : c'est un engagement qui va bouleverser ta vie. Ce guide est conçu pour t'aider avant de faire le grand saut. Il te permettra de ne pas te tromper de destination (elles sont multiples), de connaître les moyens les plus sûrs de t'y rendre (il y a malheureusement dans ce domaine aussi beaucoup de publicité mensongère), de choisir le meilleur prestataire (Al-Qaïda ou Daech). » Cet essai est écrit au second degré, mais tout ce qui y est relaté est tiré d'exemples réels. Il s'adresse aux parents désemparés face à un enfant qui se radicalise, aux enseignants, parfois confrontés à des élèves qui formulent des contestations d'autant plus irrationnelles qu'elles sont mal informées, enfin à nos décideurs, qui se déchargent de toute responsabilité en qualifiant les candidats au départ de « malades ». On compterait aujourd'hui en Syrie et en Irak quelque 25 000 combattants étrangers venus de plus de 100 pays : à moins d'imaginer une épidémie de démence, il y a lieu de se demander ce qui les attire tant là-bas, et pourquoi l'Occident, toujours si prompt à assurer la stabilité internationale par des moyens militaires, est devenu l'une des cibles des djihadistes.

    Sur commande
  • Au sortir de la guerre civile catalane de 1462-1472, Barcelone, principale cité de Catalogne et grand port méditerranéen, entre dans une phase de reconstruction. Le roi Ferdinand le Catholique transforme les modalités d'entrée au gouvernement municipal, formalise l'accès à la noblesse et implante dans la ville une nouvelle Inquisition sous contrôle royal. Affecté également, le haut clergé cherche sa place, et les chanoines de la cathédrale en particulier tâchent d'assurer leur implantation au sein des pouvoirs urbains en recomposition. Au croisement de l'histoire canoniale et de l'histoire urbaine, cette étude montre comment, au-delà de leurs attributions religieuses, évêques et chanoines, pleinement intégrés à l'élite dirigeante de la ville, sont amenés à jouer un véritable rôle dans la vie publique d'une cité en pleine mutation.

    Sur commande
  • L'île de Ré à pied

    Conesa

    • Geste
    • 16 Février 2007
    Sur commande
  • Comptant parmi les pionniers de l'art vidéo, Robert Cahen (né en 1945) transpose dans le champ de l'image les innovations de la musique concrète auxquelles il contribue dans les années 1970 au sein du Groupe de recherches musicales (GRM) fondé par Pierre Schaeffer.
    Expérimentateur exigeant, il développe depuis près de quarante ans une oeuvre subtile, nourrie par des thématiques fédératrices telles que le passage du temps, le voyage et la musique, portée par des choix esthétiques qui interrogent notre rapport à l'image.
    Le catalogue « Robert Cahen. Entrevoir » présente un ensemble d'installations pour la plupart inédites qui jouent sur la matièremême de l'image, manipulent sa trame, son espace, son mouvement, ses rémanences, sa construction entre superpositions et partitions. Le spectateur est confronté tantôt à une vision éphémère, fragile, fictionnelle comme dans Entrevoir - projection suspendue et faussement panoramique d'une traversée du paysage - tantôt à des réminiscences ambigües comme dans Françoise endormie où l'artiste condense la tension entre passé, présent et futur, propre à tout processus mémoriel. En outre, des portraits vidéographiques renvoient à l'exploration d'une intime et singulière altérité. Les oeuvres de Robert Cahen nous invitent à sonder les frontières du visible pour mieux percevoir la poésie du réel et retrouver l'essence du regard dans l'échange et la contemplation.

    Sur commande
  • Le baiser de Cuba

    Alfred Conesa

    En ce mois de novembre 1850, naît à Santiago de Cuba un solide bébé, fils de Federico Crombet, le maître d'origine française de la plantation de café La Turbia et de Colombina, une magnifique esclave noire.

    Ainsi commence l'odyssée de Flor Crombet. Il est intelligent, parle couramment le français qu'il a appris en lisant Victor Hugo et les livres d'histoire de la Révolution française. Cavalier émérite, redoutable dans les duels, il manie la machette avec dextérité. Il a la peau mate et des yeux verts, sa mère adoptive l'appelle Flor parce qu'il est beau, dit-elle, comme une fleur.

    Peu de femmes lui résistent. L'adolescent s'identifie aux héros de l'An II et fait siennes les valeurs républicaines. Il rêve de liberté pour son île colonisée par les Espagnols et s'engage dès le début de la lutte pour l'Indépendance de Cuba.

    Avec des camarades franco-cubains comme lui et des esclaves qu'ils ont libérés, il fonde une petite compagnie La Francecita qui s'illustre par ses exploits légendaires. Flor, un destin hors du commun, celui que, Cespedes, le président de la République en arme, appelle El francecito cubano (le petit Français cubain), va jouer avec panache un rôle de premier plan dans la lutte.

    En suivant ce héros romantique sur le chemin périlleux de l'Indépendance de Cuba, le lecteur découvrira un pan du passé de la grande île qui éclaire son présent.

    Sur commande
  • En balade dans l'alpage Nouv.

    À paraître
  • Durant cinq longues années, Molière lutte infatigablement pour faire représenter son Tartuffe. Opportuniste et habile stratège, Jean-Baptiste Poquelin nous apparaît comme un être de chair et de sang. Ses efforts et ses ruses le conduiront à croiser les plus étonnants personnages du Grand-Siècle : Colbère, Scaramouche et le grand Corneille. Mais derrière cette lutte d'un auteur pour son oeuvre, se livrent des combats politiques et générationnels d'une toute autre conséquence.

    Sur commande
empty