Sciences & Techniques

  • De confession chrétienne orthodoxe, Michel Maxime Egger développe dans ce livre les fondements d'une écospiritualité capable d'inverser la dérive actuelle vers les destructions de la planète.
    Contre la modernité qui a installé un dualisme dangereux à l'origine de l'irrespect mortel de l'humain à l'égard de la nature, l'auteur propose une resacralisation de notre rapport à la création. En relisant les grands axes de la tradition orthodoxe, il souligne l'unité fondamentale existant entre l'humain, le cosmique et le divin qui conduit non seulement à préserver la nature, mais aussi à la célébrer et à favoriser son accomplissement.
    Concrètement, il s'agit d'acquérir une autre forme de connaissance, d'opérer une transformation intérieure, de réhabiliter les valeurs féminines, d'expérimenter de nouvelles ascèses et de s'engager concrètement dans le monde.

    Sur commande
  • Comme la gazelle face à son prédateur, les êtres vivants sont soumis au hasard et l'utilisent.
    Hasard de la rencontre, hasard de la course pour éviter d'être mangés. Aléas de l'environnement, hasard pour survivre. Plus généralement, quelles sont les différentes facettes du hasard ? Est-il favorable ou défavorable ? Quelles sont ses origines ? Quel rôle joue-t-il ? La vie et son évolution sont-elles tout simplement possibles sans hasard ? La biodiversité n'est-elle pas une fille du hasard ? Autant de questions qui sont abordées dans ce livre et qui montrent que le rôle du hasard est primordial : il n'est pas un phénomène parasite, mais bien souvent nécessaire au bon fonctionnement des organismes et des écosystèmes.
    Il est même un moteur essentiel de l'évolution biologique. Mettre le hasard au coeur du vivant prépare une sorte de "révolution copernicienne" dans les sciences de la vie. De plus, la science n'étant pas isolée du reste de la société, de l'économie, des cultures,.. Quelles sont les conséquences de ces imprégnations multiples ?

    Sur commande
  • L'origine des menaces écologiques actuelles repose pour une grande part sur les conceptions spirituelles et culturelles que l'Occident nourrit à l'égard de la nature. Les matrices grecques et judéo-chrétiennes ont fini par supporter dans leurs ultimes conséquences l'idée selon laquelle l'humain est un être d'exception auquel tout est dû. Malgré les avertissements lancés depuis le milieu du XXe siècle par toute une série d'experts, la course au désastre écologique s'accélère au point qu'il s'agit désormais de remettre en discussion les substrats culturels et spirituels de notre civilisation. Les 22 auteurs de ce plaidoyer vont dans ce sens. Leurs contributions s'organisent en trois parties. La première traite des héritages d'un paradigme chrétien autour du célèbre texte prophétique du prof. d'histoire américain Lynn White, Jr., Les racines historiques de notre crise écologique (1967), reproduit dans ce livre. Puis, l'ouvrage évoque les apports actuels de l'anthropologie quant aux conséquences de l'hégémonie de la culture occidentale. Enfin, plusieurs expériences de terrain et d'observations diverses complètent le propos d'un livre qui accueille notamment des écrits de Nicolas Hulot, Philippe Descola, Dominique Bourg et Philippe Roch.

    Sur commande
  • Nous pouvons essayer de nous rendre maîtres de la mort en la défiant. En nous laçant à grande vitesse sur les autoroutes, en rentrant indemnes de la guerre, nous pouvons nous sentir immunisés contre la mort. Est-ce là l'expression de nos voeux les plus infantiles, la projection de nos rêves de toutes puissance et d'immortalité ? Si toute une société souffre d'une telle crainte et nie aussi évidemment la mort, les moyens de défense auxquels elle recourt seront forcéement destructeurs. Les guerres, les émeutes, le nombre croissant de meurtres et d'autres crimes pourraient bine n'être que les indices de notre incapacité à assumer la mort dignement. Ne faut-il pas repartir à zéro, tenter de concevoir notre propre mort et apprendre à affronter cet événement, tragique mais inévitable, avec une peur moins irrationnelle ?

    La psychiatre et psychologue Elisabeth Kübler-Ross (1926-2004), fut pionnière de l'approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie et de l'accompagnement aux mourants. Elle a accompagné des milliers de personnes en fin de vie et a étudié les différents stades par lesquels passe une personne lorsqu'elle apprend qu'elle va mourir.

  • Un homme libre

    Eric Grassien

    Qui ne l'a rencontré dans une ou l'autre gare de Suisse, vendant inlassablement le journal Objectif Réussir, le sourire au visage aussi sûrement que sa pipe à la bouche ? Renversé par une voiture en 1989, atteint à la moelle épinière et au système nerveux, Eric Grassien est condamné à vivre en chaise roulante. Issu d'un milieu défavorisé, enfant de la DDASS et sans aucune parenté, ayant perdu sa femme et sa fille il y a 3 ans, Eric vit du produit de la vente de ce journal. Mais sa joie de vivre est inébranlable. Voyageant en train aux 4 coins du pays, il affiche sa présence dans tous les lieux publics, à la recherche de contacts et de paroles. Pour Eric, le handicap est avant tout un mal qui se situe dans la tête. Affichant sa singularité sans complexes, il prêche par l'exemple et milite pour l'autonomie des personnes qui souffrent comme lui mais qui vivent pour la plupart en reclus. Dans ce livre, qui est aussi son combat, Eric raconte sa vie, son quotidien, ses difficultés et ses joies. Jetant sur notre société de bien-portants un regard sans complaisance mais dénué d'amertume, il lui adresse un message à la fois critique et constructif. Le message d'amour d'un homme libre.

    Sur commande
  • Entre 1961 et 1987, Christian Müller a dirigé l'Hôpital psychiatrique de Cery à Prilly, près de Lausanne, après avoir poursuivi une formation de psychiatre et vécu son enfance dans un hôpital psychiatrique dirigé par son père. Cette expérience quasi totale au coeur de la maladie psychique donne à l'auteur un regard tout en profondeur sur un monde à la fois étrange et touchant, révélateur, parfois dans l'excès, de quelques vérités sur la nature humaine. Christian Müller peint dans cet ouvrage plus de 30 vignettes, autant de récits miniatures restituant des histoires singulières et le climat médical dans lequel elles s'inscrivent. Présentés par périodes, ces portraits frappent par leur justesse : la scène collective du bain thérapeutique, un couple de médecins pris de boisson dont chacun prescrit à l'autre un internement ou ces jumeaux qui fuient l'hôpital pour mourir en montagne sont autant de scènes inoubliables d'un livre qu'on ne lâche pas. Au-delà de la fascination qu'il suscite, l'ouvrage vaut également par la chronique qu'il déroule implicitement des évolutions de la psychiatrie au XXe siècle.

empty