• Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à dos de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande Tortue... Oui, c´est le Disque-monde... Les habitants de la cité d´Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l´air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes. Tellement inoffensif que le Patricien avait chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse et qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu´au rebord du Disque. Car Deuxfleurs était d´une espèce plus redoutable qu´on ne l´imaginait : c´était un touriste... À la lumière de l´octarine, la huitième couleur, celle de la magie, découvrez l´univers fantastique et cocasse de Terry Pratchett.

  • « Vous auriez de très jolis pieds si vous en preniez soin, dit la vierge Bethan. - Ch´est bien aimable à toi, répondit Cohen le Barbare. Mais des pédicures j´en rencontre pas chouvent dans ma profechion. » Octogénaire, borgne, chauve, édenté, Cohen, le plus grand héros de tous les temps réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants ? Car une étoile rouge menace de percuter le Disque-monde, dont la survie repose sur le sorcier calamiteux : dans son esprit brumeux se tapit le Huitième Sortilège... Avec une distribution prestigieuse dans les seconds rôles : le Bagage, l´In-Octavo, Herrena la Harpie, Kwartz le troll, Trymon l´enchanteur maléfique et, naturellement LA Mort. Une aventure fantastique sans précédent. Ou peut-être une gigantesque fumisterie, plus encore que La Huitième Couleur.

  • Le soir de mon trente-huitième anniversaire, je me suis saoulée au champagne, j'ai recueilli une bête emplumée et découvert deux cadavres. Comment j'ai réussi tout ça ? Eh bien, quand ça fait deux ans que vous n'avez plus de chum, vous saurez que le champagne solitaire coule de source. Pour le reste...
    C'est un drôle de bruit en provenance de chez Maryse et Stéphane, mes voisins de palier, qui m'a tirée de mon sommeil éthylique. Curieuse de nature, j'ai vu, à travers « l'oeil magique », leur porte entrebâillée. Ce n'est pas que je sois très aventureuse, mais sachant mes voisins au casino, j'ai voulu m'assurer qu'aucun voleur n'était à l'oeuvre.
    J'ai d'abord découvert l'origine du bruit : une grosse perruche blanche qui, dès que je me suis approchée d'elle, s'est perchée sur mon doigt. J'ai vu ensuite, dans la cuisine, quelque chose qui pendait du luminaire. Un jeune homme. Mort. Tout juste après, j'ai trouvé Maryse, pratiquement nue sur son lit, morte elle aussi. Étranglée.
    Je suis retournée chez moi pour appeler la police et, depuis, je me perds en conjectures. Je connaissais le pendu, un ado qui fréquentait la bibliothèque où je travaille. Le beau sergent-détect'Yves Tremblay peut bien prétendre qu'il a les choses bien en main, je ne peux pas ne pas chercher à comprendre la raison de ces deux morts violentes. Me voici donc lancée dans une (en)quête qui ne m'apportera que des ennuis...

empty