Riffle

  • Auchel, automne 2010.

    Virgile David Blacke n'est plus flic et Amélie Laribi a endossé sa veste de capitaine.

    Ces deux-là ont travaillé ensemble. Ils se sont supportés. Ils ont sympathisé.

    Étaient-ils autre chose qu'un couple de chiens policiers dans un jeu de quilles ?

    Pendant que Blacke s'interroge, la Police découvre sur un ancien site industriel cinq cadavres : le massacre d'une famille entière, celle d'un « enfant du pays » qui rêvait de faire découvrir aux siens sa ville natale, quittée vingt-cinq ans plus tôt. Et voilà que se joue un film commencé au milieu des années 80. un méchant film qui mettra en scène sept salopards : une prostituée, un mal-aimé, un prêtre-clown, un motard en fauteuil roulant, un ex-dessoudeur de buraliste, un Polak mort-vivant et un recycleur de pieds nickelés.

  • Le regard que pose le capitaine Blacke sur ses contemporains autant que sur lui-même est noir comme le charbon, tranchant comme une lame de couteau. Le genre de lame qui a tué Dylan Druelles aux alentours de minuit sur le parking du McDo d'Auchel.

    Qui a assassiné ce nazillon des bacs à sable ? À cette question, le flic répond avec sa hargne et son mépris. À ses sarcasmes, s'oppose Amélie Laribi, une lieutenante intègre et rêveuse qui n'aura de cesse qu'elle réussisse à innocenter « le coupable idéal » en retrouvant le vrai tueur. Pour que la paix puisse revenir dans l'agglomération minière de son enfance.

    Mais. peut-on vraiment empêcher les chiens d'aboyer ?

  • Je marche donc je suis

    Pierre Zylawski

    • Riffle
    • 25 Avril 2013

    Anéanti par la disparition de son Héloïse, Jean de Mady s'est jeté sur le chemin des étoiles, jusqu'à Compostelle. Des millions de pas, pour tenter de redonner un sens à sa vie. Accompagnez-le dans son cheminement. Pas à pas, vous serez ce pèlerin laïc qui va se nourrir de rencontres magnifiques. Ecoutez-le, il vous parle : Des jeunes, des vieux, des quatre coins du monde. Un chef indien sorti de son Amérique. St Jacques sous son porche. Deux parents qui ont perdu leur fille vivante. Cette vierge noire sur un tas de sacs. Un jeune nanti qui veut changer de vie. Deux ravis au coeur d'or. Roland de Roncevaux sans sa légende. Des cathédrales. Des étoiles filantes. Des chants, des chants, Ultreïa. et ce gamin qui n'avait qu'une main. et Fred. et Ludo. et Zoé. et Léonie. et tous les autres.

  • Marais noir

    Dirck Degraeve

    • Riffle
    • 12 Décembre 2009
  • Rouge cristal

    Dirck Degraeve

    La verrerie de Saulmères a contribué pendant un siècle à la prospérité de la région. Quand elle s'apprête à licencier la moitié de son personnel, la colère gronde et le meurtre du fondateur d'une revue anarchiste déclenche une série d'attentats menés par Nord-Rouge, un groupe terroriste qui s'en prend au complexe industriel et à la famille Dupont qui le dirige. Dans le même temps, des blondes mystérieuses sont aperçues en ville à la nuit tombée, à la recherche d'un ordinateur portable censé recéler des données compromettantes sur la liquidation du site. Comment le commandant Jacobsen et Corinne Maresquier, sa compagne, vont-ils dénouer les fils de cet imbroglio tout en ménageant les Dupont dont la puissance économique dissimule de sordides rivalités et un passé douteux ?

    Dirck Degraeve nous livre ici le quatrième volume des enquêtes du couple Jacobsen-Maresquier dans le contexte tendu de la crise économique qui vide le Nord-Pas-de-Calais de ses industries.

  • La mort au détail

    Dirck Degraeve

    • Riffle
    • 15 Octobre 2011

    Noel 2007, Saulmères. Une baraque à frites a pris feu. Tout le monde pense à une arnaque à l'assurance et Corinne Maresquier est chargée de l'enquête. Quand Papy Malou est retrouvé assassiné chez lui, tout le commissariat est sur le pied de guerre. Car c'est un personnage sans histoire, ancien artisan à la retraite, et parce que un meurtre dans cette ville du nord est toujours un événement exceptionnel.

    Le commandant de police Jacobsen est naturellement chargé de l'enquête et on lui octroie Corinne. L'enquête montre rapidement que sa femme, à moitié sourde n'a rien entendu, et que Georges Malou participait bénévolement à de nombreuses associatives dont Caritas qui vient en aide aux immigrés clandestins qui cherchent à rejoindre l'Angleterre. Mais pourquoi donc ce retraité paisible a-t-il été tué par une balle de 9mm, arme utilisée plutôt par de grands malfaiteurs ?

    Papy Malou se révèle un personnage un peu plus trouble qu'un paisible artisan à la retraite. Il était plus intéressé par les notables de la ville que par le bénévolat, et c'était un joueur invétéré. En parallèle, les baraques à frites flambent. Antoine Bernard est retrouvé assassiné dans les restes calcinés de l'une d'elles, alors qu'il avait contacté Jacobsen pour lui donner des informations. Les pistes pleuvent, les mystères s'épaississent pour aboutir à un final .

    Je ne vous en dirai pas plus, car l'enquête policière, au demeurant classique, est prenante et surprenante à souhait. Le principe de l'auteur est simple : nous donner des dizaines de fausses pistes avant de patiemment démêler les fils qu'il a lui-même emmêlé. Et c'est d'autant mieux fait que l'on suit un couple de policiers qui sont des gentils, amoureux l'un de l'autre sans oser franchir le pas de la vie commune, deux beaux personnages qui ont souffert, qui ont le remède à portée de leur main sans oser le prendre.

    L'autre chose qui m'a plu, c'est la description de la vie en province. C'est remarquablement bien fait, quand il s'agit de décrire les relations entre les gens, les petites inimitiés, les on-dit que l'on entend au café. Et je suis d'autant plus époustouflé que la ville est totalement inventée par l'auteur et qu'elle nous semble à nous, lecteurs, terriblement vivante. On pourrait même faire le plan de la ville voire des environs, rien qu'en lisant ce livre.

    Enfin, il y a le sujet, cette ville qui a vécu innocente, presque protégée des horreurs modernes, et qui se réveille en plein milieu d'un monde qu'elle ne comprend pas. Le réveil est dur, avec ces notables qui n'ont pas plus de respect envers leurs électeurs qu'envers des chiens, avec ces pauvres immigrés qui survivent dans ce que les gens du coin appellent la jungle (c'est dire !), avec ces associations caritatives qui profitent du système voire de ceux qu'elles sont censés aider, avec ces flics haut gradés qui sont à moitié cow-boys ratés, à moitié obnubilés par les chiffres.

    Avec ce livre, qui décrit une vérité hallucinante que nous connaissons mais qu'il est bon de rappeler, vous découvrirez une région qui subit, des gens simples qui vivent sans tout comprendre, des immigrés clandestins que tout le monde voudrait nier ou gommer, et une bonne histoire policière classique avec des personnages attachants. Nul doute que je vais revenir voir du coté de l'oeuvre de Dirck Degraeve, car j'y ai pris beaucoup de plaisir.

  • Du côté d'Arques, l'étang de Malhove jouxte celui de Beauséjour. But de promenades anciennes pour le narrateur, les deux points d'eau se métamorphosent au fil du récit en deux miroirs dont l'écriture efface peu à peu le tain et laisse découvrir un passé révolu, celui d'avant la mort du père, comme une eau de mer en fuite dans les douves des châteaux de sable.

  • D'herbe et de paille

    Pierre Zylawski

    • Riffle
    • 19 Août 2011

    Dès ce premier récit auquel le recueil doit son titre, le ton est donné. Dans le sillon des existences ordinaires qu'il relate, l'ouvrage déroule, avec concision et à-propos, des histoires individuelles ou des fragments de vies qui pourraient presque se terminer en proverbes ou en dictons. En l'occurrence, les personnages en ressortent souvent grandis ou apaisés. Est-ce que le temps, perçu comme destructeur, n'est pas aussi cet architecte qui construit les héros du quotidien ? Mais attention, toutes les âmes ne sont pas nécessairement vertueuses.

  • Dick Whitstag, professeur de Lettres à l'Université d'Artois, acquiert une maison, rue d'Enfer à Fampoux, un petit village situé entre Arras et Lens. Mais les anciennes habitations sont souvent bien mystérieuses, et celle-ci ne fait pas exception. Derrière un mur d'excavation, l'universitaire fait une bien curieuse trouvaille. Peu après, à l'occasion d'une visite au Louvre-Lens, Whitstag constate avec étonnement que certaines oeuvres exposées dans la Galerie du Temps ont un rapport manifeste avec sa découverte. Mais quel est leur lien précis avec ce passé qu'il n'aurait peut-être pas dû réveiller ?.

  • Un os à ronger

    Marc Falvo

    • Riffle
    • 25 Avril 2013

    Ma vie n'était pas pire qu'une autre et je me croyais à l'abri. Sauf que j'oubliais. Léo. Mon grand frère. Un déclencheur de catastrophes ou l'étincelle tant attendue ? Lorsque le quotidien bascule, les choix se réduisent. L'anarchie guette. Se soumettre ? Résister ? Et si les secrets de famille mettaient face à soi-même ? Et si on ouvrait enfin les yeux ?

    Un os à ronger est l'odyssée d'un type sans histoire qui se découvre un destin. Un voyage au long cours drôle, cruel, libre. Le récit cabossé d'une renaissance.

  • Les éperons maudits

    Eric Lefebvre

    Voir Cassel et mourir ! C'est ainsi qu'aurait pu s'intituler cette aventure, car tout va se jouer dans les Flandres. Début 1998, on découvre à Lens un professeur d'Histoire sauvagement assassiné. Snuff movie, séance SM qui tourne mal ?Et si Léo Delille avait découvert un secret ? Un secret qu'il recherchait depuis des années ? Et que quelqu'un l'avait torturé pour le lui extorquer ? De Lens à Cassel, de Tournai à Bruxelles, le duo Kabbalevski-Vanpeper va devoir enquêter entre France et Belgique, entre passé et présent pour résoudre une affaire vieille de plusieurs siècles. Eric Lefebvre nous livre ici le troisième volume des aventures du couple Kabbalevski-Vanpeper, qui explore l'une des énigmes les plus mystérieuses de l'Histoire.

  • Prenez une fliquette épanouie, flanquez-la d'un lieutenant stagiaire introverti et hypocondriaque dont la maman artiste-peintre trouve l'inspiration dans des herbes opiacées ; immergez-les dans une fondation se consacrant aux sans-abri où des vieilles dames décèdent dans des conditions suspectes ; agrémentez l'affaire avec un ex-éditeur d'ouvrages libertaires devenu SDF et philosophe ; plongez le tout dans le décor dantesque des Grands Moulins de Paris à Marquette-lez-Lille ; saupoudrez largement d'humour noir. Enfin, servez chaud avec une sauce de mots détonants en substituant des space-cakes aux blinis, pour faire plus joli. Enfin, buvez une bonne pinte de raki pour faciliter la digestion.

  • Entre Flandre et Artois, le jardin public d'une cité paisible est le théâtre d'un meurtre odieux. Affaire de moeurs sordides, notables impliqués : le passé trouble de l'Occupation ressurgit pour solder ses comptes...

  • Juin 2006, à Roubaix et ses environs : tandis que la France entière s'apprête à vibrer autour de la Coupe du monde de football, le meurtre d'une vieille femme bouleverse l'existence routinière d'un commissariat de quartier..
    Le matin du 7 juin, le lieutenant Drassir découvre par mél la photo macabre d'un corps mutilé. Canular de potache attardé ou réalité d'un crime effroyable ?

empty