• Albert Black

    Fiona Kidman

    Le nouveau roman de Fiona Kidman s'ouvre en octobre 1955, le premier jour du procès d'Albert Black à la Cour suprême d'Auckland : arrivé en Nouvelle-Zélande deux ans auparavant, ce jeune Irlandais du Nord, âgé de vingt ans à peine, est accusé du meurtre d'un garçon également immigré de fraîche date, à l'occasion d'une rixe dans un bar. Moins de cinq mois plus tard, il sera pendu, devenant ainsi l'avant-dernier condamné à mort du pays.
    S'inspirant de ce fait divers tragique, qui bouleversa le pays, Fiona Kidman s'interroge sur ce qui s'est réellement passé : remontant le fil des événements, elle enquête sur les circonstances du drame - crime passionnel ? légitime défense ? - mais aussi sur la personnalité d'Albert « Paddy » Black, gentil gamin jouant aux billes sur Sandy Row et dont la mère n'a que des souvenirs heureux, mais que les circonstances économiques ont chassé de Belfast dans l'espoir d'une vie meilleure.
    Avec son copain Peter, rencontré sur le bateau, il posait des câbles pour le ministère des Postes et Télégraphes dans la vallée de la Hutt. Fatigués de vivre dans des cabanes rudimentaires, tous deux convainquent Rose, une jeune veuve vivant seule avec ses enfants, de les prendre en pension. Paddy trouve là un deuxième foyer, mais parce qu'il aime s'amuser, aller au bal et séduire les filles, il finit par tenter sa chance à Auckland, où les chantiers embauchent.
    Fiona Kidman met en lumière avec beaucoup de finesse le contexte de l'époque : la peine de mort venait d'être rétablie, et le Premier ministre de publier un rapport sur les moeurs adolescentes dans le pays. Or la vallée de la Hutt passait pour l'endroit où le vice avait pris naissance... notamment à cause de l'arrivée de nombreux étrangers.
    C'est peu dire que la généreuse Rose fut l'objet de commérages pour avoir accueilli chez elle deux d'entre eux.
    Le roman, qui conjugue retours vers le passé, scènes du procès et évocations du quotidien de Paddy dans sa cellule, donne le sentiment poignant, et cela dès les premiers chapitres, que le sort de l'accusé est déjà scellé : le procureur général, comme la plupart des jurés, semble l'avoir condamné avant même que tombe le verdict, rendant impossible toute velléité de lui offrir les moyens de se défendre. Sa propre mère, qui avait pourtant désespérément entrepris de réunir l'argent du voyage, s'était vu fermement signifier que ce serait en vain.
    Même si le directeur de la prison lui montre un peu de compassion, Paddy comprend au fil des jours l'étendue de sa solitude dans ce pays où il s'était rêvé un avenir. Ce sont pourtant sa bonté, son calme et son humour qui irradient dans les pages que lui consacre Fiona Kidman.
    Ses dernières paroles - « Je vous souhaite un joyeux Noël, messieurs, et une Nouvelle Année prospère » - en sont la trace douce-amère.
    Ce livre saisissant résonne de manière particulièrement contemporaine : il met en effet en cause, à travers un fait survenu dans les années cinquante, les mécanismes, devenus hélas si familiers, à l'oeuvre dans le rejet de l'autre.

  • Jeune veuve de guerre, Irene Sandle quitte Wellington en 1952 avec sa petite fille, Jessie, pour travailler dans les champs de tabac. Mais le nouveau départ tourne au cauchemar quand elle épouse l'inquiétant gérant de l'exploitation, Jock Pawson, une décision tragique qui pèsera sur toute sa descendance.

    Dans cette éblouissante saga, les femmes, fortes et attachantes, menant de front combats intimes et politiques, donnent matière à d'inoubliables portraits.

  • Enfant, juchée sur sa balançoire, elle voulait déjà s'envoler plus haut. Promise à un destin de pianiste, Jean Batten ne rêve que d'avions. Avec l'aide de sa mère, elle prend des leçons de pilotage en cachette et devient une aviatrice célèbre dans les années 1930. Surnommée la « Garbo des airs », téméraire et infatigable, elle enchaîne les records. D'Angleterre en Australie, de la gloire à l'oubli...

    Sur commande
  • Pour s'être rebellée contre sa mère et avoir vécu sa passion avec un cantonnier, Maria est mise au ban de sa communauté. Et depuis plus de 50 ans, elle vit seule et recluse, dans la vieille maison de famille délabrée. La découverte d'un journal tenu par sa grand-mère, va changer le cours de sa morne existence et la plonger au coeur d'une insoupçonnable histoire familiale. Bien loin du portrait de diablesse dépeint par sa mère, elle entrevoit une femme téméraire et indépendante qui, pour exister dans une communauté masculine et rétrograde, n'avait eu d'autre choix que d'en contourner les préceptes. Ne serait-ce pas là sa propre histoire ?

    Née en Nouvelle-Zélande en 1940, Fiona Kidman a publié plus de vingt livres récompensés par de nombreux prix. Elle est notamment l'auteur de Rescapée, disponible en Points.

  • L'exquise Betty, quatorze ans à peine, est de retour à Sydney après des mois de captivité chez les Maori. Bientôt, la société australienne bien-pensante du XIXe siècle est secouée par la rumeur. À quoi Betty doit-elle sa survie ? Aurait-elle mis en cause l'honneur de son mari ? La réponse tient en une confession à plusieurs voix, inspirée de faits réels.

    Indisponible
  • Les nouvelles de Fiona Kidman sont denses, efficaces, pétries d'intelligence humaine. Puisant son inspiration dans la réalité de la Nouvelle-Zélande où elle vit, Fiona Kidman évoque avec la simplicité et le naturel que lui donne sa remarquable maîtrise de l'écriture le destin d'êtres ordinaires. Qu'elle évoque les couples qui se forment, les vies refaites, les rendez-vous amoureux, le sexe au bureau, les mariages arrangés ou les avortements en Australie (interdits en Nouvelle-Zélande), elle parvient immanquablement à suggérer la complexité sous les apparences.
    Au point d'entretenir, au fil des trois nouvelles centrales de ce recueil, le mystère de la disparition d'une jeune femme contrainte d'épouser un fermier du Nord en mal de main d'oeuvre. La cocasserie affleure parfois, comme dans Préservation, où il est question d'une robe empruntée pour une circonstance très particulière et restituée avec une étrange odeur de formol. Ces onze textes, impeccablement construits dans la plus belle tradition du genre, révèlent aux lecteurs français une nouvelliste chevronnée.

    Sur commande
empty