• De la lecture de ce livre, se dégage une odeur nauséabonde de la « révolution du jasmin ». Et si cette révolution n'aurait été qu'une vaste escroquerie politico-médiatique, et le « printemps arabe », qu'un remake du Grand Moyen- Orient cher aux néoconservateurs américains ? Avec une analyse argumentée, l'auteur réfute la spontanéité de cette révolution dont l'effet domino sur l'Egypte, la Libye, le Yémen et la Syrie a été si rapide qu'il suscite nombreuses interrogations. La révolte sociale a été déguisée. L'auteur accuse l'Administration américaine d'en être la principale instigatrice. La machination contre la Tunisie au nom de la démocratie, relève d'un plan stratégique américain qui a été établi dès l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche et qui devait servir un plan géopolitique beaucoup plus vaste. Grâce à cette brèche ouverte par une révolution à laquelle ils n'auraient pas pris part, les mouvements islamistes sont revenus en force alors que leur influence était en décrue. Non sans audace intellectuelle et courage politique, Mezri Haddad est le premier auteur à rompre le mur du silence en révélant la face cachée de la « révolution 2.0 ». Plus troublant et plus grave encore, il dresse la liste des différentes ONG-écran, toutes tributaires de la CIA, qui ont formaté et manipulé un certain nombre d'inter- nautes tunisiens. L'auteur tire la sonnette d'alarme sur un monde arabe plus que jamais fragilisé et exposé aux appétits boulimiques des « néo-colonialistes », avec leur cheval de Troie : l'Etat du Qatar, qui voit dans ce changement géopolitique, l'opportunité d'imposer son idéologie wahhabite, et non ce printemps démocratique que les peuples arabes attendent depuis des décades. Livre pré- curseur et visionnaire ? Seule l'histoire pourra en juger.

empty