Editions Maia

  • Ces «?CRIS?» exprimés par l'une des plus jeunes survivantes de l'enfer de la Shoah en terre polonaise, rappellent que la haine détruit plus que tous les autres désastres naturels. Ces sont les gens ordinaires qui participent aux génocides en tant que soldats, policiers ou voisins guidés et encouragés par leurs leaders nationaux, revanchards et motivés par la vanité et l'appât du gain. L'auteur qui a subi les effets de la haine du Juif, en perdant toute sa famille, postule la transmission épigénetique de l'antisémitisme populaire.
    Les gens ne sont pas instruits par ceux qui écrivent l'histoire de la Shoah, mais par les «?gangsters de l'âme?» conditionnés à obéir à l'ordre du plus fort et par des «?clowns qui crachent?» les slogans antisémites en toute occasion.
    Dans cet essai autobiographique sous la forme du dialogue socratique, Guta Tyrangiel Benezra, recherche le sens de sa survie et de son «?héritage juif?».

    Sur commande
empty