Editions de l'Aube

  • Le philosophe Robert Misrahi l'affirme : "Le bonheur, chacun de nous y a droit." Et le spécialiste de Spinoza d'y ensemencer la vocation véritable de l'entrepreneur, ainsi exhorté à épanouir son autonomie, sa créativité, et ses désirs propres mais aussi, par la grâce du principe de réciprocité sacralisant autrui, à faire grandir ceux de toutes les parties prenantes. Ainsi l'individu trouve sens à son existence et l'entreprise, promue conscience et identité, peut aspirer à devenir "sujet" et terreau d'un "bonheur commun". Le philosophe accomplit là sa mission : bousculer, éclairer, et élever au-delà des lourdes et prosaïques lois qui s'imposent à la réalité entrepreneuriale.

    Robert Misrahi est un philosophe français né en 1926. Spécialiste de Spinoza, il consacre son travail à la liberté et au bonheur. Professeur émérite de philosophie éthique à l'Université Panthéon-Sorbonne, il a publié de nombreux ouvrages sur Spinoza et consacré l'essentiel de son travail à la question du bonheur.

  • Il n'y a plus un seul et même chemin vers le monde du travail - des études au salariat - et la place des jeunes sur le marché du travail doit être pensée à travers une nouvelle culture de l'intermittence. Dans cet ouvrage, Jean Viard dresse un tableau de l'évolution de la place du travail dans nos sociétés, et propose des pistes pour que, cinquante ans après 1968, une politique d'autonomie de la jeunesse devienne un enjeu de société, et de démocratisation, essentiel.

    Jean Viard est sociologue, directeur de recherche associé au CNRS. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Nouveau portrait de la France (2012) et L'implosion démocratique (2019).

  • « Pascal Picq invite l'homme, la société, l'entreprise à adopter les préceptes de Darwin qui fondent l'entrepreneuriat et l'innovation coévolutionnaires, seuls à même de provoquer le sursaut d'une civilisation tout à la fois asservie à un anthropocentrisme mortifère et sommée de s'adapter au monde qu'elle transforme. La condition pour qu'éclose une nouvelle éthique sociale et environnementale, pour que grandissent les nouvelles formes d'économie, pour qu'un nouveau récit, un nouvel imaginaire, une "synthèse créatrice" inédite, nimbent "l'avenir de tous". Alors, s'adapter et innover pour survivre, bâtir aujourd'hui sans obscurcir ou condamner demain, ne sera plus utopie. Mais pour cela, nous devons en premier lieu façonner un nouvel humanisme. » Denis Lafay

    Pascal Picq est paléoanthropologue au Collège de France et spécialiste de l'évolution de la lignée humaine et des grands singes. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Qui va prendre le pouvoir ? Les grands singes, les hommes politiques ou les robots (Odile Jacob, 2017).
    Il répond dans cet ouvrage à Denis Lafay, journaliste.

  • C'est une banalité que de le dire : avec l'internationalisation et la digitalisation, le monde du travail connaît aujourd'hui des mutations sans précédent. Mieux, l'élévation globale du niveau de qualification rend de plus en plus obsolète la frontière entre décideurs et exécutants. Et pourtant, bien souvent, l'organisation du travail demeure encore par trop verticale et hiérarchique, conforme à l'héritage de la révolution industrielle et de la société taylorienne. Comme s'étonner du décalage croissant avec les attentes des millenials ? Comment, alors que l'ensemble de la société réclame de l'horizontalité et de la délibération collective, comprendre que le monde de l'entreprise demeure gouverné par des règles d'un autre âge ? Pascal Demurger, patron atypique, livre ici son expérience.

    Pascal Demurger dirige depuis près de 10 ans l'une des plus importantes mutuelles françaises, la MAIF. Il y a engagé une profonde révolution organisationnelle et managériale.

  • Face à la mondialisation, à la numérisation de ­l'économie et aux enjeux écologiques, où se trouvent les raisons ­d'espérer ? Confrontées aux crispations qui s'expriment dans nos sociétés par diverses formes de radicalisation qui vont de la tentation du repli sur soi aux intégrismes politiques ou religieux, où se situent les voies du progrès ? Quelle est la place du travail et de l'entreprise, de l'action des citoyens et du dialogue social ? Que peuvent faire la société civile en général et le syndicalisme en particulier pour imaginer un futur ­harmonieux et pacifique ? Telles sont les questions que pose cet essai. Un livre qui stimule la réflexion et invite à l'action ?

    Jean Louis Malys, sidérurgiste et militant syndical dès son plus jeune âge, a été secrétaire national de la CFDT de 2006 à 2016.

  • Il aura fallu plus de trois milliards d'années à l'humanité pour que les descendants d'Homo sapiens songent enfin à mettre une machine à café écoresponsable dans l'open space des entreprises. Mais à quoi pensaient-ils jusque-là ?
    Ce roman évoque la complexité de ces phases essentielles de l'évolution, des origines de l'humanité à nos jours, alternant chapitres retraçant l'évolution depuis le Big Bang et dialogues de personnages contemporains. Et c'est au sein d'une société d'édition cotée en Bourse mais qui n'a plus aucune idée de ce que peuvent être un auteur ou un manuscrit original, que notre narrateur s'est insallé pour décliner son analyse... à la fois savante et vulgarisatrice, bien évidemment.
    Un roman à l'humour caustique et aux personnages hilarants, hélas bien malgré eux, qui ne nous épargne rien du ridicule et de la caricature que notre société peut engendrer.


    Philippe Carrese est romancier et réalisateur. Il a notamment publié, chez le même éditeur, la saga Belonore qui met en scène une famille italienne dans la première moité du xxe siècle.

empty