• Beloved

    Toni Morrison

    Le 124 tait habit de malveillance. Imprgn de la maldiction d'un bb... Bluestone Road, prs de Cincinnatti, vers 1870, les meubles volent, la lumire allume au sol des flaques de sang, des gteaux sortent du four marqus de l'empreinte d'une petite main de bb. Dix-huit ans aprs son acte de violence et d'amour maternel, Sethe, l'ancienne esclave, et les siens, sont encore marqus par le souvenir de la petite fille de deux ans qu'elle a gorge. Jusqu'au jour o une inconnue, Beloved, arrive mystrieusement au 124, donne enfin cette mre hors-la-loi la possibilit d'exorciser son pass. Parce que pour ceux qui ont tout perdu, la rdemption ne vient pas du souvenir, mais de l'oubli. Ce roman aux rsonnances de tragdie grecque, au style d'une flamboyante beaut lyrique, a reu en 1988 le prix Pulitzer.

  • Après une grave maladie, Liam, 15 ans, est envoyé en convalescence dans un manoir isolé. Cette maison de repos, où il n'y a ni téléphone ni électricité, semble aussi abriter une section psychiatrique. En effet, l'un des pensionnaires se prend pour Léonidas, roi de Sparte ; un autre pour un pirate ; une jeune fille s'habille comme au Moyen Âge et une autre comme au XIXe siècle. Enfin, Liam apprend que des malades dangereux sont enfermés dans une pièce secrète de la maison. Il cherche à s'enfuir du Manoir, sans succès. Il renonce finalement à ce projet, d'autant qu'il a sympathisé avec Cléa, une jeune fille de son âge, qui semble profondément triste, mais saine d'esprit. Peu à peu, Liam va comprendre que tous ces pensionnaires sont morts, qu'ils sont des fantômes. Chacun doit régler un problème avant de pouvoir partir dans l'au-delà. Un jour, Liam découvre dans le bureau du directeur du Manoir une "carte d'éternité". Sur cet écran géant, on voit en temps réel ce qui se passe dans le monde des vivants. Liam est le seul à pouvoir remonter le temps en agissant sur cette carte. Il va ainsi aider plusieurs pensionnaires à résoudre le problème qui les retient au Manoir...

  • Des tombes ouvertes, des reliques qui disparaissent...La nonne qui hante le nouveau domicile d'Adamsberg serait-elle à l'origine de ces étranges phénomènes?
    Dans cette enquête du commissaire Adamsberg, un double-meurtre à Paris va le conduire entre la Normandie, et le Béarn, terre d'origine du commissaire : une occasion pour le lecteur de connaître mieux une face cachée de celui-ci. Le meurtre conduira, sous sa direction comme toujours improbable mais efficace, sur les traces d'un breuvage d'immortalité et du phénomène de dédoublement de la personnalité.

  • Désormais consciente qu'elle est un fantôme, Cléa doit découvrir le problème qui la retient au Manoir et l'empêche de passer dans l'au-delà. Liam, très amoureux d'elle, de partir. Un jour, un bruit étrange retentit dans les étages, et Léonidas découvre qu'un mystérieux escalier est apparu, menant à une porte qui donne sur le grenier autrefois inaccessible. Très vite, la vérité s'impose : les fantômes gris, êtres malfaisants qui étaient enfermés au sous-sol, ont pris possession des combles. Les événements se précipitent alors au manoir : il faut apprendre à combattre les fantômes gris, accueillir un jeune pensionnaire de six ans accompagné d'un chien, venir en aide à Emmerance, morte depuis plusieurs siècles, découvrir des secrets enfouis... Quant à Cléa, jour après jour, un bruit, une odeur, une image l'amènent à se souvenir de l'agression qui lui a coûté la vie.

  • Édition enrichie d'Yves Bonnefoy comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. HAMLET Voici l'heure sinistre de la nuit, L'heure des tombes qui s'ouvrent, celle où l'enfer Souffle au-dehors sa peste sur le monde. Maintenant je pourrais boire le sang chaud Et faire ce travail funeste que le jour Frissonnerait de voir... Mais, paix ! D'abord ma mère. Oh, n'oublie pas, mon coeur, qui elle est. Que jamais Une âme de Néron ne hante ta vigueur! Sois féroce mais non dénaturé. Mes mots seuls la poignarderont ; c'est en cela Que mon âme et ma voix seront hypocrites ; Mon âme! aussi cinglantes soient mes paroles, Ne consens pas à les marquer du sceau des actes! (Acte III, scène II).

  • Jamais le manoir n'a connu une telle activité : deux nouveaux en deux jours ! Alisande, une ravissante jeune fille blonde, est arrivée par barque. Nul ne sait d'où elle vient. Toutefois, elle croit se souvenir d'un incendie et ressent une immense culpabilité. Des indices suffisants pour que Liam ait envie d'entamer une enquête. L'autre nouveau venu, Désiré, semble moins tourmenté. Il a toujours le sourire aux lèvres et sait se faire apprécier de tous. Après les avoir accueillis, le docteur Roy attribue à chacun d'eux une chambre à l'étage du manoir - celui des fantômes blancs - où ils vivront avec les autres pensionnaires. Pourtant...

  • Et si votre téléphone devenait votre pire ennemi ?
    Lorsque Romane reçoit son premier smartphone, son meilleur ami Orphée s'empresse de lui installer UbiK, le réseau social dont tout le monde parle. Mais aussitôt, la vie de la jeune fille est bouleversée : elle fait des cauchemars terrifiants, ses proches sont comme possédés, et elle-même semble agir contre sa volonté. Se pourrait-il que l'application soit... hantée ? Décidés à mener l'enquête, Romane et Orphée s'embarquent dans la plus glaçante et inquiétante des aventures !

  • Jamais le manoir n'a connu une telle activité : deux nouveaux en deux jours ! Alisande, une ravissante jeune fille blonde, est arrivée par barque. Nul ne sait d'où elle vient. Toutefois, elle croit se souvenir d'un incendie et ressent une immense culpabilité. Des indices suffisants pour que Liam ait envie d'entamer une enquête. L'autre nouveau venu, Désiré, semble moins tourmenté. Il a toujours le sourire aux lèvres et sait se faire apprécier de tous. Après les avoir accueillis, le docteur Roy attribue à chacun d'eux une chambre à l'étage du manoir - celui des fantômes blancs - où ils vivront avec les autres pensionnaires. Pourtant...

  • Côme et le fantôme Nouv.

    Une amitié improbable entre un petit garçon malicieux et un fantôme loufoque !
    À 8 ans, Côme doit gérer un déménagement précipité, une nouvelle école en cours d'année, une petite soeur envahissante, des parents farfelus et... un majordome vieux de 180 ans ! Farragut hante le manoir de La Châtaigneraie depuis un peu plus d'un siècle et c'est bien la première fois qu'il rencontre quelqu'un capable de le voir et de lui parler. Le choc est aussi grand pour lui que pour Côme, qui finit par se lier d'amitié avec cet étrange fantôme, fan d'histoires d'horreur et de ménage !

  • Les invisibles de Fougeret : l'histoire du château le plus hanté de France Nouv.

    Laissez-moi vous raconter une histoire aussi incroyable que réelle.
    Lorsque j'ai entraîné ma famille dans l'acquisition et la restauration d'un château abandonné, j'ignorais qu'il était encore habité par ses anciens occupants. Si au début les voix, silhouettes, coups dans les murs et manifestations physiques étranges nous laissaient perplexes, nous avons appris à les connaître, à les comprendre et, pour certains, à les craindre.
    Mais loin des clichés sur les maisons hantées, les invisibles de Fougeret nous ont surtout fait grandir. Si nous voulions nous en sortir vivants, il fallait ouvrir notre esprit aux esprits du lieu.

  • Et si Baudelaire revenait parmi nous ? S'il flânait de nouveau dans nos ruelles ? En l'occurrence à Paris, comme en son temps. Dans ce récit haletant, Baudelaire resurgit sous la forme, non du dandy qu'il incarna jadis, mais du vagabond, misérable hère qui assiste, affalé sur le bitume, à la valse de nos contemporains et essuie leur mépris. Lui qui redoutait tant de se sentir inférieur à ceux qu'il dédaignait, le voici hué, puis bientôt hissé à la tête d'une parade de zombis avant de connaître le destin d'une âme suppliciée. Par vagues réminiscences, lui parvient le souvenir de son être passé et de son oeuvre. "La rue assourdissante autour de moi hurlait", écrivait-il jadis dans son poème À une passante.

    Anthropologue, Eric Chauvier est né en 1971. Il a déjà publié, aux éditions Allia, Anthropologie (2006), Si l'enfant ne réagit pas (2008), Que du bonheur, La Crise commence où finit le langage (2009), Contre Télérama (2011), Somaland (2012), Les Mots sans les choses (2014) et Les Nouvelles Métropoles du désir (2016).

  • Il y a un intrus sur la photo...
    Il se passe des choses étranges au collège de Victor et Leïla : des voix dans les murs, des créatures terrifiantes qui rôdent dans les couloirs une fois la nuit tombée... Et ce n'est pas tout : un garçon que personne ne connaît est apparu sur leur photo de classe ! Décidés à découvrir ce qui se trame, les deux amis vont devoir affronter leurs plus grandes peurs !

  • Comme toutes les aventures de l'inquisiteur, les fils narratifs s'entrelacent habilement à travers trois périodes pour constituer une même trame par-delà les siècles.

    1378. Évadé de la prison dans laquelle le roi d'Aragon l'avait fait enfermer, Eymerich arrive à Rome, où le pape Grégoire XI a transféré le siège pontifical. Grégoire est en train de mourir et la discorde qui aboutira au Grand Schisme d'Occident s'installe autour de lui. L'inquisiteur se rend compte que les querelles entre cardinaux cachent tout autre chose?: un culte païen oublié est sorti de l'oubli et a contaminé le haut clergé.

    À une époque plus proche de la nôtre, dans le futur, la République libertaire de Catalogne est le seul État européen resté neutre dans un conflit mondial dévastateur. Le physicien Marcus Frullifer et ses théories capables de bouleverser notre notion de temps y trouvent refuge. La Catalogne n'est pas l'État parfait qu'il imaginait, mais il parvient quand même à construire l'astronef Malpertuis, mû par des forces psychiques - qui apparaît dans le premier roman du cycle (Nicolas Eymerich, inquisiteur).

    Dans un futur lointain, sur une autre planète, l'humanité évolue vers quelque chose d'autre. Elle franchit les limites physiques établies dans le passé et s'approche du point Oméga, l'extrémité de l'univers imaginée entre autres par le jésuite Teilhard de Chardin. Un mystérieux Magister régule le dernier soupir du genre humain. Mais est-ce vraiment le dernier, dans un cosmos spiraliforme??

    Une conclusion astronomique des aventures de cet inquisiteur honni, dans laquelle N. Eymerich rencontre son fantôme, son double, ou une autre version de lui-même.

  • Sixième jour de l'Armada 2008. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen ! Un meurtre... huit millions de témoins. Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ? Une implacable machination... qui prend en otage huit millions de touristes. Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine. L'histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant bien réelle, livre la clé de l'énigme. Les quais de Rouen, le cimetière de Villequier, les rues médiévales de Rouen, le marais Vernier... deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l'imagination. Un roman captivant vendu à 85000 exemplaires en 2015 ! EXTRAIT Le timide soleil du matin commençait à rougir l'horizon de la baie de Seine. Le jour se levait sur le Marais Vernier. Un mince brouillard s'échappait du fleuve vers les falaises de La Roque. La route ondulait comme un serpent d'argent dans ce paysage lunaire. Le 4 x 4, seul sur la route sinueuse, filait presque sans bruit sur la départementale. Quelques kilomètres avant le pont de Tancarville, il ralentit, puis tourna perpendiculairement, pour s'engager dans un étroit sentier de randonnée. Le chemin défoncé était bordé de chaque côté d'un large talus inondé, que ne parvenaient pas à drainer les rangées d'aulnes et de saules têtards. De part et d'autre du chemin s'étendaient d'étranges parcelles cultivées en lanières, planes et longues, de la route à la Seine. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE « Il n'y a pas que la trilogie Millénium dans le monde du suspense. Mourir sur seine est une sympathique révélation pour les amateurs d'intrigues à rebondissements, qui suivront avec gourmandise les aventures d'une journaliste futée sur les traces d'un serial killer. Le port de Rouen, au moment de la grande Armada, l'histoire des plus fameux pirates du XVIe siècle, les paysages romantiques des méandres de la Seine, contribuent à faire de ce polar un roman très complet. » - Anne Letouzé, L'Union. Journal l'Ardennais, Janvier 2009 A PROPOS DE L'AUTEUR Michel Bussi est l'un des auteurs de romans policiers les plus lus et les plus primés en France (il est notamment l'auteur de Un avion sans elle et Les nymphéas noirs). Ses romans, des page-turner sans surenchère de détails macabres, parviennent à faire la synthèse entre le meilleur de l'atmosphère des romans policiers populaires français et le rythme des romans à suspense américains. Et c'est ce que les lecteurs adorent...

  • Quatorze crocs

    Martín Solares

    Une enquête de la Brigade nocturne

    Paris, 1927. Dans une sombre ruelle du Marais, le cadavre d'un homme est découvert. Jusqu'ici, rien que de très normal pour les bas-fonds parisiens. Mais le corps a un aspect étrange... et porte des marques curieuses sur le cou...
    À crime extraordinaire, enquêteur extraordinaire : Pierre Le Noir, membre d'une division secrète de la police parisienne, se voit chargé de l'affaire. Pour résoudre ce cas, il devra croiser des migrants illégaux d'une nature étonnante, s'intéresser au paranormal, et frayer avec un groupe de jeunes artistes énervés, ces fameux surréalistes qui agitent Paris. Nul doute que cette histoire remettra en cause tout ce qu'il croyait savoir de la vie - et de la mort.
    /> Quatorze crocs joue sur tous les codes du roman policier et fantastique, et le lecteur joue avec lui : drôle, feuilletonnesque, bourré de références et d'allusions délicieusement anachroniques, il nous offre un grand plaisir de lecture.

  • Un roman loufoque et inquiétant où s'entremêlent solitude et folie douce.
    Damián Lobo, quarante ans, vit à Madrid dans une solitude extrême depuis qu'il a perdu son emploi. Sergio O'Kane, son ami imaginaire, est son seul confident.
    Un jour, afin de faire un cadeau à Sergio, Damián vole une épingle à cravate, puis fuit dans les dédales d'un marché d'antiquités et se cache dans une grosse armoire en chêne pour échapper aux vigiles. Avant qu'il puisse en sortir, le meuble est acheté et aussitôt livré dans la chambre de Lucía et Federico, où Damian s'installe en se calfeutrant dans l'armoire. S'il veille à ce que sa présence passe inaperçue, Damián reste néanmoins de longues heures à observer les membres de la famille et s'occupe des tâches ménagères. Très vite, il prend goût à sa nouvelle existence de bon génie utile et bienveillant, mais osera-t-il un jour révéler son existence et sortir de sa cachette ?
    " Une fable morale et politique, irradiée d'humour. "
    El País

  • «Personne ne sait comment le désert est entré dans la ville.» Ainsi commence «Luoes», la première des huit nouvelles de ce recueil?; «Luoes», anagramme de Séoul. Une anagramme qui révèle l'étrangeté qui habite ce livre polyphonique. L'une décide de refuser le vacarme du monde, l'autre urine «pour éteindre le feu qu'il y a au-dehors, en ville», l'un décide de fuguer, mais ne sait, à son retour, s'il n'a pas tout simplement rêvé, un autre vit dans une tour abandonnée et se nourrit des déchets de la ville. Ici, chacun - à moins que cela ne soit la même personne, au-delà des apparences - semble vivre en exil, entre l'enfance et l'âge adulte, incapable de communiquer avec le monde et les êtres qui l'entourent, et s'en remet à une perception exacerbée des images, des sons, des odeurs pour tenter d'échapper à un devenir fantomatique.

  • On découvre une diversité étourdissante dans ces contes fantastiques, dans ces mille et une histoire peuplées de renards et de fantômes, animées de prodiges, de maléfices et de métamorphoses, écrites par ce génial lettré du XVIIe siècle qui évoquerait plutôt pour nous un Hoffmann qu'un Grimm chinois.

  • La voix sombre

    Ryoko Sekiguchi

    "C'est un livre sur les voix, des voix enregistrées qui continuent d'émettre au présent, sur l'expérience de la perte et sur certaines ondes qui nous touchent."

  • Déménager dans un château perdu en Vendée ? Voilà bien une idée grotesque comme peuvent en avoir les parents... Lucie et Victor quittent leurs copains, le coeur lourd, mais vont bientôt rencontrer de mystérieux colocataires et chercher à découvrir en leur compagnie un secret farouchement gardé depuis plusieurs siècles.Au XXIe siècle, Fonteclose, le manoir du Général Charette, est racheté par un couple de restaurateurs parisiens et leurs enfants. Mais la demeure est déjà " habitée ".
    Depuis la Révolution française et la révolte des Vendéens, le Comte Erwan de Parenssay et sa famille sont prisonniers du domaine. Trois siècles pendant lesquels ils ont veillé sur le trésor de Charette, le plus célèbre de Vendée. Des caisses d'or que beaucoup cherchent encore.
    Mais cette fois, impossible pour le vieux Comte de faire fuir les nouveaux propriétaires du manoir !
    Le pouvoir des ondes a changé la donne... " Éternels " et " Intrus " doivent vivre ensemble et mener l'enquête sous l'oeil vigilant du Général !

  • À Buenos Aires, le soleil frappe fort sur l'immeuble en construction de la rue Bonifacio. En ce dernier jour de l'année, date initialement prévue de l'achèvement du chantier, les futurs propriétaires sont venus constater l'avancement des travaux. La famille Viñas, chargée de veiller à ce que personne ne pénètre dans le chantier, s'est précairement installée au dernier étage du bâtiment et s'apprête à célébrer le réveillon. Mais, traversant les étages et les cloisons, une bande de fantômes a également investi les murs. Des fantômes que les membres de la famille Viñas sont les seuls à pouvoir voir. Patri, la fille aînée, se lie particulièrement avec eux. Rongée d'incertitudes, peu en phase avec les humains qui l'entourent, préférera-t-elle la compagnie des fantômes à celle de sa famille pour fêter le passage à l'année nouvelle ?

  • Je m'appelle Anna Livia est le récit âpre, tendu entre noir et lumière telle une tragédie grecque, de l'irracontable, l'inceste. Deux voix - celle d'une femme depuis longtemps partie du domaine, la mère d'Elisabeta, qui questionne ; celle du serviteur Josefino qui revit la découverte, un matin, du corps suicidé de son maître -, et un silence hanté : « Ainsi c'était déjà là. C'était là avant que de se faire. Comme dérivant à la surface d'un rêve obscur. Avant même qu'elle ait pu penser. Un jour peut-être. » Sa mère l'appelle, par-delà la violence de sa propre histoire : celle d'une fille de la basse ville « achetée » par un riche propriétaire, et, sans un mot, arrachée à son enfance. Alors s'écrit ce qui n'a pu être dit ni pensé : « Son père, il est tout ce qu'elle sait et tout ce qu'elle possède, dans l'insondable nostalgie jamais apaisée du temps d'avant, de ce temps mystérieux, enfoui au plus profond, où elle vivait en quelqu'un d'autre, le temps de l'unité maintenant perdue. » Je m'appelle Anna Livia, Grasset, 1979, Gallimard, 1991.

  • "une histoire brève sans violence cache la désolation c'est du mauvais genre le courant doit parcourir le haut le bas retenons quelques fables disponibles on en fera vite ce que l'on voudra oui il règne sur la terre desséchée la faille impossible à écarter d'une seule main le pire peut arriver comment affronter les Égyptiens sacralisent couleur noire un rappel des crues fertilisantes du Nil." Jean-Jacques Viton

  • Sous le double regard de Vivian Maier et de Lorine Niedecker le poème est posé sur la table comme une caméra. Il tourne. Des personnages entrent. Des récits s'entremêlent où fiction et document tentent de rendre compte d'une plateforme hybride d'expériences. Ordinaire manière d'organiser le pessimisme en ce début de XXIe siècle.   L'annonce brutale de la mort de Chantal Akerman viendra tout autrement éclairer le décor mis en place et fera ressurgir le titre occulté, celui du premier long métrage de R.W. Fassbinder L'amour est plus froid que la mort.   La forme d'un film repose sur les scènes qui n'ont pas été tournées et qui doublent les autres. Par un simple déplacement, le sujet du lac devient celui de l'amour mort ou plus exactement mis à mort. Semblable au train, un titre peut en cacher un autre. Et avec lui un réservoir de souvenirs, leur amnésie.   Comment a-t-on survécu à un premier amour ?, serait alors la question.   En neuf photogrammes revisités dans le sublime film de Fassbinder (Héros du livre rejoignant les Dames du Lac) une tentative de réponse est apportée. Sur nous tous, le poème en sait plus long que nous. Et c'est bien parce qu'il brûle sur un monde dévasté que l'amour est plus froid que le lac.

empty