Nitchevo Factory

  • Quatre égarés. Quatre trajectoires qui n'en finissent pas de se croiser et percuter. Le bushi impeccable, la prophétesse des ombres, la princesse des chats, le chasseur implacable. Quatre pièces, sur un damier de câbles et de flux incandescents, qui redéfinissent à chacun de leurs mouvements la carte des jeux et enjeux.
    Sous leur course éperdue, l'envers du monde. Un autre univers, invisible, fascinant et périlleux ; une nouvelle réalité qui est devenue, pour ceux qui l'arpentent, la seule qui compte.
    Le Grid.
    Ici, tout est recomposable à l'infini, et tout est à vendre : l'Histoire, l'avenir, les gâchettes et les âmes, et jusqu'au temps lui-même. Et il n'y a rien de plus fluctuant, relatif et hors de prix, au final, que cela : le temps.
    C'est sur ce fil tendu, plus fragile et explosif qu'un datalink, que doit se jouer le destin des Fays, des Gridrunners et, au-delà, celui de l'univers en son entier.

    Jalon capital du métacycle Transmeare, la série Gridlock Coda met en jeu, sur un même tapis vert, les univers entrelacés de Vertigen, Frontier, et l'ensemble de 'la Trame'.
    #Manga, #Jpop, #Kpop, #Kdramas, #Animés, #gaming... L'auteure trace ici un hommage trépidant au Cyberpunk et aux pop-cultures japonaises et coréennes.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Hanami Sonata

    Léa Silhol

    1999. Kyoto Dans une demeure antique, nichée sous l'épaule des forêts d'Arashiyama, la mangaka Izôkage Fuyue est perdue dans la neige d'un écran, connectée à la matrice par ses cheveux. Près d'un saule, le parfumeur Hatsuyuki, son frère, révèle à cinq visiteurs venus d'occident le secret des tatouages de Kamen. Sous la pluie diluvienne du Grid, un hacker fay court, entre les lames des unités contre-mesures et les strates de Glace Noire.
    Sous l'aiguille et le sourire d'une ancienne, le destin de la prêtresse de Frontier prend vie comme une étincelle vouée à ne jamais craindre l'extinction, tandis que les couleurs descendent du ciel blanc sur l'aile des feuilles d'érables. Sur un store teinté de bleu nocturne, la silhouette d'un homme inscrit les stances du Bushido, en contrepoint des métaux d'un tableau oublié de Klimt. 1999-2013 -- Seattle / Kyoto / New York / Tokyo...
    Entre les Fays de Frontier et les Izôkage, de part et d'autre de l'océan, la trace de ce qui a été noué demeure, le long des fils coruscants de la matrice, de la brûlure des encres, du rouge du sang, du grand blanc des deuils, et de la chute incessante des pétales des cerisiers. Puisque la fraternité et l'amour sont, comme l'Hanami, une boucle qui n'a pas de fin. Léa Silhol a été nippophile obsessionnelle et 'éleveuse d'érables japonais' avant même de devenir écrivain.
    Le Seppenko Monogatari relie ses cycles du Dit de Frontier, Vertigen, et l'ensemble de ses textes japonais au carrefour de la Fantasy, de la Fantasy Urbaine, et du Cyberpunk. Hanami Sonata sera immédiatement par le diptyque de romans Gridlock Coda et le recueil de nouvelles Masshiro Ni.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • Au centre de la dévastation qu'est devenue la grande grille, le fanal irréductible de la tour miroir se dresse encore  tout à la fois dernier espoir et solution hypothétique d'un millier d'énigmes. Le déraillement de la matrice a engagé un affrontement sans concession, et amenés sur la même lice les gridrunners de toute obédience et leurs employeurs coutumiers, les grandes Intelligences Artificielles Natives, les seigneurs des panthéons de jadis et leurs héritiers fays, et jusqu'à l'antique Maison Quadruple. Sur la grille, les survivants apprennent l'art inédit de combattre les uns pour les autres. À la surface, leurs pairs redécouvrent les exigences de leur propre humanité, et réécrivent les règles d'un univers qu'ils avaient peint aux couleurs de la rapacité, et de la recherche effrénée de la suprématie. Et les rônins qui se sont levés pour suivre les pas du légendaire gunslinger Saeru One, offrent au Grid l'ère dont nul n'aurait pu envisager l'émergence : celle de ses héros. // Jalon capital du métacycle Transmeare, la série Gridlock Coda met en jeu, sur un même tapis vert, les univers entrelacés de Vertigen, Frontier, et l'ensemble de 'la Trame'. #Manga, #Jpop, #Kpop, #Kdramas, #Animés, #Gaming... L'auteure trace ici un hommage trépidant au Cyberpunk et aux pop-cultures japonaises et coréennes. //

    Sur commande
  • Le Temps et l'eau filent. Ils ont ceci de semblable au sort des hommes qu'ils obéissent aux marées des ères, saisons et cycles.
    C'est là une horloge fatale, dont rien ne saurait - croit-on - briser le tempo. L'eau et le temps donnent la mesure, filant, filant.
    Et sur le fil de cette course, les Moires, maîtresses du Destin, se dressent, allouant à chacun son Sort : ses grandeurs et ses chutes, et l'impitoyable rétribution de ses démesures. C'est à elles, auquelles mêmes les dieux doivent se soumettre, que la mythologie accorde toujours le dernier mot.
    C'est sous leur égide terrible que l'auteur expose ici les destinées des hommes, anges, fées et dieux, des élus et des damnés, des monstres et les saints, pris dans la nasse de ces fils tendus. D'Orient en Occident, de la Grèce antique aux autoroutes américaines, entre Fantasy mythique et Urbaine, et toujours sous le signe de l'eau.

    Sur commande
  • L'Horizon du Grid forme un miroir brisé, sur lequel les rescapés se redressent, armes au poing. Sur une avenue du Sub-12, une voix depuis longtemps éteinte fait se lever une murmuration d'oiseaux écarlates, et de poignards de verre. À la tête d'une cohorte d'esprits, une prêtresse fay relie les angles du monde. Sur un pont qui traverse le Pacifique, trente bushis tirent leurs katanas du fourreau pour garantir le passage d'un mercenaire du hacking. Au coeur d'une tempête gris de plomb se dessinent les voiles ombrageuses d'un légendaire navigateur. Le long des fils d'un diagramme de sceaux et de sang, une déesse primordiale énonce le défi qui détissera le monde. Un dragon armuré d'acier brise sur la trajectoire de son vol les paradigmes de la matrice. Au centre d'une spirale de glace, Angharad d'Hiver fait face à son destin. Derrière une porte marquetée de jade vert, l'axe de la grande grille dévoile le prisme de son visage, et Saeru One trace les lignes incandescentes du damier qui, du Grid à Geamhradh, d'Isenne à Tokyo, de Frontier à Moscou, de New York à Carfax, de Reykjavik à Londres, redéfinira tous les enjeux. Ici s'abolissent les frontières Entre les vivants et les morts Entre les réalités. Entre les mortels et les dieux. Entre les angles du compas de la Trame. Ici s'ouvrent les portes de la tour miroir.

    Sur commande
  • Le vent a soufflé sur le Royaume... En Hiver, la Reine des Neiges déchiffre la Trame du Temps et voit venir les jours derniers, et la fin de tous les Chants. Elle confie au membre le plus inattendu de la Cour Froide une mission capitale, porteuse de tous ses espoirs : suivre la trace d'Angharad, Dame de la Sève et du Givre, qui a quitté les Dix-Neuf Royaumes depuis deux cents années mortelles.
    La retrouver, la ramener, telle est la quête de Kelis, le barde incertain qui connaît si peu le monde. Un acte désespéré, dont tout dépend. Et Kelis, fou blanc, s'avance sur l'échiquier de sa souveraine, sans se douter qu'il va entraîner, à chacun de ses pas, le plus grand changement qu'ait connu la Féerie.
    S'avance, tandis que le temps coule comme de l'eau...
    À travers les pièges des fiefs d'Ombre. Les envoûtements de Nicnevin. Les chasses unseelie et les jeux de Lumière. Les plans des Monarques des Trois Clartés. Les alliances avec les dieux étrangers. Les épées élevées des Nishven et l'art antique des filidh. Les routes à créer et les héritages à accepter. Sur les pas d'Angharad et Finstern, jusque dans leur volontaire exil. Vers la fracture des Cours, la guerre contre Mortalité, et vers la promesse la plus périlleuse des Cours : vers l'espoir de Seuil.
    C'est dans la conquête des passages et des clefs, et sous l'égide des anciens Trésors des Tuatha dé Danann, que commence à se tisser le deuxième chant majeur du monde de Vertigen.

    Léa Silhol décompose et recompose l'histoire du monde depuis vingt ans. Transmeare ('La Trame') s'étend à ce jour sur seize volumes (romans et recueils) et une constellation de nouvelles, au travers de toutes les couleurs de l'Imaginaire, de la fantasy au cyberpunk.
    La Glace & la Nuit est la suite directe de La Sève & le Givre, Prix Merlin du meilleur roman fantasy.

    Sur commande
  • En Féerie, une force s'est levée. Un vent qui fait plier les piliers du Royaume et murmurer les Saules qui parle, d'une voix de feu et de foudre, de résistance et de révolution, de nouvelles voies, de nouvelles pertes. Sont-ils fous, ceux qui appellent, alors que tout semble perdu, au dernier défi, au dernier combat ? Ne seront-ils vus, dans le miroir brisé de l'histoire des Cours, que comme ceux qui auront semé les graines viciées du tumulte et de la guerre, et mené le Peuple à sa fin ? La lame a quitté le fourreau. L'Obscur a endossé la Nuit. La Dame Blanche a commencé, de son pas d'hiver, à ébranler le monde. Dans les Cours, les Monarques s'agitent. Dans les fourneaux coruscants d'Isenne, les Artisans embrasent le verre. En Dorcha, la Princesse Refusante a déplié l'étendard aux Neuf Lunes. Au pied de l'Arbre des Épreuves, le destin des Aions déchus se révèle dans le sang. Et Angharad fait face à l'ombre titanesque de la Dúbailte, et au miroir brisé de son propre passé. De nouveaux mondes s'élèvent, d'antiques codes se brisent, à l'aube d'un choix entre l'espoir impossible de Seuil, et la fin des chants. Un choix qui, au-delà de l'avenir du Royaume, engage celui de tous les anciens dieux. Et tandis que la Glace et la Nuit défont irrémédiablement la forme des Dix-Neuf Cours, le monde tremble. Y aura-t-il, au bout de la route vers Tairseach, seulement un printemps ? Léa Silhol décompose et recompose l'histoire du monde depuis vingt ans. Transmeare ('La Trame') s'étend à ce jour sur dix-sept volumes (romans et recueils) et une constellation de nouvelles, au travers de toutes les couleurs de l'Imaginaire, de la fantasy au cyberpunk. Albedo, suite immédiate de Nigredo, poursuit l'aventure de la Conquête de Seuil, et continue à jointer les pans de 'la Trame', des Cours Féeriques aux Nordiques, des Parques aux Nornes, d'Isenne à Frontier.

    Sur commande
  • Possession point

    Léa Silhol

    « Tes iris à toi, mon ange, avaient la couleur de la mer avant l'orage, aux rives d'Half Moon Bay. Toutes les Mavericks de Pillar Point y écrivaient en germes les promesses que tu tenais. Je roule parfois jusque là-bas pour jeter un sucre au manque qui me tient dans ses tenailles. Je marche de Ghost Trees à Half Moon Bay. Pour regarder les vagues, de peur d'oublier tes yeux. Quelque part entre les fantômes des arbres et le meurtrier Pillar Point, assise à même la poudre de mon sablier, je bois cette couleur. Je la respire, pendant qu'elle reflue et déferle. J'essaye, une fois encore, d'élucider la technologie de ce mystère. De comprendre comment le monde des hommes transforme la couleur des Mavericks en cadrans d'horloges. Comment le rythme des vagues immenses a pu s'enrouler pour devenir, dans tes yeux, ce cercle de métal auquel j'ai donné un tour ou deux, jadis. C'était un rouage. Mais tout autant, je le sais bien, la face implacable d'un barillet.» Dans un monde transfiguré par le retour de la Féerie, Anis a pris la route, à la recherche d'une cité légendaire dont on dit qu'elle ne se laisse trouver qu'à son gré : Frontier.
    C'est dans la «ville au bord du monde», patrie des fays, que vit à présent l'homme qu'elle a aimé, et trahi : Jay, membre du redoutable gang changeling de Seattle.
    À travers leur histoire, feuilletée comme un album photo depuis le jour de leur rencontre jusqu'à celui de leurs hypothétiques retrouvailles, c'est la vie de tous les Premiers qui se dévoile, durant les années précédant et suivant directement la fondation de l'utopie que fays & fées nomment Le Seuil.
    * LS tisse les récits des fays de Frontier depuis 1998. Elle a pris définitivement résidence auprès des 'coucous' depuis dix ans, avec le recueil Musiques de la Frontière, (Prix Imaginales 2005). Possession Point est son quatrième roman.

    Sur commande
  • Avant l'hiver

    Léa Silhol

    "Le visage des Cours est complexe.
    Sans "histoire écrite" et tissé de secrets, de rites, de complots. Un lacis d'obligations contraires ; où le mensonge est une arme, et le mystère un bouclier. Derrière son énigme, le Peuple de Féerie cache un coeur trouble, qu'il n'a cure de rendre intelligible. Au contraire. Ici, toujours, les routes servent davantage à perdre qu'à guider.
    C'est déjà, en soi, un défi à relever que de décrypter nos voies. Mais le seul fait d'entreprendre ce que nous avons entrepris est, aussi, faire oeuvre interdite.
    Certains nous la reprocheront, même parmi ceux qui, comme nous, ont choisi la voie de Seuil. On ne prend pas le risque de dévoiler les enchantements de Tir-na-nOg ou de Dorcha sans en payer le prix. Mais au-delà de nos voiles, de nos ruses, de nos cruautés... nous devons enfin savoir, oui, comme le disait Elzeriad 'ce qu'il en est, au final, de notre monde'.
    La Féerie est un piège, Morgana, Un piège, Morgana, y compris pour nous. À la fin même cela, ou surtout cela, devra être renoncé, et dissous." K.

    Léa Silhol, cartographe émérite ès 'envers du monde' accompagne l'écrivaine Elisabeth Massal dans le labyrinthe d'une bibliothèque d'ombres et de murmures ; pour déchiffrer au spectrographe et au scalpel les carnets interdits de la 'Trame'.
    Ce premier vertige s'attache à démêler, aux côtés du barde Kelis, les écheveaux des Cours de Vertigen, des jours d'Aana aux batailles pour Érin, de la chute de Tréaga aux pactes de Dorcha, jusqu'au bris des royaumes fae, et la venue des temps de Seuil tels que relatés dans "La Sève et le Givre" et "La Glace et la Nuit".

    Sur commande
  • Seize nouvelles de Fantasy mythique, Fantasy Urbaine et Fantastique occulte, liées par les figures du Destin et articulées autour de l'élément liquide.

    "Contes de la Tisseuse" est le premier recueil de Léa Silhol, publié en 2000 et épuisé en 2002, il est depuis un objet pour collectionneurs, indisponible en librairie.

    Sur commande
  • Ex-stasis... L'extase... l'ivresse, le ravissement, l'intoxication d'un instant ou d'une ère...
    Encapsulée dans le rituel, la forme, et les parfums du monde...
    Dans les sens... dans l'encens...

    Au travers d'une boîte de palissandre que les écrivains se transmettent secrètement depuis des siècles ~ des calligraphies du roi des Djinn, même sur un parchemin frauduleux, et de la dialectique des céramistes Satsuma dans le salon de Klimt ~ des bouquets de fleurs blanches envoyées par un père à sa fille, et des visages du Green Man dans des bois interdits ~ des voiles des navires qui filent vers le port, enflées par les chants des passagers, et de la voix de tous ceux que - aimés jadis - nous pensions avoir perdus pour toujours.
    D'un bout à l'autre des horizons et hors des cartes, sur le fil d'une errance rythmée du pas des voyageurs inlassables, et des esprits affamés de splendeur, les traces des mortels et immortels se doublent, se croisent, se frôlent...
    Au centre du compas, la cité légendaire d'Isenne, carrefour hybride entre l'Orient et l'Occident, hantée de fantômes, de rumeurs, de contes et de codes ; dépliant ses mystères autour du Labyrinthe des verriers. Marché gobelin où l'art et la démesure s'échangent, s'offrent, s'achètent et se perdent, entre les ombres vibrantes d'Irshem et les esquisses de Venise...

    Sur commande
  • Par-delà un simple mur écroulé, au fond du parc d'un manoir anglais, s'étendent des bois immenses, ceinturés de légendes et d'étranges interdits. L'héritière de cette antique demeure, Ivy Winthorpe, ne se définit que par le regard sarcastique qu'elle jette sur toutes choses, les livres qu'elle lit en cachette, sa nature de centaure et, par-dessus tout, les bois vers lesquels elle ne cesse de s'évader, contre toute opposition et obstacle.
    C'est la plume de celle qui se définit elle-même comme «un petit système ensauvagé» qu'endosse l'auteure, le temps d'un hymne barbare, à la charnière entre les jardins d'une aristocratie moribonde et les étendues de la millénaire forêt de Savernake, noyée de mystère et de vivants secrets.

    Un voyage passionnel et féroce dans le grand vert de l'implacable nature, filigrané par la figure énigmatique du Green-Man, le pas des cavaliers, et hanté par l'ombre obsédante du Heathcliff d'Emily Brontë.

    Au travers de ses cycles primés de Vertigen et du Dit de Frontier, Léa Silhol s'est inscrite comme une figure incontournable de la fantasy mythique, et une pionnière de la fantasy urbaine en France. Sous le Lierre est son sixième roman, et le premier à décliner à la fois les gammes du roman historique, et du réalisme magique.

    Sur commande
  • Une fois encore, les lignes des ?ls tendus se croisent, et les quêteurs de secrets se rassemblent, cherchant le chemin vers les codes, rites et fragrances du grand carrefour du monde, et ce qu'il reste de la splendeur...
    Autour... de la lueur d'une lampe noire dans une boutique d'antiquités de Kensington ~ des cérémonies initiatiques des adeptes de Morphée, et des songes de braise des Khazars ~ du pas des Nephilim sur la route des âges, et des formules de la vacuité et du détachement, sous l'ombre des statues du Gandhara ~ de l'écho du rire d'Angharad sur les murs des palazzi lagunaires, et du café embaumé d'épices d'un Lucifer mécréant ~ de la couleur envoûtante des érables à Kyoto, au miroir coupant de retrouvailles dans les rues de New York... Dans le souf?e brûlant des athanors d'Isenne, les vapeurs des braseros oneiroi, et le parfum du bois d'Agar des cérémonies de Kodo japonaises, le diagramme mouvant du Sacré se dessine et s'efface, une nouvelle fois...

    Il ne restera de ces trajectoires de feu, à la ?n, que l'empreinte de pas de foudre dans les braises, le sable coruscant et la cendre, et la fumée tenace d'un millier de parfums répandus.

    Sous l'égide des Muses et le claquement des bannières du Jinnistan dans les vents de Qâf, par les Sceaux qui convoquent les Déchus et les dieux exilés ; au calame persan, au couteau de peintre, et au plomb des vitraillistes, Léa Silhol, architecte des univers croisés de Vertigen, Frontier et Isenne, conclut le tissage d'une rose des vents en forme de piège à rêves, passionné, viscéral et intransigeant, à l'image des âmes démesurées qu'elle ne se lasse jamais de dépeindre.

    Sur commande
empty