Littérature générale

  • Dans ce roman, Florentine et Julia sont mariées grâce à leur cousine, la colonelle Briquart. Elles découvrent les plaisirs du sexe, et la recherche de la volupté est le moteur du livre. Par un style clair et une étude des moeurs de son époque, la Vicomtesse de Coeur-Brûlant fait montre d'un sens de l'observation et d'une habileté à décrire des scènes érotiques avec finesse presque innés. C'est par un récit « parsemé de recommandations sur la façon de déshabiller et de caresser une femme » (Alexandrian) que la Vicomtesse entre en littérature érotique. On s'est longtemps interrogé sur la véritable identité de l'auteur de ce roman, considérée comme l'une des éclaireuses de la sexualité féminine. Est-ce Guy de Maupassant, comme on l'a souvent supposé ? Le doute est vendeur et les éditeurs ont rusé pour entretenir le mystère. Devenue veuve et ruinée par des gigolos peu scrupuleux, on retrouve la Vicomtesse à Paris, à la tête d'une agence matrimoniale et auteur de livres coquins.

  • Ernest Baroche ne nous offre pas un chef-d'oeuvre de la littérature, il se contente de nous proposer un chef-d'oeuvre du roman érotique dans toute son efficacité.

    Le comportement de ses personnages, deux hommes et trois femmes, est déchaîné : chez les femmes surtout, dont le langage devance les fioritures habituelles. L'École des biches est un récit très osé qui se présente comme une vaste pièce de théâtre, selon une solide tradition discursive. Les scènes les plus scabreuses sont plus dites que décrites. L'impact érotique n'en est que plus fort et permet de réaliser à peu près tous les fantasmes de l'accouplement amoureux. Dans ce genre, fort d'un équilibre exemplaire, L'École des biches a rarement été égalé.

empty