• Autres avancées

    Pierre-Alain Tâche

    Suffit-il de questionner le monde pour répondre à la montée de la nuit ? D'une terrasse vénitienne, Pierre- Alain Tâche observe un homme en contrebas : Il est en marche et sait habiter, où qu'il soit, un espace immobile et pourtant frémissant. La force de la poésie ne résidet- elle pas dans cette capacité à tenir les contraires et leur secret, dans cette éternité que le poème confère à l'instant ?

  • Je le sais maintenant, de manière certaine, pour avoir lu Follain : le "secret" n'est jamais qu'effleuré, deviné dans la diffraction de ses reflets innombrables. Il est présent sous l'apparence, mais il est, lui aussi, inatteignable et devrait le rester, quoi que nous fassions. Pour avoir pris conscience de cela, je sais qu'il me faudra faire avec un manque qui redessine constamment ses contours. Non que j'aie été soudain admis à un ordre de réalités qui me seraient, jusqu'alors, demeurées étrangères (car j'avais déjà compris que le monde est trop grand pour ma parole et que la poésie est dès lors vouée à ne jamais atteindre le foyer de ce qui, pourtant, l'anime) ; mais bien parce que le poème auquel j'ai emprunté les deux premières lignes de ce livre a un jour formulé, d'une manière qui me sembla tout à la fois inattendue et adéquate, la question que je portais en moi sans l'avoir jamais formulée et à laquelle j'étais à mon tour sommé de répondre.

    Sur commande
  • Sur commande
  • L'ombre d'Hélène

    Pierre-Alain Tâche

    • Zoe
    • 6 Mars 2015

    L'Ombre d'Hélène est une minutieuse élucidation du cheminement créatif lié à la relation incessante de Pierre-Alain Tâche à Hélène, personnage romanesque de Pierre Jean Jouve qu'il admire passionnément.
    Au fil d'un texte à la fois introspectif et manifeste poétique, l'essayiste parcourt les étapes qui ont scandé ses échanges avec cet être imaginaire : sont examinés tour à tour son lieu d'origine, son statut sexué, sa dimension mythique, son existence comme métaphore de l'écriture poétique.
    Enfin, Tâche ne pouvait que ponctuer son ouvrage par une invitation à la découverte de ses derniers poèmes appelés par la figure sacrée d'Hélène. Le recueil La fausse Morte se lit avec bonheur, en écho avec l'essai foisonnant qui précède.

    Sur commande
  • " Je n'ai pas prétention de savoir ce qu'est la voie ; et moins encore où elle va : c'est elle qui conduit la quête, et qui la suit fait abandon de tout désir qui lui soit étranger ".
    Tel est l'aveu, telle est la règle, qui conduisent ici le poète, d'expériences vécues en récits qui ne disent pas leur nom, jusqu'aux lisières de la prose.

    Sur commande
  • Peinture et poésie ont toujours eu partie liée. Un poète nous dit ici ce que l'art représente pour lui, ce qu'il lui apporte, ce qu'il lui refuse. L'auteur fait aussi écho à la fascination exercée par les oeuvres de quatre peintres : Jean-Paul Berger, Miklos Bokor, Claude Garache et Alexandre Hollan. Les textes ou les poèmes qu'il leur consacre constituent une réponse sans fin tentée aux interrogations, mais aussi aux émotions qu'elles n'ont pas manqué de susciter, dans la proximité de l'expérience poétique. Une lecture de deux tableaux d'un autre siècle, l'un de Charles Gleyre, l'autre d'Émile David, et une réflexion sur l'art contemporain complètent le présent ouvrage. Elles en cernent la raison d'être et les enjeux.

    Sur commande
  • Regard tout ensemble amusé et généreux, dans cette suite de poèmes en prose entièrement redevable aux « escapades » françaises de l'auteur ; ces petits poèmes vont parfois jusqu'à la limite d'infimes nouvelles : tout un paysage (lieux et réflexion, choses et âme) est traversé par l'idée qu'une vie soit aussi, sans orientation connue d'avance, un récit ou une succession de récits dont le personnage principal est l'être au monde. C'est ainsi - le titre nous en prévient dans son équivocité amusée - que « la quête continue » ; rarement un poète aura su dire avec une telle simplicité que l'oeuvre se poursuit aussi naturellement que ce qui la motive : le recueil lui-même est le résultat et la preuve de ce mouvement incessant, toujours reconduit comme une « tâche » naturelle, au terme d'un art aussi consommé que discret. Dans ce qui apparaîtra comme le couronnement d'une oeuvre abondante, maintes fois saluée (Prix Kowalski 2010 pour un recueil précédent paru aux même éditions), Pierre-Alain Tâche sait mêler la réalité de l'émotion à l'humour du conteur, la profondeur et l'exigence de l'expérience à la virtuosité formelle, sans rien qui pèse ou qui pose, en une sorte de sourire flottant sur les possibilités mêmes de la poésie.

    Sur commande
  • On sait la poésie de Pierre-Alain Tâche sensible et fidèle au lieu. Elle y recense l'être dans ses rumeurs et ses signes, le monde dans sa présence. Pour tenter d'en dire et d'en saluer, malgré tout et jusqu'en ses états les plus infimes, les plus humbles, la beauté. Au cours des deux dernières décennies, l'ailleurs aura généreusement nourri le projet poétique de l'auteur. Or, voici que Tâche, dans ce recueil, éprouve le besoin de renouer, une fois encore, avec l'ici ; avec ce proche où il constate, en redoublant d'écoute et d'attention, que la quête aux confins y fut rendue possible pour y avoir, un jour, commencé. Alors," Il n'y a pas de perte sinon celle que l'unité de l'Un suscite entre les mots épars. Il n'est pas d'Arcadie à chercher. Et s'il est place pour l'ailleurs, qu'il soit cette roche ou cet arbre où l'enfant que tu es encore te montre le chemin de l'être et te dissuade de nommer."

    Sur commande
  • L´oeuvre de Charles-Albert Cingria se nourrit d´un monde infiniment varié et d´une pensée protéiforme, qui font qu´elle échappe à toute catégorie. Elle s´en révèle d´autant plus propice aux études, aux gloses, aux témoignages. Tels ceux de Pierre-Alain Tâche qui nous en donne ici trois vues singulières. La première restaure la perspective du contexte dans lequel il découvre, au début des années soixante, un écrivain doublé d´un personnage truculent qui tranche absolument avec le ton et la manière des lettres romandes. La deuxième laisse entrevoir quelques motifs jubilatoires d´une adhésion aux livres. Quant à la dernière, elle lève le voile, sous forme d´un récit, sur les surprenants effets d´un long compagnonnage littéraire.

    Sur commande
  • Champ libre inaugure la publication des notes de carnet prises, à compter de 1968, par Pierre-Alain Tâche. Elles témoignent de son appartenance au monde, de ses intérêts artistiques et des rencontres qui l´auront marqué, retraçant, du même coup, un chemin de vie. Marion Graf, qui en fut la première lectrice, nous en avertit: «Parcourir ces carnets, c´est entrer dans le parcours intellectuel du poète, accéder à une dimension interrogative, souterraine, de son travail: adhésion ou résistance à des lectures, notations qui marquent une distance, où se décantent des choses vues et entendues, au cours de voyages, souvent parfois, la stupeur éprouvée devant des paysages marins ou alpins.» Et c´est ainsi que de fragments en références s´esquisse le portrait intime d´un auteur confirmé à redécouvrir.

    Sur commande
  • Une des plus anciennes mélodies d'Europe originaire du Portugal, la Folia, a connu son apogée d'abord en Espagne au XVIe siècle puis sur tout le continent. De nombreux musiciens s'en sont inspirés pour des variations célèbres, dont Corelli et Marin Marais.
    Dans ce livre d'un poète qui pour la première fois écrit en prose, L'Air des hautbois agit comme un souvenir premier. Cette musique peut surgir n'importe où, dans la chapelle d'un village valaisan, au milieu d'un vignoble de la plaine du Rhône, au Pavillon Vendôme d'Aix-en-Provence lors d'un "distingué congrès de psychanalystes" où le hasard a conduit l'écrivain. Y a-t-il une relation entre la Folia et la folie ?
    L'art de ce livre est de ne pas répondre mais de raconter l'histoire d'une mélodie qui a inspiré plus de cent musiciens tout en faisant vibrer l'univers intime d'un écrivain, comme si celui-ci cheminait avec son ami lecteur, échangeant avec lui ses goûts sur la littérature, la musique, les villes et la nature.

    Sur commande
  • Grand format 8.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • L'idée contre l'image

    Pierre-Alain Tâche

    • Zoe
    • 28 Février 2013

    Le discours est entré dans l'art comme un ver dans le fruit. Tel est le constat de ce livre. Passionné d'art, l'auteur parcourt l'Europe, depuis toujours, pour suivre les expositions, notamment en matière d'art contemporain. Le regard qu'il porte sur ce qu'il voit reste celui d'un amateur - et il tient à ce statut, souhaitant rester capable de comprendre l'oeuvre en tant que ce qu'il est : un dilettante. Or, de plus en plus souvent, il se trouve confronté à des oeuvres dont il faut avoir lu l'argumentaire pour espérer les voir vraiment et, peut-être, les comprendre. Le livre expose ainsi le désarroi grandissant d'un amateur d'art qui, avec beaucoup de ses contemporains, s'épuise à le rester, puis définit ce qui pourrait être comme le refuge d'une espérance et de sa passion.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Reliques

    Pierre-Alain Tâche

    • Dogana
    • 1 Mai 1998
    Sur commande
  • Sur commande
  • Grand format 10.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Sur commande
  • ROUSSAN

    ,

    Sur commande
empty