• Un grand poète de langue d'oc, qui revendique sa sonorité gasconne, fait son entrée en Poésie/Gallimard. Nul doute que Bernard Manciet aurait considéré cette publication comme une effraction salutaire et joyeuse.
    L'Enterrement à Sabres n'est pas seulement un témoignage. C'est une preuve de la langue gasconne. Il en met en évidence tous les caractères : sa phonétique et sa syntaxe, bien sûr. Mais, plus profondément, tous les registres de la langue sont convoqués : le sublime et le dérisoire, la ratiocination abstraite comme le concret le plus terre à terre, l'archaïsme autant que l'extrême contemporain. Il ne se contente jamais d'un vague lyrisme empesé. Et sa langue n'est pas une langue du passé. Elle doit pouvoir parler de tout ce qui est, est aujourd'hui. Elle montre qu'elle le peut. Dès le commencement de la lecture on sait qu'on a affaire à une oeuvre majeure. On sait que Manciet le sait. Il s'est lancé dans la composition avec orgueil, sans hésitation mais sans ostentation. Et il a tenu son pari.

  • L'eau mate

    Bernard Manciet

    Sur commande
  • Utilisant le genre littéraire de la correspondance, Bernard Manciet, dans ces Lettres, prenant prétexte de l'arrivée d'un nouveau gendre, venant du nord, dans la famille, nous fait une extraordinaire description du pays landais, à travers sa gastronomie, sa cuisine, entre pins et sables, épices et aromates : « Mon cher fils, Vous vous êtes hasardé à prendre ma fille pour épouse, vous êtes l'enfant du Septentrion, et vous apprêtez maintenant à venir dîner sous notre vieux toit un peu comme chez Philémon et Baucis.
    Prenez votre courage à deux mains. Vous aurez appris toute l'aridité, la misère et le dénuement des Landes de Gascogne. Publiés une première fois en ouverture du Cuisiner landais, ces textes méconnus et éblouissants sont aujourd'hui publiés en un petit volume.

    Sur commande
  • Les trois romans de Manciet sont enfin réunis dans un même volume ! Trois volets qui évoquent la dérive intime, physique et amoureuse de personnages attachants, dans un monde aux contours floutés, crépusculaires. Il s'agit de la campagne landaise du début du XXe siècle. Dans une langue aussi âpre que lyrique, Bernard Manciet décrit la crise d'avant-guerre, la mort d'une société archaïque, engloutie par une nature hostile, celle des marais et du sable, qu'elle avait en vain tenté de maîtriser. Le paysage landais et ses habitants sont omniprésents.
    > nouvelle traduction (Le Chemin de terre et La pluie) opérée par Guy Latry et Sergi Javaloyès. Les traductions antérieures étaient contestables, et les éditions étaient épuisées. Le jeune homme de novembre vient d'être édité en anglais.
    > 1re édition du triptyque in extenso > esthétique romanesque très contemporaine que cette utopie. L'espace-temps a des contours mouvants, à la manière du fantastique poétique de Julien Gracq dans le Rivage des Syrtes.
    > questionnement moderne sur l'identité sexuelle. Le personnage principal découvre son ambiguité amoureuse.
    > Manciet fait preuve d'un véritable sens de la narration, il sait structurer le récit et maintenir l'attention même s'il se produit très peu d'événements. Le texte envoûte le lecteur, comme si l'atmosphère des marais venait ensorceler. Dans le même temps, la langue est aiguë, précise, incisive, parfois lapidaire, comme sait l'être la langue du poète.

    Sur commande
  • Lo gojat de noveme

    Bernard Manciet

    • Reclams
    • 1 Octobre 2003

    Ce roman de Bernard Manciet, paru la première fois en 1964 et ressorti à la fin des années 90, est une des oeuvres majeures de la littérature occitane du XXe siècle.
    Il inaugure la collection ()bras consacrée à la réédition des chefs d'oeuvre de la littérature occitane d'expression gasconne. Lo gojat de noveme est le nom que donne Bernard, le narrateur à cet étranger qui vient chaque année au Barrail pour quelques jours puis reprend son chemin vers on ne sait quel destin. Une année, il ne réapparaît pas. Commence alors une longue attente d'une famille écrasée par la misère et l'isolement.
    Il reviendra pourtant, le jeune homme de novembre, mais rien ne sera plus comme avant. Bernard devra continuer à vivre dans ce monde à l'agonie malgré la tuberculose qui l'étouffe ; vivre jusqu'au bout du souffle, pour dire le secret qui déchire son âme d'homme.

  • Jardins perdus t. 1

    Bernard Manciet

    Voici une savoureuse galerie de portraits ; une petite anthologie de dialogues sur le vif, de peintures sur le motif ; une leçon d'écriture déroulée à la manière d'un recueil de dictées à l'ancienne.
    Ces nouvelles, ces petites histoires, ces tableautins ont pour cadres les divers lieux traditionnels de cette grande lande où habite Manciet depuis toujours ; et pourtant tous ces personnages deviennent des archétypes et tendent à l'universelle condition, par la force, par la grâce de la littérature.

    Sur commande
  • Estuaire est le fruit d'une remontée de l'estuaire de la Gironde, du Verdon à Bordeaux, effectuée par le poète et écrivain Bernard Manciet, à l'occasion de la Cutty Sark en 1990, à bord d'un des plus grands voiliers du monde, le Sedov, donné à la Russie par les Allemands en 1950 à titre de dommage de guerre.
    Ce long poème est un hymne à la Gironde et à son histoire.
    Publié ici en bilingue, français et gascon.

    À paraître
  • Deux personnages à l'orée du monde des hommes.
    Des marginaux, des braconniers, des déserteurs ? Ils font corps avec la nature sauvage où remuent les bêtes. Ils finiront traqués par des dangers innommés. Tués peut-être. Un récit implacable où flamboie l'écriture superbe de Manciet ! C'est un des grands textes de Manciet. En voici la version définitive. La graphie occitane en a été entièrement revue par Guy Latry.

    Sur commande
  • La proie

    Bernard Manciet

    Ce livre, La Proie, resté inédit depuis 1977, évoque, par des métaphores baroques, une relation amoureuse d'une intensité à la fois physique et spirituelle qui nous entraîne aussi bien vers un « combat avec l'ange » que vers des langueurs « fin de siècle ».
    La traduction de l'occitan, effectuée par l'auteur, est davantage une réécriture qu'une traduction. Comme toujours avec Manciet !

    Sur commande
  • Manciet cherche à travers des souvenirs, des impressions fugaces, des bribes de dialogues, ce qu'une quête obstinée de l'universel ne donnerait jamais. Il parvient à fixer l'âme (ou le secret) des gens et des choses et, ainsi, à décrire la condition humaine.
    Manciet s'amusait beaucoup à écrire ces historiettes. Il les appelait des " dictées " car elles évoquaient pour lui ces dictées d'autrefois que le maître lisait mot à mot et qui charriaient, sans en avoir l'air, des vérités éternelles...
    Le premier volume avait été traduit par Guy Latry, celui-ci est traduit directement par l'auteur. Il a accompli ce travail, extrêmement vite, pressentant qu'il lui restait peu de temps à vivre et voulant à tout prix en voir la fin. C'est dire qu'il considérait ces textes comme une part essentielle de son oeuvre.
    Ces traductions nous sont parvenues deux jours avant sa mort.

    Sur commande
  • ULISSE AU FLUME - Bernat Manciet Ulisse au flume qu'ei la darrèra pèça de teatre de Bernat Manciet; que l'escrivó entà la Companhia Tiberghein. Après Los Emigrants o Ifegenia davant la gara, e Orfèn, aquesta pèça, jogada en francés e en occitan, qu'ei lo parat de descobrir o de tornar descoberar la lenga tant atipica deu poèta gascon. L'epopèia que torna visitar lo raconte de Homère e lo plaça hens l'estuari de Gironda :lo erói, tornat à casa, que va a contrabriu de cap a las soas originas en cèrca deu son hilh ULYSSE AU FLEUVE - Bernard Manciet Ulysse au fleuve est la dernière pièce que Bernard Manciet a écrit pour la Compagnie Tiberghien. Après Les Emigrants ou Iphigénie devant la gare et Orphée, cette pièce, jouée en français et en occitan, est l'occasion de découvrir ou de redécouvrir la langue si atypique de ce poète gascon.
    L'épopée revisite le mythe d'Homère et le situe sur l'estuaire de la Gironde : le héros, de retour, remonte le fleuve vers ses origines à la recherche de son fils.

    Sur commande
  • Le golfe de Gascogne

    Bernard Manciet

    Voici le dernier essai du triptyque que consacra au territoire Bernard Manciet (1923-2005), un des plus grands écrivains contemporains qui a construit son oeuvre autour des Landes et de la Gascogne.

    L'ouvrage parait en beau livre (22 x 24 cm, 300 pages), agrémenté d'un appareil de notes entièrement revu, de nouvelles illustrations, et de deux chapitres inédits, l'un traitant de Guernica et l'autre du Chemin de St Jacques de Compostelle, que l'auteur n'avait pas confiés aux Editions Arthaud lors de la première édition aujourd'hui épuisée. Longtemps indisponible, ce texte, très attendu, recèle donc des richesses qui, dans cette édition posthume, impressionneront les lecteurs qui connaissent déjà bien l'oeuvre de cet écrivain majeur, et interpelleront ceux qui la connaissent moins.

    « Le Golfe de Gascogne est le prolongement maritime de Le Triangle des Landes. C'est en tout premier lieu un "livre-monde" dans la mesure où Manciet considérait qu'il y avait eu une civilisation "vasconne" donc gasconne ayant marqué un territoire on ne peut plus vaste, allant de Santander au Sud jusqu'aux Sables d'Olonne au Nord.
    C'est dans cet immense espace que s'inscrit son récit, car c'est un véritable récit "épique" d'un Golfe qui fut au centre de tous les mouvements, échanges économiques, cultuels, culturels que l'Europe (en fait, le monde d'alors), du XIème siècle à l'aube du XXème, a connus.
    On ne peut pas comprendre la civilisation qui a modelée le Sud de l'Europe sans se plonger corps et âme dans cet ouvrage. L'histoire et des hommes et des idées y est transformée par le regard du poète de L'Enterrament à Sabres et de Lo Brec ou la Blanche Nef, son dernier poème, point d'orgue éblouissant d'une symphonie extraordinaire et singulière : une oeuvre universelle. » Sèrgi Javaloyès, Directeur littéraire des Ed. Atelier In8

  • Casaus perduts

    Bernard Manciet

    • Reclams
    • 1 Septembre 2005
    Sur commande
  • Sur commande
  • Per el yiyo

    Bernard Manciet

    Sur commande
  • Le dire de guernica

    Bernard Manciet

    Sur commande
  • Ampelos

    Bernard Manciet

    Ampelos, la vigne, la vie, la sève, la sensualité, l'immortalité... Tout un art du chant, l'expression d'une force tellurique, une célébration christique de la beauté, la présence, la renaissance, le cycle d'Eros et de Thanatos... Tout un art du chant... qui fut l'art de vivre de Manciet.
    Ce poème était sur sa table de travail lorsque Bernard Manciet est mort, en 2005.

    Sur commande
  • "Un meurtre. La guerre est toujours là. Des soldats allemands arrêtent un homme, un étranger. D'où vient-il ? Que fait-il ? Serait-ce lui ? Les Allemands l'intérrogent. Tout semble enfoui au plus profond d'un abîme de mensonges, d'horreurs qui ne veulent pas venir à la surface. Lui il sait. Tout;
    Surtout ce qu'il avait à faire, dans le secret de son âme noire. Obéir.
    Toujours comme un esclave d'une cause lamentable. PLus encore, se soumettre jusqu'à la mort..."

  • Accidents

    Bernard Manciet

    Sur commande
  • Sur commande
empty