9782110102065

  • La concomitance des changements politiques récemment survenus en Amérique latine ne laisse pas d'étonner. Après la vague des tournants à gauche, les années 2015-2016 marquent, sur le plan politique, une rupture avec la décennie antérieure, entament une phase de déclin des gauches dans la région. En outre, la procédure de destitution lancée au Brésil à l'encontre de la présidente semble sonner le glas de la dynamique « progressiste » dans le sous-continent. En fait, ce recul semble attribuable à une certaine usure du pouvoir ainsi qu'au ralentissement économique observé depuis 2014 et, outre la réémergence de pratiques de gouvernement autoritaires, au fait que l'électorat n'est pas majoritairement ancré à gauche. Ces crises de gouvernance se manifestent par le maintien, sur le long terme, des principaux maux qui affectent le sous-continent : les inégalités se sont pour l'essentiel maintenues et, malgré les alternances politiques, la violence et l'impunité persistent. Reste que la région occupe désormais une place relativement centrale sur les plans international et diplomatique, quelle que soit la couleur politique des gouvernements. En cette année 2016, l'Amérique latine se situe donc à la croisée des chemins, entre des crises multiples et multidimensionnelles à l'intérieur des frontières nationales et une présence et une reconnaissance de plus en plus forte dans les espaces de pouvoir des arènes internationales.

    Sur commande
empty