Littérature générale

  • Dans une vieille édition de Paris-Soir, celle du 31 décembre 1941, le narrateur lit, par hasard, une petite annonce dans la rubrique «D'hier à aujourd'hui». On y recherche une fugueuse âgée de quinze ans, Dora Bruder. Hier, c'est le temps du Paris occupé, de l'étoile jaune, des rafles et des internements ; aujourd'hui, ce sont les dernières années du XXe siècle, quand ce passé tragique taraude les vivants. Entre le 25 février 1926, jour de naissance de Dora, et le 13 août 1942, date de son internement au camp de Drancy, l'écrivain enquêteur recherche les étincelles de vie qui combattent l'ensevelissement par l'oubli, et les transmet au lecteur avec justesse et émotion.

    Avec une infinie délicatesse, Didier Sandre pause sa voix sensible et chaude sur les mots de Patrick Modiano. Il nous entraîne sur les traces de Dora Bruder, disparue pendant l'Occupation.
    Une quête contre l'oubli, bouleversante.

    Sur commande
  • Dans cet ouvrage, l'auteur a voulu célébrer ses deux mères : l'esseulée et la vaillante, l'étouffée et la valeureuse, la jetée-dans-la-fosse et la toute-donnée.
    La première, celle qui lui a donné le jour, une paysanne qui, à la suite d'un amour malheureux, d'un mariage qui l'a déçue, puis de quatre maternités rapprochées, a sombré dans une profonde dépression. Hospitalisée un mois après la naissance de son dernier enfant, elle est morte huit ans plus tard dans d'atroces conditions. La seconde, mère d'une famille nombreuse, elle aussi paysanne, a recueilli cet enfant et l'a élevé comme s'il avait été son fils.
    Après avoir évoqué ces deux émouvantes figures, l'auteur relate succintement son parcours. Ce faisant, il nous raconte la naissance à soi-même d'un homme qui est parvenu à triompher de la «détresse impensable» dont il était prisonnier. Voilà pourquoi Lambeaux est avant tout un livre d'espoir.

    Didier Sandre a choisi Lambeaux, de Charles Juliet : «Charles Juliet parle du monde rural, des femmes, de la soif d'apprendre et de la difficulté d'être quand on naît dans ce milieu avec des aspirations au savoir. J'avais envie de partager ce monde avec le public de la Comédie-Française.» L'écoute en classe de ce CD est autorisée par l'éditeur.

    Sur commande
  • Les Pensées de Pascal ont été retrouvées à sa mort, le 19 août 1662, sous la forme d'un grand nombre d'opuscules, de notes fragmentaires plus ou moins développées, achevées. Les fragments ont alors été copiés tels qu'ils avaient été trouvés. Une pensée intérieure philosophique et théologique s'y déploie, laissant apparaître une apologie de la religion chrétienne. L'homme y est dépeint dans ses contradictions les plus intimes, révélant ainsi tous les masques de la grande comédie humaine. C'est la vérité qui est recherchée par l'auteur, pour y conduire peu à peu le lecteur.

    Didier Sandre, de sa voix profonde, nous donne à entendre ces Pensées , préservant tout l'intimité et la liberté d'une parole qui s'énonce pour soi. Le rythme de la phrase, articulée avec ses archaïsmes et ses tournures du XVIIe siècle, trouve un éclat et une résonance nouveaux ouvrant par là même un espace de compréhension.

    Sur commande
  • Histoires pragoises

    Rainer Maria Rilke

    • Theleme
    • 23 Septembre 2006

    Prague, ville où Rilke passa son enfance, est sans doute le personnage essentiel de ces deux récits. "Le roi Bohusch" et "Frère et soeur", constituant ces Histoires pragoises, comptent parmi les tout premiers textes de Rilke. Nourris d'éléments autobiographiques, ils évoquent l'atmosphère qui régnait alors à Prague, et, en particulier, l'émergence du sentiment nationaliste anti-allemand de la jeunesse tchèque. Ces pages, écrivait Rilke, "m'ont rendu cher ce que j'avais à demi oublié et elles m'en ont fait don. Car de notre passé nous ne possédons que ce que nous aimons. Et nous voulons posséder tout ce que nous avons vécu ". R.M. Rilke

empty