Samsa

  • La jeune vampire

    J.-H. Rosny Aîné

    • Samsa
    • 10 Novembre 2020

    - Il y a quelque chose de vrai dans toutes les croyances persistantes des hommes, fit Jacques Le Marquand... j'entends les croyances qui ont rapport à des faits précis et souvent répétés.
    - Alors, la sorcellerie...
    - Dans son ensemble, je la nie, parce qu'elle énonce trop de faits imprécis et aussi parce qu'elle varie immodérément.
    Mais la science actuelle use de mainte pratique propre aux sorciers et aux sorcières : par suite, il est ridicule de nier que la sorcellerie ait reposé, du moins partiellement, sur une base expérimentale... Je n'insiste point... parce que j'ai mal étudié la matière. Mais que diriez-vous si je vous affirmais l'existence d'un phénomène comme le vampirisme ?
    - La science ne le nie pas, s'écria Charmel avec goguenardise.
    Elle le transpose seulement de l'homme à une espèce de chauvesouris...
    Jacques Le Marquand haussa les épaules et continua :
    - J'ai connu une vampire... dans le quartier d'Islington, à Londres, de 1902 à 1905. Et j'ai appris dernièrement qu'elle vit encore. Elle est mariée d'ailleurs... elle a même quatre enfants...

    Sur commande
  • Les corneilles

    J.-H. Rosny Aîné

    • Samsa
    • 10 Novembre 2020

    À une soirée de l´Américain O´Sullivan, boulevard Malesherbes, un officier du génie se tenait solitaire. Il était grave et très beau. Sur le sobre uniforme, sa tête blonde, hâlée à peine, se détachait avec majesté. Il avait de grands yeux celtes, mâles et candides, entre des cils d´enfance. Revenu de Tunisie avec des états de services superbes, très jeune encore, il était cité comme un officier de large avenir. La fête restait nonchalante, une mince valse traînaillait, un bourdon de causeries entrecoupait la menue musique, l´haleine de Mai entrait par les larges fenêtres ouvertes, faisait trembloter les lustres, aimablement caressait les femmes et les fleurs. Un peu timide, ensauvagé par sa longue absence, l´officier observait naïvement la bimbeloterie, de ci de là éparse, les rideaux de soie soufre gonflés au souffle soiral. Brusquement, ses prunelles s´abaissèrent sur un groupe de femmes.

    Sur commande
empty