Entreprise, économie & droit

  • Pionnier de la justice restaurative aux USA, Howard Zehr présente ici de façon simple ses grands principes.
    Ils reposent sur une confrontation entre l'infracteur et sa victime et de leurs deux communautés respectives, dans le but d'une réintégration sociale des deux protagonistes. Cette démarche représente une façon révolutionnaire et jamais naïve de résoudre les impasses actuelles de la justice contemporaine. Elle s'inspire d'une observation de la manière dont des sociétés non occidentale resocialisent des communautés fragilisées par le crime.
    Elle remet en question la stature démesurée de l'Etat dans la pratique de la justice. Mais loin d'être naïve, la justice restaurative lui assigne un rôle, celui précisément de favoriser les médiations en deçà et au-delà de l'acte pénal. Pour un meilleur recouvrement de la victime et de la société, pour une resocialisation effective du coupable et une pratique plus efficace de la prévention.

    Sur commande
  • L'ETHIQUE ECONOMIQUE d'Arthur Rich (1910-1992) est une somme magistrale conçue par l'un des représentants éminents de l'éthique sociale contemporaine.
    Elle témoigne de la vitalité de la pensée protestante au XXe siècle et de sa faculté d'éclairer les enjeux de la société.
    La première partie de l'ouvrage introduit méthodiquement à l'éthique sociale dans une perspective théologique. Pour Rich, l'éthique concerne autant l'individu que les réalités sociales et politiques. Il s'agit de rendre justice à humain, sans jamais défigurer les faits ou nier les contraintes.
    Quant aux critères de l'humain, ils renvoient en profondeur à la révélation chrétienne et fondent par-là une approche humaniste universelle. La deuxième partie étudie les systèmes économiques concrets et les problèmes qui leur sont propres. L'économie, créée par les êtres humains, n'a de sens qu'au service de tous. Le principe de justice prend ainsi un caractère normatif à l'égard des réalités économiques.
    En même temps, c'est le système offrant le plus de prise aux réformes et l'autocritique qui s'avérera le plus légitime. Les mérites de cette ETHIQUE ECONOMIQUE sont considérables. Elle montre que si le système de l'économie de marché a l'avantage d'être foncièrement réformable, il exige des régulations équitables et responsables. On comprend mieux l'échec inéluctable du marxisme, mais on prend aussi conscience des limites éthiques de la dérégulation sauvage.

    Sur commande
empty