• Tu vas découvrir un jeu de logique passionnant, venu tout droit du Japon.
    Le Sudoku, c'est une grille, de 9 carrés de 9 cases, dans laquelle tu dois inscrire tous les chiffres de 1 à 9. Mais attention, chaque chiffre ne peut apparaître qu'une seule fois par ligne, par colonne et par carré dans toute la grille ! Rien de plus simple ? Pas si sûr. Avec Sudoku Junior, chaque grille a son niveau de difficulté. Des plus simples à 4 ou 6 chiffres, aux plus complexes à 9 chiffres, à toi de gravir les échelons, crayon et chronomètre en main, pour devenir maître Sudoka !.

  • La famille Bataillon part à la recherche de Grumpfi, le petit dernier, enlevé par Kronk le seigneur maléfique de la galaxie du Centaure. Au fil des doubles pages, dans des univers aussi farfelus les uns que les autres, le lecteur doit tous les retrouver.

  • Neuf ans après la première édition de cet ouvrage, Guy Delahaye poursuit son hommage à Pina Bausch en complétant celui-ci d'une trentaine de photographies. Un livre touchant et complet sur la grande chorégraphe allemande témoignant également de la rencontre entre ces deux grands artistes.

    [...] Tout le Tanztheater de Pina Bausch est dans la porosité du visible et du et du refoulé, du chaste et du grotesque, images qui insistent dans l'entre-deux du rêve de la conscience, danse de nos images mentales. Les photographies de Guy Delaha saisies dans le vif des représentations du Tanztheater Wuppertal, sont autant de précipil d'une fièvre à laquelle Pina Bausch et ses fabuleux interprètes ont donné le corps d'une aventure démesurée, épique et humaine. "C'est beau quand on voit vivre quelqu'un", remarquait simplement Pina un jour qu'elle demandait à ses interprètes "une chose avec [leur] souffle". Contre l'asphyxie du sensible, des images viennent ici respirer, elles quittent déjà les pages qui les contiennent pour poursuivre leur libre voyage dans la mémoire.
    Jean-Marc Adolphe

  • Donner du mouvement aux personnages, créer une perspective ou même ravager une planète avec un monstre... voilà quelques-uns des superpouvoirs du dessinateur. Dans ce manuel de dessin, le Professeur Pingouin aide les enfants à réaliser un minilivre où ils pourront raconter leurs propres histoires !

    Sur commande
  • Tout le monde sait dessiner. Il suffit de tracer un rond et d'y placer deux points pour que chacun reconnaisse un visage! À travers 8 ateliers, ce petit manuel propose de manière ludique aux enfants de comprendre et de s'exprimer à travers le langage dessiné.

    Sur commande
  • Changer l'abord du jour qui commence » par le poème : tel est le voeu que formule Stéphane Bataillon dans ce recueil écrit pour faire barrage au bruit et à la fureur du monde. À la remontée des haines et à l'asservissement de l'homme par la force des algorithmes. À la tyrannie de la vitesse et aux crispations identitaires. Et s'il emprunte le titre des sections qui composent son recueil à la langue utilitaire, parlant de burn-out ou de limiteur de vitesse, c'est pour mieux dénoncer ce qui fait aujourd'hui obstacle au bonheur et à l'élargissement de notre liberté. L'enfance que l'on préserve en soi, la quête de son propre rythme, la tendresse... Telles sont les réponses que ce recueil d'écologie numérique apporte, en zone de turbulences, à qui décide de prendre le temps de vivre et de contempler le vivant. Une parole essentielle.

  • A travers images, documents, témoignages, ce livre propose la rétrospective d'une aventure individuelle et collective à Lyon et Villeurbanne, exemplaire de la décentralisation théâtrale.

    Sur commande
  • La spécialité de la famille Bataillon : le rififi, le combat, la dispute, le grabuge... Dès que ces 5 personnages arrivent quelque part, c'est la même histoire : c'est la bagarre.
    Le lecteur doit les retrouver dans 17 grandes scènes de batailles, qui grouillent de personnages farfelus dans des univers différents.

    Sur commande
  • L'une de mes grandes joies d'éditeur réside dans la publication, en 2010, de Où nos ombres s'épousent, le premier recueil de Stéphane Bataillon. Six ans après la parution de ce livre, une seconde édition voit le jour, augmentée d'une postface de Jean-Marie Berthier et de courtes proses de Stéphane. Plus encore, de toutes les attentions bienveillantes que les lecteurs ont déposé, au fil du temps, sur la peau tendre de ce texte. Dans ces pages, le poète évoque la perte de celle qu'il aimait, à un âge où la mort paraît hors de propos. Il aurait pu s'enfermer dans un silence fracassé ; il ne l'a pas fait. Son chant pouvait devenir le lamento d'un être inconsolable ; il ne l'est pas. Sa poésie parle juste et parle vrai. Peut-être ceux qui la liront se sentiront-ils aussi deux fois vivants.

    Sur commande
  • Qu'est-ce que ça donnerait ? D'abord une rencontre explosive au creux d'une vallée ! Suivie d'une réconciliation et d'une cohabitation pas piquée des hannetons !

    Au son des grognements préhistoriques, Christophe Bataillon imagine une rencontre des plus insolites : celle des premiers hommes et des derniers dinosaures ! Comme dans un petit théâtre d'ombres, le décor principal est planté mais va évoluer subtilement au fur et à mesure de l'histoire : hommes et dinosaures, petites silhouettes fourmillantes, se croisent, se heurtent avant d'apprendre à s'aimer. Mais les volcans grondent, les comètes tombent, la mer inonde. jusqu'à un dénouement inattendu, qui explique pourquoi les dinosaures ont disparu !

    Sur commande
  • Comment comprendre les guerres civiles et les affrontements armés en Amérique centrale à la fin des années 1970 ? Partant d'un tableau du Guatemala, du Nicaragua et du Salvador, Gilles Bataillon s'interroge sur la modernisation qu'ont connue ces pays lors des années 1960 et 1970. Puis, accordant toute leur importance aux événement eux-mêmes, il retrace la genèse des guerres internes dans ces pays.

    Il paraît en effet essentiel de montrer comment certains événements l'assassinat de Pedro Joaquin Chamorro, la répression contre les jeunes insurgés nicaraguayens, les meurtres de multiples prêtres au Salvador, la nomination de Mgr Romero au prix Nobel de la paix, les tueries sélectives des années 1978-1980 au Guatemala, les assassinats des leaders réformistes, les débuts de la contre-insurrection dans les hautes terres indiennes (1981-1982) n'en viennent à faire sens qu'au travers des commentaires et des réactions qu'ils suscitent et comment, de ce fait, ils restructurent les conditions de l'action sociale et politique. Ce parti pris permet aussi de montrer comment les acteurs ne sont aucunement des entités immuables mais comment ils sont façonnés et se redéfinissent en fonction des événements.

    Sur commande
  • Cet ouvrage présente 150 costumes de scènes créés par Mariaelena Roqué, artiste vénézuélienne d'origine catalane, pour les spectacles à l'affiche du Festival des Nuits de Fourvière en été 2010.

  • Le premier recueil de Stéphane Bataillon, Où nos ombres s'épousent, était le livre du deuil et de l'absence. Le poète y évoquait la perte de celle qu'il aimait, à un âge où la mort paraît hors de propos. Avec Les terres rares, il revient à la poésie en arpenteur des joies fertiles de la vie. Une nouvelle union, la venue d'un enfant, une autre manière d'appréhender le temps. Dans cette vie renouée, il sait quel sens donner à la chaleur des mains, à l'écorce du doute et au frottement de nos solitudes abrasives. Le titre du recueil, emprunté à la géologie, laisse entendre que les métaux les plus tendres, les gisements les plus ductiles sommeillent à des profondeurs inouïes. Écrire, descendre au plus profond de soi, dans l'opacité graphite et la tendresse des roches qu'on ne peut séparer.

    Sur commande
  • 1946.
    L'europe émerge de la seconde guerre mondiale. l'espagne s'est enfoncée dans la dictature catholique du général franco. marcel bataillon, consacre cette année-là son cours du collège de france aux premiers jésuites d'espagne. inédit jusqu'à ce jour, le manuscrit de ce cours est un météore. ancré dans l'histoire sociale, politique, culturelle et spirituelle des marges du royaume de castille, mais tout autant attaché à des aventures individuelles, il mobilise toutes les ressources d'un grand historien et devance de plusieurs décennies les recherches actuelles sur la première réforme catholique dans la péninsule ibérique, en soulignant par exemple l'ouverture, exceptionnelle et brève, de la jeune compagnie de jésus aux juifs convertis.
    Marcel bataillon est un homme libre. contre l'anticléricalisme de l'hispanisme français de l'immédiat après-guerre, irrigué par l'exil républicain, il fait surgir une communauté de prêtres-moines peu orthodoxes, et cependant bien catholiques. contre la forteresse de l'historiographie catholique du siècle d'or, il lance cette même petite troupe. contre les certitudes des uns et des autres, il questionne, il interroge.
    A l'heure de la reconstruction d'un continent ravagé par lui-même, il met en avant l'urgence d'une attention toute particulière à ces jésuites du xvie siècle confrontés comme leurs contemporains à un double traumatisme : le grand schisme de la réforme et la révélation d'un nouveau monde.

    Sur commande
  • Tempête, cyclone, sécheresse ou montée des eaux: la machine climatique s'est-elle emballée? A qui la faute? Pour le savoir, suis les pingouins sur la banquise.
    Ils t'enseigneront la différence entre climat et météo, t'apprendront l'origine réchauffement climatique ou ce que les hommes peuvent pour vivre en meilleure harmonie avec la Nature. 1, 2, 3 soleil. C'est à toi de jouer...

  • Jardins en banlieue

    Urbain Bataillon

    • Creaphis
    • 6 Novembre 2003

    Sur les hautes terres, les légendes sont vivaces.
    Seraient-elles portées à travers puys et vallons par les vents qui s'y battent ? Ou bien, par quelque fantastique alchimie, ne viendraient-elles pas avec l'eau vive des innombrables sources qui montent au jour à la faveur des moindres replis du sol ? Que l'on prenne à témoin le village de Millevaches, au plus haut de toute une région qui porte son nom ! Tout autour, des ruisseaux prennent naissance, d'abord insignifiants, puis se donnent de l'importance et se partagent en direction de la Dordogne ou de la Loire.
    En roulant, les eaux claires de l'altitude se regroupent, deviennent rivières. Dans leurs descentes, elles se contorsionnent, elles caressent les rochers, elles chantent pour accompagner la mémoire du granite et nous transmettre le savoir de nos anciens. Ecoutons !

    Sur commande
  • Tout le Tanztheater de Pina Bausch est dans la porosité du visible et du et du refoulé, du chaste et du grotesque, images qui insistent dans l'entre-deux du rêve de la conscience, danse de nos images mentales. Les photographies de Guy Delaha saisies dans le vif des représentations du Tanztheater Wuppertal, sont autant de précipil d'une fièvre à laquelle Pina Bausch et ses fabuleux interprètes ont donné le corps d'une aventure démesurée, épique et humaine. "C'est beau quand on voit vivre quelqu'un", remarquait simplement Pina un jour qu'elle demandait à ses interprètes "une chose avec [leur] souffle". Contre l'asphyxie du sensible, des images viennent ici respirer, elles quittent déjà les pages qui les contiennent pour poursuivre leur libre voyage dans la mémoire.

  • Comment décrire et comprendre une guerre civile, quand il n'en existe pas d'archives accessibles, que les principaux acteurs du conflit sont toujours des personnages politiques de premier plan. Comment interroger les témoins et les acteurs ? Que sont-ils prêts à raconter et à quelles règles obéissent leurs récits ? Comment utiliser ces récits, que révèlent-ils tant sur le passé que sur le présent ? Autant de questions qui organisent le travail de Gilles Bataillon sur la guerre civile que connut la Moskitia nicaraguayenne de 1981 à 1989. Présent dans les maquis miskitus en 1984, il a commencé par s'interroger sur les limites de ce que pouvaient percevoir les acteurs comme les observateurs lorsqu'ils étaient immergés dans l'événement. Les conditions de guerre favorisent un certain type de discours qui fait peu de place à l'introspection comme à la réflexion individuelle. La parole n'est pas simplement censurée pour des raisons de prudence évidente, mais où, plus fondamentalement, le je et la libre réflexion du locuteur sont déniés de par l'incorporation des combattants dans un corps, la guérilla. L'observateur lui-même peine à échapper à cette emprise. Recommençant à interroger une trentaine de combattants et leurs proches, il a recueilli longuement leurs dires et ceux de soixante-dix autres de 1997 à 2007. Ce travail de construction de récits de vie avec les acteurs d'un conflit armé ne lui a pas seulement permis de restituer la part de l'aléatoire et de l'accidentel, comme le poids du contexte dans les processus qui amènent des individus à s'engager dans une guerre civile. Il l'a aussi conduit à s'interroger sur la façon dont le contexte social pèse sur la réflexion des acteurs et sur les modalités du récit du passé qu'ils sont prêts à construire, comme sur leurs appréciations du présent. Il a ainsi repéré comment tout le travail de remémoration de la guerre ou d'autres événements auquel il a invité ses interlocuteurs s'est appuyé sur la tradition introspective du piétisme morave, religion à laquelle se sont convertis les Miskitus depuis le début du XXe siècle. Il montre aussi comment dans leurs manières même de raconter, comme dans leurs soucis d'une histoire plurielle, les Miskitus reprennent à leur compte certaines traditions pluralistes du protestantisme. Enquête sur une guerilla, Nicaragua-Moskitia (1982-2007), son livre à paraître aux éditions Le Félin, offre ainsi une réflexion non seulement sur l'histoire des Miskitus au XXe siècle, mais sur le travail d'enquête sur une guerre civile et sur la manière dont la mise en récit du passé peut s'effectuer.

    Sur commande
  • Le trésor de l'île du dragon Un poster à déplier tel un grand parchemin de 1,90 m de long :
    - au verso une chasse au trésor impitoyable à colorier, fourmillante de personnages, bateaux de corsaires, bâtiments curieux, dragons et autres animaux fantastiques...
    - au verso des jeux, labyrinthe, jeu des différences, chemin ou personnage à trouver...


    Illustrateur : Christophe Bataillon habite à Paris.
    Après les Beaux-Arts d'Angoulême, il collabore très rapidement à plusieurs revues pour la presse jeunesse (Tchô, Spirou, Le journal de Mickey, J'aime lire.) et différents collectifs de bandes dessinées (Terriens, Chococreed,...) Amaterra : Cherche la famille Bataillon

  • Pourquoi le Mexique a-t-il représenté durant près d'un siècle un modèle pour le « développement » ? Comment expliquer que les populations et les territoires de ce pays aient été mis en scène avant tout par des anthropologues ? Dans quelle mesure, en France, les géographes ont-ils été les principaux organisateurs de la recherche sur l'Amérique latine depuis le milieu du XXesiècle ? Comment, dans le Nouveau Monde, les sciences sociales s'agencent-elles entre elles autrement qu'en Europe ? Que signifie la production de données sur les sociétés des pays latino-américains et comment les transforme-t-on en panoramas organisés ? Autant de questions auxquelles ce livre tente de proposer des réponses, en retraçant la trajectoire universitaire et intellectuelle de l'un des latino-américanistes français les plus féconds des dernières décennies. À partir de souvenirs personnels, de témoignages de collègues et d'amis, d'archives publiques ou privées et de publications diverses, Claude Bataillon dresse pour la seconde moitié du XXe siècle le panorama d'un latino-américanisme auquel il a participé de multiples façons. Si cet ouvrage retrace avant tout un itinéraire personnel, il propose également l'histoire d'une collectivité faite à la fois d'individus et d'institutions. Ces dernières constituent les meilleurs traceurs des évolutions intellectuelles, les meilleurs révélateurs des regards que les latino-américanistes ont échangés avec les Latino-Américains depuis la Seconde Guerre mondiale.

    Sur commande
  • Recueil du deuil face à la perte de l'être aimé.
    Une poésie juste et vraie loin de tout lamento.

empty