Tricorne

  • Cet ouvrage reflète un vrai message d'espoir : pour les malades dépendants qui souhaitent devenir abstinents, leurs proches désemparés qui voient la "fin du tunnel", ainsi que leurs soignants qui peuvent se familiariser avec le modèle de Minnesota pour les aider à atteindre leurs objectifs. À travers un recueil de témoignages, la parole est donnée à ceux qui ont peu l'habitude de s'exprimer et qui constituent une "majorité silencieuse". Là où régnait le désespoir, apparaissent des solutions.

  • Déréalisation générale, indistinction ; pourquoi voltaire plutôt que piron ? la fausse fraternité des fausses fêtes étend l'illusion à l'école.
    L'homo festivus est un adolescent permanent et l'on est original tous ensemble. ainsi de l'art moderne. on réfléchit et l'on rit en lisant ce débat. le thème, c'est l'homme et la fête en 2000. on brade la tragédie et la fête (don juan de mozart) se déchaîne pour envahir le temps. puis, au son de la disco, tous se réconcilient. la norme, c'est la transgression. a partir de symptômes, les trois philosophes tirent un feu d'artifice tragi-comique sur notre société dérisoire.
    On en sort ébahi, à la fois triste et avec des idées.
    Depuis des années, j'écoutais l'émission " répliques " dans laquelle alain finkielkraut ne se contentait pas du rôle de modérateur, mais s'impliquait, apportant une troisième voix (voie) dans un débat où se retrouvaient - plutôt que ne s'affrontaient - deux invités.
    Mais il n'est pas aisé de retrouver tel ou tel passage, telle citation, à partir de ses notes ou d'une cassette.
    C'est ainsi que l'idée de l'écrit s'est imposée.
    Ainsi, cette collection devrait faire le bonheur des esprits curieux, à l'écoute des questions de ce temps.

  • L'histoire n'a pas le monopole de la compréhension des événements passés.
    Il faut aussi compter sur le roman au XIXe siècle, qui ne se contente pas de relater des événements figés, mais qui dévoile les rouages intimes et les passions de ses personnages : nous voyons désormais les individus traversés par les conflits.
    Et cela chez Balzac, Stendhal, Hugo ou encore Anatole France.
    D'où une vision négative du bourgeois dans ces romans, due à la transition complexe entre l'Ancien Régime et une société issue de la Révolution.
    Avec Les Misérables, Hugo, croyant au progrès, va restituer aux Français l'entièreté de leur histoire nationale après 1793.

    Sur commande
  • Une amie qui enseigne la philosophie dans un lycée parisien me racontait l'autre jour que lors d'un bac blanc elle avait fait plancher ses élèves sur la question : " La science peut-elle tenir lieu de sagesse ? " En corrigeant les copies, elle eut la désagréable surprise de constater que la moitié de la classe était hors sujet, faute d'avoir su ce que voulait dire " tenir lieu de ".
    Au vu de cette anecdote, que mille autres récits corroborent, je voudrais poser à mes deux invités, Mireille Grange, professeur de collège en zone d'éducation prioritaire, et Marc Baconnet, doyen honoraire de l'Inspection générale des lettres, membre du Comité national des programmes - et romancier -, l'abrupte question suivante : qu'est-il arrivé à l'enseignement du français ?

    Sur commande
  • François Boespflug, spécialiste de l'iconographie chrétienne, nous fait découvrir ici un cycle de sept toiles peintes par Arcabas et consacrées au récit de l'apparition du Christ aux disciples d'Emmaüs dans l'évangile selon saint Luc.

  • Personnage mythique, Marie-Madeleine n'a jamais existé autrement que sous l'anonymat d'une « prostituée notoire » que Jésus absout parce qu'elle a témoigné beaucoup d'amour à son égard. En fait, sous ce pseudonyme, se cachent deux Marie: celle du "pur amour divin", Marie de Magdala, et la "pécheresse repentie" Marie-Madeleine...

  • Epouvantails

    Collectif

    • Tricorne
    • 15 Janvier 1997
  • La mort qui rigole ne gêne pas Bruckner : mais si rien ne sépare l'individu du bonheur... le narcissisme est la névrose de nos sociétés où la joie devient une corvée, et l'inquiétude : le prix à payer. On " gère son malheur ", et le devoir de bonheur (à exhiber) est commandé par l'égalité. On a inversé le sens de l'éducation : les jeunes sont les experts. Il y a le bonheur : besoin, devoir ou droit ? Infernal et triste, terrible. Mais aussi les plaisirs simples : on en parlait déjà dans " Où va le monde ". Il y a l'idée utopique que nous sommes tous des créateurs et une passion égalitaire devenue folle. Avec Lasch (le narcissisme, le déclin de l'autorité), les trois auteurs affinent le diagnostic du malaise contemporain. Etre heureux devient pénible ! D'où les questions de politique, de société, de progrès, de raison... tout se complique, donc. A la fin on lira un débat sur le bouddhisme.

  • Ecrit à deux mains par deux frères qui ont décidé de présenter la création et le développement de l'Etat d'Israël par le biais du récit de la vie de l'un d'eux - Eytan Guinat -, ce livre se lit comme un roman. Un merveilleux prétexte pour nous aider à comprendre comment des personnes ordinaires, animées d'une détermination peu commune, ont pu réaliser des choses extraordinaires... le plus simplement du monde. Une approche originale, un éclairage différent sur le sionisme et sur Israël.

    Sur commande
  • Pourquoi 10 ? Parce que ce père Noël là, du nom d'Agulhon, est né en 1997 sous l'oeil de SEN. Ahuri, bourru, il se laisse raconter par douze joyeux " entertainers ".

    Sur commande
  • Un regard sur l'histoire récente, comme les guerres mondiales, le nazisme et le stalinisme, ou sur notre actualité internationale - Bosnie, Rwanda, Algérie... - pourrait aisément nous faire plonger dans la fatalité. Mais il s'agit, ici, tout au contraire, de renouer avec une philosophie de l'engagement. En repartant plus particulièrement de cette rumeur totalitaire que fut l'extermination des Juifs par le nazisme, l'ouvrage essaie de saisir les mécanismes qui amènent l'homme à sombrer dans l'inhumain. A l'aide de la philosophe Hannah Arendt, qui fut l'une des premières à penser le ma politique extrême après "la catastrophe allemande", l'auteur souligne l'urgence de s'interroger sur notre façon de vivre en homme et du "vivre ensemble" dans notre société qui traverse cet ouvrage. Rompant avec une "culture de spectateur", cet essai renvoie chacun à une question éthique : qu'en est-il de ma responsabilité dans mes relations de proxilité ou au sein de l'espace social ?
    Le deuxième personnage essentiel de cet ouvrage, Emmanuel Lévinas, est un philosophe juif de son siècle. Profondément sensible à la vie des hommes, l'ombre du nazisme reste omniprésente dans sa pensée. Aussi, interroge-t-il chaque individu au coeur même de son existence : qu'en est-il de mon rapport à l'autre ?
    On ne ressort pas indemne d'une philosophie qui se tient à contre-courant des idéologies de la compétition. Il s'agit, tout au contraire, de donner d'une façon radicale la priorité à l'autre, y compris celui que je ne connais pas et qui pourtant me concerne (le tiers). Aussi, Lévinas pose-t-il, à tout être humain le questionnement suivant : quand suis-je vraiment moi-même ?
    Cet éveil à la pensée d'Hannah Arendt et à celle d'Emmanuel Lévinas, permettra au lycéen, à l'étudiant, ou à l'adulte en recherche, de réfléchir sur le totalitarisme, non dans le but de ressasser la mémoire, mais afin de mieux penser la citoyenneté dans le concret de l'existence.

    Sur commande
  • " Depuis des années, j'écoutais l'émission " Répliques " dans laquelle Alain Finkielkraut ne se contentait pas du rôle de modérateur, mais s'impliquait, apportant une troisième voix (voie) dans un débat où se retrouvaient - plutôt que ne s'affrontaient - deux invités.
    Ces trois personnages m'apportent à chaque fois des éléments si denses que je me sens plus intelligent à la fin de l'émission.
    Mais il n'est pas aisé de retrouver tel ou tel passage, telle citation, à partir de ses notes ou d'une cassette. C'est ainsi que l'idée de l'écrit s'est imposée. On feuillette un livre tout en prenant des notes.
    Ainsi, cette collection devrait faire le bonheur des esprits curieux, à l'écoute des questions de ce temps.
    " L'article de Régis Debray sur la Yougoslavie constitue le point de départ d'une discussion avec le directeur de rédaction du Monde sur les liens entre démocratie et nation. De Péguy à Trotski, du foulard à l'autorité, de l'école au marché mondial, on ne peut rien simplifier. Crise d'identité de la République, de ses langues, qu'est-il au juste ?

    Sur commande
  • De Nuremberg au Rwanda et à Pinochet, la question des crimes contre l'humanité se pose : sont-ils imprescriptibles ? La justice est-elle un attribut de la souveraineté ? A propos de Castro et des droits de l'homme, de Milosevic : le chef d'Etat est-il criminel ? Papon remplace-t-il Hitler en 1999 ? L'avis de Jankélévitch est-il celui de Badinter et de Daniel ?

    Sur commande
  • Sans passé ni projet, le monde est inquiet, "pour six raisons", habité par l'espérance ou la mélancolie.
    Relisons Ellul ou Jankélévitch (la nostalgie). Face à l'apothéose du touriste et de l'argent, on peut haïr l'identité mondialiste. Il faut résister au désenchantement et retrouver le sens.

    Sur commande
  • Le judaïsme ne fait pas seulement problème pour les Chrétiens ; il existe aussi un " problème chrétien " pour les Juifs.
    Le drame, c'est la crucifixion, d'où naît l'allégorisation du Juif. Paul se veut grec et juif, et l'Eglise prend la place des Juifs et culpabilise ses adeptes sans identité. "... accepter la dette " (de la Révélation) fut signe de " grandeur des Chrétiens, et leur faiblesse fut d'avoir essayé de liquider le créancier ". La notion de connaissance peut aboutir à une solidarité entre Juifs et Chrétiens face à la modernité qui définit l'homme par ses droits.
    Avec Levinas contre Rousseau, l'homme ne peut pas se sortir du mal tout seul...

    Sur commande
  • Fantin-latour

    Mason R.

    • Tricorne
    • 10 Octobre 1996
  • La Provence fut pendant 18 siècles, de l'Antiquité à la Révolution française, une terre d'échange où juifs, chrétiens et hérétiques confrontaient quelquefois dramatiquement leurs visions du Ciel et de la vie.

    Sur commande
empty