Plon (réédition numérique FeniXX)

  • La Compagnie de Saint-Gobain est la doyenne des entreprises françaises : fondée en 1664 par Colbert, pour faire pièce au monopole des Vénitiens, la Manufacture Royale de Glaces et de Miroirs devait connaître une existence agitée et renaître plusieurs fois de ses cendres pour atteindre au XVIIIe siècle son âge d'or. Après la Révolution, l'État devient actionnaire. Sous l'Empire, la Compagnie aborde l'industrie chimique. Pendant le XIXe siècle, elle fusionne avec sa grande rivale, la Compagnie des Glaces de Saint-Quirin, puis absorbe le groupe Perret et Olivier qui détenait le monopole de fait de l'acide sulfurique. Dès lors, Saint-Gobain, devenue société anonyme, se consacre aux industries parallèles du verre et des produits et engrais chimiques, pour déboucher au XXe siècle dans l'industrie des matières plastiques. L'énergie atomique enfin vient couronner un domaine d'activités qui ne cesse de s'accroître et se chiffre aujourd'hui par l'exploitation de 32 usines en France et à l'étranger, le contrôle de 60 autres par l'intermédiaire de sociétés et filiales et l'emploi, dans le monde entier, d'un personnel de 40 000 travailleurs. Saint-Gobain a fabriqué les premiers miroirs qui ont aidé nos grand'mères à être belles. Sans eux, peut-être la Pompadour n'aurait-elle pas séduit Louis XV... Aujourd'hui Saint-Gobain entre dans notre vie de tous les jours pour donner à nos paysans les engrais qui font les récoltes, à nos voitures les pare-brise qui ornaient déjà les carrosses du Roi-Soleil, à nos ingénieurs les matières plastiques qui métamorphosent le climat de notre existence. Demain, Saint-Gobain transformera cette extraordinaire énergie atomique, dont nous attendons un univers nouveau.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Elles sont plus fortes, plus dynamiques que jamais, ces entreprises dirigées par des managers audacieux. Bouygues, Moët-Hennessy, Elf ou Cartier en France ; Nestlé, Fiat, Apple ou Sony, à l'étranger, ont su tirer leur épingle du jeu et prospérer en pleine crise. Aujourd'hui, où la récession s'éloigne grâce à la désescalade du prix du pétrole et du cours du dollar, ces "géants" redoublent d'activité et augmentent leurs profits. Fiers, ils ont survécu à la crise la plus dévastatrice, depuis les années 30, qui avait matraqué l'industrie et déréglé tout le système économique et financier de la planète. Maintenant, ils tirent parti de la meilleure conjoncture, pour multiplier les initiatives à l'échelle mondiale. Comment ces firmes, utilisant des méthodes d'avant-garde, ont-elles collectionné les succès ? C'est ce qu'explique ce livre, destiné au plus large public. Il raconte le roman "vrai" d'entreprises, dont la marque est familière à tous, mais dont l'histoire est ignorée du plus grand nombre, y compris de leurs centaines de milliers de salariés, voire de leurs états-majors. Collaborateur du Nouvel Observateur, auteur de plusieurs ouvrages, dont "Ces banquiers qui nous gouvernent", Jean Baumier a enquêté dans l'Hexagone et dans le monde entier. En journaliste, il retrace la saga des entrepreneurs de pointe de notre temps. Il décrit leur profil en connaisseur. En somme, il dévoile les secrets des groupes les plus influents, ceux qui constituent notre environnement, et conditionnent notre vie de tous les jours.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Tapie

    Musnik

    Bernard Tapie tel qu'en lui-même et cependant un inconnu à découvrir : l'auteur embrasse toute l'aventure Tapie, sans rien laisser dans l'ombre.

  • Dans la nuit du 4 au 5 février 1987, le petit avion qui transportait Michel Baroin et huit compagnons de voyage s'écrasait sur un village camerounais. L'importance accordée par la presse et par les hommes politiques à cet événement, témoignait de la puissance de l'homme qui venait de disparaître. Ancien commissaire de police, qui plus est des services de renseignements, ancien sous-préfet de l'Aube, ancien collaborateur d'Achille Peretti et d'Edgar Faure, ancien Grand Maître du Grand Orient de France, président de la Garantie mutuelle des fonctionnaires, devenue sous sa férule un groupe de plusieurs dizaines de sociétés, dont la FNAC, président de la mission du bicentenaire de la Révolution, ses titres et ses amitiés politiques, dans tous les camps, conféraient à Michel Baroin une influence grandissante. Et plus son pouvoir devenait évident, plus on s'interrogeait sur l'homme. Forgeant lui-même sa légende, il tirait, en grande partie, sa force de l'originalité de son parcours, et de ses positions multiples dans les réseaux les plus variés. Jean-Michel Blanquer a démêlé l'écheveau de cette vie incroyable, où le jeu des amitiés, le pouvoir des francs-maçons, les méthodes de la police, les stratégies des puissances financières, et leurs rapports avec la politique s'incarnent en un même homme qui, à l'abri des regards, dirige un empire et influence l'État. Comment cet homme concilie-t-il cette action avec sa philosophie humaniste et ses aspirations spirituelles devenues prédominantes ? C'est sans doute le thème essentiel de cette biographie qui finit sur une énigme : a-t-on tué Michel Baroin ?

  • Comment un petit entrepreneur du Nord a-t-il pu devenir, à 40 ans, le président du numéro un mondial du luxe : Moêt-Hennessy-Louis Vuitton? Un éclairage sur sa personnalité et sur le conflit qui l'a opposé à Henry Racamier transformant une histoire industrielle en roman policier.

empty