Atelier Du Gue

  • Cette nouvelle a une histoire. Elle semble être le résultat d'une commande de Lorettus S. Metcalf, éditeur de la revue américaine, "The Forum". Jules Verne lui envoya son texte en novembre 1888. Celui-ci fut publié en février 1889. L'auteur précise à l'éditeur : « Pour traiter un sujet pareil, il aurait fallu un volume. Je n'ai donc pu indiquer que quelques excentricités du progrès, pour me tenir dans les limites convenues. » Mais on connaît aujourd'hui trois versions de cette nouvelle. Deux d'entre elles ont été écrites par Michel Verne, le fils de l'écrivain. La troisième que nous proposons ici a été réécrite plus tard et lue en public par Jules Verne, puis publiée dans les "Mémoires de l'académie d'Amiens", en 1891.
    Daniel Compère dans sa préface nous raconte et nous explique les péripéties de ce texte dont cette version a été tirée de l'oubli par l'Atelier du Gué en 1978.
    Toute de charme, de malice et de légèreté, cette nouvelle porte en elle le sujet de « L'île à hélice », féroce satire des moeurs américaines, que Jules Verne traitera quelques années tard dans des proportions beaucoup plus vastes et avec un humour plus grinçant.

    Sur commande
empty