Bibliotheque Nationale De France

  • « C'était la lumière qui, au plus épais de la substance, avançait lentement, lentement, lentement... » Deux familles corses, les Ortofieri et les Christiani, se vouent une haine farouche depuis le meurtre, en 1835, de César Christiani, corsaire de Napoléon, par Fabius Ortofieri.
    À un siècle de distance, Charles Christiani, historien de vingt-six ans, rouvre l'enquête grâce aux propriétés d'un verre spécial, la « luminite », qui permet de voir le passé. Aiguillonné par ses sentiments pour une femme du clan rival, le jeune homme se lance dans une véritable opération vérité.

  • L'intrigue démarre sur un champ de bataille fin 1914. Des brancardiers découvrent après le combat un soldat grièvement blessé et, à quelques mètres du corps, un second militaire, sosie du premier. Au poste de secours, les médecins -constatent que les deux hommes sont en possession du même livret militaire, portent exactement les mêmes blessures. À leur réveil, chacun affirme s'appeler Pierre de Givreuse. Ils ont les mêmes sentiments, les mêmes souvenirs, les mêmes expressions, comme si Pierre de Givreuse s'était dédoublé d'un coup.
    Ni la mère, ni la fiancée ne sont capables de dire avec certitude lequel est le véritable Pierre de Givreuse. Au-delà des méandres amoureux qui s'en suivent, Rosny pose dès le début les bases de cette énigme. Cette « duplication » tient-elle du miracle métaphysique, ou est-elle explicable ? Quel est le secret qui se cache derrière l'existence de ces deux êtres que rien ne différencie ?
    Sous l'apparence d'un récit simple et sans fioritures, L'Énigme de Givreuse aborde de multiples thématiques et propose différentes strates de lecture. Tout à la fois récit de guerre, étude de moeurs, allégorie scientifique, réflexion sur l'identité. ce roman méconnu de l'auteur de La Guerre du feu présente une version personnelle du thème du double, motif essentiel de la littérature fantastique...

  • Au XXXe siècle, notre planète est en proie à une gigantesque catastrophe écologique. L'exploitation de ses ressources en a fait un immense gruyère : les sols s'effondrent, la stabilité disparait. Ainsi Venise se retrouve à 450 m de hauteur, quand la Butte Montmartre s'enfonce dans un cratère. Mais bonne nouvelle : les hommes peuvent renforcer les structures de l'écorce terrestre, ce qui occasionne des grands travaux un peu partout dans le globe. Accompagné de ses deux neveux, M. Cabrol, décide alors de fuir la capitale et de se lancer dans un incroyable tour du monde à bord d'une maison volante pleine de gadgets visionnaires. Les inventions foisonnent : transports aériens démocratisés, énergie volcanique, transmission des images, des informations et du son grâce au téléphonoscope qui évoque à la fois, télévision, ordinateur et internet, repas et boissons gastronomiques sous forme de pilules... Leurs péripéties les entraînent des plages de Polynésie à la cohue new-yorkaise, entre chute de météorite et batailles avec des montres préhistoriques...

    Dans ce récit publié en 1925, Albert Robida se livre à un plaidoyer écologique avant l'heure, ainsi qu'à une critique féroce de la société occidentale : son gigantisme, le grouillement des bâtiments, des véhicules et des gens, le bruit démentiel et continu qui les environnent...
    Drôle et caustique à la fois, l'un des plus talentueux précurseurs du roman d'anticipation à la française reprend une partie de la structure narrative vernienne, notamment le thème du voyage ponctué d'étapes plus ou moins agitées et truffé d'inventions visionnaires.

  • Personnage récurrent de l'oeuvre d'André Couvreur (1865-1944), le professeur Tornada, revient une ultime fois dans L'Androgyne, publié en 1922. Pensant oeuvrer pour le bien de l'humanité, ce chirurgien démiurge change le sexe de ses patients. Métamorphosé en femme, le narrateur, Georges Sigerier, réapparaît auprès de ses proches sous une nouvelle identité. Devenu Georgette, la prétendue soeur de Georges, il parvient à renouer des liens avec Rolande, son ancienne maîtresse. Il se confronte à l'impossibilité de lui révéler sa transformation, mais en profite pour approfondir la vérité de ses sentiments.

  • Alors que leur voiture serpente sur la route de Cassis, Gaston-Adolphe Delvart, un jeune artiste-peintre, et son ami le docteur Alburtin assistent à la chute d'une fusée interplanétaire. Ils portent immédiatement secours au pilote qui n'est autre qu'Aurore Lescure, la fille du constructeur américain de l'engin. La jeune femme intrépide a rapporté de son expédition des poussières d'« Alien » qui se nourrissent d'électricité. Le docteur Alburtin décide d'étudier ces échantillons de matières cosmiques en les passant aux rayons X, sans se douter de la réaction de destruction en chaîne qu'il vient de déclencher. La réédition d'un roman de 1930.

    Sur commande
empty