Guy Du Cheyron

  • Kayl se retrouve soudainement sur une planète inconnue qui immédiatement le subjugue. Une créature sublime l'interpelle mais, alors qu'il échange quelques mots avec elle dans un magique rêve éveillé, il réintègre tout aussi brutalement la Terre avec grande frustration. Il est loin de se douter que ce mystérieux Monde va le ramener au Berceau de l'Humanité et lui faire découvrir sa véritable nature ! Et il va réaliser que la puissance des liens qui unissent ceux qui s'aiment va bien au-delà de ce qu'il pouvait imaginer ! Mais comment accéder à ce Nouveau Monde ? Que faire pour revoir cette envoûtante créature ?

    Sur commande
  • Wisconsin 1875 Winona retourne à Pony Town.
    15 ans après s'en être enfuie.
    Au saloon, cette nuit-là, elle retrouve tous ses anciens bourreaux. Aucun ne la reconnait. Ce sera une partie de plaisir... Pourtant, son père adoré, avant de mourir assassiné dans ses bras, avait bien tenté de lui faire promettre de renoncer à sa vengeance. Son ami bouddhiste, Bao, essaye lui aussi, de l'en dissuader mais Kaya, sa « soeur de sang » cherokee dont le peuple a subi la cupidité des Colons, ne penche pas pour la compassion...
    Tireuse émérite, va-t-elle suivre ce désir qui la hante depuis sa tendre enfance où va-t-elle respecter les dernières paroles de son père qu'elle aimait tant ?

    Extrait :
    /> _ Réfléchissez ?!!! qu'est-ce que t'as dit, sale Jaune ?! face de pamplemousse !!! tu me prends donc pour un demeuré ?!!!
    _ Je ne sais pas encore... je n'ai l'honneur de vous connaître que depuis cinq minutes mais il se peut qu'effectivement je finisse par parvenir à cette conclusion malgré le peu d'informations dont je dispose pour l'instant.
    L'homme, s'étranglant de rage, ébauche alors fiévreusement un geste vers son revolver mais Bao l'a devancé avec son katana, et Kerry... a aussi dégainé son katana ...encore avant Bao !
    Hans Werner se retrouve avec un sabre japonais effleurant sa jugulaire gauche et un autre sabre japonais - tout-à-fait identique - frôlant sa jugulaire droite (il va sans dire que les carotides ne sont pas rassurées non plus).
    _ Mei !! ma chérie ! que viens-tu faire par ici ?
    _ Je passais par là... j'ai vu de la lumière !
    _ Dès que j'aurai déposé mon sabre, je t'embrasse !!
    _ Moi aussi, mon bon Bao, moi aussi ! Qu'est devenu ton père ?
    L'homme, qui transpire à grosses gouttes, est contraint d'écouter la conversation des deux amis - après tout, ils ont bien enduré ses propres réclamations ! - avec juste le petit inconvénient qu'il ne doit absolument pas broncher d'un poil, sous peine de s'ouvrir comme le goret suspendu par le boucher pour le boudin.

    Sur commande
empty