Religion & Esotérisme

  • Il en va des prêtres comme des époques. Maurice Gruau, ordonné en 1955, est un de ces prêtres que le Concile Vatican II et le mouvement de 1968 ont particulièrement bouleversés. Comment faire quand on parle araméen, grec, latin, que l'on a fait une thèse sur Origène, que l'on aime le rock, la peinture contemporaine, et que l'on a décidé de rester "Curé de Campagne" ? Il reste la psychanalyse et les sentiers ouverts par le Christ et éclairés par Lacan. Naissance d'un vieux prêtre - dont on ne boudera pas le titre - est le récit de vie de cette génération. Maurice Gruau sous forme de petits chapitres nous fait voir comment d'un gamin né à Château-Gontier, élevé à Paris, replanté en Mayenne puis dans l'Yonne, est sorti ce vieux prêtre à nouveau parisien qu'il est devenu.
    Le prêtre appartient à une institution mais demeure un mystère à lui-même au point que les événements qui jalonnent sa vie ont tous un goût de transfiguration et restent liés à un mystère qui trouve sa résonnance dans cet étrange ministère à vie. Il y a ici du Bernanos qui, mieux que les thèses des théologiens, essaye de redire l'absolu inclassable de toute foi :
    "Les étapes que je vais tenter de décrire m'ont conduit, pour rester fidèle à la parole séductrice de Jésus de Nazareth, à habiter quantité de lieux nouveaux : après le marché aux chevaux de Vaugirard, le séminaire de Laval, le lycée du Sacré-Coeur de Mayenne, les presbytères de Connée, du Bourgneuf et d'Ernée, l'évêché de Laval, l'Université de Haute-Bretagne, une douzaine de paroisses bourguignonnes, l'Université Paris VII, le journalisme avec Dimanche en paroisse et Aujourd'hui Dimanche, l'aumônerie des prisons, la gérance d'une cordonnerie et d'une fabrique de cakes, la présidence d'un groupement régional de salles de cinéma et celle d'une association vouée à l'informatique, une fraternelle amitié avec nombre de francs-maçons, un amour pourtant interdit, de profondes et durables amitiés, l'affection de plus jeunes qui m'adoptèrent comme leur frère, leur père, leur parrain ou leur grand-père et d'autres encore. Tous ont contribué à la naissance du vieux prêtre atypiquement fidèle que je suis aujourd'hui."

    Sur commande
  • Peu à peu émerge sur l'écran de télévision l'image floue de la mère disparue ; passée au ralenti, la bande magnétique laisse entendre la voix de l'Esprit; au Brésil Victor Hugo dicte son oeuvre à un médium; la tombe d'Allan Kardec croule sous les fleurs...
    Le dialogue avec les morts, la communication avec les Esprits, codifiée au siècle dernier dans le spiritisme, sont toujours vivaces mais cachés dans la France d'aujourd'hui. Les médiums continuent à recevoir les messages de l'au-delà. Guérisseurs, peintres ou écrivains automatiques ils réunissent les vivants et les morts. Mais aujourd'hui ils inventent et utilisent des machines pour capter la voix des Esprits et faire apparaître leur visage.
    Christine Bergé enquête en ethnologue sur des phénomènes troublants.
    />

  • Ce livre propose une étude ethnographique - la première du genre - résultant d'un travail de terrain parmi les chrétiens catholiques d'un diocèse de France.
    A partir de situations de crise, dues à la pénurie de prêtres, qui constituent un bon effet grossisseur pour percevoir les formes ordinaires de l'activité religieuse, Albert Piette propose des descriptions détaillées et les met en correspondance avec une analyse nouvelle de la religion en train de se faire. Que font ces chrétiens au jour le jour dans les paroisses, les réunions, les célébrations ? Qu'est-ce que le religieux en actes ? Bref, que font les catholiques quand ils font du religieux ? L'auteur montre qu'ils se disputent, qu'ils (s') aiment, qu'ils prononcent et qu'ils gèrent des énoncés contradictoires et paradoxaux, qu'ils répètent, qu'ils rendent présent un absent, qu'ils innovent.
    Ces observations amènent Albert Piette à se démarquer des traditions intellectuelles de la sociologie et de l'anthropologie des religions. Sans repartir d'un discours théologique tout en refusant la perspective dénonciatrice habituelle aux sciences sociales, l'analyse permet de conférer un statut analytique à Dieu en tant qu'être invisible rendu présent, selon diverses modalités, dans les situations observées.

  • Toute recherche est une aventure, c'est ainsi que Daniel Friedmann, chercheur en sociologie au CNRS, met en perspective l'itinéraire de recherches entamées dans les années 1978 qui s'achèvera en 1994.
    A la manière d'un Woody Allen, l'auteur fait ressortir le burlesque des situations et montre de façon paradoxale comment l'objet de la recherche, les découvertes et les acteurs forment à la fin un tout dont le chercheur ne sort jamais indemne. Il rencontre Carl Rogers et la constellation parapsychanalytique, participe à des marathons de bioénergie, écoute l'odyssée désopilante d'" Anna la perdue " dans les communautés utopiques d'alors, en même temps que lui-même fréquente assidûment son psychanalyste...
    Il s'interroge entre Esalen Institute et l'auto-anéantissement symbolique d'Althusser tuant sa femme pour être renvoyé du PCF, sur l'effet des psychothérapies de masse dans les changements individuels. A la fin, il s'engage dans une recherche magistrale sur le monde des Falachas et leur installation en Israël qui donnera Les Enfants de la Reine de Saba : Les juifs d'Ethiopie, histoire, exode, intégration.
    L'aventure de Daniel Friedmann est celle de la première génération de chercheurs psycho-Rock'n roll qui a laissé la personne faire irruption dans le champ de la science et a su s'arranger de cette autodérision soixante-huitarde qui, un temps, a rendu les sciences humaines vraiment humaines.

    Sur commande
empty