• Viscéralement libertaire et joyeusement iconoclaste...



    Le pèlerinage de Compostelle comme vous ne l'avez jamais vu.



    Pantalon à grosses côtes et sac au dos, Étienne n´hésite pas à se sacrifier pour suivre le pèlerinage qui, de Vézelay à Compostelle, perpétue selon lui l´archaïsme de la pensée et la soumission au destin. Appuyéà son bâton de pèlerin, il a plus d´un tour dans sa besace pour approcher au plus près les corps croyants de cette vaste communauté en marche. Le constat est hilarant : la chair est faible, on s´en doutait, mais elle est tout sauf triste...

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Dix-huit récits d'une profonde intensité érotique, la crudité des mots servant l'imagination foisonnante de l'auteure.
    Pendant deux ans, Valentine Abé écrit des histoires à son amant. Parfois, l'homme lui en écrit à son tour, lui donne des consignes, ils s'inventent et se mettent en scène, avec leur entourage, les amis de l'homme, les conjoints, ou même des inconnus, et c'est ainsi qu'ils s'aiment. Les mots brûlent, deviennent une drogue, la voici dévorée d'histoires.
    Ce recueil rassemble ces récits, explorant les amours à trois, à quatre ou plus encore, entre femmes, au sein de la famille ou entre les mains perverses de l'hôtelier, sous forme de lettres ou de récits, de petits contes aussi. Les mots sont crus, les situations d'une intensité porno graphique impressionnante.

    1 autre édition :

  • " Vers 1940, fut publié un des plus curieux livres érotiques confidentiels jamais parus aux Etats-Unis. A la différence de la grande majorité de la production érotique d'alors, la fiction en était d'une sensualité extrême (...) et l'écriture d'une habileté quasiment inconnue à l'époque dans ce genre littéraire (...). Même dans leurs passages les plus descriptifs, les plus sexuellement explicites, il est difficile de qualifier ces récits d'obscènes ou de pornographiques. Ils sont simplement trop bien écrits pour cela (...). Au fil des ans, ce recueil a presque été oublié.
    Personne n'a déclaré ouvertement en être l'auteur, et jusqu'à la présente édition, seuls ceux qui ont eu la chance de trouver un exemplaire de cet ouvrage original de plus en plus rare, ont pu savourer le raffinement du plaisir qu'il offre. " (C.J. Sheiner, New-York) Attribué à Anaïs Nin, auteure incontournable de la littérature érotique féminine, cet ouvrage, traduit pour la première fois par La Musardine en 1999, est l'un des plus grands succès de la collection Lectures amoureuses.

  • " Esparbec écrit ce qui se fait de plus éveillé et conséquent en littérature porno. " Virginie DespentesLa Pharmacienne est un roman pornographique " pur et dur ", où les métaphores sont bannies, les adjectifs concrets, et les descriptions méticuleuses sans être délayées. En outre, un humour noir assez décapant ne gâte rien à l'affaire. Les tribulations de Bébé, Laura Desjardins, Beau P' et son cousin Ernest constituent un vaudeville d'un genre nouveau, lubrique et facétieux. Gageons que sa lecture en surprendra plus d'un qui avait, sur ce type de littérature, des préjugés que l'actuelle liberté d'écriture a rendu désuets.
    " Après avoir lu La Pharmacienne, je n'ai plus la même vision sur la sexualité. Ce qu'écrit Esparbec est scandaleux, sale, fascinant, angoissant, comme tout ce que nous refoulons. ", Wolinski, Charlie Hebdo " L'écriture d'Esparbec s'approche des préceptes de Roland Barthes concernant la transparence. Sa philosophie se résume en une phrase : "ne jamais tricher sur le fond'. Pour la forme, en revanche, tout est permis, puisqu'il s'agit de séduire. " Camille Emmanuelle " Dans un genre totalement et injustement méprisé, Esparbec, livre après livre, fait une oeuvre. " Wiaz, Le Nouvel Observateur

    1 autre édition :

  • Publié en 1955, interdit très vite, Les Mauvais anges traîneront pendant de longues années (trente ans !) la malédiction d'une décision prise à l'époque par la fameuse Commission du Livre, entraînée par l'abbé Pihan, naturellement très averti, sans doute, de ces « amours particulières ».



    Pourtant la première édition comportait deux textes, l'un de Max-Pol Fouchet, l'autre de Robert Margerit. L'un et l'autre célèbrant le « don de poésie exceptionnel » de l'auteur, adolescent à l'époque (nous reproduisons ces textes en fin de volume).



    Ce que nous soulignons surtout, c'est à que point ce court roman de folle passion de deux très jeunes hommes garde - aujourd'hui que la "littérature homosexuelle" se perd dans le réalisme le plus plat, le plus répétitif, le plus gratuit - une aura de trouble infini qui ira droit au coeur, même de ceux qui sont le plus étrangers à cet entraînement amoureux.



    Annexes par Max-Pol Fouchet et Robert Margerit.

  • Gamiani, le seul érotique romantique, marque d'une empreinte profonde tous ses lecteurs. C'est l'ouvrage clandestin qui a été le plus souvent réédité depuis le siècle dernier.
    Malheureusement, de réédition en réédition, le vrai texte disparaissait de plus en plus derrière des versions " corrigées ", dues à des lecteurs inattentifs ou prétentieux, qui jugeaient bon de donner leur version " puisque le texte n'était pas de Musset. " Aujourd'hui, grâce au professeur Simon Jeune (éditeur du Musset de la Pléiade), nous savons sans pouvoir en douter que le texte est bien de Musset, et nous disposons d'une version authentique, enrichie de quelques notes explicatives. C'est celle-ci que nous vous présentons, suivie de l'étude de Simon Jeune qui en restitue la paternité à son auteur.
    Voici donc, pour la première fois depuis sa publication (à tirage très limité), le vrai texte d'Alfred de Musset.

  • L'amour en marge

    Françoise Rey

    Une femme, auteure de livres érotiques, croise dans la rue deux marginaux à l´aspect inquiétant. Elle ne les repousse pas, ils se révèlent simplement humains. Tous les trois vont dans une chambre d´hôtel pour faire l´amour et se quittent.

    Une autre femme retourne dans la maison familiale aban­donnée pour enterrer sa mère. Un homme s´y cache, fuyant on ne sait quelle police. Il est nerveux et impudique. Elle ne le repousse pas. Ne s´inquiète pas de sa présence. Ils font l´amour et c´est une révélation.

    Mais qui sont ces trois marginaux ? Et quels liens les unissent ?



    Françoise Rey nous entraîne dans de nouvelles variations sur cette thématique très riche de la marginalité. Les récits se trament et l´on voit apparaître une composition originale où le sexe crée du sens et du lien dans des vies détruites.

  • Fleshtown, grosse bourgade du Kansas. Deux dangereux pervers se sont échappés du bagne. Darling, une fille délurée rêvant de faire un riche mariage, est seule dans la grande maison de Cornélius : tous les habitants sont partis faire la fête à la foire des éleveurs de porcs. Pendant toute une longue nuit, Darling va devenir la proie des deux forcenés. Dehors, la vie continue : le shérif Prentiss enquête sur les règlements de sécurité dans un café-billard tenu par Sam Parson, mari complaisant qui essaie de détourner la loi en se servant de sa femme. Et le shérif lui-même fait sous son propre toit d'étranges découvertes ! Sigmund-de-Pigalle, musicien bossu, visite les femmes seules pour leur vendre de la lingerie fine. Le pasteur Bergman, homme austère et vertueux déclare une guerre au vice mais est-ce bien sincère ? Marge, l'institutrice, est prête à tout pour que son passé de femme dévergondée ne parvienne pas aux oreilles de son nouveau mari. Ainsi débute la saga de Darling, pastiche baroque de la littérature porno américaine des années soixante et galerie balzacienne de personnages plus vicieux les uns que les autres. Une histoire passionnante accompagnée de descriptions sexuelles d'une véracité physiologique et d'une complaisance que seule peut rendre l'épithète pervers, souvent appliquée à l'auteur.

  • Le petit cul moulé dans des rêves de soie, Nina croque l'amour avec gourmandise. Jusqu'au jour où elle épouse le diable aux gants blancs. Séduisant et vénéneux, il l'emprisonne dans son château d'épines, peuplé de nains, de fétichistes, de monstres, de personnages de cirque et d'anges aux ailes de cuir... La descente aux enfers du sexe n'est rien à côté de cette histoire où, avec une plume de " contes de fées ", on pénètre dans les fantasmes les plus vénéneux d'une Belge surréaliste. Lynch violé par Fellini.



    Le Bal du diable s'inscrit dans la veine des premiers érotiques de Nadine Monfils : Contes pour petites filles perverses (La Musardine) et Contes pour petites filles criminelles (préface de Bernard Noël, Tabou), où l'espièglerie le dispute à l'extrême violence. Nadine Monfils est également auteure de polars chez Belfond (Babylone Dream - Prix Polar 2007 au Festival de Cognac -, Nickel Blues) et réalisatrice pour le cinéma (Madame Édouard avec M. Blanc, J. Balasko, D. Bourdon, D. Lavanant, sur une musique originale de Benabar).

  • Florilège judicieusement établi, choix mûrement réfléchi et pesé, mêlant le meilleur de quelques chefs-d'oeuvre à de surprenants extraits de livres souvent inconnus, ce remarquable ouvrage compose au final un très attractif cocktail de lectures, dans l'un des domaines certes un peu réservés, mais qui compte parmi les plus courus de l'univers amoureux.

  • Pour mettre à l'épreuve leur amitié malmenée par une rivalité amoureuse, deux jeunes photographes, Matthias et Vivien, amis depuis le lycée, décident de partir en reportage à l'autre bout du monde. Ils devront suivre les troupes d'une force internationale dans les forêts et montagnes de Birmanie afin de «couvrir» la destruction de champs de pavots dans le célèbre Triangle d'or. C'est là, dans ce no man's Land entre trois frontières, qu'ils tomberont aux mains de rebelles et de trafiquants et connaîtront l'enfer d'un camp de prisonniers dans la jungle. Et ce n'est plus simplement leur camaraderie qui est en jeu, mais leur vie même.



    Avec Aux gémonies, Éric Jourdan nous livre une oeuvre forte, visionnaire et bouleversante, dans la lignée de ses plus grands romans, où l'amour et l'amitié se mêlent et où la sensualité affleure à chaque page.

  • Initiation saphique d'une cliente d'un magasin de sous-vêtements par sa vendeuse, séance qui dégénère entre une psychanalyste et son analysante, amours lesbiennes torrides entre deux passagères d'un cargo à destination de Cochinchine en 1934, quelques histoires parmi d'autres au menu d'Osez 20 histoires de sexe entre filles. À déguster sans modération, que vous soyez une femme attirée par les personnes du même sexe, un voyeur qui aime observer les femmes entre elles, ou tout simplement avide de nouveaux horizons érotiques !

  • Trop jeune veuve d'un vieillard cacochyme qui n'eut pas le temps de la déflorer, l'aristocrate et altière Hermine de Coeur s'empresse, en créant un pensionnat, de mettre sa fortune au service de l'éducation de jeunes garçons. L'étude des langues s'y fait sous un jour nouveau, l'anatomie ne se préoccupe que des milieux humides et les lettres classiques ne sont plus que borborygmes d'extase. Georges, le favori de madame de Coeur, "

  • « Les grands policiers et les grands criminels de la littérature classique ont évidemment une sexualité, mais celle-ci, pour des raisons de censure et de bienséance, n´a jamais pu s´exprimer, faisant de nos héros des êtres impuissants ou frigides. Il fallait que cette injustice soit réparée. C´est pourquoi, dans un souci de vérité historique qui les honore, les éditions La Musardine m´ont confié cette haute mission de rendre à tous ces personnages qui peuplent notre inconscient collectif une vie sexuelle aussi riche et diverse que leur vie aventureuse. » E. L.



    Au programme :

    Arsène Lupin, gentleman gamahucheur ; Le Parfum de la chatte en noir, une aventure inédite de Rouletabille ; L´héritier aux deux trous, un épisode occulté de Sherlock Holmes ; Les véritables mémoires du vit de Vidocq ; Fantômas contre l´inspecteur Juve et le jeune journaliste Fandor ; La mystérieuse histoire du gode d´ivoire, une incroyable investigation d´Hercule Poirot ; Morsure sénile, une enquête truculente de Miss Marple.

  • Stella Mac Leod, prude épouse d'un officier anglais de l'époque victorienne, accompagne son mari en Nouvelle-Zélande. A peine débarqués, ils sont attaqués par une tribu maorie et la jeune femme se voit bientôt initiée contre son gré aux moeurs des hommes

    1 autre édition :

  • Saccage est l'histoire d'une initiation. Fraîcheur, jeune homme révolté et séduisant est attiré aussi bien par les hommes que par les femmes. Il sème le trouble parmi sa bande de copains et s'enfuit pour atterrir chez une bourgeoise de province, qui tombe sous le charme de sa jeunesse et de son innocence. Mais très rapidement, Fraîcheur se lasse de leurs échanges sexuels...
    Texte inclassable, intemporel et fulgurant, avec des scènes de sexe d'une tension rare, Saccage met en scène un personnage rimbaldien en quête de " la jouissance avant toute chose ', dans tout ce qu'elle peut offrir de beau et douloureux.
    Une première version de ce livre, amputée des scènes érotiques (comme si l'amour physique pouvait être dissocié des pensées et des autres actes...) est parue à la fin des années 1950. Nous le publions aujourd'hui dans sa version intégrale.

  • La fellation, simple préliminaire ?

    Pas si sûr...
    Qui a dit que la fellation était un plaisir égoïstement masculin ?

    Bien décidés à tordre le cou aux idées reçues, les auteurs des nouvelles de ce recueil - des femmes pour la plupart - vous montreront que la pipe est un plaisir partagé par tous, la suceuse comme le sucé... qui devient parfois même suceur à son tour ! Tour à tour coquines, intros­pectives, provocatrices mais toujours ­gourmandes, ces vingt histoires de fellation raviront toutes celles et ceux qui, comme Annie, aiment les sucettes, à l´anis ou autres, à tester sans modération. De quoi piocher de nouvelles idées pour enrichir sa pratique d´un art réputé délicat...

  • De l'art d'être fidèle... à ses désirs De l'art d'être fidèle... à ses désirs À quoi ressemble l'infidélité en 2017 ? Quelles stra tégies déploient amants et maîtresses pour s'adonner aux joies de la relation adultérine ? Quels sont les scénarios sexuels favoris des Emma Bovary d'aujour d'hui ? Vous le découvrirez à travers ces 20 histoires qui vous conduiront tour à tour dans la chambre d'une femme qui trompe son mari avec un ami de son fils, dans les toilettes d'un restaurant où une femme succombe au charme d'un mystérieux inconnu pendant que son époux l'attend derrière son assiette sans se douter de rien, dans une boîte de nuit en compagnie d'une femme qui choisit elle-même les proies avec lesquelles son mari aura le droit de la tromper... et bien sûr dans les alcôves secrètes des infidèles qui se rencontrent sur internet de façon aussi immorale qu'excitante. Pour ce nouveau recueil, la collection " Osez 20 histoires " s'associe avec un partenaire expert en la matière : gleeden.com, le premier site de rencontres extra-conjugales pensées par des femmes.

    1 autre édition :

  • Le carnet de rrose

    Alina Reyès

    Après le succès de La Septième Nuit, Alina Reyes dévoile ses nouveaux secrets d´amour. Appelant son sexe Rrose, elle célèbre la jouissance féminine tout autant que le corps masculin, source de plaisirs infinis. Elle nous livre quelques-unes des recettes qui l´amènent à la jouissance et font de sa vie une célébration sexuelle de tous les instants.

    Le Carnet de Rrose, impudique et candide, confirme la place majeure d´Alina Reyes dans la littérature érotique contemporaine. Ce petit livre élégant, bel objet discret, renferme des confessions intimes d´une sexualité torride. Pouvant être lues à tout moment, elles séduiront les amateurs d´une littérature toujours plus osée.

    Pour mieux connaître Alina Reyes :
    />
    Http://www.alinareyes.com

    1 autre édition :

  • À l'aube des années soixante, sur une plage tunisienne, un homme et un adolescent se partagent tout un été les faveurs d'une femme " lubrique ". La chaleur torride et l'oisiveté les rendent littéralement ivres de luxure. Ils ne pensent plus qu'à ça, ne savent plus quoi inventer pour se gaver de la chair en folie de leur proie. Quarante ans plus tard, Esparbec se souvient de cet été démentiel et met en regard les péripéties actuelles de sa vie amoureuse avec ses souvenirs scabreux. L'adolescent, c'était lui, et la femme, sa mère. Il ne s'en est jamais remis...


    En 1998, lors de la première parution du Pornographe et ses modèles, François George s'interrogeait dans Le Nouvel Observateur : " Mais qui est donc Esparbec ? " Un pornographe ou un écrivain ? De Wolinski à Delfeil de Ton, sans oublier le talentueux Wiaz, ils furent nombreux à se le demander. Est-il possible d'être à la fois un " pornographe " et un " écrivain " ? C'est justement la question que se pose Esparbec quand, se penchant sur son passé, il cherche à y déceler ce qui l'a fait devenir ce qu'il est : un obsédé qui ne peut écrire que sur " ça ".

  • Le vampire n´est pas seulement un monstre assoiffé de sang :c´est aussi un héros romantique au charme trouble. L´histoire du cinéma et de la littérature l´ont montré, et la collection « Osez 20 histoires » est bien résolue à apporter sa pierre à la célébration de la sensualité vampirique. Du mystérieux vampire qui séduit ses proies sur Facebook au vampire utilisé comme esclave sexuel par une famille de nobles au dix-huitième siècle, en passant par la veuve noire, vampire femelle à tendance domina, les variétés les plus exotiques de vampires obsédés sont au rendez-vous de ce recueil pour vous faire trembler de peur... et de plaisir !

  • Savez-vous qui fut le client le plus inattendu de Catherine Deneuve au bordel de Belle de jour ?

    Savez-vous à quel point la Belle était amoureuse de la Bête ?

    Savez-vous quel fut le geste le plus audacieux d´Emmanuelle dans une boîte de nuit huppée de Bangkok ?

    Savez-vous que le vieux prof de L´Ange bleu était un vrai chien pour Marlene Dietrich ?

    Savez-vous ce que Blaise Pascal eût pensé des seins de Cléopâtre s´il avait connu Liz Taylor ?

    Savez-vous à quelles turpitudes se consacre Batman quand il a fini sa journée de superhéros ?



    Que sont nos films favoris devenus ? Ces moments de cinéma, fugitifs et miraculeux, les avons-nous vécus ou avons-nous cru les vivre ? Notre mémoire est chancelante, surtout quand nos fantasmes intimes entrecroisent ceux des cinéastes. Dès lors, comment faire la part du réel, de l´imaginaire, du souvenir précis et du rêve que nous avons échafaudé à l´issue d´une mystérieuse alchimie cérébrale ?



    Critique de cinéma et cinéphile impénitent, Gérard Lenne a vu dans les 20.000 films, bon an mal an. Il s´en souvient un peu, beaucoup ou pas du tout (voir son Je me souviens du cinéma, Ed. du Griot). Il a exploré les écrans du désir (Erotisme et cinéma, La Musardine), champ illimité où il revient ici sélectionner les 50 scènes les plus... troublantes, excitantes, érotiques ! Avec une nuance de taille : laissant libre cours à sa propre imagination, il extrapole, transforme les images, prolonge l´action qui soudain bascule... On ne sait plus où on en est, et n'est-ce pas le plus délicieux ?

  • Deux amies, l'une à Montréal, l'autre à Paris, se racontent par mail leur vie quotidienne et leurs expériences sexuelles. Bérénice, l'exilée québécoise en France, enseigne à la Sorbonne. Sa générosité l'amène à rendre des services sexuels à certains de ses étudiants étrangers curieux de conseils dans leur découverte de l'érotisme et de la sensualité. Elle ira même jusqu'à organiser un séminaire d'éducation sexuelle parallèle à son enseignement à l'université... Shirley, restée à Montréal, mène une vie bien rangée de femme mariée et fidèle. Or, une rencontre inattendue et imprévisible à l'occasion d'une réunion de famille bouleverse sa vie.

  • C'est au milieu du dix-huitième siècle, il y a donc plus de deux cent cinquante ans, que Voltaire a écrit les aventures de Candide. Réduits en esclavage, soumis aux pires sévices, aux viols des soudards, aux autodafés de l'Inquisition, aux caprices de leurs maîtres, Candide, Cunégonde et leurs compagnons subissent mille avanies et outrages au cours de leurs pérégrinations.



    " Cunégonde était d'une grande curiosité ; elle voulut savoir si la raison suffisante de Candide était semblable à celle du précepteur Pangloss et elle lui abaissa sans façon ses chausses. Ce qui lui apparut l'éclaira du grand mystère que les mères cachent à leurs filles. Elle releva alors ses robes et, écartant des deux mains ses fesses roses, indiqua au jeune homme le chemin qu'il devait emprunter. Candide était novice et sans malice ; il allait s'enfoncer dans le derrière de mademoiselle Cunégonde lorsqu'un bruit l'arrêta. " Voltaire, en écrivant ce conte à l'humour ravageur, n'a-t-il pas réfréné sa plume ? Bernard Guérin a tenté d'imaginer quelques développements érotiques, qu'il a semés dans le texte original, et que le philosophe des Lumières n'aurait peut-être pas reniés...

empty