• Sur commande
  • Sur commande
  • L'auteur (1905-1988), traite du noyau organisateur de la foi chrétienne : le salut en Jésus-Christ qui est mort pour nous. Sujet capital puisque chacun peut dire : « il s'est livré pour moi ». Quelques méditations de la mystique Adrienne von Speyr sur la Passion nous introduisent ensuite dans la participation au mystère rédempteur comme Marie le fit au pied de la croix. Dans une forte postface inédite, le père Jacques Servais, sj., évalue et met en valeur la pensée de Hans Urs von Balthasar en la comparant aux plus grands théologiens de l'histoire de l'église, notamment saint Thomas d'Aquin. Un livre d'enseignement et de méditation spirituelle, bien venu en cette « Année de l'eucharistie » qui nous fait « repartir du Christ » pour le troisième millénaire.

    Sur commande
  • Ces méditations présentées pour la première fois au public francophone traitent d'abord de la finitude et de la mort, cette contradiction à la fois inhérente à toute existence humaine et apparemment insoluble sur un plan purement humain. Or, si le christianisme se présente comme le salut pour l'homme, quelle solution apporte-t-il à cette contradiction en fin de compte insupportable ?
    C'est ce que l'auteur tente d'établir, après s'être efforcé de trouver dans l'existence humaine, quelque chose à quoi rattacher la solution chrétienne qui puisse garantir et vérifier que la « dimension christique » a réellement prise sur notre vie.

  • Hans Urs von Balthasar mettait la dernière main à l'édition française de ce débat sur l'espérance chrétienne lorsqu'il a succombé à une crise cardiaque. Il venait d'être nommé cardinal par le pape Jean-Paul II. Il est précieux que le dernier message que nous ait adressé l'un des plus grands esprits de ce siècle soit un message de foi dans le destin de l'homme face à son éternité : J'estime que la chose la plus grave qui soit n'est pas la justice de Dieu qui punit, mais son amour. .

    Sur commande
  • Une contribution très précoce et toujours actuelle au dialogue judéo-chrétien.

    Sur commande
  • Ce chef-d'oeuvre de la littérature spirituelle « n'a pas vieilli. Il nous touche au fond de nous-mêmes. Nous entrons, comme forcés par un courant qui nous emporte, dans ce dialogue du coeur humain, le nôtre, avec le Coeur de Dieu, et ce Coeur qui se révèle en Jésus-Christ comme le Coeur du monde. ». (Préface du père Henri de Lubac, s.j.).
    « Balthasar restera toujours très sensible à l'éloquence des images et très attaché à la source vive de l'Amour qui jaillit du coeur transpercé de Jésus-Christ. Le Coeur du monde est un hymne à l'univers. (.) Le Dieu du crucifié est un Dieu engagé dans l'histoire qui prend au sérieux le tragique de l'existence humaine. La profondeur et la beauté de son inspiration de même que son écriture aisée le rendent d'emblée accessible au grand public. Son message est un message d'intériorité, de recentrement et d'élan missionnaire, exactement ce dont l'Église a besoin pour rendre à sa maturité le renouveau de Vatican II.» (Cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, Vatican.)

    Sur commande
  • Dans un monde toujours plus assoiffé de savoir, cette brève réflexion, nourrie de la méditation de l'Évangile, n'a rien perdu de son actualité. Écrite en son temps (1980) pour répondre aux tenants d'une exégèse scientifique desséchante, elle nous fait comprendre que la vraie connaissance, celle que Jésus a de nous, celle que nous avons de lui, est de l'ordre de l'amour.

    Sur commande
  • Mariage, vie consacrée, sacerdoce : pourquoi ces différentes formes de vie dans l'Eglise, puisque tous obéissent au même commandement de l'amour de Dieu et du prochain ? Pour éclairer cette réalité ecclésiale, Hans Urs von Balthasar approfondit la méditation sur l'appel dans l'esprit des Exercices spirituels de saint Ignace. S'appuyant sur l'Ecriture sainte et en dialogue avec la Tradition, il décrit d'abord l'unité de l'amour et de l'état paradisiaque. Considérant ensuite l'état du Christ et celui de Marie dans lesquels s'enracine l'état chrétien, il montre comment l'appel du Rédempteur opère la séparation des états de vie dans l'Eglise, les ordonnant l'un à l'autre pour participer à son oeuvre de salut. Une réflexion renouvelée et stimulante sur l'acte central de la vie chrétienne : la rencontre avec Jésus-Christ et l'élection de l'état de vie.

    Sur commande
  • Ce livre est la brillante synthèse d'une oeuvre qui figure au premier plan de la pensée catholique au XXe siècle.
    L'élan qui anime tous les écrits de Hans Urs von Balthasar ne s'affirme dans aucun livre mieux que dans cette Théologie del'histoire. Celle-ci est parfaitement centrée sur le temps du Christ: Dieu toujours présent parmi les hommes. Depuis l'incarnation, l'histoire se déroule dans ce temps nouveau; il est la norme de l'évolution humaine;
    C'est lui qui mesure le cours de l'existence, le progrès vertical et horizontal de l'humanité.
    Une fresque extraordinaire se déploie sous les yeux du lecteur: l'histoire s'intériorise en un destin personnel, la vocation de chacun se situe dans un destin historique universel. Cette vision eschatologique, d'un réalisme éblouissant et pathétique, nous montre que la fin des temps et les temps nouveaux sont déjà commencés.

    Sur commande
  • Au moment où s'ouvre une année de la vie consacrée, ces cinq textes du théologien suisse Hans Urs von Balthasar (1905-1988) traitent de la vocation et de la réponse concrète à cet appel dans le choix d'un état de vie entièrement modelé par les trois voeux de pauvreté, virginité et obéissance. Fruits du dialogue constant du théologien avec les Exercices Spirituels d'Ignace de Loyola, ces cinq contributions datées de 1966 à 1979 n'ont rien perdu de leur actualité évangélique. Elles répondent, sous des perspectives différentes, à la même question de fond : qu'est-ce qui justifie l'existence, dans l'Église, d'un état de consécration particulière à Dieu, et quelle est sa mission propre ? « Vocation » souligne le caractère fondamental de l'appel souverain de Dieu, réclamant une réponse généreuse de l'homme. « Théologie du voeu de religion » considère la réponse de disponibilité totale de l'appelé dans le voeu (ses origines, sa spécificité chrétienne, son évolution au cours des siècles). « Les trois conseils évangéliques » montre comment cette donation unique s'incarne dans les voeux d'obéissance, de pauvreté et de chasteté. « De l'état religieux » replace vie consacrée et vie séculière dans l'économie du salut, du paradis à la croix, et met en avant le fondement commun à toutes les formes concrètes de vie consacrée. Repartant des vocations archétypiques des apôtres et singulièrement de Marie, « La vocation - ancrage néo-testamentaire » se concentre sur le sens spécifique et le rapport réciproque du ministère sacerdotal et de la vie consacrée. Cet ouvrage veut avant tout donner des repères : à ceux et celles, en particulier les jeunes, qui se posent la question de la vocation ou s'interrogent sur la forme que doit prendre leur vie de disciples du Christ, mais aussi à tous ceux qui sont chargés de les accompagner et d'aider à leur discernement.

    Sur commande
  • En ordonnant les thèmes essentiels qui n'ont cessé de commander l'oeuvre de Bernanos, le théologien Hans Urs von Balthasar a dressé le tableau le plus saisissant d'un univers qui n'est pas seulement celui de son créateur : c'est l'univers du chrétien ;
    Plus encore, c'est l'univers de la foi vivante engagée dans le temps présent. C'est pourquoi, après avoir étudié l'image que Bernanos s'est faite de l'homme - et notamment de l'esprit, de la raison, du rêve et de l'imagination - l'auteur organise la partie centrale de son étude autour des sacrements, signes sensibles de la grâce qui sanctifie chacune des activités de l'homme. Par le baptême, le mystère de l'enfance prend son sens ; par la confirmation, la tentation, puis la défaite du désespoir; par l'eucharistie, le sacrifice, la communion des saints et des pécheurs ; par l'ordre, le sacerdoce ; par l'extrême-onction, l'angoisse, l'agonie et la mort. Dans cette perspective d'ensemble, les textes de Georges Bernanos, largement reproduits, se répondent les uns aux autres et développent toutes leurs implications.

    Le lecteur se trouve en présence d'une vaste synthèse dont la rigueur le dispute à la richesse et la fermeté à l'audace. C'est ainsi que la pensée de Bernanos et son action, les drames des personnages et les combats de l'homme, la violence de sa colère et l'humilité de son amour, prennent toute leur grandeur chrétienne.

    Sur commande
  • "Redécouvrir les contenus de la foi professée, célébrée, vécue et priée est un engagement que chaque croyant doit faire sien." C'est par ces mots que Benoît XVI propose l'Année de la foi inaugurée en cette année 2012, invitant l'Eglise à redécouvrir le Credo.
    Répondant à cet appel, ce volume présente un commentaire approfondi de la foi catholique, article par article. Il reprend les analyses du cardinal Balthasar et les réflexions fondamentales des plus grands philosophes et théologiens (Rémi Brague, Jean-Luc Marion, Henri de Lubac...), publiés dans la revue Communio. Le plus illustre d'entre eux signait alors Joseph Ratzinger, aujourd'hui Benoît XVI.
    Ce dernier ne craint d'ailleurs pas d'insister sur "la connaissance de la foi" qui "est essentielle pour donner son assentiment". Ce volume répond à cette exigence : il en appelle à la rationalité du lecteur : il ne présente pas la foi comme un sentiment (que les uns ressentent et les autres non), ni comme un état (être croyant ou ne pas l'être), mais comme l'acte de croire en des propositions intelligibles (ce qui permet d'y croire ou de les rejeter) et du même coup propose de les croire pour mieux les comprendre.

    Sur commande
  • Tout ce qui est, est à la fois vrai, bon et beau. À mesure que la théologie a délaissé cette troisième dimension transcendentale de l'être, elle s'est appauvrie et desséchée"" constate Balthasar d'entrée de jeu. Redonner sa place à la beauté en théologie est la tâche que s'est assignée l'auteur de Herrlichkeit - désormais traduit par Gloire. Le premier des sept volumes de cette oeuvre majeure, Voir la figure, traite de l'évidence subjective et objective permettant de percevoir ce qui se manifeste, dans sa figure d'ensemble, sa Gestalt. Parue entre 1961 et 1969, et publiée ici dans une traduction révisée, cette esthétique théologique constitue le premier volet d'un triptyque, qui sera suivi d'une théodramatique et d'une théologique.

    AUTEUR Hans Urs von Balthasar (Lucerne 1905 - Bâle 1988) est ordonné prêtre dans la Compagnie de Jésus en 1936. Aumônier d'étudiants à Bâle (1940 - 1948), il fonde en 1945 avec Adrienne von Speyr un institut séculier. Auteur lui-même d'une oeuvre théologique et philosophique de grande ampleur, il est aussi traducteur et publie dans sa maison d'édition Johannes Verlag Einsiedeln les trésors du patrimoine chrétien. Il est l'un des initiateurs de la revue catholique internationale Communio. Jean-Paul II le crée cardinal en 1988.

    Sur commande
  • Cinq monographies sur Irénée, Augustin, Denys, Anselme et Bonaventure, manifestant une facette de la gloire divine. Le deuxième tome de Gloire, cette oeuvre majeure et originale de recherche en esthétique théologique, s'intitule " Un éventail de styles ". Il présente, à travers 12 monographies (réparties en deux volumes) une application de ce concept de Gestalt, de figure ou forme d'ensemble qui se dégage de tout ce qui est beau.
    Le premier volume de ce tome nous la fait percevoir chez cinq grands saints et théologiens de l'Antiquité et du Moyen Age.

    Sur commande
empty