Celephais Revue

  • Black Mamba est une revue de littératures de l'imaginaire publiant tous les trois mois des nouvelles illustrées et de la bande dessinée sous forme de récits complets. Dans chaque numéro se trouve aussi un dossier journalistique composé d'une enquête, d'un portrait, d'une interview et des chroniques des dernières sorties ciné, romans, BD, mangas et jeux vidéos.

  • Black Mamba est une revue de littératures de l'imaginaire publiant tous les trois mois des nouvelles illustrées et de la bande dessinée sous forme de récits complets. Dans chaque numéro se trouve aussi un dossier journalistique composé d'une enquête, d'un portrait, d'une interview et des chroniques des dernières sorties ciné, romans, BD, mangas et jeux vidéos.

  • Black Mamba est une revue de littératures de l'imaginaire publiant tous les trois mois des nouvelles illustrées et de la bande dessinée sous forme de récits complets. Dans chaque numéro se trouve aussi un dossier journalistique composé d'une enquête, d'un portrait, d'une interview et des chroniques des dernières sorties ciné, romans, BD, mangas et jeux vidéos.

  • Paris 1864. La vieille Seconde République est toujours dirigée par le Président Bonaparte.
    La France domine l'industrie dans tous les domaines : depuis le début du siècle, ses dirigeables sillonnent les cieux, ses transports ferroviaires véhiculent les marchandises de ses usines et de ses colonies dans toute l'Europe.
    Antoine Lefort, jeune magnat des transports et fabriquant d'armes, est un des artisans de cette puissance. Lorsqu'un de ses plans ultra-secrets est volé au nez et à la barbe des autorités, il décide de tendre un piège à ces espions, à la solde d'une puissance étrangère.
    L'aide d'Albert le majordome, du jeune Clément Ader et surtout celle du Baron Noir, un mystérieux justicier en armure, ne sera pas de trop.

  • Toutes les nouvelles de ce recueil, quels que soient leurs thèmes, ont un point commun. Au fil des histoires, réalistes ou fantastiques, où l'humour parfois noir est souvent présent, se suc- cèdent les incompréhensions, les erreurs sur la personne, les quiproquos et autres interpréta- tions. Autant de récits non dépourvus de suspense ; drôles, insolites, tendres ou tragiques, leur intrigue étonne jusqu'à la chute qui toujours surprend. Quels que soient les goûts du lecteur, celui-ci saura apprécier qu'il soit familier, simple ou soutenu, le style d'un auteur qui très sou- vent aime à jouer avec les mots.

  • Monstres

    Anthologie

    Des eaux troubles de l'océan aux pistes des cirques les plus étranges, de l'apparente normalité de demeures anonymes aux villes cauchemardesques ou fantasmatiques, du passé légendaire aux futurs post-apocalyptiques, voyagez aux côtés de monstres du folklore (vampires, loups-garous, fantômes, Léviathan), de phénomènes de foire comme d'abominations échappant à toute classification.
    Tour à tour proches de nous, miroirs déformants ou hideuse altérité, les créatures qui peuplent cette anthologie vous convieront à un tour du monde de la littérature fantastique, à travers vingt-et-une nouvelles d'auteurs d'origine américaine, australienne, israélienne, espagnole, argentine, uruguayenne ou française.

  • Black Mamba a été créé en octobre 2005 par les éditions Céléphaïs. Black Mamba est la revue trimestrielle des littératures de l'imaginaire. Elle est la seule en France à réunir nouvelles illustrées et bandes dessinées au sein d'un même support. Vous y trouverez des histoires exclusives produites autant par de grands noms de la littérature de genre que par de nouvelles plumes, dans les genres variés et alternés du Fantastique, de la SF/Cyberpunk, du Policier, du Medfan, de la Fantasy etc.
    L'ensemble est agrémenté d' illustrations dynamiques produites par des dessinateurs de talent qui y sont valorisés. La revue s'ouvre également sur un cahier d'actualités, avec des dossiers, portraits, interviews et chroniques sur le paysage de l'imaginaire francophone...

  • Black Mamba est une revue de littératures de l'imaginaire publiant tous les trois mois des nouvelles illustrées et de la bande dessinée sous forme de récits complets. Dans chaque numéro se trouve aussi un dossier journalistique composé d'une enquête, d'un portrait, d'une interview et des chroniques des dernières sorties ciné, romans, BD, mangas et jeux vidéos.

  • LES TAMBOURS DE DARK VALLEY (nouvelle) auteur: Simon Sanahujas, illustrateur: Vincent Minck Le texan d'origine Irlandaise Steven O'Brien aurait mieux fait de ne jamais mettre les bottes dans Dark Valley ! Un Werstern hommage à Robert.E.Howard, bercé de fantastique, qui régalera les nombreux amateurs de Two-Gun Bob.
    TEMPUS FUGIT (BD) scénariste: Dominique Latil, dessinateur: Amar Djouad On a beau avoir de bonnes intentions, il y a certaines recherches qui feraient peut-être mieux de ne pas être menées, aux risques de voir apparaître un monde sans passé ni futur.
    CAT PEOPLE (nouvelle) auteur: Yves Crouzet, illustratrice: Irène Calais Jouer à Chat est dangereux quand on est un petit souriceau comme Thomas. Méfiez-vous des griffes de la nuit !
    PRISON (BD) scénario et dessin: Samuel Figuière Un homme parmi d'autres, un travail a faire, et là, le grain de sable qui vient dérégler la machine si bien huilée.
    Un problème à corriger au plus vite.
    LE HACHOIR (nouvelle) auteur: Gilles Bergal, illustratrice: Gaëlle Beerens Le génial Gilles Bergal nous fait l'honneur d'une historiette particulièrement éguisée, tirée de son reccueil de nouvelles: Zombi Blues !.
    La FIN DU TEMPS (nouvelle) auteur: Richard Mesplede, illustrateur: Bernard Bosques Suivez le voyage galactique d'Yves Charon, éminent scientifique français, parti seul à la jonction où Passé et Futur ne pourraient ne plus faire qu'un !
    Le MORMAUDI (BD) scénario et dessin: Guznag, d'après le personnage crée par Urbain, Ruffner et Kisler Attention... Lorsque vient le soir et que le Mormaudi fait son apparition pour vous conter ses petites histoires venues des plus obscurs recoins de l'âme humaine, vous n'y résisterez pas !
    PROSOPO(U)PEE (nouvelle) auteur: Ludovic Lavaissière, illustrateur: Mikaël Léger Le récit virevoltant de Lena, chasseuse de têtes impartiale et expéditive, prise entre les démons de son passé.

  • Amour Tout va bien dans le domaine amoureux. On vous complimente aussi bien sur votre silhouette actuelle que sur vos choix éditoriaux. Vous êtes entouré d'affection par vos lecteurs et les collaborateurs qui gravitent autour de vous prouveront leur attachement. Pour que cela continue, gardez toujours en tête que ce sont vos meilleurs alliés. Attention à quelques jalousies.

    Travail L'année 2007 devrait confirmer les fruits de votre labeur. Perfectionniste et enthousiaste vous ne manquerez ni d'élan ni d'optimisme. En restant concentré vous aurez l'énergie et les compétences nécessaires pour défendre vos positions avec succès. Maintenant que vous connaissez les obstacles, plus question d'hésiter : foncez !

    Argent Vous améliorerez votre équilibre budgétaire en vous montrant prévoyant et organisé. En décembre, vous allez bénéficier du soutien du Soleil qui promet de beaux profits pour consolider votre situation matérielle. Vous saurez prendre des risques calculés et limiter au maximum les dangers.

    Conseils Continuez sans hésitation à sortir des sentiers battus en matière éditoriale et privilégiez la créativité dans tout ce que vous entreprenez. Vos innovations, même si elles n'ont rien de sensationnelles, constituent les pavés de la voie du succès.

  • Ça glisse pas mal !
    Un... Deux... Partez ! Black Mamba, Bobsleigh couleurs jaunes et noires, est lancé en trombe en janvier, mené par une jeune équipe groupée, bien en ligne, prête à faire sa place sur un autre Olympe où il est dur de gagner sa médaille : l'édition.
    Aïe ! Premier virage délicat ; des incompréhensions entre coéquipiers les obligent à un écart. Leur maquettiste se blesse, remplacé en deuxième manche. Le coup est dur mais le moral ne fléchit pas. La course est encore longue et les mécanos des ateliers Céléphaïciens ont préparé un Taxi Bob très compétitif.
    Ce circuit professionnel, on le sait, est ardu. Il faut user de courbettes à 180°, s'incliner sur des passages contractuels très glissants. L'équipe Black l'apprend à ses dépens, rectifie la trajectoire, se soude au cockpit en suivant sa ligne éditoriale, évitant le retournement du Team aux premières anicroches budgétaires. C'est une discipline dangereuse où il faut observer des règles administratives très strictes pour ne pas tomber. Au temps intermédiaire, ils refont quelque peu leur déficit malgré un petit ralentissement dans le choix du contenu.
    Après l'obstacle d'une diffusion en biais, ils dévalent maintenant à tombeau ouvert à une vitesse qui frôle les 30-40 points de ventes/m. Les pistes publicitaires, quelque peu réfrigérées, s'échauffent à mesure que fume la fibre de verre. Médias et public les encouragent, on les attend sur la ligne d'arrivée.
    Dernière corniche éditoriale et ils passent le check final. La carlingue, protégée par un fantastique capot en kevlar 100% Pulp, a limité la casse. Un coup d'oeil sur le panneau d'affichage et le chrono imprime quelques jours de retard.
    C'est encore trop juste mais promis, au prochain numéro, on visera le podium.

  • Affaire Black Mamba : un procès plein de rebondissements L'audience du jour est délicate. Les trois prévenus arrivent menottés, l'ambiance est électrique, la présence policière renforcée... 'Littérature', 'Illustration' et 'Bandes Dessinées' se connaissaient depuis toujours, sans pour autant se côtoyer régulièrement. Pourtant, elles se sont fait appréhender ce 15 octobre dernier en flagrant délit d'association de malfaiteurs et de trouble de l'ordre éditorial. Leurs versions des faits, recueillies en garde à vue, concordent parfaitement avec leur emploi du temps de ces derniers mois, où sans préméditation aucune et manipulées par l'Association Céléphaïs, elles se laissèrent guider jusqu'à l'imprimerie. Là, rassemblées en secret, elles s'abandonnèrent à la reproduction et se firent expédier en librairies spécialisées. Après le jeu de la défense et le récit des prévenus, Maître « Censure », Procureur de la République, demande l'arrêt immédiat de la parution du Black Mamba, ainsi que l'isolement des membres de l'Association Céléphaïs. Des murmurent s'élèvent dans la salle d'audience, la preuve de la culpabilité des prévenus est largement contestée par l'opinion publique. Déjà, les jurés se retirent pour délibérer. Dans la salle des pas perdus, l'ambiance est lourde, des policiers en tenue anti-émeute sont arrivés en renfort. Deux heures s'écoulent laborieusement... Lorsque le juge d'instruction revient avec le verdict, les murmures font place au silence : « ... Suite au réquisitoire du 15 Octobre, il a été admis par l'ensemble des jurés que le délit n'était pas caractérisé. Le Tribunal reconnaît que les prévenus cités n'ont fait qu'user de leur droit d'expression au divertissement populaire. « La cour déclare ainsi les accusés 'Littérature', 'Illustration' et 'Bande dessinées' ici présents, non coupables et libres. L'audience est levée ! » Le public explose de joie !

  • L'explosion du nombre des abonnements et les chiffres positifs de notre diffusion en librairies demeurent les meilleures preuves que ce que nous faisons ne laisse pas indifférent.
    Notre pari de séduire un lectorat en jouant la carte de la pluralité, chevauchant les genres et les médias, est en train de se concrétiser.Les réceptions de nouvelles et projets BD quasi journalières pour Black Mamba témoignent de l'implication des écrivains et dessinateurs, et de l'effervescence presque jouissive que procure une publication sur papier.
    Quant aux critiques qui considèrent notre revue plus pertinente sur la forme que sur le fond de ce qu'elle publie, je ne pourrais que les renvoyer à la définition même de notre ligne éditoriale.Tout est résumé en quatre lettres : Black Mamba est un Pulp. De sa première à sa dernière page, il a vocation à divertir et.à fournir un lieu de publication à tous les écrivains et bédéastes intéressés par le genre.Un rôle que nous sommes fiers de remplir tous les deux mois. Bien évidemment, il ne s'agira pas de masquer sous l'étiquette du Pulp un manque de niveau sur certaines de nos publications, mais de comprendre que Black Mamba grandira en même temps que tous ses acteurs. Nous travaillons constamment pour gagner en croissance, en qualité et en maturité, tant sur notre présentation que sur notre contenu.
    Et plutôt que de terminer par le sempiternel proverbe « Rome ne s'est pas faite en un jour...», nous dirons que « Weird Tales ou Métal Hurlant ne se sont pas faits en un numéro...»


  • Black Mamba fait sa révolution : un nouvel habillage, une peau neuve et l'ambition aux tripes pour une rentrée en grandes pompes. Loin des frivolités et diverses réjouissances estivales, la rédaction prend du sang neuf, s'aguerrit, met la barre toujours plus haut.
    La revue s'atèle à fidéliser ses lecteurs, satisfaire leurs attentes. Auteurs ou illustrateurs de renom, tel Jonas Lenn, lui offrent leur plume. Bien sûr, il ne s'agit pas de proscrire la découverte de jeunes talents pour autant. La maquette, rénovée, associe esthétisme, originalité et lisibilité. Une périodicité, désormais trimestrielle, sera l'occasion de dossiers approfondis avec une dizaine pages supplémentaires. Ainsi, Black Mamba poursuit son odyssée Pulp, tient le cap, conquérant et déterminé.


empty