Mirobole

  • Une oeuvre ténébreuse, une écriture qui a la beauté du diable... Anders Fager revisite les grands thèmes du genre fantastique chers au Lovecraft de Chtulu ou à Maupassant pour faire surgir un univers fiévreux et sensuel peuplé de créatures horrifiques, de forces maléfiques et de sociétés démoniaques. La construction littéraire est à proprement parler géniale, le recueil conçu comme une symphonie glacée où chaque nouvelle, dans sa singularité, forme un mouvement dans une oeuvre tentaculaire. Avec un humour noir confinant à la jubilation, Fager mêle les références et fait se croiser loups-garous, vampires, poulpes géants, ou encore Alien ou le Blob.
    Découvrez un Lovecraft version trash et rock 'n' roll pour une véritable et très angoissée chronique sociale.

  • Maxim, 7 ans, vit avec sa soeur jumelle et leur mère à Moscou. Bientôt des transformations déconcertantes s'opèrent chez lui. En lisant le journal intime tenu par le petit garçon, le lecteur le voit devenir peu à peu la proie d'un hôte terrifiant, qui cherche à lui faire commettre l'innommable...
    Les autres récits du recueil, tout aussi forts, font évoluer des personnages poignants dans une Russie contemporaine inquiétante. Ici, un employé de bureau développe des sentiments troubles pour une denrée moisissant au fond de son réfrigérateur. Là, un dresseur de chiens se réveille dans un train à côté d'une femme qu'il n'a jamais vue mais dit être son épouse, et qu'il devra apprendre à aimer.
    Je suis la Reine brouille les frontières entre réel et imaginaire et confronte le lecteur à une représentation troublante de l'horreur quotidienne et de la schizophrénie ordinaire.

  • Andy vit en paria depuis sa résurrection spontanée après un accident de voiture. Ce nouveau zombie n'a pour morne horizon que le cellier familial, où il cuve les grands crus de son père, et ses réunions mensuelles aux Morts-Vivants Anonymes.
    Mais lorsqu'un zombie solitaire l'initie aux bienfaits régénérateurs de la chair humaine, Andy décide de lutter pour ses droits civiques. Débute alors un voyage improbable qui le mènera de la morgue au rôle très médiatisé de porte-parole de la cause zombie, en passant par des séjours à la SPA reconvertie dans l'accueil de zombies fugueurs et aux plateaux d'Oprah Winfrey.

    Sombrement drôle, étrangement touchante et suffisamment gore, l'odyssée du premier mort-vivant contestataire de l'Histoire vous fera probablement rire. Mais auparavant, vous devrez faire connaissance avec tous les amis d'Andy. Une petite merveille d'humour et d'horreur

  • Dans un futur lointain, les humains sont connectés via des implants à un réseau commun. Ensemble, ils forment un organisme unique, le « Vivant ». La mort n'y existe pas : dès qu'un individu est « mis sur pause », son code génétique renaît dans un nouveau corps. Le nombre d'humains est constant - trois milliards.
    Le Vivant vacille sur ses bases lorsque l'impensable survient : un homme naît. Il est sans code, sans patrimoine, il n'est la réincarnation de personne. On l'appelle Zéro. Placé sous étroite surveillance, il devra trouver des réponses sur son identité dans un monde réputé parfait...
    Anna Starobinets déploie les codes de la littérature d'anticipation pour interroger d'une manière glaçante les traumas de nos civilisations virtuelles.

    Anna Starobinets, auteur phare de la jeune génération russe, vit à Moscou. Son premier ouvrage, le recueil de nouvelles Je suis la reine, a été finaliste du Grand Prix de l'Imaginaire 2014. Elle est traduite en huit langues.

  • La lande de Skanör voit s'écraser une météorite d'où émerge une créature avide ; cent cinquante et une personnes convergent des environs de Stockholm pour un suicide collectif ; une boutique d'aquariophilie est tenue par une femme étrangement proche de ses poissons. Dans ces contes horrifiques, Anders Fager s'empare des grands thèmes de la mythologie, du folklore et du fantastique pour créer des territoires sensuels et sombres, où il fait surgir des créatures d'épouvante. Mais le monstre n'est pas toujours celui qu'on imagine. Avec un humour noir confinant à la jubilation, l'auteur construit ses récits à coups de petits détails dissonants qui font basculer un quotidien banal : dans cet univers de cauchemar, dans ce monde dévasté, violence et folie sont partout.

  • Pauvre Andy Warner. L'ex-star contestataire des morts-vivants a passé une année entière soumis à des tests expérimentaux dans un laboratoire de recherches sur les zombies dans l'Oregon. Heureusement, un miracle se produit : à quelques jours de Noël, il parvient à s'échapper et fausse compagnie à ses poursuivants en enfilant un costume de Santa Claus. Le déguisement parfait. À deux réserves près : des collègues de décomposition le reconnaissent et exigent de lui qu'il soit leur chef ; et une adorable fillette solitaire le suit partout, convaincue qu'il est vraiment le père Noël. Une comédie horriblement délicieuse à lire sous le sapin.

empty