• "L'île des esclaves" est une pièce en un acte de Marivaux (1688-1763). C'est une comédie enlevée, gaie, vive mais, comme souvent chez Marivaux, la légèreté de ton, qui rend le jeu si vivant, véhicule un propos dont l'actualité et l'universalité ne nous échappent pas. C'est à un jeu de la vérité que nous convie Marivaux. Il imagine une situation utopique : des naufragés, Iphicrate et son esclave Arlequin, Euphrosine et sa servante Cléanthis arrivent sur une île gouvernée par Trivelin, lui-même ancien esclave. Celui-ci se donne pour mission de les « rééduquer » en inversant leurs rôles, les maîtres deviennent les esclaves et les esclaves deviennent les maîtres.
    L'île (le théâtre) est comme une espèce de laboratoire pour Marivaux. Il y fait se confronter les hommes afin que, se connaissant, se reconnaissant, ils s'y dévoilent, s'y mettent à nu et, prenant conscience de leurs torts respectifs, deviennent meilleurs !
    Mais l'enjeu est de taille, la mauvaise foi, les mensonges, les ressentiments sont au rendez-vous. Et si tout cela « finit bien », c'est parce que Marivaux, humaniste convaincu, précurseur moderne du siècle des Lumières, garde au fond de lui l'espoir d'un monde où les hommes vivraient enfin en harmonie, apaisés.

    Sur commande
empty