• Sexy summer

    Alet Mathilde

    Juliette souffre de la « maladie des ondes ». Raison de son déménagement au coeur d'une zone blanche de Belgique. Fille de la ville, que va-t-il lui arriver dans ces paysages plats et mornes où la violence couve autant que l'humanité ? L'étrangeté des campagnes belges forme le décor de ce roman âpre, l'histoire d'une jeune fille dont les rêves se heurtent à la difficulté de grandir.

  • Mon lapin

    Mathilde Alet

    Ma ville natale, c'est l'appartement de Papy Louis. Rien n'a vraiment changé, dans la ville d'enfance de Gabrielle. Ni les balançoires violettes du Jardin des Plantes ni le parfum Chèvrefeuille de sa mère ni les questions qu'elle n'ose poser qu'à sa grande soeur Clara. Un soleil tapageur à la sortie de la messe, un rassemblement autour d'un buffet campagnard, un enterrement est une fête de famille comme les autres. On cause peu et on ne s'enlace pas. Gabrielle préfère parler dans sa tête. Là, la route vers le cimetière ressemble à un départ en vacances, et l'ancien employé de son grand-père, à James Dean. Là, surgissent des moments de vie passée aux airs de rien un Noël, un croche-pied, un repas à la pizzeria, une photographie en noir et blanc, comme s'ils avaient quelque chose d'important à raconter ensemble ce jour-là. Rien n'a vraiment changé, sauf qu'aujourd'hui on enterre Papy Louis. Et un enterrement, c'est un jour idéal pour apprendre à crier. Ou pour tomber amoureuse.

empty