• Solveig, 16 ans, n'a rien d'une fille « girly ». Dans le journal intime qu'elle a commencé, elle ne compte pas s'étendre en ragots. C'est sa rencontre avec un garçon - un garçon si spécial qu'elle l'a surnommé « le Monde » - qui a déclenché chez elle ce désir d'écrire. Fille d'un homme veuf un peu volage (papillon, donc !), elle apprend peu à peu, à force d'erreurs et de crises, à savoir quelle femme elle va devenir.

    Sur commande
  • Big big boss

    Anne Mulpas

    Gavin entre en « 6ème inclusion » dans un collège « normal ». Ils sont cinq parmi les élèves de son institut thérapeuthique à avoir été sélectionnés pour cette rentrée particulière. Mais il n'est pas facile pour Gavin de se faire à ce nouvel environnement plein de contraintes. S'il tente tant bien que mal de déverser ses problèmes dans son « cahier d'humeurs », cela ne le soulage pas toujours. Parfois, il est vraiment impossible de ne pas faire de bêtises... Heureusement, il y a Andréa -la professeure référente du petit groupe - pour l'accompagner et le révéler à lui-même grâce au dessin et à la poésie. Gavin le big big boss est content d'être enfin un « normal » hors norme !

  • Il n'y a pas d'ange

    Anne Mulpas

    L'ange en est sûr : les mots peuvent sauver.
    Pour empêcher la jeune l. de commettre le pire, il fait appel à une étrange régie, qui projette ses souvenirs sous forme d'"archives mentales". à elle de les commenter, de les revivre, et de composer un autre tableau à partir des morceaux épars de sa vie. malgré les petits "couacs" en régie, l'ange persévère, fait revivre les moments joyeux ou pénibles, donne à entendre les paroles des proches. lui au moins ne la lâchera pas.

    Sur commande
  • La fille du papillon

    Anne Mulpas

    et voilà comment solveig a décidé de débuter un journal intime.
    mais attention : le " girly ", les ragots et les jérémiades, c'est pas son style. alors, pourquoi s'y mettre ? entre autres choses, à cause d'un garçon si spécial qu'elle l'a surnommé " le monde ", de son père, veuf et volage - papillon, donc ; de son amitié trouble avec la ni... non, solveig ne manque pas de bonnes raisons de
    commencer un journal... ni de fantaisie pour le remplir !

  • L'écriture d'Anne Mulpas est liée aux origines, à la voix. Elle explore, dépasse l'idée de genre et tente de considérer l'écriture comme un laboratoire d'expérimentations. Un matériau vivant.

    Sur commande
  • Web-dreamer

    Anne Mulpas

    Mathis a un vrai problème avec la communication.
    Au lycée, les autres le terrifient, et les mots lui font défaut : on le surnomme « Oui-Non ». Un jour, il surfe sur Internet quand l'interface devient? vivante. Elle l'appelle ! Il la suit, et passe de l'autre côté de la toile, pour un périple onirique au pays des merveilles virtuelles. Tout au long de sa quête, un mystérieux webdreamer veille sur lui. Qui est-il ? Réponse dans ce roman labyrinthique et cybernaute, dont les chemins mènent aussi vers un blog truffé de séquences-bonus, poèmes, chansons, vidéos.
    Rendez-vous sur : webdreamer-overblog.com !

  • La nue

    Anne Mulpas

    Sur commande
  • Ecophanies - anne mulpas

    Anne Mulpas

    Sur commande
  • 7+1 poèmes du creux de l'être.
    Du parler bête : méduse, punaise, chouette...
    Du devenir.
    7+1 voix faisant l'éloge de « la raison en feu ».
    7+1 déclarations d'amour à la folie.
    Qui triturent, bousculent, irritent la langue.
    - ce vivier, ce territoire -.
    En un jeu, une fuite autant qu'une lutte.
    Puisque « créer, c'est résister ».
    Toujours.

    Sur commande
  • Koré-no

    ,

    Kore-no est l'enfant hirondelle qui se nourrit de graines, l'enfant orphelin seul dans un monde immense.
    Mais koré-no est aussi un rêveur, à la fois fragile et résistant. koré-no est inspiré par le sort des orphelins coréens, mais au-delà, ce livre est pour tous les enfants dont la nuit est peuplée d'ombres. c'est miss nocti qui le dit : la nuit est un poème qui protège les petits.

    Sur commande
  • Délicate et colorée, la balade d'une fillette qui choisit de prendre sa vie du côté buissonnier : «Toute la journée, je regarde droit devant.
    Droit devant le visage de maman. Droit devant, le chemin de l'école. Mais un jour, j'en ai eu assez. Mes yeux ont eu envie d'aller promener. Juste à côté?».

empty