• Dans les pays les plus avancés, le progrès social est en panne. Face à la montée presque générale des inégalités, face à la stagnation des revenus d'une large partie de leurs populations, face aussi aux dommages de plus en plus visibles causés à la planète par leur développement passé, ce constat s'impose. En attribuer la faute au capitalisme, sur lequel ce développement s'est fondé, serait pourtant une erreur : il n'est pas plus responsable de la panne actuelle qu'il ne l'a été hier des progrès accomplis.
    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les populations occidentales ont connu une amélioration, profonde et largement partagée, de leurs conditions de vie, parce que, au terme d'une longue et tumultueuse histoire, elles ont réussi à maîtriser la force productive du capitalisme. Les années 1980 ont toutefois été celles du triomphe de l'idéologie libérale : face à la mondialisation et aux changements techniques qui s'esquissent alors, les sociétés occidentales auraient dû redoubler d'efforts pour rester dans un rapport de forces favorable avec le capitalisme. Elles ont préféré laisser faire. Après quarante ans de dérive, est-il trop tard pour reprendre la barre ?


  • face à l'énorme déficit de la balance courante américaine, les pays d'asie comme les pays exportateurs de pétrole ont accumulé des excédents tout aussi spectaculaires.
    l'économie la plus riche de la planète emprunte ainsi massivement à des pays beaucoup moins développés. comment en est-on arrivé làoe la situation est-elle aussi paradoxale qu'il y paraîtoe peut-elle se dénouer sans catastropheoe à ces questions, le présent ouvrage apporte des réponses qui vont parfois à l'encontre des idées reçues. il démonte les mécanismes qui ont conduit à la formation des déséquilibres actuels, soulignant le rôle, dans un monde oú les pressions déflationnistes sont fortes, des politiques économiques et des systèmes financiers.
    certes, le dollar doit baisser dans les années qui viennent, mais les états-unis ne sont pas menacés de faillite et leur devise n'est pas près de s'effondrer.

    Sur commande
  • En septembre 2008, la crise financière, larvée depuis l'été 2007, entre dans une phase nouvelle et dramatique. Ce livre montre en quoi cette crise est le produit d'une nouvelle étape de la globalisation financière, commencée à la fin des années 1990. La globalisation s'est accompagnée d'un accroissement considérable de la quantité de risques pris par le système financier occidental. À partir de l'été 2007, cet édifice fragile se fissure : le « choc du subprime ». Ce « Repères » tente d'en tirer les leçons.

  • Ce livre est une version mise à jour et augmentée de Face aux marchés, la politique (La Découverte, 2002) qui a obtenu le prix Turgot du meilleur livre d'économie financière et a été salué par des journaux et magazines d'horizons variés.
    Les Échos : " Rarement un économiste, qui a été universitaire avant d'être un praticien de la finance, aura aussi bien " dédiabolisé " les marchés et plaidé pour une réhabilitation de la politique. " La Croix : " Il fait partie du cercle des économistes les plus écoutés par sa capacité à rendre l'économie lisible et accessible. [...] Les marchés n'imposent leur loi qu'aux sociétés qui renoncent à leur en imposer une, affirme-t-il.
    " Challenge : " Un livre à la fois subtil et plein de bon sens qui chamboule les idées toutes faites. " Le Figaro-économie : " Il entend montrer, et il y parvient, que " les marchés ne sont pas intelligents. Loin de prévoir quoi que ce soit, ils se contentent de découvrir le présent et de se souvenir du passé ". " Alternatives Economiques : " [..] Il faut lire le dernier Brender. "

  • Sur commande
  • Chaque année, le quart du PIB mondial est produit aux États-Unis par une population qui représente moins de 5 % de celle de la planète. Le rapprochement de ces deux chiffres donne une idée de la puissance de l'économie américaine. Elle n'est d'ailleurs pas seulement la plus productive des grandes économies développées, elle est aussi celle où s'inventent en permanence de nouveaux produits, de nouveaux services comme de nouvelles façons de produire.
    Pourtant, son efficacité et sa capacité d'innovation ne parviennent plus à masquer un dysfonctionnement inquiétant : depuis les années 1970, l'économie américaine peine de plus en plus à produire... du progrès social. Pire même, depuis une vingtaine d'années, les signes de régression se multiplient. Comment s'explique cette situation paradoxale ? Ce livre propose un survol de l'histoire et des structures de l'économie américaine qui éclaire les problèmes auxquels elle est aujourd'hui confrontée.

    Sur commande
  • Les fonctions de la finance sont souvent méconnues. L'idéologie libérale en est largement responsable : elle a fait croire qu'en laissant la finance à elle-même nos économies seraient dotées de mécanismes capables d'allouer au mieux l'épargne qui s'y dégage. La dernière crise financière a provoqué, sur ce point, le début d'une prise de conscience. Elle est cependant loin d'avoir conduit à une meilleure compréhension du rôle des institutions financières : pour beaucoup, la finance reste plus une ennemie qu'il faut combattre qu'un instrument dont il faut apprendre à se servir. Ses institutions, qui émettent et font circuler la monnaie, ont pourtant pour l'économie réelle une importance qu'il est dangereux de négliger : l'allocation de l'épargne, mais aussi le niveau de l'activité et le rythme de la croissance en dépendent.
    Cet ouvrage analyse le lien étroit entre monnaie, finance et économie réelle et montre pourquoi l'existence aujourd'hui d'un potentiel d'épargne important, au lieu d'être une opportunité pour l'économie mondiale, fait peser sur elle le risque d'une « stagnation séculaire ».

  • Quels sont les risques pris par les États des pays développés, mais aussi les marges de manoeuvre ? Dans quelle mesure une meilleure coordination des politiques économiques permettrait-elle d'élargir ces marges et de réduire ces risques ? Une synthèse informée en forme d'essai sur le glissement de la crise financière à celle des dettes souveraines. Deuxième édition mise à jour et actualisée en 2013.

    Indisponible
  • Sur commande
  • Sur commande
empty