• Le rêve

    Emile Zola

    "Je voudrais faire un livre qu'on n'attende pas de moi. Il faudrait pour première condition qu'il pût être mis entre toutes les mains, même les mains des jeunes filles. Donc, pas de passion violente, rien qu'une idylle. Refaisons donc Paul et Virginie...".
    Emile Zola.

  • Pour découvrir la ville autrement, rien de tel que la visite des traboules.
    La ville secrète s'y dévoile, celle de la Renaissance, dans le Vieux-Lyon surtout, celle des canuts de la Fabrique lyonnaise sur les pentes de la Croix-Rousse, celle que les grands travaux d'urbanisme ont façonnée, dans la Presqu'île, à l'époque où il fallait assainir pour mieux grandir... Lyon est bien la ville aux 500 cours et traboules, et il devenait urgent de conduire les visiteurs parmi celles, encore visitables, qui restituent l'âme de Lyon et de ses habitants.
    Nous guidons les pas de nos lecteurs, en marge de 135 traboules répertoriées, vers les sites ou monuments à ne pas manquer dans le cadre d'une approche générale de la ville. Les traboules de Lyon sont inventoriées et protégées, elles demeuraient cependant méconnues dans leur fonctionnalité, leur environnement, leur géographie et leur histoire... La visite se fait à pied, exclusivement!

    Sur commande
  • Chaque quartier de Lyon affiche sa propre identité.
    Et les murs peints, identitaires et historiques de Cité de la Création, font aujourd'hui partie de la ville. La soixantaine de fresques de Lyon et de ses environs révélées dans ce guide dévoile l'histoire et l'âme de ces lieux. Et puis, découvrez les passerelles indispensables à la connaissance de la ville, en fin de chaque chapitre : lieux incontournables, insolites ou méconnus, visites traditionnelles, jamais loin d'une fresque, toujours dans le but de compléter la visite.
    Conçu pour une visite ludique, efficace et originale, ce guide utilise les murs peints comme fil conducteur. Tirez le fil...

    Sur commande
  • Partir à la découverte des richesses insoupçonnables des quelque 50 musées ou lieux et du département du Rhône, c'est aussi découvrir la ville et ses environs autrement. Le premier musée de Lyon fut celui des Beaux Arts, ouvert en 1802 dans l'ancienne abbaye royale des Dames de Saint-Pierre. Suivi, au milieu du siècle, par le musée d'Art et d'Industrie installé dans le palais de la Bourse par la Chambre de commerce et d'industrie de Lyon. Le muséum d'Histoire naturelle fut ouvert, lui, en 1919. Quant au musée historique de la ville, aujourd'hui Musées Gadagne, il fut inauguré en 1921. Enfin, le musée des Tissus prit possession de l'ancien hôtel de Villeroy en 1946. Aujourd'hui, petits et grands musées de Lyon et du département du Rhône couvrent tous les champs scientifiques et artistiques et attirent chaque année un public de plus en plus nombreux, pour lequel a été créée la déjà célèbre Nuit des musées, sans oublier les non moins appréciées Journées européennes du patrimoine.

    Sur commande
  • Vous disposez d'une journée pour visiter Lyon ? de trois jours ? de cinq jours ? Par où commencer ? Comment faire pour s'y retrouver dans la visite de cette ville à l'histoire bimillénaire aux multiples entrées ? Ne perdez pas de temps et allez à l'essentiel ! Dans ce nouveau guide de Lyon pour découvrir la ville autrement, nous proposons au visiteur trois circuits correspondant aux temps de séjour choisis, ces parcours incitant de toutes les façons le promeneur à revenir, Lyon ne se dévoilant qu'à celui qui sait s'y abandonner. Les circuits sont indépendants les uns des autres, et calculés pour "coller" aux temps impartis, comprendre les facettes de l'histoire et découvrir la ville des origines jusqu'à celle du XXIe siècle...

    Sur commande
  • Six circuits introduits par un rappel de l'histoire de Lyon, alliant périodicité historique et implantation géographique. Le découpage en 4 parties correspond aux périodes de l'histoire, se rapportant chacune à un quartier. Ce guide insiste sur la particularité de la ville à s'étendre d'ouest en est et sur la découverte des éléments de son patrimoine.

    Sur commande
  • Lyon a toujours été un terrain privilégié pour l'architecture et l'art religieux. Voilà une étude complète et largement illustrée des 52 églises de Lyon, par les meilleurs spécialistes. Une présentation historique précède les notices dans lesquelles peintures, sculptures, mosaïques et décors religieux sont particulièrement évoqués. Les pas du promeneur, en marge des églises, sont guidés vers les sites et monuments à ne pas manquer dans le cadre d'une approche générale de la ville, pour la découvrir autrement.

    Sur commande
  • Les deux quartiers de Lyon les plus prisés des visiteurs sont Fourvière et le Vieux-Lyon, l'un et l'autre pour des raisons différentes. On "monte" sur la colline de Fourvière pour jouir du panorama sur la ville et pour visiter sa célèbre basilique. On se promène dans le Vieux-Lyon, au pied de la colline, pour s'imbiber de l'atmosphère de son quartier Renaissance, le plus vaste d'Europe, et de ses traboules. La colline de Fourvière et le Vieux-Lyon sont les berceaux historiques de Lyon, à des époques différentes, certes, mais qui ont marqué la ville de leur empreinte : c'est sur la première qu'est née la colonie romaine de Lugdunum ; c'est au pied de celle-ci que s'est développée la ville du Moyen Age et de la Renaissance.
    Pour découvrir la ville autrement, il faut, dès l'arrivée, aller découvrir le site, les vestiges et l'âme de ces quartiers pas tout à fait comme les autres... Il devenait urgent de leur consacrer un guide spécifique pour comprendre comment, à Lyon, l'histoire et la géographie se sont conjugués à tous les temps...

    Avec la participation de Dominique Bertin, Pierrick Eberhard, Jean-Pierre Gutton, Régis Neyret, Marcel Pacaut, Jean Pelletier, Corinne Poirieux, Nicolas Reveyron, Jean-François Reynaud.

    Sur commande
  • "Si les pentes de la Croix-Rousse, entre le plateau et le quartier des Terreaux, ont toujours fait partie du périmètre de Lyon, le plateau de la Croix-Rousse, situé à 254 m d'altitude, n'a longtemps été qu'un simple bourg, lové derrière les fortifications lyonnaises. Rattaché à sa voisine, Lyon, en 1852, la structure de la Croix-Rousse est héritée de l'histoire. Celle des canuts, aux mains d'or et d'argent, l'habite... La colline, plateau et pentes confondus, devenant patrie des tisseurs au XIXe siècle, en fut l'épicentre. Elle en garde de belles traces, architecturales surtout. Car, pour accueillir les bâtiments que réclame l'industrie de la soie, les anciens clos religieux des pentes de la Croix-Rousse sont fractionnés et lotis. Les parties hautes offrent des vues panoramiques d'une étendue exceptionnelle, les pentes abritent des lieux étranges, et le quartier du bas de la colline s'articule autour de la place des Terreaux, centre de la vie politique de la cité.
    Tirez le fil de soie.. Pour découvrir la ville autrement, la visite de la colline de la Croix-Rousse s'impose, en plusieurs jours et autant de circuits, et se décline par tous les temps.
    "

    Sur commande
  • Lyon a toujours été une ville de marchés.
    Evoquer les marchés hebdomadaires ou saisonniers de Lyon et de ses environs, c'est entrer dans le corps économique de la ville, c'est en percevoir ses rythmes, ses senteurs, ses coutumes. La qualité et la diversité des produits de nos marchés, issus d'une tradition multiséculaire, influencent depuis toujours menus et recettes de la cuisine lyonnaise. Car les marchés du Grand Lyon, approvisionnés par les terroirs d'exception que sont le Lyonnais et le Beaujolais, alimentent aussi les 1 000 et 1 bouchons et autres lieux du bien-manger de la capitale mondiale de la gastronomie.
    Inscrits dans la mémoire des lieux et des savoir-faire, sur les quais, les places, les boulevards de l'agglomération, ils sont le reflet des quartiers ou des communes qu'ils animent. Découvrir la ville autrement, c'est se laisser guider, saison par saison, à travers les multiples sites devenus patrimoines pluriels d'une ville qui se cache à qui ne sait pas la voir, la sentir, la ressentir...

    Sur commande
  • Les dix-huit kilomètres de rivages du Rhône et de la Saône ont toujours constitué l'un des éléments fondamentaux du paysage lyonnais. Ils ont été, des millénaires durant, le lieu d'une confrontation permanente, aux fortunes diverses, entre les forces corrosives du fleuve, et l'action défensive ou conquérante des hommes. A l'origine, Rhône et Saône participaient à l'ordre du monde, auquel la ville ne pouvait se soustraire. Puis, en partie soumis par la construction des digues, des ponts et des quais, ils en ont constitué la chair et le sang grâce à leur eau, leurs flancs, leur faune et leur mouvement. Lyon « la fluviale » établit aujourd'hui un lien entre patrimoine, paysages et identité. Un ouvrage de référence, aux multiples entrées, pour une réflexion nourrie sur Lyon, la rivière et le fleuve !

    Sur commande
  • Vers 1550, la population lyonnaise était concentrée sur les deux rives de la Saône, de part et d'autre du pont qui reliait la place du Change à la place Saint-Nizier. C'est de là que les marchands étrangers arbitraient le commerce européen et favorisaient l'activité manufacturière, dont l'imprimerie. L'une des premières grèves importantes de l'histoire de France est d'ailleurs déclenchée en 1539 à Lyon par les compagnons d'imprimerie. De grands écrivains séjournent dans la ville, comme Clément Marot, Rabelais ou Etienne Dolet, tandis que se distingue une école lyonnaise de poésie autour de Maurice Scève et de Louise Labé. Matières premières et cours d'eau permettent l'implantation de la métallurgie et de l'industrie du papier. L'essor de ces industries se révèle crucial pour le développement de l'imprimerie.

    Ce n'est pas par hasard que Lyon devient, dès la fin du XVème siècle, le deuxième centre de production de livres imprimés, après Paris, et l'une des capitales négociantes et artistiques de la Renaissance. Car Lyon, ouverte sur le monde germanique et sur les pays de la Méditerranée, connaît un développement économique et culturel sans précédent. Ville de transit, elle attire une population très diverse, composée de commerçants, d'érudits et d'artisans. Lyon, dite la "Myrelingues" (mille langues), devient cité cosmopolite. Satisfaire et stimuler la demande de livres - pour la transmission des idées et des techniques - sera l'objectif premier des imprimeurs venus s'installer à Lyon à partir de 1473, et jusqu'au XVIIIème siècle. Lyon vit sous l'influence de ses maîtres imprimeurs.

    Sur commande
  • Ecrire une histoire des Lyonnaises, c'est se pencher sur vingt siècles au cours desquels les conditions politiques, religieuses, économiques, sociétales ont évolué. L'Antiquité a connu l'esclavage : le christianisme est devenu un fait de société prépondérant à partir du Moyen Age ; les premières femmes écrivaines apparaissent à la Renaissance ; les femmes de l'Ancien Régime sont dépendantes du statut de leur époux, et lors de la Révolution, certaines lyonnaises participent activement au siège de 1793 ; avant de remplacer les hommes dans les usines, lors de la Grande Guerre. Cette histoire se veut aussi celle du rapport des sexes. Comment les hommes ont-ils gouverné les femmes ? Ont-ils accepté que la femme pénètre dans leurs domaines réservés, comme le politique ou le religieux ? Au-delà de ces interrogations et des réponses qu'elles induisent, les auteurs de cette étude ont souhaité redonner aux femmes toute leur place dans l'histoire de Lyon. La place qu'elles méritent, et c'est une première dans l'historiographie d'une villes pourtant largement étudiée.

    Sur commande
  • Depuis plus de 150 ans, pour leurs "illuminations" du 8 décembre, les Lyonnais disposent sur leurs fenêtres à la nuit tombée, en hommage à la Vierge ou tout simplement par tradition, des lumignons, petites bougies tremblotantes dans un verre opaque ou de couleur. Puis ils se retrouvent par milliers, dans les rues parées de lumière pour une célébration de la ville et de ses atouts. Cette fête-là, les Lyonnais en ont toujours été les acteurs...

    Depuis 15 ans, devenue Fête des Lumières, elle éblouit plusieurs millions de spectateurs, chaque année et sur quatre jours. Ce livre rend hommage à ces 15 années de Lumières, dans ce qu'elles ont présenté de plus éclatant, de plus innovant !Seul un photographe de talent pouvait ainsi exalter le brio des concepteurs-lumière, des mises en scène les plus éblouissantes aux expérimentations étudiantes les plus discrètes.

    Sur commande
  • Lyon est une ville deux fois millénaire. Son originalité est non seulement celle d'être née sur un site de confluence exceptionnel, mais encore d'y avoir grandi, à l'abri de ses deux collines, sans gommer les traces de son passé. La Croix-Rousse et Fourvière alimentent la chronique séculaire. Le Rhône, la Saône, leurs quais, ponts et passerelles dessinent les contours d'une Presqu'île aux richesses architecturales plurielles. Les quartiers bicentenaires de la Rive Gauche complètent le décor historique. Mais au-delà des clichés, il est des heures qui méritent d'être contées.
    De tout temps carrefour d'influences, Lyon la belle, loin de n'être que tournée vers son passé, rayonne de tous ses feux lors de ses festivals, de ses Biennales ou de sa Fête des Lumières... Car Lyon est cité de toutes les lumières, associées à toutes les fêtes... Cette lumière naturelle que tant de poètes ont chantée s'accroche aux façades colorées, diffuse ses nuances par delà les eaux de ses fleuves, enrobe la ville et l'auréole...
    Vous l'aurez compris Lyon se dévoile à qui veut bien se laisser porter... Alors levez les yeux et laissez-vous prendre par la main !

    Sur commande
  • Lyon a toujours eu vocation à être capitale.
    D'abord "capitale des Gaules" après sa fondation par Munatius Plancus, elle devint aussi celle de la chrétienté gallo-romaine naissante, à partir du martyre de Blandine. Au Moyen Age, devenue ville-frontière entre le Saint-Empire romain germanique et le royaume de France, elle fut annexée à ce dernier. Durant la période de la Renaissance, Lyon accueillit le Roi et la Cour, initia une école de littérature et de poésie avec Louise Labé et Maurice Scève, permit le développement du commerce et de la banque, posa les bases de l'industrie de la soie.
    Le siège et la prise de la ville en 1793 faillirent anéantir toute ambition. "Lyon n'est plus" proclamèrent les révolutionnaires. Et pourtant, deux siècles plus tard, Lyon est toujours là, capitale de la région Rhône-Alpes, et s'affirme comme une des grandes métropoles européennes. Elle est devenue entre temps "capitale de la soie", "capitale de la gastronomie", mais aussi "de la Résistance"... toutes appellations qui en font, depuis son classement au patrimoine mondial par l'Unesco, une capitale touristique de premier plan.
    Son histoire mise à jour, et sans cesse renouvelée par les découvertes majeures que livre son sous-sol au fil des chantiers urbains, se devait d'être portée à la connaissance de tous à l'aide d'un ouvrage de référence, bilingue pour satisfaire la demande des visiteurs, venus du monde entier, et toujours séduits par cette ville de caractère.

    Sur commande
  • Lorsque, sur injonction du Sénat de Rome, Munatius Plancus fonda en -43 la colonie romaine de Lugdunum, se doutait-il que cette nouvelle ville deviendrait capitale de la Gaule ? Où arriveraient par bateaux sur le Rhône et la Saône, des milliers de produits de tout l'empire ! Où toutes les classes sociales établies s'y retrouveraient et copieraient les modes de vie arrivant de Rome ! Où se développerait une nouvelle religion, autour du martyre de Blandine et de Pothin, le christianisme ! Où, d'Auguste à Magnence, pas moins de dix empereurs romains allaient séjourner ? Le sanctuaire du Confluent a grandement contribué à la notoriété de Lugdunum, sur les pentes de la Croix-Rousse, là où Drusus avait réuni en -123 les notables des Trois Gaules, autour de l'autel de Rome et d'Auguste.
    Bientôt la ville et le sanctuaire ne firent qu'une seule entité, fréquentée lors des fêtes du 1er août de chaque année par une foule venue des quatre coins de la Gaule remplir les gradins de l'amphithéâtre. Lyon était devenue capitale des Trois Gaules. Lorsqu'un nouveau quartier se développe sur la rive droite de la Saône, autour des premières églises de Lyon, on ferme le livre comme à regret, sur le Bas-Empire et le christianisme naissant.
    Une autre histoire commence...

    Sur commande
empty