Parascolaire

  • Avec un dossier et des notes réalisés par Émilie Frémond, agrégée de lettres modernes, et une « lecture d'image » par Alain Jaubert, écrivain et réalisateur. Recommandé pour les classes de lycée.

  • « Rien n'a plu davantage dans les lettres persanes, que d'y trouver, sans y penser, une espèce de roman. On en voit le commencement, le progrès, la fin : les divers personnages sont placés dans une chaîne qui les lie. À mesure qu'ils font un plus long séjour en Europe, les moeurs de cette partie du monde prennent, dans leur tête, un air moins merveilleux et moins bizarre : et ils sont plus ou moins frappés de ce bizarre et de ce merveilleux, suivant la différence de leurs caractères. Dans la forme de lettres, l'auteur s'est donné l'avantage de pouvoir joindre de la philosophie, de la politique et de la morale, à un roman ; et de lier le tout par une chaîne secrète et, en quelque façon, inconnue. »
    Montesquieu.

  • «On comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction».

    On ne peut qu'être d'accord avec le narrateur quand on voit la magnifique forêt qu'Elzéard Bouffier a élevée patiemment tout au long de sa vie. Écologiste avant l'heure? Sans aucun doute. Ce berger a décidé de redonner sa superbe à cette lande déserte de Provence en plantant une forêt de chênes, de bouleaux, de hêtres et d'érables. Grâce à l'oeuvre d'un seul homme, la vie revient peu à peu dans cette contrée désolée. Une histoire de patience, de respect et d'amour de la terre dont il faudrait certainement prendre de la graine...

  • LE COMTE, seul, marche en rêvant.
    J'ai fait une gaucherie en éloignant Bazile !... la colère n'est bonne à rien. - Ce billet remis par lui, qui m'avertit d'une entreprise sur la Comtesse ; la camariste enfermée quand j'arrive ; la maîtresse affectée d'une terreur fausse ou vraie ; un homme qui saute par la fenêtre, et l'autre après qui avoue... ou qui prétend que c'est lui... Le fil m'échappe. Il y a là-dedans une obscurité... Des libertés chez mes vassaux, qu'importe à gens de cette étoffe ? Mais la Comtesse ! Si quelque insolent attentait... Où m'égaré-je ? En vérité, quand la tête se monte, l'imagination la mieux réglée devient folle comme un rêve ! - Elle s'amusait : ces ris étouffés, cette joie mal éteinte ! - Elle se respecte ; et mon honneur... où diable on l'a placé !
    (Acte III, scène 4)

  • Argan est un homme parfaitement bien portant, ce qui ne l'empêche pas de se croire très malade. Pour s'assurer des secours contre la maladie, il lui prend l'idée de marier sa fille Angélique à un médecin, Thomas Diafoirus. Mais Angélique aime le jeune Cléante...

    Tous les éléments sont réunis pour faire de cette pièce l'une des plus moliéresques : un charmant couple de jeunes premiers, une nouvelle femme très intéressée par l'héritage de son mari, une servante malicieuse, des travestissements, des coups de bâtons, et surtout, beaucoup de médecins tournés en ridicule...

    La toute-dernière pièce de Molière est une oeuvre d'une grande force.
    Il y réussit l'exploit de faire rire de sujets aussi graves que la peur de la mort, grâce à un style et un humour incomparables, tout en posant sur sa société un regard critique acéré.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

    - MOUVEMENT LITTÉRAIRE : Complexités et contradictions du romantisme.
    - GENRE ET REGISTRE : Une comédie aux apparences trompeuses.
    - L'ÉCRIVAIN À SA TABLE DE TRAVAIL : La littérature et le réel : allers et retours.
    - GROUPEMENT DE TEXTES : L'innocence sacrifiée.
    - CHRONOLOGIE : Alfred de Musset et son temps.
    - FICHE : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.

    Recommandé pour les classes de lycée.

    Sur commande
  • Corneille, on le sait maintenant, était un profond analyste de la vie et du pouvoir politiques. Il raconte ici l'échec d'une conjuration - seule forme d'opposition sous la dictature - et le pardon qui la suit. Sous l'intrigue apparente, et historique, il a voulu montrer le drame du pouvoir vieillissant, de l'opposition impuissante, des individus dépassés par des forces qui les écrasent. Cette tragédie n'a donc rien perdu de sa puissance, ni de son actualité.

    Sur commande
  • Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en sept points :

  • La dispute

    Marivaux

    Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

    - Mouvement littéraire : Marivaux face aux Lumières naissantes - Genre et registre : Une pièce plurielle - L'écrivain à sa table de travail : L'écriture, une quête incessante - Groupement de textes : Figures d'ingénus au théâtre, XVIIe-XVIIIe siècle - Chronologie : Marivaux et son temps - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture Recommandé pour les classes de lycée.

  • Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :
    - Mouvement littéraire : La Résistance, un devoir de poète
    - Genre et registre : Le fragment poétique
    - L'écrivain à sa table de travail : Du carnet de guerre aux Feuillets d'Hypnos
    - Groupement de textes : La poésie en procès
    - Chronologie : René Char et son temps
    - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.

  • «On disait que Wang-Fô avait le pouvoir de donner la vie à ses peintures par une dernière touche de couleur qu'il ajoutait à leurs yeux.» Partout en Chine, on murmure que les peintures de Wang-Fô ont un pouvoir magique, que leur beauté est telle que le monde réel semble bien fade en comparaison. Depuis des années, le vieil homme sillonne les routes du pays en quête de nouveaux sujets à peindre, accompagné de son fidèle disciple Ling. Mais l'Empereur, qui vit dans l'opulence et la solitude, en veut terriblement à Wang-Fô. Il pense que le maître l'a dupé, que ses toiles somptueuses l'ont dégoûté à jamais de la réalité. Pour se venger, il le condamne à un châtiment bien cruel... Mais c'est compter sans le talent miraculeux du peintre.

    Création poétique.
    Je découvre.
    J'analyse.
    Nous avons la parole.
    Prolongements.

  • «En vérité, plus on regardait cette admirable statue, et plus on éprouvait le sentiment pénible qu'une si merveilleuse beauté pût s'allier à l'absence de toute sensibilité.» Elle est splendide, cette Vénus sortie de terre, et sa quasi-perfection éblouit le narrateur. Mais l'admiration qu'il éprouve est entachée d'une gêne, d'un léger malaise : il croit déceler chez la statue une méchanceté. Mais comment un objet pourrait-il être doté d'un sentiment, quel qu'il soit? Les événements étranges dont il est le témoin ont de quoi ébranler même le plus raisonnable des hommes...

    + un dossier en quatre parties :
    Je découvre.
    J'analyse.
    Nous avons la parole.
    Prolongements.

    Classe de quatrième.

    Sur commande
  • Pauca meae

    Victor Hugo

    Quatrième livre des Contemplations, Pauca meae fait basculer le recueil d'un autrefois préservé vers l'aujourd'hui du deuil. Ensemble cohérent consacré à la mort de Léopoldine, il regroupe nombre des chefs-d'oeuvre de la veine élégiaque hugolienne, de « Trois ans après » à « Demain dès l'aube ».Nouveaux programmes de français des classes de Secondes : « La poésie au XIXe siècle : du romantisme au symbolisme ».

    Sur commande

    1 autre édition :

  • Dans Folioplus classiques , le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :
    - Mouvement littéraire : La révolution surréaliste - Genre et registre : Le lyrisme amoureux - L'écrivain à sa table de travail : De l'écriture du poème à la construction du recueil - Groupement de textes : L'insaisissable objet du désir - Chronologie : Paul Éluard et son temps - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.

  • Lisette : C'est un mari qu'elle veut.
    Sganarelle : Je l'abandonne.
    Lisette : Un mari.
    Sganarelle : Je la déteste.

    Si la demoiselle semble souffrante, c'est que son père ne veut pas l'avoir élevée pour devoir se séparer d'elle... Pourtant, la servante Lisette lui dit à haute et intelligible voix ce qu'il en est. Molière a davantage confiance en l'amour qu'en la médecine, et on devine donc ce qui guérira la fille de Sganarelle...

    La Jalousie du Barbouillé - Le Médecin volant - L'Amour médecin.

    Sur commande
  • J'accuse

    Emile Zola

    «Je le répète avec une certitude plus véhémente : la vérité est en marche et rien ne l'arrêtera».

    C'est en 1898, dans une lettre ouverte au président de la République Félix Faure, qu'Émile Zola assène cette magnifique formule. Rappelons le contexte : le capitaine Dreyfus a été accusé d'espionnage au profit de l'Allemagne, contre toute raison. Condamné, il est la preuve vivante d'un climat d'antisémitisme nauséabond. Il apparaît rapidement que le vrai coupable est le commandant Esterhazy. Mais l'armée ne veut pas se déjuger. Zola prend la plume, défend l'innocent bafoué, veut que la vérité l'emporte. Il est celui qui a donné à l'expression «intellectuel engagé» ses lettres de noblesse.

  • « J'ai pensé alors à des lais que j'avais entendus. Je ne doutais pas, je le savais bien, que leurs premiers auteurs les entreprirent et les répandirent ensuite pour garder le souvenir des aventures qu'ils entendirent. J'en ai entendu raconter beaucoup. Je ne veux pas les laisser tomber dans l'oubli »Marie de France est la première femme auteur dont le nom nous est parvenu. Au XIIe siècle, elle adapte en français des chansons bretonnes pour en faire des lais, des petits contes écrits à l'origine en vers. Les lais sont des récits d'amour et d'aventure. Dans la chambre d'un château ou dans une forêt profonde, le monde des fées se mêle à l'univers courtois : le roi Arthur ainsi que Tristan et Yseut font une apparition, des enfants abandonnés cherchent leurs parents, des êtres féériques viennent s'unir aux mortels, mais surtout, dames et chevaliers connaissent les joies de l'amour et la douleur de la séparation... Au centre de toutes ces histoires, l'amour pousse au dépassement de soi et permet aux héros et aux héroïnes de s'accomplir. Quelques exemples saillants pris dans le dossier : Je découvre - La lecture des Lais de Marie de France incite à plonger au coeur du Moyen-Âge afin d'y découvrir ses auteurs, sa culture, ses codes chevaleresques, sa littérature aux thématiques variées mais également sa langue et son vocabulaire. J'analyse - Le parcours du héros ou de l'héroïne est une des thématiques phares de l'oeuvre de Marie de France, qui dans chacun de ses Lais détaille l'évolution des personnages courtois. À cette richesse dans le traitement des protagonistes vient s'ajouter une habileté dans le maniement des mots, qui nous en apprend beaucoup sur les variations orthographiques et grammaticales de la langue française depuis le Moyen Âge. Nous avons la parole - Afin de travailler les compétences orales, différentes activités de lecture et de débat sont proposées : lecture publique, livre audio, procès fictif... Prolongements - Groupement de textes : extraits de récits médiévaux relatant la légende de Tristan et Iseut. Histoire des arts : quatre oeuvres d'art du Moyen Âge (deux enluminures, une tapisserie et un bouclier de parade). Mathilde Grodet est l'auteure du dossier. Docteure en Littératures Médiévales, elle a réalisé une thèse au sujet des récits courtois au XII e et XIII e siècles.

    Sur commande
  • Avec un dossier et des notes réalisés par Heidi Barré, professeur certifiée de philosophie, et une « lecture d'image » par Christine Cadot, maître de conférences en science politique. À partir de la terminale.

  • « Qu'est-ce que c'est que cette histoire de Fantine ? C'est la société achetant une esclave. À qui ? À la misère. À la faim, au froid, à l'isolement, à l'abandon, au dénuement. Marché douloureux. Une âme pour un morceau de pain. La misère offre, la société accepte. » On ne présente plus Les Misérables, l'oeuvre qui a porté Victor Hugo au faîte de la gloire. Roman le plus adapté au cinéma dans le monde, aucun autre texte n'a eu une telle résonnance : Jean Valjean, Cosette, Gavroche ou encore les Thénardier sont devenus des personnages habitant notre imaginaire collectif.
    Mais comment expliquer ce succès phénoménal ?
    Victor Hugo pose sur ses sujets - la misère et la responsabilité sociale - un regard plein d'humanité, d'une sensibilité extraordinaire, tout en analysant avec lucidité les travers de la société. Et, malgré la dureté des thèmes, l'espoir résiste dans la conviction hugolienne que la conscience de l'homme peut contribuer à un progrès social, moral et spirituel.
    Cette édition abrégée des Misérables propose un parcours cohérent dans l'oeuvre et permettra d'en croiser toutes les grandes scènes pour mieux la faire (re)découvrir.

    Sur commande
  • Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :
    - Vie littéraire : La fascination de l'Orient - L'écrivain à sa table de travail : Marguerite Yourcenar et la nouvelle - Groupement de textes thématique : Figures féminines « de mères et d'amoureuses » - Approche stylistique : Une nouvelle fantastique - Chronologie : Marguerite Yourcenar et son temps - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.

  • « Écoute !... Écoute le bruit de leurs ailes, pareil au ronflement d'une forge. Elles nous entourent, Oreste. Elles nous guettent ; tout à l'heure elles s'abattront sur nous, et je sentirai mille pattes gluantes sur mon corps. Où fuir, Oreste ? » Ces mouches, ce sont les remords qui ont fondu sur la ville d'Argos lorsque la reine Clytemnestre et son amant Égisthe ont assassiné Agamemnon à son retour de la guerre de Troie, au su de tout le peuple.
    Depuis, Argos offre un paysage moribond, des habitants rasant les murs, vivant dans la crainte et le repentir. La princesse Électre, réduite en esclavage, rumine des rêves de révolte.
    C'est alors que surgit Oreste, de retour dans sa ville natale. Poussé par sa soeur, il décide de venger leur père en tuant ses assassins, et bouleverse ainsi soudainement l'ordre des choses.
    Véritable célébration de la liberté d'agir des individus et appel à l'action de résistance, le texte de Sartre trouvait, en 1943, un écho vibrant.
    Quelques exemples saillants pris dans le dossier :
    - Je découvre - Retour dans le passé : le spectateur contemporain des Mouches - « Plus on s'enfonce dans la guerre, plus il devient difficile d'aller au théâtre : le couvre-feu imposé par les occupants oblige à avancer à 19h30 le début des représentations pour que les spectateurs puissent attraper le dernier métro à 23h. » - J'analyse - « La pièce n'est pas un appel direct à la résistance - la censure ne l'aurait de toutes façons pas permis -, mais nombreux sont sans doute les spectateurs qui ont entendu l'exhortation d'Oreste à cesser de craindre l'oppresseur et à se dresser face au mal. » - Nous avons la parole - « Dans l'équipe qui met en scène une pièce de théâtre le scénographe et le costumier [...] jouent un rôle essentiel.
    Leurs choix, en accord avec le metteur en scène, vont permettre de créer l'atmosphère de la pièce. Un certain nombre de questions se posent : doit-on créer à la lettre ce qui est décrit dans les didascalies ?
    On se rend vite compte que les possibilités sont multiples. Doit-on davantage en recréer l'esprit, avec par exemple un décor très abstrait ?
    » - Prolongements - Le Justicier, tableau de mauvais goût de Martial Raysse, La mémoire de René Magritte, Madeleine pénitente du Caravage, La mort du Patriarche de Niki de Saint Phalle, I am sorry de Roy Lichtenstein...

  • «Il était placé auprès de la porte, et plusieurs s'étonnaient qu'il ne répondît pas au nom de Jacquot, puisque tous les perroquets s'appellent Jacquot.» Peut-on dire que ce perroquet fut le seul véritable ami de Félicité? Peut-être. Cette jeune Normande au service de Mme Aubain aura mené une vie sans joie durable. Amoureuse d'un jeune homme qui lui préfère une femme riche, prodiguant son affection à un neveu qui meurt loin d'elle, veillant comme une mère sur la fille de Mme Aubain, qu'une fluxion de poitrine emporte... Aussi, quand elle retrouve son Loulou étendu mort dans sa cage, elle le fait empailler et c'est en croyant le voir voler au-dessus d'elle qu'elle rend son dernier so

    Sur commande
  • « C'est tout Gilberto, un homme dangereux, un petit Prométhée nuisible : il est ingénieux et irresponsable, orgueilleux et sot. C'est un enfant du siècle. » M. Simpson, représentant de commerce pour la NATCA (une société développant de nouvelles technologies), est un amoureux des machines. Dans ces cinq nouvelles d'anticipation, il présente et vend ses petites merveilles : une photocopieuse en trois dimensions - le « Mimeto » -, un mesureur de beauté - le « Callimètre » -, ou encore un casque établissant une communication directe entre les circuits nerveux et électroniques permettant, par exemple, de conduire une voiture sans avoir besoin d'actionner ses muscles.
    Symboles du progrès, ces étranges inventions se heurtent à une nuée de ces « petits Prométhée nuisibles », qui essaient par tous les moyens d'en profiter pour faire fortune, quitte à vendre leur âme au diable...
    Mais enfin, si l'on peut dupliquer une agrafeuse, pourquoi ne pas dupliquer sa femme.

    Quelques exemples saillants pris dans le dossier :
    Je découvre - Le premier à publier un recueil sous le titre d' Histoire naturelle est un écrivain de l'Antiquité, Pline l'Ancien (23-79 après J.- C.). Il s'agit d'un ouvrage monumental : 37 livres dans lesquels est rassemblé l'ensemble du savoir de son époque : cosmologie, zoologie, botanique...
    J'analyse - Le terme français de science-fiction l'indique clairement :
    L'imagination puise sa source sur un élément scientifique. Il en est de même du terme italien, fantascienza, composé de science et de fantaisie.
    Nous avons la parole - Organisons le débat : Peut-on se passer des machines Vaut-il mieux être tourné vers le passé ou vers l'avenir ?
    Prolongements - Les Métamorphoses d'Ovide, Chroniques martiennes de Ray Bradbury, La Nuit des temps de Barjavel, Contes glacés de Jacques Sternberg.

    Sur commande
empty