Gaussen

  • Etienne Fossard et François Vidocq ont évolué dans le même milieu et ont connu les mêmes prisons. La ruse, le déguisement et le mensonge ont été leur mode de vie commun. Chacun des deux a brillé par son talent, remportant l´un le qualificatif de « roi des policiers », l´autre celui de « prince des voleurs ». Fossard était déjà bien connu de Vidocq et de ses services quand il s´est rendu célèbre en 1831 en commettant le casse du siècle, c´est-à-dire le cambriolage du trésor des rois de France se trouvant à la bibliothèque nationale. A travers de nombreux documents d´archives et des témoignages de première main, l´auteur a reconstitué la vie de ces deux hommes et l´histoire singulière de leur rivalité dans un récit historique aux allures de roman d´aventures.

    Sur commande
  • Lettres du stalag, 1940-1945

    Collectif

    • Gaussen
    • 10 Novembre 2020

    Après la capitulation de juin 1940, 1 845 000 soldats français (dont 80 000 venus de l´empire colonial) sont faits prisonniers. Deux tiers d´entre eux resteront retenus en Allemagne pendant toute la durée du conflit. Rapatrié à l´été 1945, ils se heurteront alors à l´indiférence voire au mépris.Cette publication de lettres et de documents inédits de provenance très variées s´inscrit dans un regain d´intérêt pour ces oubliés de notre mémoire.Par le biais des souvenirs familiaux ou des recherches généalogiques, nous portons enfin notre regard sur ces victimes de l´histoire. À travers leurs lettres, s´expriment un quotidien particulièrement dur, l´angoisse de l´éloignement dans une Europe en guerre, mais aussi, malgré la censure, une combativité souvent intacte, comme un témoigne les nombreux cas de tentatives d´avasion.

  • "Nous sommes ici invités à suivre une passionnante enquête, accessible à tous, appuyée sur une solide investigation ainsi que sur une série d'entretiens menés auprès de scientifiques (historiens, archéologues), de religieux et de défenseurs des traditions. Avec clarté, humour et respect pour ses interlocuteurs, François Herbaux raconte vingt siècles de développement de la légende de Marie Madeleine, dessinant ainsi une grande fresque qui part des Evangiles, décrit l'essor médiéval du culte de la sainte en Bourgogne et en Provence et aborde les visions actuelles du personnage (sans omettre l'inévitable Marie Madeleine du Da Vinci Code).
    L'ouvrage permet de mieux comprendre la tradition des saints de Provence : de la figure vénérée à Saint-Maximin-La-Sainte-Baume jusqu'aux cultes des Saintes Maries de la Mer et de Sara la noire, chère aux Gitans de Camargue. Le résultat de cette enquête historique nous est proposé dans cet excellent livre de vulgarisation scientifique, sérieux et instructif, d'une lecture très agréable, sur l'histoire d'une figure majeure du christianisme".

  • La mémoire de la grande peste de 1720 de Marseille reste vivace. Et pourtant, elle suscite encore bien des questions : savait-on soigner la peste à cette époque ? Comment Marseille a-t-elle été contaminée, malgré toutes les précautions prises ? Qu´est devenu le Grand-Saint-Antoine, le navire par qui le malheur est arrivé ? Y a-t-il eu faute et donc des coupables ? Quelles traces témoignant de cette terrible période peut-on encore voir dans la ville : bâtiments, statues, peintures, noms de rues, etc. ? Ce livre apporte des réponses à ces questions et à quelques autres, éclaire les zones d´ombre de l´un des drames les plus effroyables qu´ait connus la plus ancienne cité de France. et nous aide à nous en poser une autre, toujours d´actualité: comment les sociétés réagissent-elles face à l´épidémie? Patrick Mouton (1947-2016) était journaliste et écrivain spécialiste de la mer.

    Sur commande
  • Célébré de son vivant pour ses compositions officielles et ses tableaux sur l´histoire huguenote, Max Leenhardt (1853 - 1941) a tutoyé la gloire nationale avant qu´un drame terrible, la mort en couches de sa très jeune femme Marie, ne le contraigne à quitter Paris pour sa terre montpelliéraine natale. Inspiré tant par les rigueurs académiques de son maître Alexandre Cabanel que par les accents de liberté de son cousin Frédéric Bazille, Max Leenhardt n´a jamais pu trancher entre sa nature vagabonde et la rigueur protestante de sa famille. Longtemps oubliées après sa mort, ses oeuvres ont fait l´objet de nombreuses attentions et relectures ces dernières années, notamment ses paysages empreints de gravité biblique et de poésie, leur auteur devenant un pilier désormais incontournable de l´histoire de la peinture languedocienne.En dépit des honneurs, aucun livre destiné au grand public n´avait encore rassemblé les toiles iconiques de cet artiste singulier qui incarne une part essentielle de notre identité méridionale.

  • Ville mosaïque, à l´architecture parfois disparate, Marseille est riche d´un patrimoine qui compte bien des trésors, comme les 90 lieux présentés dans cet ouvrage richement illustré. Accessibles au promeneur ou plus confidentiels, ils nous permettent de mieux connaître le quotidien des Marseillais, l´histoire des quartiers ainsi que les choix économiques, les décisions politiques et les flux migratoires qui ont marqué la ville de leur empreinte. Dans un premier volume, "Une histoire de Marseille en 90 lieux", l´histoire d´éléments emblématiques du centre-ville avait été privilégiée. Dans ce nouveau livre, des lieux moins connus et souvent excentrés sont mis en avant. Mais l´objectif reste le même : comprendre comment Marseille s´est construite et comment elle est devenue la ville qu´elle est aujourd´hui.
    />

    Sur commande
  • Marseille recèle des trésors ! Il suffit parfois de lever les yeux pour se trouver face à l'un d'eux : immeubles à l'architecture remarquable, édifices religieux imposants, monuments commé- moratifs, façades d'immeubles sculptées, artères majestueuses, anciennes institutions réhabilitées portant encore les traces de leur passé... La ville est parsemée de merveilles qui se révèlent au promeneur pour peu qu'il leur prête attention.
    Illustré d'images d'archives et de photographies récentes, ponctué d'anecdotes, ce livre se propose de vous faire (re)découvrir le patrimoine marseillais, ses éléments les plus emblématiques comme les plus mystérieux.
    Au-delà de l'histoire de 90 lieux, c'est la façon dont la ville s'est construite, son organisation et les épisodes les plus sombres, mais aussi les plus glorieux de son passé, qui sont au coeur de cet ouvrage. Ainsi, plus qu'aux monuments et aux bâtiments, à travers l'évocation des grands axes de circulation et de la façon dont ils se sont constitués, ce sont les grands changements qu'ont connu et qui ont parfois bouleversé les quartiers de Marseille qui sont abordés au fil de ces pages.
    En lisant avec ce livre, on apprend à mieux connaitre le paysage de la cité. On comprend mieux, aussi, pourquoi et comment Marseille est devenue la ville qu'elle est aujourd'hui.

    Sur commande
  • Léo Mattesti aurait pu coller des affiches pour l´un des candidats aux prochaines élections, mais son copain Jeannot-petit-Bras lui a proposé cette nuit-là plus juteux: livrer de la marchandise sur une crique à l´entrée des calanques. Quelle marchandise et pour le compte de qui? Une fois ses collègues mitraillés sous ses yeux, Léo se dit, tout en rampant entre les rochers, qu´il aurait mieux fait de se renseigner.Traqué par la police, il n´a pas d´autres ressource que de s´en remettre à son presque beau-père, négociant au-dessus de tout soupçon. Bonne pioche: «Tonton» Strapatoni a un boulot pour lui. Sa mission? «se faire tout petit, minuscule». «Tonton» a sa petite idée sur la mésaventure arrivée au fiancé de sa fille.Et voici un jeune homme plein d´avenir entraîné dans un Marseille sous-terrain où se mèlent pègre, agents mussoliniens, oustachis de Croatie et aigrefins de la politique locale - tous dans l´attente d´un grand événnement: la venue pour bientôt d´un invité de marque, le roi Alexandre Ier de Yougoslavie.Décidément, Léo aurait mieux fait de se renseigner.

    Sur commande
  • L'expression « roman national », qui vise à stigmatiser le récit de l'histoire de la France tel qu'il s'est cristallisé à la fin du XIXe siècle dans le célèbre manuel scolaire Le Petit Lavisse, n'est apparue que très récemment dans le débat public. C'est après la parution en 2009 du livre de Lorànt Deutsch sur l'histoire de Paris (Métronome) qu'elle est massivement employée, le célèbre comédien étant alors accusé par de nombreux professionnels de la science historique d'être le principal agent d'une résurgence du roman national à visée patriotique.

    En 2017, la parution de L'Histoire mondiale de la France dirigée par Patrick Boucheron, professeur au collège de France, apparaît comme la réponse définitive apportée par les historiens professionnels au roman national incarné par Lorànt Deutsch.

    Les deux termes de l'expression indiquent bien ce que rejettent les historiens qui l'emploient. Le premier rappelle que leur discipline s'est constituée en s'émancipant de la littérature ; le second qu'ils rejettent la primauté du cadre national dans l'étude de l'histoire.
    Pour autant, l'histoire doit-elle, reniant ses origines littéraires, renoncer à être un récit et le roman national est-il nécessairement nationaliste ou identitaire ? Ce livre pose ces questions et défendant un roman national hospitalier, écrit par et pour toutes les composantes de la société française. Car tous sont appelés à faire l'histoire du pays.

  • De Belem à Porto Alegre, de Rio de Janeiro à Recife, Fortaleza, São Luis ou Rio Branco, le Brésil est le fruit de trois cultures. Les Amérindiens, les Européens et les Africains ont ainsi tous trois contribué à bâtir cette nation, à forger cette âme à nulle autre pareille. Chacun y a apporté son histoire, mais aussi ses croyances, ses connaissances, ses fantasmes et ses peurs. Grand comme seize fois la France, ce pays-continent fascine même si, trop souvent, l'on s'arrête à son sujet à des images toutes faites.
    Avec Contes et Légendes du Brésil, Jean-Paul Delfino entrouvre les portes de ce pays complexe d'une manière différente. Grâce à plus de soixante récits, tous issus de la mémoire collective brésilienne, il donne au lecteur la possibilité de comprendre autrement ce peuple métissé. Au fil de ces pages, qui s'adressent aussi bien aux adultes qu'aux enfants, des thèmes toujours d'actualité prennent une résonnance différente. Protection de la planète, racisme, mythes et religions, explications du monde, Princes et Princesses, amours contrariées ou êtres surnaturels : c'est un Brésil enfin différent qui est offert au lecteur, entre éclats de rire et surprise, malice et saudade.

    L'ouvrage est préfacé par l'écrivaine et anthropologue brésilienne Betty Mindlin, spécialiste des mythes et traditions brésiliennes.

    Sur commande
  • « Quand on évoque certains mets et plus particulièrement les desserts, on constate qu´il y a toujours une énorme part d´affect qui pointe en nous. On ressent en soi une émotion qui peu à peu refait surface et nous replonge parfois dans un passé lointain à l´image de Proust, mais parfois aussi dans des moments plus récents, mais tous chargés d´émotions, de sensations et d´une multitude de souvenirs qui refont alors leur apparition du fin fond de notre mémoire.Et c´est là que notre mémoire nous surprend. car non contente de ramener des images en nous, elle arrive à réveiller en nous des goûts, des odeurs. Des sensations olfactives, gustatives, voire même tactiles qui se réveillent. »Dans ce nouvel ouvrage, Jean Paul Florentino nous invite à une promenade à une promenade gourmande à travers les quartiers du Marseille de son enfance.Le livre comprend un cahier de recettes richement illustré.

  • Une drôle d'année à Marseille ; 3 septembre 1939 -10 mai 1940 Nouv.

    Entre la déclaration de guerre à l´Allemagne le 3 septembre 1939 et, le 10 mai 1940, le début de la campagne de France qui verra l´effondrement de la IIIe République, Marseille, comme le reste du pays, a connu une ""drôle de guerre"". Pendant ces huit mois d´attente, on met en place la défense passive, les restrictions alimentaires et la censure qui perdureront pendant toute la guerre. Déjà se fait sentir, la dégradation de l´esprit public. Tandis que la figure du maréchal Pétain se fait de plus en plus présente, l´unité nationale disparaît. S´appuyant sur sur un dépouillement rigoureux de la presse locale, Michel Franceschetti brosse un portrait de la cité phocéenne au cours de cette "drôle d´année", comblant un vide de l´historiographie locale.

  • Après un recueil de nouvelles intitulé Marseille... an 3013, la Melmac Collection, qui est la collection " fiction " des éditions Gaussen, a décidé de poursuivre son travail sur les nouvelles. De manière thématique, avec cette fois-ci un intérêt pour les bibliothèques et autres médiathèques, sous le titre Il était une fois... dans la bibliothèque. Le " genre ", la nouvelle, permet aux auteurs de développer une idée en toute liberté et aux lecteurs de varier les plaisirs dans un même livre.
    Le " lieu ", la bibliothèque, est un espace magique qui est à la fois celui de la connaissance et celui du mystère. Le défi proposé à chaque auteur a été rempli : écrire une histoire ayant pour décor ou pour accroche une bibliothèque ou une médiathèque, publique ou privée, ancienne ou moderne, grande ou petite, rurale ou urbaine. Plusieurs genres sont ainsi abordés, reliés par le fil rouge du livre.
    Culture, polar, fantastique, futurisme, c'est un voyage temporel et spirituel. Les bibliothèques sont un lieu de l'imaginaire, un lieu privilégié de l'imaginaire. Imaginons.

    Sur commande
  • «L'histoire de la Paternelle est liée à celle de ma famille et en particulier de mon grand-père maternel, Hadj Mohamed Tatem surnommé le sage. J'ai voulu faire ressurgir sa mémoire et celles des autres habitants passés et présents de cette cité emblématique des quartiers nord de Marseille.
    Ce livre restitue leurs histoires éparses, qui, rassemblées, esquissent celle de la cité elle-même. Il rend ainsi hommage à à tous ceux qui ont connu l'exil et ont vécu, avec courage et dignité, dans des bidonvilles puis dans une cité hâtivement construite sur un terrain vague.
    Conçue pour être provisoire, et restée en l'état jusque dans les années 1980 quand elle cédera la place à une cité HLM, la Paternelle a constitué l'une des premières tentatives de relogement après les cités d'urgences et les bidonvilles des années 1950, avant de devenir un quartier de relégation.
    Derrière les clichés et les assignations, les habitants de la Paternelle racontent une riche histoire: celle de trois quarts de siècle d'immigration algérienne, du mal-logement à Marseille, des luttes sociales, du déclin économique de la ville, du racisme, mais aussi de la réussite de beaucoup d'enfants et de petits-enfants des migrants qui l'ont habitée.
    Les photos et documents issus d'archives publiques et privées permettent aux mémoires de se confronter à l'histoire et d'engager la réflexion. Puisse cet ouvrage contribuer à réhabiliter, au regard des autres comme à leurs propres yeux, les habitants de La Paternelle acteurs de leur territoire aujourd'hui comme dans le passé. Ils font aussi partie de Marseille.» Dalila Ouanes-Guillon

    Sur commande
  • Grands buteurs de Marseille

    Mario Albano

    • Gaussen
    • 25 Octobre 2018

    Droit au but ! C'est la devise de l'OM depuis sa fondation en 1899. Et c'est en la suivant fidèlement que le club marseillais a remporté ses plus grands succès. Grâce à ses grands buteurs, devenus pour certains, des icones à Marseille.
    L'OM est le seul club français à avoir vu l'un de ses joueurs, Josip Skoblar, sacré meilleur buteur européen (en 1971) et, vingt ans plus tard, le seul à en voir un autre, Jean-Pierre Papin, élu meilleur joueur européen (en 1991).
    Skoblar et Papin ont écrit les préfaces de cet ouvrage consacré aux plus grands buteurs de l'histoire de l'OM, une longue lignée, depuis les premières victoires en coupe de France en 1924, 1926,1927, avec Jean Boyer, jusqu'aux contemporains, Bafétimbi Gomis ou Florian Thauvin, en passant, justement, par Skoblar et Papin.
    Les histoires de ces buteurs ne sont pas toujours de contes de fée et la vie tourmentée du plus efficace d'entre tous, Gunnar Andersson, en atteste. Longtemps liés à leur club, parfois à vie, tels Mario Zatelli, Manu Aznar, Joseph, Mamadou Niang ou André- Pierre Gignac, ou fruits d'un coup de foudre, comme Alen Boksic ou Didier Drogba: ils sont tous là. Des hommes derrière les joueurs qui on marqué l'histoire du football à Marseille.

    Sur commande
  • Vous pensiez connaitre Marseille ? Du Vieux-Port à Château-Gombert, en passant par Saint-Mauront et les Goudes, cet ouvrage sillonne Marseille il y a cent ans, à travers ses faits divers, ses forfaits et ses secrets... Autant d'évènements permettant de redécouvrir la ville et saisir au mieux l'atmosphère de cette époque charnière, entre la Grande Guerre et le début des années folles. Vous ferez ainsi la rencontre d'un Zidanetrès nerveux ; vous découvrirez ce que revendiquent les " salopettistes " ; et vous tomberez sous le charme des Dorat explorateurs.
    Des célébrités, beaucoup d'anonymes, un anthropophage, des disparus et des revenants... Ajoutez-y des prostituées remontées, un soupçon de larmes, quelques décilitres de sang et une cigarette tueuse... Sans oublier une TSF salvatrice, des lettres anonymes dévastatrices et des homonymies en guise d'alibi : vous obtenez Marseille en 1920 !

    Sur commande
  • On a dit et écrit à peu près tout et n'importe quoi sur les Vieux Quartiers de Marseille : repaire de brigands, champ clos de la pègre la plus sordide, coupe-gorge permanent, autant de clichés nés dans le meilleur des cas d'une totale méconnaissance de la question. Relayés par une littérature de magazines à deux sous et par un journalisme en mal d'exotisme facile, ils ont contribué de manière singulièrement réductrice à une réputation qui reflétait très imparfaitement la vérité. C'est ainsi que, la malveillance et le mépris aidant, les gens d'ailleurs, mais aussi les Marseillais d'outrerue de la République ont trop vite et trop rapidement assimilé l'ensemble des Vieux Quartiers à leur aspect le plus dégradant.
    Ayant vu le jour dans ce quartier, et vécu jusqu'à son âge d'homme sa réalité quotidienne, Marcel Olive a jugé utile de porter témoignage, notamment sur la période comprise entre les années trente et ce mois de Février 1943 où la folie furieuse de quelques-uns, aidée par des tonnes d'explosifs, réduisit à néant toute la basse ville, tirant un trait définitif sur 2500 ans d'histoire. Alors disparut sans appel une bonne partie, sans doute la plus significative, de l'héritage des Phocéens et de ceux qui, leur succédant, avaient fondé et développé ce qui constituait, hormis Rome dont elle fut un temps rivale, la plus ancienne et la plus brillante des civilisations.

    Sur commande
  • Un recueil de documents et de témoignages inédits sur la résistance au fascisme et au nazisme en Provence pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les étrangers antifascistes, antinazis et républicains chassés de leur pays par les dictatures, furent très nombreux en Provence et à Marseille. Parmi eux il en est qui ont mené combat contre le fascisme et le nazisme sur le sol méridional, jouant un rôle non négligeable dans la lutte contre l'occupant. Tous ont trouvé en Gilberto Bosques Saldivar (1892-1995), consul du Mexique en France et vétéran de la révolution mexicaine, un appui indéfectible.

    L'ouvrage, qui fait suite à une journée organisée le 11 octobre 2013 aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône (dans le cadre du colloque « La culture de l'Europe en exil, Marseille, 1940-1944 »), présente quatre cas emblématiques, au travers de témoignages :
    1. Tout d'abord, celui de la jeune résistante autrichienne Mélanie Berger (née en 1921) qui, avec son groupe, oeuvrait à la démoralisation des troupes allemandes. Arrêtée par la police de Vichy, lourdement condamnée par les juridictions d'exception de l'État français, incarcérée dans la prison des Baumettes, elle parvint toutefois à s'évader et à reprendre le combat.
    2. Les mineurs espagnols de Meyreuil offrent un autre exemple d'engagement. Ces immigrés républicains faisaient partie du 6e GTE (groupe de travailleurs étrangers), structure crée par l'État français dans un but répressif et pour pallier au manque de main-d'oeuvre. Ils s'organisèrent pour survivre, mais aussi, clandestinement, pour mener grèves et actions collectives. Leurs enfants, qui ont effectué un important travail de collecte de témoignages et de documents, évoquent ici leur vie à Meyreuil.
    3. Le jeune communiste italien Giuliano Pajetta fut parmi les bénéficiaires d'un visa délivré par le consul du Mexique. Mais il choisit de ne pas partir pour les Amériques, s'évada du camp des Milles, relança l'action de son parti en Provence. Combattant en Italie, déporté à Mauthausen, il échappa à la mort. Sa fille Elvira, retrace son itinéraire de résistant, en Espagne, en France et dans son pays natal.
    4. Une part importante de l'ouvrage est consacré à Gilberto Bosques Saldivar, consul général du Mexique à Marseille et à son rôle essentiel dans le sauvetage de centaines de républicains espagnols, de combattants des brigades internationales et « d'indésirables », qu'il a pu faire partir pour le Mexique. Les deux filles du consul Bosques, Laura et Maria-Teresa, portent témoignage de son action, mais aussi de leur enfance à Marseille. Enfin, Gérard Malgat, auteur d'un important ouvrage sur Gilberto Bosques, apporte l'éclairage du biographe.
    L'ouvrage est richement illustré grâce aux archives familiales et personnelles des témoins.

    Sur commande
  • Depuis l'idylle de Gyptis et Protis jusqu'aux temps de Gaston et Zizou. L'histoire de Marseille comme vous ne l'avez jamais lue.

    Sur commande
  • Formant une arme distincte depuis la fin de l'Ancien Régime, les hussards ont écrit les pages les plus glorieuses de l'histoire des guerres révolutionnaires et impériales. C'est à cette figure emblématique que s'attache ici Jérôme Croyet. Comme dans ses autres livres, il s'intéresse d'abord au quotidien de ces combattants d'élite. Qui étaient-ils ? Comment étaient-ils recrutés ? Comment vivaient-ils en garnison et dans les combats ? Comment le mythe du hussard s'est-il constitué? Car, de Conrad à Ridley Scott en passant par Conan Doyle (Le Brigadier Gérard), Jean Giono ou plus récemment Arturo PérezReverte, la figure du hussard a continué d'occuper une place de choix dans l'imaginaire. Ces incursions dans la fiction font l'objet de la dernière partie de ce volume auquel a contribué le bédéiste Michel Faure, créateur de la série Les Fils de l'Aigle, en nous livrant des dessins inédits réalisés spécialement pour ce livre. On y trouvera aussi de nombreuses photos inédites, des miniatures d'époque ainsi que, en annexe, des notices historiques sur chaque régiment de hussards français.

    Sur commande
  • "L'histoire de la Révolution à Marseille a été négligée jusqu'à nos jours. Elle n'a guère été traitée que par épisodes. Elle constitue pourtant une des parties essentielles de notre histoire nationale." Ecrites par Paul Gaffarel il y a plus d'un siècle, ces lignes restent d'actualité, la Révolution à Marseille n'ayant fait l'objet que de chapitres au sein d'histoires générales de la ville ou d'articles particuliers.
    C'est pourquoi, en dépit de son ancienneté, l'étude - strictement événementielle - de Paul Gaffarel conserve tout son intérêt. Après le décès de l'auteur en 1920, son manuscrit avait été donné par sa veuve aux Archives municipales de Marseille. Seuls des extraits en avaient été publiés dans les années 1930 dans le Bulletin officiel du Musée du Vieux Marseille. C'est une retranscription de ce texte que nous présentons aujourd'hui.
    L'érudit Georges Reynaud y a apporté des notes qui identifient la totalité des personnages, grands ou petits, évoqués au fil du texte. Cette édition est introduite par une étude sur la vie et l'oeuvre de Paul Gaffarel, historien de la France coloniale et de la Révolution.

    Sur commande
  • Provence 1944

    Jérôme Croyet

    • Gaussen
    • 1 Juillet 2014

    2014: Commémoration du 70e anniversaire du débarquement de Provence.
    Un livre illustré facile d'accès, qui s'appuie sur des documents en grandes partie inédits et qui restituent le point de vue des témoins. De juillet à septembre 1944, les Alliés préparent un débarquement sur les plages de Provence. Cette opération qui prend le nom de code d'Anvil-Dragoon a lieu du 15 août au 4 septembre 1944. Événement majeur de la Seconde Guerre Mondiale et de l'histoire de France, le souvenir de cette opération d'envergure reste vif en Provence, mais reste occulté par le D Day de Normandie. L'événement et ses enjeux restent mal connus de la plupart de nos compatriotes. Le Débarquement de Provence raconté par ceux qui l'ont vécu a pour but de le faire faire connaître en optant une approche qui donne une large part aux témoins et aux acteurs.Car c'est à partir des plages de Provence et avec la participation importante d'une armée française reconstituée et opérationnelle, que toute la vallée du Rhône, les Alpes, le Languedoc et le Massif Central sont libérées. Les unités les plus titrées de l'armée américaine en ont été les acteurs ainsi que les régiments et divisions françaises les plus décorées. Les quelques ouvrages existant font la part belle aux opérations tactiques sur les plages et leurs abords, et se limitent souvent aux libérations de Marseille et de Toulon. C'est restreindre fortement la dimension géographique et humaine d'une campagne qui ne s'est achevée qu'après la libération de Lyon et la jointure avec les unités venant de Normandie, au nord de l'Ain. La documentation du livre s'appuie sur les archives conservées dans les dépôts des collectivités locales mais aussi sur les archives fédérales américaines et surtout sur des témoignages écrits ou oraux d'acteurs et de témoins (Américains, Français ou Allemands), et que l'auteur a recueilli au fil des années.De même, on a privilégié les photographies émanant de témoins et les prise de vue d'objets accumulés par des collectionneurs.

empty