• Qu'est-ce qui, dans la société, la famille et le développement de la personne, amène un individu à commettre un ou plusieurs actes de délinquance, de la délinquance bénigne au crime le plus grave ? Cette 2ème édition actualisée, à jour des recherches les plus récentes dans le domaine de la délinquance, présente les fondements sociaux et psychologiques de la criminologie.

  • Défendant des causes et vérités sans faille, les fanatismes religieux, idéologiques ou politiques font aujourd'hui retour en donnant lieu à de nouveaux types d'extrémismes. Dans leurs formes radicales, ils reposent sur des croyances et des idéaux instrumentalisés, au nom desquels des actes de violence sont parfois commis ? comme en témoigne leur dramatique récurrence ces dernières années.

    Cette montée en puissance des fanatismes nécessite d'être examinée dans ses conditions d'émergence et de diffusion (sociale et politique), dans ses soubassements et ressorts subjectifs ainsi que dans ses incidences sociopolitiques et psychopathologiques.

    Les auteurs s'attachent à transmettre des repères conceptuels, éthiques et cliniques de la radicalisation pour penser ses modes de prévention et de traitement en institutions. Ils montrent que les figures actuelles et variées de l'extrémisme sont à la fois la conséquence et la réponse à ce qui fait désormais malaise dans la civilisation.

    Publié avec le soutien, notamment, de l'équipe d'accueil 4050, laboratoire « Recherches en psychopathologie : nouveaux symptômes et lien social » de l'université Rennes 2 et de l'Agence universitaire de la francophonie (AUF).

  • Qui était vraiment Joseph Vacher ? Assassin de jeunes innocents, égorgeur, violeur, éventreur, récidiviste : Vacher incarne à la fois l'ogre des contes ancestraux et la figure du monstre criminel contemporain. Lorsque survient enfin l'arrestation du Jack l'éventreur français, sa renommée surpasse celle de son prédécesseur londonien. En prison, le tueur en série parle et s'explique. Affirmant être un grand martyr, bras armé d'un dieu vengeur, il a tué pour punir la France. Le cas est unique: s'agit-il d'un pervers simulateur ou d'un fou criminel ? Est-il responsable de ses actes ou malade ? Fallait-il le guillotiner ou le soigner ?
    Le livre rassemble plus de 150 documents, pour la plupart restés inédits. S'il restitue l'affaire en son temps, il éclaire les enjeux d'un cas criminel qui nous parle encore au présent.

    Marc Renneville est historien des sciences et de la justice. Il est l'auteur de Crime et folie. Deux siècles d'enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003) et de Le langage des crânes (Empêcheurs de penser en rond, 2000), prix du meilleur ouvrage d'histoire de la Société française d'histoire de la médecine. Il dirige la plateforme Criminocorpus qui héberge le premier musée web d'histoire de la justice en ligne, une revue d'histoire de la justice et un blog d'actualité.

  • Le corps exquis

    Poppy Z. Brite

    L'une des fictions les plus noires jamais publiées sur les serial killers : la rencontre amoureuse, poétique et macabre de deux tueurs nécrophiles oeuvrant dans le Vieux Carré français de La Nouvelle-Orléans.

  • Pourquoi revenir une fois encore sur l'affaire Seznec qui, depuis près de cent ans, accumule à son sujet des milliers d'articles de presse, d'émissions de radio, de télévision, quantité de films et de livres ? En 1924, la cour d'assises de Quimper condamne sur des présomptions Guillaume Seznec au bagne à perpétuité pour le meurtre du conseiller général Pierre Quémeneur. Le cadavre de Quémeneur n'a jamais été retrouvé et Seznec n'avouera jamais le crime. Considérée comme la plus importante affaire criminelle du XXe siècle, le symbole même de l'erreur judiciaire, elle demeure sur de nombreux points une énigme. Aujourd'hui, pour la justice, le dossier est clos. L'ultime demande en révision a été rejetée. Pour Denis Langlois qui a été pendant quatorze ans, de 1976 à 1990, l'avocat de la famille Seznec, le premier défenseur à consulter l'ensemble du dossier et qui a été empêché d'aller jusqu'au bout, le moment est arrivé de révéler ce qu'il sait : les secrets de la famille Seznec, les tabous, les témoignages troublants. Selon ses propres termes « le temps lui semble venu de démystifier la légende bâtie autour de cette énigme et de proposer une solution pour essayer d'en finir avec cette interminable affaire qui trouble à juste titre les consciences. Cela est nécessaire pour l'idée qu'on se fait de la justice »

  • Trafics de drogues, d'armes et d'êtres humains, contrebande, contrefaçons, fraudes financières, crimes écologiques, mafias, guérillas passées au narcotrafic, bandes criminelles de quartiers, corruption... Comment prévenir et juguler ces fléaux qui menacent la sécurité des citoyens, des États, de l'Europe ? Francois Farcy et Jean-Francois Gayraud montrent pourquoi et comment le renseignement est indispensable pour, sinon déraciner, du moins combattre plus efficacement des criminalités protéiformes et toujours plus transnationales - une approche nouvelle exigeant la radicale remise en cause de tactiques usées, lentes et stérilisantes. Visant à sortir les forces de police d'une attitude statique et réactive face au crime, le renseignement criminel, lui, combine une vision, l'anticipation, et une pratique alliant la recherche et l'analyse. Au total et pour la première fois, cet ouvrage offre une étude rigoureuse et novatrice, permettant d'analyser et combattre ces nouvelles criminalités constituant la face obscure de la mondialisation.

  • Au coeur d'une campagne présidentielle qui place la question de la sécurité au premier rang des préoccupations sociales, à l'heure où vient à l'assemblée le projet de loi Sarkozy sur la prévention de la délinquance, cet ouvrage tente, de façon synthétique et très didactique, d'éclairer le débat public. Accessible à tous publics, il donne au lecteur des clés pour démasquer les manières irrationnelles ou idéologiques qui président généralement à l'élaboration des stratégies de prévention et de répression, et pour les analyser d'une façon à la fois plus efficace et plus humaniste. Jacques Faget est chercheur au CNRS (CERVL), enseignant à Institut d'études politiques de Bordeaux et aux universités de Paris V, Barcelone, Padoue et Sion.

  • Dans un monde où les opérations policières de paix se substituent graduellement aux opérations exclusivement militaires, à quels défis organisationnels les services de police contributeurs et les sociétés hôtes sont-ils confrontés ? Quelles sont les motivations institutionnelles et individuelles à participer à de telles opérations ? Quels liens unissent les contingents internationaux aux polices locales et aux autres acteurs du maintien de la paix ?

    À partir d'études de terrain réalisées dans des contextes variés (Balkans, Afghanistan, Haïti, Timor-Leste...), des chercheurs provenant de disciplines aussi diverses que la science politique, la sociologie, la criminologie ou le droit esquissent les grandes lignes d'un champ de recherche dédié aux opérations de maintien de la paix et aux processus complexes qui permettent à des sociétés divisées de se réconcilier et de rétablir des institutions policières légitimes.
    Avec les textes de : Hervé Dagès, Nathalie Duclos, Benoit Dupont, Nadia Gerspacher, Andrew Goldsmith, Vandra Harris, Marcel-Eugène LeBeuf, Antoine Mégie, Francis Pakyaf, Juan Carlos Ruiz Vásquez, Xavier Saint-Pierre et Samuel Tanner.

  • La prison demeure un univers méconnu. Cet ouvrage a pour but, non seulement de synthétiser l'essentiel des connaissances sur le milieu carcéral, le vécu des détenus, la place des gardiens, les liens entre membres du personnel et personnes incarcérées, mais aussi de réfléchir à l'institution elle-même dans un contexte de reconnaissance des droits des détenus et de bureaucratisation.

    Entre «prisonniérisation» et réinsertion sociale, entre coercition et relation d'aide, l'organisation carcérale a-t-elle encore son caractère « total » et coercitif dont on parlait au cours des années 1960 et 1970, ou bien a-t-elle changé en profondeur et jusqu'à quel point ?En mettant l'accent sur les changements que la prison a connus depuis la fin des années 1970 et plus particulièrement ceux de la dernière décennie, les auteurs apportent un nouvel éclairage sur des dimensions importantes du milieu carcéral.

  • Située à l'intersection des sciences sociales, de la médecine, de la psychologie et du droit, la criminologie empirique fait l'étude scientifique du phénomène criminel. Depuis sa première édition en 1985, dirigée par Denis Szabo et Marc Le Blanc, ce traité se pose comme l'ouvrage de référence par -excellence de la discipline et rend compte de l'ensemble des approches de la criminologie empirique des cinquante dernières années. Cette nouvelle version porte la signature de plus de vingt chercheurs, dirigés par Marc Le Blanc et Maurice Cusson.
    Cette quatrième édition, publiée dans le cadre du 50e anniversaire de l'École de criminologie de l'Université de Montréal, explique les récents développements des divers domaines de la criminologie et propose des textes dans un ouvrage complètement restructuré.
    Marc Le Blanc est professeur émérite à l'École de criminologie et à l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal. Maurice Cusson est directeur et professeur émérite à l'École de criminologie de l'Université de Montréal.
    Ont collaboré à cet ouvrage :
    Jean-Luc Bacher, Nathalie Beaulieu, Serge Brochu, Claire Chamberland, Gilles Côté, Marie-Marthe Cousineau, Anne Crocker, Fabienne Cusson, Chantal Fredette, Claudine Gagnon, Jean-Pierre Guay, Stéphane Guay, Mylène Jaccoud, Denis Lafortune, Nadine Lanctôt, André Normandeau, Marc Ouimet, Jean Proulx, Bastien Quirion, Catherine Rossi, Marc Tourigny, Marion Vacheret, Jo-Anne Wemmers.

  • Qu'est-ce qui pousse un individu à commettre un meurtre sexuel ? Quelles étaient les intentions du meurtrier au moment des faits ? Pourquoi une agression sexuelle dévie-t-elle vers l'homicide ? Cette étude, qui repose sur une analyse comparative des violeurs et des meurtriers sexuels, démontre que le meurtre sexuel dépend de la combinaison de facteurs développementaux, intentionnels et situationnels. La colère, la consommation d'alcool, la motivation sexuelle dans l'agression, le sadisme sont autant d'indices qui permettent de comprendre le meurtre sexuel.
    Cet ouvrage remet en question nombre d'idées reçues sur les meurtriers sexuels. Contrairement à ce que l'on aurait tendance à croire, les sadiques ne représentent qu'une minorité de meurtriers sexuels et les violeurs ont souvent la même histoire criminelle et les mêmes troubles de la personnalité que les meurtriers sexuels. En fait, le parcours criminel des meurtriers sexuels ressemble étrangement à celui des délinquants récidivistes et il apparaît difficile de tracer un profil précis qui les identifierait hors de tout doute possible.
    Théorique mais aussi pratique, cet ouvrage propose des stratégies d'enquêtes et d'interrogatoires en matière de meurtre sexuel.
    Jean Proulx et Maurice Cusson sont professeurs à l'École de criminologie de l'Université de Montréal.
    Eric Beauregard est criminologue au Service correctionnel du Canada.
    Alexandre Nicole est criminologue à l'Institut Philippe Pinel de Montréal.

  • Un ouvrage en deux tomes, autonomes et complémentaires, qui tient compte de paramètres actuels comme la mutation des valeurs, le retrait de l'État-providence, la précarité de l'emploi ou la mondialisation dans l'analyse des nouvelles formes d'expression des problèmes sociaux. Un ouvrage multidisciplinaire où se côtoient philosophes, anthropologues, monde médical, politologues, psychologues, sociologues et travailleurs sociaux. Tome 2 - Études de cas et interventions sociales. Quelques études de cas: mères adolescentes; familles recomposées; mauvais traitements psychologiques envers les enfants; désengagement paternel; intégration des jeunes migrants en milieu urbain; homosexualité; violence en milieu scolaire; judiciarisation des personnes souffrant de troubles mentaux; précarité d'emploi; équité salariale; employabilité des assistés sociaux; vieillissement et retraite; travail social et TIC.Les interventions: développement et santé des jeunes enfants; travail de rue; pauvreté des enfants; réalités interculturelles; organismes communautaires; mouvements sociaux; intervention policière; désastres naturels; solidarité bénévole; prévention du suicide; schizophrénie; réinsertion sociale.

  • En plus d'amener un véritable bouleversement dans la société en général, l'arrivée d'Internet et des nouveaux moyens de communication a transformé l'univers criminel et la façon même de commettre certains crimes en ouvrant des territoires inédits. Bien que le fait soit notoire, sans un examen approfondi, il est difficile d'appréhender le véritable impact des nouvelles technologies et d'Internet sur le crime, sous ses divers visages et avec toutes ses ramifications. C'est le défi qu'ont relevé les experts des milieux policier, gouvernemental et universitaire qui ont participé à la rédaction de Cybercriminalité - Entre inconduite et crime organisé.

    L'objectif de ce livre est de présenter un état des connaissances sur les cybercrimes, qu'il s'agisse de « nouveaux crimes » ou de crimes traditionnels transformés par la révolution technologique. Après une analyse du contexte technologique dans lequel ils s'inscrivent et une définition de la cybercriminalité, l'ouvrage s'intéresse aux usages problématiques d'Internet. Dans la deuxième partie, on examine les agissements qui, sans être nécessairement illégaux, s'apparentent à des comportements criminels, comme les atteintes à la réputation et la diffamation. La troisième partie traite des crimes qui touchent l'intégrité physique et morale de la personne, dont le leurre, la pornographie juvénile et la cyberintimidation. Il est ensuite question, dans la quatrième partie, des crimes économiques, lesquels regroupent le vol d'identité, le piratage et la fraude. La cinquième partie présente les crimes contre la collectivité ayant un lien avec les nouvelles technologies de l'information, à savoir les menaces de fusillade, la propagande haineuse et le recrutement de membres par des groupes criminalisés. Pour terminer, les tendances de la cybercriminalité sont dégagées pour donner un aperçu de son évolution probable au cours des prochaines années. L'ouvrage, solidement documenté, expose les problématiques, les contextes juridiques, des études de cas et de nombreuses statistiques.

  • Condamné à vie

    Omar Top El Hadj

    En France, au pays dit des droits de l'homme, des hommes et des femmes qui purgent leurs peines vivent chaque jour une inexorable agonie dans les cellules des quartiers d'isolement des établissements pénitentiaires où ils sont maintenus, victimes de la solitude, de conditions inhumaines et de la dictature du silence.
    C'est ce calvaire quotidien qu'El Hadj Omar Top, l'un des deux évadés du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure - multirécidiviste de l'évasion - raconte dans ce livre. Sans renier ses responsabilités envers la société, il dénonce, avec ses deux coauteurs, l'enfer qu'il vit derrière les barreaux et propose des solutions à ce déni de démocratie patent.

    Couverture : © Jean-Paul Guilloteau / Roger-Viollet

  • Dans l'imaginaire collectif, le criminologue est un être étrange qui pourchasse des tueurs en série. Bien que cette représentation ne soit pas totalement erronée, elle ne constitue pas l'essence du travail du criminologue. En fait, ce professionnel peut être impliqué dans chacune des étapes du système de justice, à savoir : 1) le support aux enquêtes ; 2) le traitement des criminels violents ; 3) l'évaluation des risques de récidive; 4) le suivi de criminels lors de leur réinsertion sociale ; 5) le support aux victimes d'actes criminels. L'auteur met en lumière les activités d'un criminologue impliqué dans la protection du public, mais respectant également les droits des criminels.
    Jean Proulx est professeur titulaire à l'École de criminologie de l'Université de Montréal, dont il est l'actuel directeur.

  • L' étendue des expérimentations locales dans le domaine de l'intervention psychosociale auprès des jeunes et de leur famille est largement méconnue. Pourtant, si l'on innove, c'est pour répondre à la nécessité souvent criante de s'adapter à l'environnement de travail et à la clientèle. Or, lorsque les pratiques originales restent dans l'ombre, les intervenants courent le risque de passer à côté de trouvailles utiles et de reproduire les erreurs du passé. Ce livre décrit une trentaine d'initiatives en cours dans le réseau des centres jeunesse du Québec.



    Les auteurs sont des praticiens et des universitaires dont la collaboration a permis de trouver des solutions prometteuses pour offrir aux jeunes en difficulté un soutien individuel et familial adéquat.

  • Que se passe-t-il dans l'esprit d'un homme qui agresse sa conjointe, qui en tue un autre ou qui s'adonne au vol comme mode habituel de vie ? Qu'est-ce qui motive ou qui pousse cet homme à agir d'une façon qui, non seulement contrevient aux lois, mais qui est aussi considérée comme inacceptable et immorale par la majorité de la population ?

    Il n'existe certes pas d'explication unique et encore moins de réponses simples à ces questions; néanmoins, ce livre sur la psychocriminologie psychanalytique explore quelques hypothèses qui permettront au lecteur de mieux saisir ce qui, au plan psychique, sous-tend la délinquance.

    Cet ouvrage regroupe l'essentiel des contributions théoriques psychanalytiques utiles pour la compréhension du fonctionnement psychique du délinquant. Il explique les notions psychanalytiques fondamentales en même temps qu'il permet de saisir le cheminement développemental qui mène à la délinquance à partir de propositions et de cas précis.

    En présentant de façon concrète la dynamique complexe des relations passionnelles et de la violence conjugale, et des portraits cliniques éclairants sur les personnes qui ont commis des délits, Dianne Casoni et Louis Brunet ouvrent la voie à l'intégration des connaissances théoriques à la réalité clinique.

    Dianne Casoni, est professeur à l'École de criminologie de l'Université de Montréal. Elle est aussi psychologue et psychanalyste, et membre de la Société canadienne de psychanalyse (Q.E.) et de l'Association psychanalytique internationale.

    Louis Brunet, est professeur de psychologie à l'Université du Québec à Montréal. Il est psychologue, psychanalyste et membre de la Société canadienne de psychanalyse (SPM) et de l'Association psychanalytique internationale.

  • Objet de nombreuses réformes législatives, le recours à la détention avant jugement au Canada a connu au cours des dernières décennies une augmentation phénoménale. À l'opposé, les condamnations à une peine privative de liberté diminuaient considérablement. Définie par la privation de liberté d'une personne soupçonnée d'avoir commis un acte criminel mais non encore déclarée coupable, cette mesure soulève de nombreuses questions auxquelles cet ouvrage répond de façon nuancée et limpide. En conjuguant diverses sources de données, ce livre ancre la question de la détention avant jugement dans ses contextes scientifique, législatif et politique, et donne la parole aux différents acteurs de la chaîne pénale : policiers, procureurs, juges, avocats de la défense et justiciables détenus. Les auteures mettent ainsi en lumière les motifs et les mécanismes entourant l'usage de cet emprisonnement, tout en analysant le modèle judiciaire canadien. La réalité présentée ici est non seulement sujette à de multiples controverses, mais sa compréhension donne une clef pour appréhender les politiques et les pratiques pénales canadiennes actuelles.

  • Associer l'innovation des délinquants aux développements tech­nologiques récents peut être tentant. Pourtant, les criminels ont toujours su s'adapter à l'univers changeant des technologies pour mener à bien leurs forfaits. Nouveaux produits, nouveaux modes de production ou d'approvisionnement à exploiter, nouveaux marchés ou environnements à explorer : rien n'est à leur épreuve. Pour mieux comprendre ce phénomène d'adaptation de la délinquance, pour mieux le contrer et le prévenir, les acteurs de la sécurité doivent eux aussi faire preuve d'imagination et de créativité.
    Les auteurs brossent un portrait fouillé du tandem « délinquant-acteur de la sécurité », ici décortiqué dans toute sa complexité, sa richesse et ses contradictions. Ils montrent les usages des nouvelles technologies que ce tandem fait dans des domaines aussi divers que la déviance sexuelle, le terrorisme, la fraude bancaire, le trafic de stupéfiants ou encore l'invasion de domicile.

    David Décary-Hétu est professeur adjoint à l'École de criminologie de l'Université de Montréal. Ses recherches s'intéressent à la cybercriminalité et plus particulièrement à l'incidence de l'Inter­net sur le phénomène criminel.
    Maxime Bérubé est candidat au doctorat en criminologie à l'École de criminologie de l'Université de Montréal. Ses recherches s'intéressent aux groupes extrémistes violents et à leurs activités d'influence.

  • L'actualité d'hier et d'aujourd'hui témoigne des formes diverses des traumatismes sexuels (abus, inceste, viol, attouchements, sévices). Victime - comme agresseur - interrogent le devenir médico-légal, juridique et psychologique des personnes projetées avec brutalité sur la scène sexuelle. Ces interrogations multiples portent sur l'histoire des protagonistes, les enjeux à l'oeuvre, les facteurs de vulnérabilité et de résilience, les stratégies préventives et thérapeutiques.

  • Le livre
    Conçu pour s'adresser aux professionnels en formation et aux cliniciens d'expérience, cet ouvrage, présenté en deux parties, porte sur les approches cliniques de la délinquance sexuelle des mineurs. La première partie traite d'évaluation, la seconde de traitements: prévention, gestion des émotions, éducation, réinsertion sociale et rapports familiaux, entre autres sujets. Il s'agit du premier tome du collectif.

    Les auteurs
    Emmanuel Aubert, Nathalie Auclair, Ian Barsetti, Stéphanie Blondeau, Carole Boucher, Julie Carpentier, Yves Claveau, Anne Dallaire, Martine Jacob, Benoît Leclerc, Denis Lafortune, Samuel Lemitre, Gina Madrigrano, Jean Proulx, Robert Quenneville, Véronique Sion et Monique Tardif, Marc Tourigny.

    Le public cible : les étudiants en criminologie, les professionnels en formation et les cliniciens d'expérience dans les disciplines en sciences humaines et de la santé qui sont rattachés à différents milieux de pratique.

  • Inspiré des résultats de recherches évaluatives, cet ouvrage est conçu pour favoriser l'implantation d'un service de résolution des conflits et offre des outils d'accompagnement tangibles à la formation
    de médiateurs. À partir d'observations in situ et d'études de cas, on y explique les fondements de cette activité qui plonge au coeur des relations humaines.
    Ce livre s'adresse aux professionnels et à tous ceux que la question de la résolution de conflits intéresse. Les intervenants d'une variété de domaines, entre autres pénal, scolaire ou social, pourront y puiser un savoir fondé autant sur la recherche que la pratique. L'auteure espère ainsi contribuer à la réflexion toujours en ébullition
    entourant cette pratique complexe et méconnue.

    Nina Admo enseigne la criminologie au département des Techniques auxiliaires de la justice du Collège de Maisonneuve. Elle est également chercheure au Centre international de criminologie comparée de l'Université de Montréal et chargée de projets à Médiation sans frontière inc.

  • Du Salvador à la Chine, de d'Inde au Maroc, un voyage terrifiant sur les traces des tueurs en série les plus méconnus. Les récentes avancées de la police scientifique ont permis d'identifier dans le monde entier un nombre impressionnant de serial killers. L'idée est communément admise : les tueurs en série seraient les rejetons dégénérés de nos sociétés industrielles occidentales, et le phénomène ne serait pas universel. Loetitia Nathan nous prouve le contraire en nous emmenant à la rencontre des plus sanguinaires prédateurs en série des cinq continents. Alioune Sarr, le mendiant mauritanien tueur de femmes, Thomas Quick, le premier tueur en série suédois, Mohammad Bijeh, le Vampire du Désert de Téhéran, Tsutomu Miyazaki, l'otaku japonais pédophile et cannibale, Raul Reyes, le sadique mexicain... autant d'assassins que les plus modernes techniques d'investigation ont permis de neutraliser. Ces dizaines d'affaires réunies pour la première fois apportent un éclairage singulier sur les serial killers loin des préjugés fréquents sur ces criminels.

  • La réalité du terrorisme se moque des idéologies et des idées reçues. Qui plus est, comme le font remarquer les auteurs de ce livre, il n'existera probablement jamais une définition du phénomène qui soit à la fois claire, précise et consensuelle. Cet ouvrage est divisé en deux parties. La première prend la mesure du phénomène dans toutes ses dimensions : le terrorisme, ses agents, son évolution, sa nature et ses effets. La seconde fait le point sur les réactions des gouvernements, des corps de police, des forces armées, des organismes de renseignement et des simples citoyens. Ce livre va donc au-delà des dénonciations habituelles pour documenter à la fois les différentes facettes du terrorisme et les mesures prises pour le combattre.
    Stéphane Leman-Langlois est professeur à l'École de service social de l'Université Laval et directeur de l'Équipe de recherche sur le terrorisme et l'antiterrorisme (ERTA). Entre autres publications, il a récemment fait paraître La sociocriminologie (PUM, 2007) et Réconciliation et justice (Athéna, 2008). Jean-Paul Brodeur est professeur à l'École de criminologie de l'Université de Montréal et fondateur de l'ERTA. Il est notamment l'auteur de Les visages de la police (PUM, 2003). Tous les collaborateurs sont membres de l'ERTA.
    Avec les textes de Jean-Paul Brodeur, Élisabeth Campos, Benoît Gagnon, Grégory Gomez del Prado, Emmanuel-Pierre Guittet, Stéphane Leman-Langlois, Frédéric Lemieux, Antoine Mégie, Geneviève Ouellet, Chantal Perras et Valéry Thibeault

empty