Littérature générale

  • « Le corps d'une jeune femme d'une trentaine d'années a été retrouvé dans sa salle de bain. Une mise en scène des plus macabres a été constatée par la première équipe de police arrivée sur les lieux. C'est pour cette raison qu'on nous refile l'enquête. Adresse : 242, rue Brennet à Fleurus. Soyez à la hauteur, commissaire ».
      Fleurus, 2015, l'ombre du passé plane sur la cité des Bernardins... Trois jeunes femmes ont été assassinées, une quatrième est entre la vie et la mort. Après les avoir tuées, le meurtrier leur rase la tête et dispose une étrange statuette auprès de ses victimes.
    Pour mettre fin à cette épidémie de meurtres, la commissaire Defacq de la police criminelle devra percer le mystère de cette macabre mise en scène. Originaire de la bourgeoisie bruxelloise, parviendra-t-elle à échapper aux embûches semées par les potentats locaux ? Réussira-t-elle à s'attirer suffisamment de sympathie pour progresser dans son enquête ?
    Et ce jeune professeur d'université, issu d'une des plus vieilles familles de la cité, qui l'aide dans ses recherches, est-il un réel allié ou joue-t-il double jeu ?
      Titulaire d'une maîtrise en histoire, Stephen Hangman est passionné par l'histoire de sa ville d'enfance, Fleurus. Cette cité, également surnommée « la ville aux trois victoires françaises » est nommée sur l'Arc du Triomphe à Paris et jumelée avec la ville de Couëron (Loire-Atlantique). Stephen Hangman a rencontré le monde de l'édition par une première expérience dans le manuel scolaire, il a alors décidé de continuer l'aventure dans le roman policier afin de faire découvrir, de manière originale, l'histoire de sa ville. Stephen Hangman a réalisé ses recherches historiques depuis l'âge 16 ans et les partage dans Némésis, son premier polar.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Une femme douce et intelligente, une fillette de deux ans, un travail intéressant : Laurent a tout pour être heureux. Pourtant, il ne parvient pas à se débarrasser d'un passé difficile.

    Les vacances arrivent, la petite famille les passe à Hendaye, où tout est propice à l'oubli : plage et pâtés de sable, bronzage et baignades, pêche au surf-casting. Le bonheur est au rendez-vous. Il sera néanmoins de courte durée.

    La rencontre avec Fabrice plonge Laurent dans un univers de terreur et de haine, et jette de l'ombre sur la plage.

    Public adulte. Strictement interdit aux moins de 18 ans. Cet ouvrage contient des passages d'une extrême violence (physique et psychique).

  • à l'ombre de tes pas

    Pierre Le Boulaire

    • Amalthee
    • 23 Novembre 2015

    Dessiner par les sonorités et les rythmes autant que par le sens des mots une Carte de Tendre personnelle, tel est l'objet de ce recueil. Cette errance entre l'adret et l'ubac de l'amour convoque l'expérience du lecteur : le poème a fonction de trait d'union libre, espace où deux chemins se superposent, rencontre du lecteur avec un alter ego qui propose une forme à ses affects.
    En découle un choix de fluidité, d'harmonie, où le ressenti prévaut sur les jeux d'écriture, pourtant présents en filigrane. On y lira des préférences poétiques, en particulier pour l'art de la suggestion cher à Apollinaire.

  • À l'ombre de la Clémence est le journal intime d'un tantôt député, tantôt cinéaste, qui aime et réprouve tout à la fois la société dans laquelle il vit, un milieu dont l'épicentre se situe place du Bourg-de-Four, au coeur de la Vieille-ville, un mélange de la via Veneto et de Saint-Germain-des-Prés où il fait bon croire au miracle et au grand amour. Balagan saura-t-il un jour mettre fin à son inlassable recherche ?
    Parviendra-t-il enfin à vivre ce bonheur tant recherché avec la femme de ses rêves ?
    À quelques pas de là, à l'angle de la rue de l'Arc, dressée sur un piédestal, la statue de marbre blanc de Cupidon, l'angelot nu et frondeur à l'arc bandé, semble esquisser comme un sourire, sa flèche dangereusement pointée sur notre héros qui, loin d'être impressionné, d'un air espiègle le défie du regard...

  • De l'ombre à la lumière

    Serge Tonti

    • Amalthee
    • 30 Septembre 2016

    Serge Tonti a une vision de Dieu. Il l'expose ici, d'une part à travers des citations de Joseph Balsamo, personnage emblématique du xviiie siècle, d'autre part à travers la transmission orale : Dieu est un tout, Dieu est en tout.
    La première partie relate l'historique de ce personnage haut en couleur qu'était Joseph Balsamo, alias Comte de Cagliostro.
    La deuxième partie développe la philosophie tirée de son enseignement. L'esprit, ou la pensée, ou l'intelligence, réagissent à des ondes électromagnétiques dans le cerveau. On peut donc considérer que cet esprit ou pensée est en tout et peut se partager partout dans l'univers, à partir du moment où il rencontre la même fréquence électrique d'émission ou de réception.
    Si l'on accepte cette idée, Dieu est en tout, matière, esprit, ombre, lumière...
    Et on peut donc aussi croire à des vies antérieures en pensant que le corps meurt, mais pas l'esprit. Esprit qui, au décès, part à la recherche d'un réceptacle basé sur la même fréquence. Un enfant qui naît par exemple. Cela expliquerait la sensation quelquefois de « déjà vécu ».
    L'homme se doit donc de retrouver la présence divine qui est en lui, en passant de l'ombre à la lumière.

empty