Éditions Thélème

  • Donc, une revue qu'on écoute. Une qui mêle des voix. Parce que les voix, ça porte loin. Jusqu'au coeur de chacun. Des voix nouvelles, des assurées, des qui font leurs premiers pas, des d'humbles géants, des qui poussent jusqu'au chant. En vers, en prose, entre les deux. Des voix de poètes, de chanteurs, un petit peu d'hier et beaucoup d'aujourd'hui. Un numéro inaugural imaginé au coin d'une table, réalisé dans l'euphorie, entre amis et avec beaucoup d'inédits. De la poésie concrète ou lyrique, énigmatique, douce ou violente, tranchante ou apaisante. Des mots. Des mots dits. Parce que la poésie, ça s'adresse à tout le monde. Ça peut changer le monde. À commencer ici. Alors, vous offrir une revue. Un grand spectacle. Juste entre nous. Qui commence, Donc, Le numéro 1 avec : Arthur H, Julien ALLOUF, Linda Maria BAROS, Alain BASHUNG, Stéphane BATAILLON, Victor BLANC, Yves BONNEFOY, Mâya DE FAY, Brigitte FONTAINE, Perrine GRISELIN, Philippe JACCOTTET, Aurélia LASSAQUE, Michaël LONSDALE, James NOËL, Christian OLIVIER, Juanito SANCHEZ, Les frères SUAREZ-PAZOS & Sylvain CLÉMENT et Jean-Pierre VERHEGGEN.

  • Boule de suif

    Guy de Maupassant

    Boule de suif est la nouvelle qui a fait connaitre Guy de Maupassant et reconnaître comme un grand auteur.Le texte parle de l'injustice sociale, à laquelle l'auteur ajoute la description d'une femme si attachante dans son sacrifice qu'on y lit toutes les misères silencieuses de son siècle.

  • Marcel Proust fut un correspondant maniaque. Dès l'enfance, puis dans le monde, jusqu'à sa mort, sans trêve il a écrit : à ses proches, à ses amis, aux lecteurs de ses livres, à ses éditeurs, ses banquiers... Les milliers de lettres qu'il a écrites traitent des sujets les plus variés : souvenirs, confidences intimes, politique, impressions de lecture, critiques d'art. Ce livre audio rassemble ses premières lettres depuis son enfance jusqu'à son adolescence.

  • Victor Hugo publie en 1827 sa pièce Cromwell qu'il présente comme le premier drame romantique. S'inspirant de l'art théâtral de Shakespeare, il propose une démarche nouvelle débarrassée des conventions passéistes de la tragédie, dont principalement celle de l'unité de temps, de lieu et d'action. Le drame raconte une histoire réelle, les héros sont humains et le vil côtoie le noble. L'espoir peut se transformer en actions, en tentatives de jouer son propre destin, mais le héros romantique est souvent maudit car la société et le peuple, qui font alors leur entrée sur scène, imposent une forme de fatalité et empêchent les hommes de réaliser leurs désirs. Cette conception de la nouvelle littérature fait l'objet de la Préface à Cromwell, où Victor Hugo explique la nécessité de refléter la société moderne telle quelle est : la scène de la vie, grotesque et misérable, noble et pleine d'espoir. Ce court texte rappelle les différents âges de la littérature et signe la rupture définitive qu'opère le Romantisme tel que Victor Hugo le fonde ici par écrit, et tel qu'il se révélera lors de la bataille d'Hernani, en 1830. C'est le mouvement littéraire qui réunira sous son drapeau des auteurs tels que Chateaubriand, Lamartine, Musset, Sand, ou encore Nerval...

  • Alexandre Dumas écrit La Route de Varennes dans un souci de vérité historique. Reprenant tour à tour les différents récits historiques pour en montrer les erreurs, l'auteur s'attache à reprendre la même route que Louis XVI et sa famille lors de leur fuite de Paris, pas à pas, pour trouver traces et témoignages de ce grand fait historique. Alexandre Dumas signe ici un un petit roman aussi instructif que réjouissant.

  • Mathieu tient une librairie à qui il voue tout son temps jusqu'au burn-out. Il va alors se réfugier à Sainte-Adresse, dans la maison de son ami César qui vient de mourir. tous ses proches tentent de le ramener à la raison, mais c'est encore dans l'adversité qu'il est le meilleur et trouve comment redonner un sens à sa vie.  © 2016 Belfond (P)

  • De l'amitié est tiré des Essais de Montaigne, publiés en 1595, à titre posthume.C'est par l'introspection la plus honnête que l'auteur cherche à comprendre l'humanité, par le raisonnement mais aussi par la compréhension intime de ses propres émotions.
    L'amitié est une rencontre. Quand Montaigne raconte avec bonheur sa relation avec Estienne de La Boétie, le lecteur de son côté expérimente la rencontre avec un auteur, sincère et libre, et ressent avec force ce lien indicible qui fonde une amitié profonde.

  • Confucius, dit-on, vit le jour en 551 avant notre ère, non loin de la ville de Qufu, dans la province de Shandong. Après la mort de sa mère en -527, il enseigna sa connaissance des textes anciens au petit groupe de disciples qui le suivait. Bien qu'il n'ait jamais développé sa pensée de façon théorique, on peut dessiner à grand traits ce qu'étaient ses principales préoccupations et les solutions qu'il préconisait, en lisant les Entretiens.

  • Tao Te King

    Lao-Tseu

    Le Tao Te King, traduit souvent par Livre de la joie et de la vertu, fut considéré comme le texte fondateur de l'école, puis de la religion taoïste. Son auteur, Lao Tseu, serait né au VIème siècle avant J-C, mais rien n'établit clairement son existence. Il aurait été contemporain de Confucius et c'est en réponse aux principes de ce maître qu'il aurait développé ces conseils de vie, à l'usage tout d'abord du prince en fonction.

  • Pendant la Guerre de Sécession, les quatre filles du Docteur March se retrouvent privées de leur père parti combattre aux côtés des Nordistes. Mme March et ses quatre filles doivent alors affronter les difficultés de la vie quotidienne et surtout la peur de ne plus jamais revoir le Dr. March. Malgré tout, c'est dans la joie et l'innocence que Meg, Jo, Beth et Amy vont découvrir ensemble les bonheurs et les déceptions de la vie. © Nathan (P)

  • Le Manuel d'Épictète expose les principes philosophiques qui mènent au stoïcisme, doctrine qui permet de mener une vie heureuse et juste. Ce texte court est un résumé de l'enseignement d'Epictète écrit par un de ses élèves, où sont donnés, de manière logique et illustrée d'exemples quotidiens, les idées fondamentales qui permettent un accès à la sagesse.

  • Phèdre

    Platon

    Phèdre est un des nombreux dialogues socratiques transmis par Platon. Il y est question de la beauté et de l'amour, entendu comme désir, dans un premier temps, puis de la beauté d'un discours et de la rhétorique dans un second temps. L'amour comme la rhétorique peuvent éléver la beauté de l'âme mais ils peuvent tout aussi bien l'abaisser, en s'attachant seulement au plaisir et à la domination d'autrui. Au contraire, celui qui, à travers l'être aimé ou à travers le beau discours, contemple des idées pures, gagnera en sagesse et en beauté.

  • L'éducation sentimentale est un roman initiatique, partiellement inspiré des expériences de l'auteur et qui a ouvert la voie au mouvement littéraire du naturalisme, tourné vers la critique sociale et politique. Le jeune provincial Frédéric Moreau, nouvellement bachelier arrive à Paris pour faire des études de droit, il est plein de rêves et d'ambition. C'est alors qu'il croise Madame Arnoux, pour le jeune homme c'est " une apparition " qui le marquera à jamais. Étudiant velléitaire, amoureux insatisfait, entravé par des revers de fortune dans un Paris à la veille des insurrections de 1848, il va naviguer dans une société petite bourgeoise dont le narrateur ne manque pas de dépeindre les travers et les incohérences.

  • Comment on se marie

    Émile Zola

    Comment on se marie regroupe quatre courts récits d'Émile Zola, qui relèvent de l'étude de moeurs. Quatre mariages, quatre milieux sociaux différents et un seul regard. Si, chez les bourgeois, le mariage est une transaction financière, chez d'autres l'amour est possible. L'auteur montre les différences de modes de vie pour mieux laisser apprécier l'absolue similarité des rapports conjugaux, et l'inexorable défaite du mariage tel que le XIXe siècle l'imposait aux hommes et aux femmes.

  • Sénèque est un philosophe, un dramaturge et un homme d'État du premier siècle après Jésus-Christ. Il a été en charge de l'éducation de Néron, futur Empereur de Rome. Sa pensée se situe en filiation avec le Stoïcisme grec, mais la notion de système est mise à distance au profit de considérations davantage morales que métaphysiques. Le principe moteur de sa réflexion reste cependant la distinction purement stoïcienne entre les événements extérieurs à soi sur lesquels on ne peut agir, et ceux qui ne dépendent que de soi-même : la vertu, le jugement et la volonté. De la Tranquillité de l'âme est un magnifique exemple de cette philosophie du triomphe de l'homme vertueux, en harmonie avec lui-même et le monde

  • L'apologie de Socrate

    Platon

    L'Apologie de Socrate rapporte le procès qui a vu condamner Socrate. Le citoyen philosophe, accusé de ne pas croire aux dieux de la cité et de pervertir les jeunes, fait preuve, face à ses juges comme auprès des Athéniens, du même don pour révéler tant l'incohérence que l'immoralité de leur discours.

  • Mallarmé explore les différentes possibilités du langage, syntaxiques, phonétiques, jusqu'à élaborer cette grande partition poétique d'une typographie libérée qu'est Un coup de dés jamais n'abolira le hasard.

  • Étienne de la Boétie écrit le Discours sur la servitude volontaire en 1549 alors qu'il n'a que 18 ans. Si la question est politique, l'auteur ne se contente pas de critiquer les régimes tyranniques, il questionne aussi l'agent politique, celui qui est gouverné : comment peut-il se faire que « tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent ? ».

  • Le père d'Eugénie Grandet a été tonnelier. Grâce à un sens aigu des affaires et une grande avarice, il a réussi à faire fortune en profitant des événements de cette époque instable. Autrefois maire de Saumur, il fait maintenant fructifier sa grande fortune tout en faisant croire à sa femme et à sa fille qu'ils ne sont pas bien riches. Les habitants de Saumur, plus au courant de la fortune du père Grandet, voient en sa fille Eugénie le plus beau parti de la ville et la courtisent donc ardemment.

  • Les Misérables de Victor Hugo, paru à partir de 1862, est l'un des romans les plus connus de la littérature française. Jean Valjean, Cosette, les Thénardier et leur Gavroche, ou encore Javert sont autant de noms qui résonnent au-delà de l'histoire qui les a fait naître. Ces misérables de Paris et de la province française sont décrits à la fois comme des archétypes du genre humain, mais aussi comme les produits d'une société génératrice de pauvreté, d'ignorance et désespoir. Fantine, le premier des cinq tomes qui composent Les Misérables, raconte l'ascension d'un ancien bagnard, Jean Valjean, et la chute d'une fille-mère, Fantine, qui finit par se tuer pour nourir son enfant, Cosette.

  • À 75 ans, Victor Hugo a perdu sa femme, sa fille Léopoldine et ses deux fils. Il se retrouve seul avec ses deux petits enfants, Jeanne et Georges. Alors que la vieillesse lui apparaît, elle s'entoure de la plus petite jeunesse, et l'art d'être grand-père s'impose à l'auteur : c'est obéir aux plus petits. Sa démarche littéraire se fond avec son dernier recueil poétique, rendre justice aux plus démunis, raconter leurs misères et leur héritage, accepter de n'être qu'un passeur et qu'il faut partir.
    Prix du meilleur livre audio 2011

  • Le Spleen de Paris aussi nommé Les Petits poèmes en proses, est publié en 1864. Ce recueil complète Les Fleurs du mal.

  • C'est pour entrer en grâce auprès des Médicis, que Machiavel écrit en 1513 Le Prince, traité politique où il est question de l'art de prendre possession du pouvoir et de le maintenir. Bien que les références utilisées par l'auteur remontent à Platon et Plutarque, l'action politique n'est jamais subordonnée à la morale, et la seule exigence réside dans la pérennité du souverain sur son trône. Pour cela, la paix et la guerre sont toues deux nécessaires, aussi bien que la justice et l'iniquité, la crainte des sujets et l'adoration du gouvernement.

  • Mademoiselle Fifi Madame Baptiste La Rouille Marroca Quatre textes dans lesquels Maupassant fait montre de son talent à la fois de conteur d'histoires, et de critique de l'âme humaine, les bassesses et les maladresses sont racontées avec réalisme, mais aussi avec tendresse.

empty