Zortziko

  • Port de pêche ancestral (on pêchait au XVe la morue et on partait chasser la baleine vers les bancs de Terre Neuve), avec sa criée récemment rénovée et ses bateaux multicolores, le port de Saint-Jean-de-Luz, au pied de la maison de l'Infante fait intégralement partie du patrimoine luzien. Le port anime la ville, par ses sorties en bateau et son esprit des lieux typique. On y pêche l'anchois, le thon et le merlu. Une véritable économie pour le Pays Basque, avec des mareyeurs actifs et des chalutiers de haute mer réguliers. La filière pêche assure plus de 600 emplois. Un point stratégique et dynamique pour la ville, entre histoire et modernité économique.

    Sur commande
  • Depuis sa création en 1973, l'organisation Iparretarrak s'attribua de nombreux attentas en Pays Basque nord ainsi que sur le territoire français. Par ces actions, IK contribua à un réveil de la conscience basque, dans une société dominée par des forces conservatrices. Sa première opération porta sur un conflit social au village de Banka. S'en suivirent des campagnes contre la touristification, les différentes administration françaises, la répression policière ou la spéculation immobilière. IK se définissait comme une organisation politico-militaire, ancrée à gauche, partie prenante du mouvement abertzale (patriote). Son parcours fut jalonné de réflexions et de revendications d'ordre politique, économique ou culturel. L'Autonomie fut l'un de ses projets majeurs. Ses méthodes furent une source de débat permanent sur l'utilisation de la violence dans les luttes de libération nationale. Malgré un souci de ne pas vouloir de victimes humaines, ce fut un combat avec son lot d'interpellations, d'emprisonnements et d'évasions, de disparitions et de décès. Dans cet ouvrage, et pour la première fois, de nombreux militants de cette organisation dont Filipe Bidart, nous livrent leurs témoignages et analyses. Des magistrats et des policiers ayant participé à leur traque se sont également confiés à l'auteur. L'on y trouvera quelques révélations sur des contacts entamés avec le ministère de l'Intérieur, des recherches autour de la disparition de l'un des militants et des récits d'actions réussies ou avortées. Le dernier attentat d'IK eut lieu en octobre 2000, et, depuis, selon l'un des dirigeants, « l'esprit de résistance et les messages transmis par cette organisation sont toujours d'actualité ».

    Sur commande
  • « Et, soudain, je suis ici, seul dans une cellule, sans pouvoir bouger, ni aller quelque part, ni voir personne, rien à faire, attendant que le gardien m'ouvre la porte, attendant, comptant mes pas, comptant les heures minute par minute, les minutes pas à pas??» : Filipe Bidart transforme l'humour en arme de résistance et nous parle de l'isolement, véritable torture blanche. Bakartasunaz bi hitz est le témoignage profond et violent de 25 mois d'isolement, écrit en compagnie des rats et des uniformes.
    « Eta, bat-batean, hemen naiz, zelda batean bakarrik, ezin mugituz, nehorat ezin joan, nehor ere ikusi gabe, deus ez egitekorik, zaintzaleak atea noiz zabalduko didan zain, beha, ene urratsak kondatzen, orenak minutuka kondatzen, minutuak urraska...??» : umorea eta aldarte makurrezina erresistentzia arma bihurturik, isolamendua den tortura zuriari buruz mintzo zaigu Filipe Bidart. Hogeita bost hilabete bakarturik izan zuteneko egunetan oinarrituriko testigantza xamurra bezain latza da Bakartasunaz bi hitz, arratoi eta uniformedunen konpainian idatzia.

    Sur commande
  • La nuque raide

    Gabi Mouesca

    • Zortziko
    • 30 Septembre 2014

    Incarcéré à l'âge de vingt-deux ans, comment Gabriel Mouesca a-t-il survécu à dix-sept années d'emprisonnement?? Comment a-t-il pu préserver sa dignité et son humanité sans être broyé par la machine pénitentiaire?? Quelle place a-t-il pu retrouver dans la société hors des murs?? La force de résistance de celui qu'un directeur de prison qualifia un jour de «??nuque raide??» remonte à son enfance au Pays Basque nord (français) où il naît dans les années soixante. Lorsqu'il entre à l'école de la République à 6 ans, Gabriel «??Gabi??» Mouesca doit abandonner le basque, sa langue maternelle. Adolescent, il comprend que sa langue et sa culture sont menacées de disparition à court terme et s'engage dans le mouvement culturel. Jeune adulte, il devient militant d'Iparretarrak, une organisation armée qui refuse cette mort lente et décide de prendre son destin en main. Son engagement, Gabi sait qu'il va le payer très cher?: la prison ou la mort l'attendent inévitablement. Pour lui, ce sera la prison? et pour longtemps. Depuis sa remise en liberté, Gabriel Mouesca continue la lutte entamée derrière les barreaux contre l'anéantissement programmé des personnes détenues. En 2004, il a été élu président de la section française de l'Observatoire International des Prisons (OIP) qui milite pour la défense des droits fondamentaux de tous les prisonniers. Il intègre ensuite la Croix Rouge Française puis le mouvement Emmaüs. Aujourd'hui, Gabriel s'investit pleinement dans le processus de paix en cours au Pays Basque. Au travers d'une conversation, il revient ici sur son parcours et partage son cheminement personnel. Cet échange simple et direct dévoile la richesse de l'existence militante d'un homme révolté par les injustices de notre société. Un homme résolument debout, qui ne renoncera jamais?!

    Sur commande
  • « C'est du pur Oronos », diront ceux qui ne l'ont pas en grande estime. C'est-à-dire?? Que ça va dans tous les sens, depuis l'irruption de la maléfique harde de sangliers jusqu'à une étrange et lumineuse célébration d'obsèques à Urdos, en passant par Jérusalem, Paris, et l'enceinte d'un Temple mystérieux en des lieux inconnus. L'auteur a de l'imagination. La maîtrise-t-il toujours?? Un certain talent d'écriture?? Chacun appréciera. Le récit développe les agissements d'une Église homophobe et criminelle, soutenue par un nouveau clergé rétrograde et omnipotent, portant soutane noire opaque, et par un autre clergé ???peut-être local????? gêné d'avoir à s'exhiber dans cette soutane. On trouve la solution. De sorte que les deux clergés peuvent collaborer dans une pensée commune fondée sur les enseignements du Concile de Trente (1545-1563) ? à l'aube du XXIe siècle Solution heureuse et fatale. Tout ceci se passe dans un Pays situé dans un Grand Pays. Cherchez sur une carte. Pour ceux que ne rebutent pas les méandres du texte, cette fable ? qui n'est après tout qu'une fable, avec parfois des allures de polar ? a certainement une « morale » que beaucoup refuseront d'entendre, tout simplement parce qu'elle est gênante. Et que dans l'Église catholique on n'aime pas les questionnements. Pour ma part j'aime qu'on m'aide ou qu'on m'oblige à me poser des questions. C'est pourquoi j'ai suivi l'auteur et apprécié.

    Sur commande
  • C'est arrivé il y a quelque temps de ça, à une époque où tout était possible. Combien étaient-ils ? On ne l'a jamais su... Mais Biarritz, elle, s'en souviendra !
    Jean-Roger Geyer qui, d'habitude, donne dans le grave avec essais, romans, albums d'art, donne cette fois dans le conte fantasque (fantastique ?) où l'imaginaire fausse brusquement compagnie à la réalité quand, dans Biarritz, la paisible cité balnéaire; déferle un beau matin... une foule de pingouins. Il engage, comme dans un pas de deux, Hélicia Sonneville qui, en traits subtils et vibrants, incarne le texte et lui donne vie.

    Sur commande
  • Impossible aurore

    Michel Oronos

    Depuis l'occupation, le 30 novembre 2008, de l'évêché de Bayonne, Mgr Aillet de la Communauté Saint-Martin fait campagne d'idées théologiques, pastorales, politiques et envahit le Pays Basque Nord où il rencontre, il est vrai, peu de résistance. En 2017, Michel Oronos enquête dans le milieu intégriste de Domezain en suivant la route d'un jeune milicien, Bertrand Laurent et d'un jeune déporté, René Jean, mort à 20 ans à Buchenwald. Dans ce contexte tragique, il croise l'évêque de Bayonne, proche d'une fille du milicien et de ses amis bordelais de Saint-Éloi/Saint-Projet. Il fait apparaître que, depuis 10 ans, un réseau idéologique dangereux se développe dans ce diocèse avec le secours de troupes extérieures invitées par l'évêque pour une nouvelle évangélisation. Témoin de cette invasion et de cette occupation tranquilles, l'auteur s'interroge : où sont les commandos de Vascons qui, en 778, osèrent résister aux troupes de Charlemagne, écrasèrent l'arrière-garde de Roland au port de Roncevaux? N'y-a-t-il aujourd'hui que des collaborateurs pieux et fervents ?

    Sur commande
  • Définir, situer Kenneth White n'est pas chose aisée. Plusieurs formules ont circulé ces dernières années : « Écossais d'origine, Français d'adoption », « Européen erratique », mais elles n'ont qu'une validité approximative. C'est que White navigue, non pas à vue, mais d'un compas sûr, en dehors des zones de fréquentation habituelle. Puis il y a l'immensité et la variété de son oeuvre. Porteuse d'érudition multiculturelle, de philosophie occidentale-orientale et d'une force d'expression rare. Cette oeuvre parcourt des territoires divers, en traversant les domaines séparés de l'essai, du récit et de la poésie. Dans cette « lettre ouverte », s'il s'adresse d'abord à un contexte pandémique, il en fait le point de départ pour l'exploration d'un espace fondamental inédit. Le résultat est un texte à la fois perspicace, marquant et inspirant.

    Sur commande
  • Dans cet ouvrage, les 60 clichés emblématiques de Daniel Velez qui racontent l'histoire du photo-journalisme au Pays Basque, racontent aussi certainement l'histoire du reporter lui-même. Sans jamais se la raconter, ni passer de l'autre côté de l'objectif, lui qui prit le pseudo de « Daniel », par concision journalistique sûrement mais aussi pour s'affranchir du père sans doute, signe ici de son empreinte pudique une partie de la mémoire visuelle du pays où il est né. Des images photographiques d'actualités parfois brutes, souvent originales et sans concession, mais toujours d'actualité !

    Sur commande
  • Après avoir traité de l'exclusion dans l'Église catholique, puis de l'intégrisme au diocèse de Bayonne, Michel Oronos s'interroge sur l'Évangile et l'Église catholique. Sur lui-même aussi.

    Quelle a été la vie interne de cette institution au long de vingt siècles, après l'annonce de l'Évangile. Se prétendant universelle, détentrice par son clergé d'un pouvoir absolu sur tous ses fidèles, « du ventre de la mère au ventre de la terre » , quel est son avenir. Quelques proches amis de l'auteur l'accompagnent dans ce retour sur soi, sur l'Église, et nous donnent leur point de vue. Des pages qui se présentent comme un catéchisme très personnel, assez différent du Catéchisme de l'Église Catholique, assurément. À quoi servirait de répéter l'invariable. Autant se risquer sur un chemin original, en toute liberté, sans complaisance, en toute honnêteté, la démarche est importante, il s'agit de fidélité à l'Évangile, avec une touche d'humour qui colore le sérieux du propos. Après tout, nous dit-il, c'est son dernier catéschisme...

    Sur commande
  • Pentsatzeari uztea erabaki dut eta MUXUAK banatzera gatoz, etorri gara zuen artera muxu-kitarraz pentsatzeari uzteko eta sentitzera, sentituz batera ekitera bihotzaren arabera.

    Sur commande
  • Honako hau euskara, euskaldunak eta Euskal Herria gaitzat dituen liburua da. Historia, kultura, diaspora, pasadizoak, bidaiak, mito eta tradizio zaharrak, atsotitz eta irain bildumak? dira, besteak beste, liburuaren nondik norakoa gidatzen duten arloak. Bihotzez eta pasioz idatzia dela erran daiteke.

    Sur commande
  • Paysages de mer ou de montagne, danse, pelote basque, fêtes? Dans ce superbe album de coloriages, partez à la rencontre merveilleuse du Pays Basque. Tout au long de scènes vivantes et originales, magnifiquement illustrées par l'artiste, laissez parler votre imagination en vous servant de modèles pour vos propres interprétations dessinées et mises en couleurs.

    Sur commande
  • Sabino Arana Goirik 1898. urtean Ixendegia plazaratu zuenetik, hainbat izendegi kaleratu dira. Izendegi honek arrakasta itzela eduki zuen eta luzaz euskaldunok gure seme-alabak euskaraz bataiatzeko erabili dugun iturri nagusia izan da. Frankismoaren amaiera aldera, Euskaltzaindiak plazaratu zuen izendegiaz gain, beste hainbat plazaratu ziren euskal geografiaren luze-zabalean. Ildo horri jarraituz, XX. mendearen azken hamarkadetan biziki izendegi interesgarriak atera ziren argira. Aipamen berezia merezi dute, ene ustez, 1969. urtetik Seaskak atera duen egutegi berezia euskal izen zaharrak eta berriak zabaltzeko lanabes paregabea izan dena, eta Xarles Bidegainek 1999an plazaratu zuen izendegi aberatsa, aukera ugariz eta datu zehatzez hornitua etorri zaiguna.
    Izendegi honetan ez daude diren guztiak, jakina!, herriak egunero izen berriak sortzen baititu, baina bada bilduma polita euskal aita-amek hautatzeko orduan aukera ukan dezaten. Horretan lagungarri bada, uros izanen naiz. Gaur, bihar, etzi, euskaldunok aitzina egiten eta eginen dugu. Gure aiduru gero aske eta oparoa delakoan nago. Izan dadila izendegi hau urrats bat egin beharreko bidean. Izena eta izana.

    Sur commande
  • "Telle une tornade dévastant tout sur son passage, le petit cochon a érigé la facétie en une gourmandise notoire et enchaîne, avec une candeur plus que débordante, les accidents domestiques les plus improbables. Dans un tsunami de blagues potaches dont il a le secret, il met sans dessus-dessous l'équilibre familial en un temps record, ne laissant derrière lui qu'un paysage désolé, stupéfait, essoufflé, trempé, cabossé, entortillé, peinturluré, courroucé et? dépité?!
    Mais chuuuuut? il dort maintenant? on va pouvoir souffler? ou PAS?!

    Sur commande
  • Sur commande
  • Ouverture, fermeture. Vie, folie. Tour de clef, tour de vis. Espoir, désespoir. Virus, viral. Découvrez ce qui se vit et ce qui se meurt derrière la porte de la liberté qui s'ouvre ou qui se ferme suivant le côté où l'on est. KLAK ! Que ce soit en bande dessinée, dans l'illustration de presse ou bien lors d'ateliers créatifs, le travail de Mattin mêle toujours l'humour à la réflexion avec une démarche soucieuse de l'environnement.

    Sur commande
  • Entre Carrie Bradshaw et Bridget Jones, Suzelle est une femme moderne, bien décidée à ne pas rentrer dans les cases, ni à faire ce que l'on attend d'elle.
    Un peu paumée, mais toujours droite dans ses bottes à talons, elle se moque qu'on la trouve jolie, grosse ou mal fagotée. Elle mange des frites quand ça lui chante, et des graines si ça lui dit. Elle cherche l'amour, et des amis, mais surtout une carrière.
    Partie sur un coup de tête en Australie, elle décide de reprendre sa vie à zéro. Mais entre ses nouvelles copines prêtes à tout pour un sac de luxe et son travail pour une styliste tyrannique, l'aventure se révèle bien moins facile que prévue.
    Il lui faudra une bonne dose de courage, (ou peut-être est-ce son goût immodéré mais mal assumé pour le masochisme ?) pour ne pas prendre ses jambes à son cou et remonter dans le premier avion pour Paris.

    Sur commande
  • RIRE, COLÈRE, INDIGNATION, SOLIDARITÉ, DÉGOÛT, JOIE, RÉVOLTE, FRATERNITÉ, AMITIÉ, SPONTANÉITÉ, PITIÉ, ÉMOTION, IMPLICATION, CANDEUR, HORREUR...

    Sous la plume d'un GABI MOUESCA témoin et acteur direct, découvrez 33 récits-réels, tendus, forts et poignants, qui libèrent la parole d'un monde trop souvent passé sous silence, voire sous oubli?

    Sur commande
  • LA SEULE BANDE DESSINÉE QUI APPORTE UNE SOLUTION AU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE !

    Marie-Christine Thiry Merlo, peintre et céramiste originaire d'Arcangues, nous raconte en images oniriques et colorées les aventures trépidantes d'Aitor le joaldun-surfeur à qui un jour Neptune, Roi des océans et soucieux de la préservation du littoral de la Côte Basque, confie ce qui va certainement devenir la plus grande mission de son existence jusque-là paisible et un brin rêveuse. Aitor devra partir en chasse des mauvais esprits et plus particulièrement de celui de l'infâme Detritus, Prince Noir monstrueux grand amateur des déchets polluant la Grande Bleue, qui ne cesse d'étendre son pouvoir maléfique et aquatique. Mêlant la poésie de ses personnages attachants à un sens picaresque d'une intrigue enjouée, l'auteure et dessinatrice nous conte la quête improbable d'un jeune homme fan de ttunttunroa et de roller coaster !

    Sur commande
  • Robert Bonnet n'est ni grammairien, ni linguiste, ni professeur et encore moins chercheur. Il est juste un passionné des mots, des tournures, des locutions, des expressions mais aussi des syntaxes. Il est juste un amoureux de la langue, originale et originelle, du pays qu'il aime et dans lequel il vit.

    Dans cet opus de poche, avec les citations de références de spécialistes, Robert Bonnet décline la palette d'un manuel pratique et didactique permettant d'appréhender les premiers stades d'immersion dans l'univers d'une langue singulière et sûrement à nulle autre pareille.

    Pas à pas, il s'essaye humblement à poser les bases d'un apprentissage efficace, méthodique et personnel qu'il propose aux profanes, aux amateurs et à tous ceux qui veulent s'initier, puis approfondir, pour ensuite parler la langue d'ici : l'Euskara : la langue basque : la langue du Pays Basque.

    ?

  • Un soir de janvier je descends à la gare de la Négresse. J'ai sur le dos mon Mac Farlane de vagabond excentrique. Je traverse la rue sous une pluie dense et me fourre dans le premier bus qui va jusqu'au centre. À ce moment-là je ne sais pas encore que je vais changer de vie et que je m'approche de mon destin. Ce sont mes premiers pas à Biarritz, accordés à rien. Au silence des rues. À une pluie tenace. La côte des basques c'est en haut. Pour y aller il faut contourner un parc et prendre une rue longue où l'océan, tout au fond, se devine. C'est là que je vais faire escale, poser mon sac et mon bâton.
    />

    Sur commande
  • Espagnol Inquebrantable

    Gabi Mouesca

    Encarcelado a los 22 años, ¿cómo ha sobrevivido Gabriel Mouesca tras 17 años de cárcel? ¿Cómo ha podido preservar su dignidad y humanidad sin que la maquinaria penitenciaria le haya destruido? ¿Qué lugar ha podido reencontrar en la sociedad extramuros? La fuerza para resistir de quien en su día un director de prisiones calificara como « inquebrantable » se remonta a su infancia en el País Vasco del Norte (francés) donde nació en los años sesenta. Cuando entró en la escuela de la República con 6 años, Gabriel, « Gabi » Mouesca tuvo que abandonar el euskera, su lengua materna. Adolescente, comprendió que su lengua y su cultura estaban amenazadas y podían desaparecer a corto plazo. Por ello se implicó en los movimientos culturales. De joven adulto se hizo militante de Iparretarrak, una organización armada que se negaba a aceptar esa muerte lenta y que decidió tomar las riendas de su destino. Gabi era consciente de que su compromiso lo pagaría muy caro: la cárcel o la muerte le estaban inevitablemente esperando. En su caso será la cárcel? y durante muchos años. Desde su puesta en libertad, Gabriel Mouesca continúa la lucha que iniciara en la cárcel contra la aniquilación programada de las personas presas. En 2004 fue elegido presidente de la sección francesa del Observatorio Internacional de Prisiones (OIP) que milita por la defensa de los derechos fundamentales de todos los presos y presas. Entró después a formar parte de la Cruz Roja Francesa y del movimiento Emaús. A día de hoy Gabriel está plenamente implicado en el proceso de paz del País Vasco. A modo de conversación aborda su trayectoria y comparte su experiencia personal. Dicho diálogo, sencillo y directo, desvela la riqueza de la vida militante de un ser indignado por las injusticias de nuestra sociedad. Un hombre definitivamente en pie, ¡inquebrantable!

    Sur commande
empty