• Les pantins innocents

    Benoît Roels

    • Academia
    • 20 Octobre 2020

    "Deux jeunes femmes gagnent une croisière dans le Pacifique mais le séjour est ponctué d'incidents inquiétants : qui joue avec les nerfs des participants? Loin de ce voyage tumultueux, un couple atypique a pour mission de visiter les grands musées et poser pour un selfie insolite devant chacun des chefs-d'oeuvre de l'Histoire de l'Art. Et si tous ces acteurs étaient les pions d'une même volonté artistique effroyable ? La dernière oeuvre d'un malade ou d'un fou ?"

    1 autre édition :

  • Quipou ; intégrale

    Benoît Roels

    • Sandawe
    • 13 Septembre 2017

    Léa est une adolescente pas comme les autres. À 13 ans, elle est considérée comme autiste par la psychologie moderne. On appelle cela le syndrome d'Asperger.
    Brillante en classe, elle en paie le prix auprès de ses camarades, qui la rejettent et la brutalisent. Alors, Léa s'isole dans son monde. Chaque nuit, un cauchemar la trouble. Il l'emmène dans la cordillère des Andes, au XVIe siècle, alors que les conquistadors espagnols ont envahi le Pérou et emprisonné, puis exécuté l'Inca.
    Elle y voit la fuite désespérée d'une jeune fille et d'un adulte. Une fuite qui, dans son rêve, finit tragiquement. Quel rapport entre elle et ce cauchemar? A priori aucun. Mais un accident va lui prouver le contraire. Léa est renversée par un camion et plongée dans un coma profond. Lorsqu'elle se réveille, elle explique à sa mère qu'elle a une nouvelle amie qui vit en elle. Elle vient du Pérou et s'appelle Iloa. Elle est morte il y a près de 500 ans mais les choses ne se seraient pas passées comme prévu...

    - Une plongée (très documentée) dans le royaume Inca au moment où Pizzaro et les Espagnols viennent d'exécuter l'empereur Atahualpa.
    - L'intégrale de "L'Ombre Inca", resté jusqu'à ce jour sans conclusion.
    - Une création graphique de toute beauté, mise en couleur avec subtilité à l'aquarelle.
    - Un récit de 115 planches complété, pour la première édition, d'un dossier de 15 pages.

  • Ellen semble remise de sa précédente aventure en Toscane et a repris son métier d'infirmière en Angleterre. Elle assiste à l'accouchement d'une de ses amies. Tout se passe bien mais le bébé sera très vite enlevé. S'ensuit une poursuite haletante aux rebondissements inattendus. Bien que débutant en Grande Bretagne, ce polar amènera les protagonistes dans le Valais en Suisse. Benoît Roels restitue à merveille la beauté des paysages de montagne tout en conservant une attention et une pression constante dans une intrigue savamment construite. Ellen et la jeune mère sont lancées sur la trace de celui qui pourrait bien être l'éventuel kidnappeur, et elles croiseront la peur et la mort sur leur chemin...

    Comme dans chacun des albumsde sa série Bleu Lézard, Benoît Roels nous offre un suspense décoiffant où il affine encore d'avantage un style classique et tracé au couteau qui retranscrit parfaitement la nervosité de son scénario.

  • L'éclipse du goéland

    Benoît Roels

    "Noé, un écrivain de 38 ans, se fait voler son portefeuille. Pour lui, c est le grain de sable qui l entraîne dans sa chute. De fil en aiguille, il perd moral, famille, travail et se retrouve à la rue. Kenza, la jeune femme qui a commis le rapt, utilise efficacement son butin pour gravir les échelons professionnels et se hisser à la tête d un magazine féminin à succès. Trois ans après, les deux protagonistes se retrouvent seuls au sommet d un gratte-ciel, un soir d éclipse..."

  • Deux jeunes racontent leur périple en Coccinelle vers Jérusalem.
    Traversée épique de pays comme la Roumanie, la Turquie, la Syrie, la Jordanie... Un " pèlerinage " haut en couleur, parsemé de rencontres plus surprenantes les unes que les autres. Quatre maîtres-mots caractérisent ce voyage : aventure (mécanique, humaine et spirituelle), rencontres, foi (avec notamment un temps de pèlerinage en Terre Sainte), et service (au Caire, chez les jeunes des quartiers pauvres et chez les chiffonniers de Mère Teresa).

    Sur commande
  • Polar classique, d'anticipation, réaliste ou fantastique, chaque lecteur trouve dans la collection Bulle Noire le type d'enigmes et de frissons qui lui correspond.

  • Bleu Lézard est le surnom donné à Lison, une jeune femme chirurgien absorbée par son travail. Le récit est mené sur plusieurs niveaux. Au départ, un couple perdu en mer recueille un naufragé au visage brûlé. L'homme porte une paire de menottes au poignet droit. Emergeant lentement de sa léthargie, cet étrange rescapé se met à parler de Lison, de leur jeunesse, et du lien très fort qui les unit. Ment-il ou dit-il la vérité ? Ce lézard tatoué à la cheville est-il un indice ?

    Conçu en deux volumes, ce premier cycle de Bleu Lézard captive le lecteur et laisse percer peu à peu les sentiments des personnages, utilisant les flashes-backs avec réussite. Un polar à la Simenon.

  • Atrocement brûlé, le seul rescapé d'un cargo fantôme raconte à ses sauveurs une étrange histoire. Celle de Lison et Thomas, du secret qui les liait étant enfants, de leur séparation lors de l'adolescence et surtout de leurs retrouvailles autour d'une mise en scène macabre et d'un cadavre mystérieux. Thomas, écrivain à la dérive, a sûrement été dépassé par son imagination. Mais jusqu'où est-il allé et qui a-t-il entraîné dans sa chute ?

    Avec un premier cycle conçu en deux volumes, Bleu Lézard captive le lecteur et laisse percer peu à peu les sentiments des personnages, utilisant les flashes-back avec réussite. Un polar à la Simenon remarquablement bien construit.

  • En Haute-Provence, un peintre vieillissant et alcoolique est assassiné par une jeune femme aussi belle que mystérieuse...

    Quinze jours plus tôt, au St-James Infirmary, au Royaume-Uni, nous retrouvons la belle Ellen Oliver, héroïne des deux premiers tomes, qui reprend son poste d'infirmière après une année sabbatique durant laquelle elle s'est consacrée à la peinture. Lors du vernissage de sa première exposition, elle est approchée par Lloyd Eckelton, riche amateur d'art. Ils ne tardent pas à se découvrir un ami commun, Luke Sigourney, peintre ayant enseigné à Ellen les subtilités du pinceau.
    Lorsque le lecteur comprend que ce peintre est celui qui sera assassiné deux semaines plus tard et que la soeur d'Eckelton est impliquée dans la machination, un terrible suspense commence à naître, suspense qui ne lâchera pas le lecteur jusqu'à la dernière planche.

  • La poésie symboliste est-elle compatible avec les meurtres en série ? Peut-on apprécier Paul Verlaine et arracher le coeur de ses victimes à mains nues ?
    Visiblement, oui...
    Cette étrange histoire secoue la banlieue londonienne et la campagne belge, au beau milieu desquelles se faufile un serial killer poète inconditionnel de Verlaine, faisant subir à ses victimes toutes les pulsions négatives et exacerbées de l'écrivain. Ellen Oliver se retrouve par hasard mêlée à cette affaire. Puisque la police tarde à réagir et à comprendre la teneur de ces carnages, elle décide de s'en occuper elle-même.
    Elle se rapproche tant du tueur qu'elle risque bien d'en devenir l'une des victimes...
    Qui a dit un jour que la plume était une des armes les plus dangereuses ?...

    Avec ce quatrième tome de Bleu Lézard, Benoît Roels nous offre un superbe polar dans l'esprit du Poète de Michael Connelly. Un suspense décoiffant, où Roels affine encore d'avantage un style classique et tiré au couteau qui retranscrit parfaitement la nervosité de son scénario.

  • Qu'est-il arrivé à Ellen ? Nous la retrouvons en Toscane, mariée depuis un mois avec un riche viticulteur italien de 40 ans son aîné ! Mais ce qui nous surprend d'autant plus, c'est qu'elle tue froidement son mari, dans un coup monté avec le neveu de celui-ci... Tout ça pour des questions d'argent bien entendu... Mais lorsqu'avant de faire disparaître le corps en simulant un accident de voiture, elle abat également un flic qui passait par là, on se dit qu'Ellen a vraiment pété les plombs... Là, le lecteur sue de tous les pores de sa peau, n'arrivant pas à comprendre ce qui a pu pousser son héroïne à sombrer ainsi dans le mal... Mais tout cela n'était qu'un coup monté par le vieil homme qui, grâce à la complicité d'Ellen, souhaitait piéger son cupide neveux... Mais les desseins de l'Italien sont louches... Dans quelle galère est encore allée s'embarquer la pauvre Ellen ?...
    Avec ce cinquième tome, Benoît Roels nous offre un suspense décoiffant où il affine encore d'avantage un style classique et tracé au couteau qui retranscrit parfaitement la nervosité de son scénario.

  • Léa est une jeune adolescente d'origine péruvienne. Elle vit à Lyon avec sa mère. Elle n'a pas d'amis. Mais depuis un an, elle rêve chaque nuit d'une fille qui lui ressemble, poursuivie par un puma dans la jungle de la cordillère des Andes. Elle est persuadée qu'il s'agit d'une jeune Inca du XVIe siècle dont l'âme errante est entrée dans sa tête. Et si Léa avait trouvé en elle une nouvelle amie ?

  • Le pouvoir du Pharaon est menacé de toutes parts suite aux menées rebelles de l'Annonciateur qui dirige un véritable réseau terroriste, ainsi qu'aux abus de pouvoirs de personnalités en place. Menant ses troupes jusqu'à Abydos pour encercler les forces loyales au Pharaon, ce dernier espère avoir gagner la dernière partie.De son côté, le jeune Iker recueille les informations de femmes effrayées par les visions machistes du meneur. Certaines le payeront de leur vie. Démasqué, l'Annonciateur compte bien se venger sur son dénonciateur...

    Sur commande
empty