Presses Litteraires

  • Cet ouvrage pourrait être la suite logique du roman " les Artmanos " (paru en 2005). Ces deux ouvrages retracent de façon différente et à d'autres époques la vie des pêcheurs sur la Côte Vermeille, depuis la frontière d'Espagne jusqu'à la falaise de Leucate, toujours perçue par les Catalans comme " la ratlla de França " (limite Française).
    Ce Peuple de la mer, ayant un vocabulaire bien à lui, plaqué sur les structures du Catalan roussillonnais, fait désormais partie du passé, car son mode de vie, ses baraques, son travail, ses coutumes, ont été définitivement détruits. Il composait une société archaïque qui en peu de temps, une vingtaine d'années tout au plus, a complètement " fondu " dans l'indifférence générale. On s'inquiète beaucoup, avec juste raison, de la disparition désastreuse des peuples indigènes d'Afrique ou d'Amérique centrale, mais on oublie trop facilement que nous avons volontairement anéanti, au profit du tourisme et du lobby des vacances populaires, une partie de notre patrimoine humain, de notre langue parlée, chez nous, en Catalogne du Nord, sans que personne ne s'en préoccupe plus que cela. Valéry ne disait-il pas : " Nous autres civilisations savons que nous sommes mortelles ! "... à qui le tour maintenant ?

    Sur commande
  • Cet ouvrage éclaire d'un jour nouveau la logique interne au folklore traditionnel catalan, ses liens avec la mythologie la plus antique comme avec les légendes contemporaines. Une première partie présente et étudie les témoignages écrits les plus anciens sur la légende du lac maudit du Canigou (du XIIIe au XVIIe siècle), en les expliquant par rapport à leur contexte historique et culturel. Pour la première fois, ces textes sont offerts ensemble, en traduction intégrale, avec leur version originale, latine ou catalane. La seconde partie de ce livre présente divers problèmes posés par l'étude de ces légendes, et propose diverses interprétations générales, non sans résoudre certaines énigmes (la définition des simiots, la localisation du temple de Vénus au sommet des Albères, etc.). L'originalité de cet ouvrage est en effet de croiser des disciplines variées, le folklorisme, l'Histoire, la toponymie, l'archéologie, la mythologie comparée, la psychologie, etc., car une telle association permet non seulement de mieux comprendre le folklore mais permet aussi à toutes ces disciplines de s'éclairer mutuellement. Ce qui rend plus objectifs et convaincants les rapprochements et les conclusions souvent inattendus de ce livre.

    Sur commande
  • Après Démons et merveilles du Canigou, Olivier Rimbault nous propose de nouvelles promenades commentées dans le monde de l'imaginaire collectif, depuis les temps préhistoriques jusqu'à nos jours, sur une aire géographique couvrant essentiellement le Pays catalan, les Pyrénées et toute l'Occitanie. Il réutilise dans ces quatorze « leçons de folklorisme » la méthode qui a fait ses preuves dans son précédent livre : croiser des disciplines variées comme l'archéologie, la philosophie, la psychologie, l'histoire et l'analyse des textes anciens et des discours d'aujourd'hui, afin de comprendre la logique à l'oeuvre derrière les sortilèges de l'imagination populaire et savante. Le caractère exemplaire des sujets retenus fait de ce livre un véritable petit traité de folklorisme.

    Sur commande
  • À la frontière entre la France et l'Espagne, disputée tout au long des siècles, jonché de châteaux forts, de monastères et de petits villages perchés, sillonné par des rivières et des gorges : voilà le département des Pyrénées-?Orientales. Dominé par le Canigou, cette montagne mystérieuse et magique, c'est un pays dont le soleil omniprésent inonde les vignobles et les oliveraies. Doté de paysages spectaculaires, il est aussi riche en art et histoire ; pour les randonneurs, les cyclistes, les skieurs, les montagnards, les plaisanciers, tous les adeptes des sports de glisse, c'est un vrai paradis.
    Jane Mann a recherché, photographié, rassemblé dans un livre tous les endroits d'un grand intérêt pour des personnes de tous âges et de goûts différents afin de leur proposer des visites.
    Annie-Michelle Kiel, grâce à sa traduction de l'anglais, vous invite à suivre les conseils de Jane en explorant ce coin de France qui s'étend des sommets pyrénéens aux rivages de la Méditerranée.
    « Voilà les Pyrénées-Orientales ! » est un guide utile et instructif, nécessaire à tout visiteur et résident.

    Sur commande
  • « L'Afrique n'a pas à entrer dans l'histoire car l'Afrique c'est l'histoire du monde ».
    Longtemps, mythes et préjugés de toutes sortes ont caché au monde l'histoire réelle de l'Afrique. Les sociétés africaines passaient pour des sociétés qui ne pouvaient avoir d'histoire. Malgré d'importants travaux effectués dès les premières décennies du XXe siècle, par des pionniers comme Léo Frobenius, Maurice Delafosse, Arturo Labriola entre-autre.
    L'Afrique, continent d'origine de l'espèce humaine, a toujours été connectée au reste du monde, et ce, de tout temps. Elle lui a fourni pléthores de choses comme l'or, la main-d'oeuvre, le savoir, l'écriture et les matières premières nécessaires aux échanges successifs de la globalisation. Prenant ainsi, le contre-pied de stéréotypes ou a priori que l'on peut encore entendre ou lire, il faut rappeler que parmi celle de tous les continents, l'histoire de l'Afrique, «?berceau de l'humanité?», est la plus ancienne et certainement l'une des plus riches.
    Les Africains peuvent se revendiquer, de l'héritage de l'Égypte Antique et pharaonique, apparue vers 5000 avant notre ère. Précisons également que l'Afrique subsaharienne a eu des contacts avec le reste du monde dès cette époque, sauf avec les Européens. Ceux-ci n'ont découvert le continent africain qu'au XVe siècle, alors que l'or africain nourrissait déjà le commerce mondial.

    Sur commande
  • Dans cette moitié du XVIIe la vie en Roussillon est particulièrement agitée, guerres permanentes à l'extérieur avec l'Espagne et résistance à l'annexion à l'intérieur.
    C'est tout naturellement qu'un épisode, au départ familial, intéresse Versailles.
    Louis XIV a besoin de victoires et le «renseignement» est une nécessité hier comme aujourd'hui.
    Qu'importera le sort d'une petite fille, d'ailleurs destinée au couvent, et de sa mère à Perpignan ? Elles seront les instruments utiles pour les plans tortueux d'un ambassadeur, plans pour lesquels Louis XIV donne son accord. Ce sera la plus formidable histoire d'espionnage au plus haut niveau des gouvernements, un grand seigneur suisse au service de Sa Majesté Louis XIV puis Louis XV.

    Pouvoir, religion, amour.
    Chantage et espionnage.
    La raison d'état justifie tout.

    Sur commande
  • Ce sont paraît-il les parisiens qui ne sont jamais montés sur la Tour Eiffel !
    Je pense que c'est bien vrai, car je me suis rendu compte que dans notre Roussillon on connaît l'histoire de nos « avant-passés » de façon très élastique et parfois fort romancée.
    Tiens ! Fontdame, qui sait d'où vient le nom de cette rivière qui naît d'un « ull » au milieu des roseaux au pied des Corbières et qui se jette au bout de quelques encablures dans l'étang de Salses ? Quel est le géographe qui lui a laissé définitivement un nom pour les générations suivantes ?
    Et « Fontestramar » plus puissante que sa soeur jumelle, issue d'un gouffre sans fond, pour lequel les hydrogéologues encore aujourd'hui, se posent des questions ! D'où vient cette eau si pure et combien de temps est-elle restée prisonnière sous le causse ?
    Certes, au cours des siècles, ces deux belles dames ont suscité bien des convoitises jusqu'au Traité des Pyrénées, entre Français et Espagnols. Elles auraient peut-être dû rester dans le giron Catalan des rois de Majorque et n'auraient peut-être pas connu tant de tiraillements.
    L'histoire ne peut être que racontée grâce aux archives, mémoire parfois incomplète. Elle ne peut être changée... Cependant l'histoire de ces deux belles dames nous permet de nous plonger dans les méandres du temps et de... rêver.

    Sur commande
  • Un randonneur découvre, au détour d'un sentier serpentant dans la garrigue, une cabane en pierre sèche. Cette surprenante construction aux murs dressés par superposition de pierres sans liant, surmontée d'une couverture dépourvue de charpente ou d'arceau, est coiffée d'une voûte en encorbellement fermée par une pierre plate simplement posée.
    Cette découverte l'intrigue et l'amène à se poser des questions : Qui l'a édifiée ? Comment ? Pourquoi ? Quand ? Ce sera le point de départ d'une longue recherche explorant de multiples domaines. Sa quête abordera l'architecture, l'histoire, la démographie, le mode de vie des populations, l'agriculture qui évoluera au fil des siècles depuis l'Antiquité jusqu'à un passé récent. Le rendement de la terre est dépendant de l'eau, ce qui implique la construction de canaux qui feront aussi tourner des moulins à grain ou à olive. La possession de la terre et son droit d'usage induisent des redevances et impôts divers. Ce livre vous convie donc à un survol de la vie en milieu rural durant le millénaire écoulé.

    Sur commande
  • Le livre que vous vous apprêtez à ouvrir n'a pas pour objectif de se distinguer par son style d'écriture et encore moins par son récit exaltant. Je suis un homme ordinaire avec un doux rêve, celui de penser que ce livre peut amener à réfléchir sur notre existence et savoir si celle-ci correspond à nos aspirations profondes.
    Cet ouvrage s'adresse à ceux qui, comme moi, cherchent à donner un sens à leur existence. Je ne parle pas d'un destin extraordinaire, j'évoque simplement l'opportunité que nous avons de mener une vie où nos envies, nos désirs et nos rêves sont les principaux moteurs.
    Avons-nous déjà pris le temps de nous questionner sur notre vie ? De nous demander si notre existence correspondait à ce que nous voulions ? D'essayer de nous rappeler comment nous en étions arrivés à ce point de notre vie ?
    Mon livre n'est pas fait pour apporter des réponses mais pour poser des questions.
    Vous ne trouverez pas des réponses toutes faites pour changer votre vie. La vision que je partage, à travers ce livre, n'a pas pour but d'être considérée comme LA vérité. Nous avons tous des aspirations, des objectifs et des rêves différents. C'est à chacun d'entre nous de se questionner sur le sens et la direction que nous désirons donner à notre vie.
    Chaque décision, chaque choix, chaque action que nous prenons conditionnent notre existence et finissent par définir qui nous sommes. Malgré les opportunités exceptionnelles existantes en 2019, nous continuons de vivre « au milieu ». Nous sommes terrifiés par l'idée même du changement et préférons continuer d'évoluer dans un environnement, certes rassurant, mais n'offrant pas la possibilité de nous exprimer pleinement.
    Dans cet ouvrage, je m'appuie sur mon expérience de fils, d'élève, d'étudiant et de jeune actif pour essayer de démontrer que chacun d'entre nous est en capacité de construire sa propre vie. En dépit de notre parcours, de nos origines, de nos difficultés, de la pression scolaire ou sociale, je suis persuadé que chacun peut décider de choisir l'Alternatif.
    Après avoir réussi un parcours scolaire sans encombre (BAC ES et Master en Marketing), j'ai éprouvé des difficultés au moment de faire la transition entre le monde professionnel et l'univers scolaire. J'ai ressenti le besoin de partager mon expérience car j'étais convaincu que d'autres pourraient se reconnaître à travers mon parcours.
    Rien ne me prédestinait à l'écriture. J'ai toujours été un bon élève mais sans jamais apprécier les contenus enseignés en cours. J'ai poursuivi mes études, non pas par conviction mais, parce que je ne voyais pas d'autres alternatives.
    Mon livre, « Merci Maman d'avoir fait de moi un Loser », relate cette difficulté de savoir ce que nous voulons et quelle orientation nous désirons donner à notre vie. Je ne me considère pas comme un auteur mais simplement comme un homme ordinaire avec une envie de partager et d'échanger.

    Sur commande
  • Au passage d'un siècle à l'autre, Aristide Maillol simplifiait les lignes sensuelles de ses sculptures monumentales, dans la petite ville de la Côte Vermeille : Banyuls-sur-Mer. En 1905, Matisse et Derain faisaient exploser la couleur pure à travers leurs peintures fauves, juste en suivant le bord de mer, à Collioure. George-Daniel de Monfreid prenait livraison des toiles de Gauguin venant des Mers du Sud à son Château St.-Clément-de-Corneilla dans le Conflent. Il les partageait avec Gustave Fayet de l'Abbaye de Fontfroide près de Narbonne. Et quelques années plus tard, Frank Burty Haviland, Manolo et Déodat de Séverac, à l'occasion d'une visite au sculpteur Maillol, découvrirent Céret. Quand en 1910, ils furent rejoints par Picasso, puis par Braque et Juan Gris, Céret était en voie de devenir la Mecque du Cubisme.

    Pourquoi le Roussillon ? Comment est-ce que la révolution atteignit Paris et ensuite le monde entier à partir de deux petites villes à l'écart sur la côte Méditerranéenne des Pyrénées ? Comment est-ce que les peintres locaux et les collectionneurs contribuèrent à cette révolution ? Quelles furent les liaisons avec les revendeurs parisiens et avec les Salons si importants ? Qui furent les épouses et les maîtresses des artistes ? Et quelles traces ont-elles laissées ici ?

    Dans la Révolution de l'art en Roussillon, leurs histoires deviennent vivantes. Les récits d'artistes nés et élevés dans cette région lointaine et de ce temps-là peu connue, sont entremêlés avec les histoires des artistes en visite de Paris qui donnèrent des forces et changèrent la face de l'Art Moderne. Le recueil de ces récits et l'exploration de la récente histoire de l'Art du Roussillon se sont avérés une tâche fascinante.

    Sur commande
  • Basques, Catalans, Corses, Bretons, Alsaciens ! Où en est-on ?
    Tout le monde garde en mémoire les récentes prises de position dans la presse, les manifestations plus ou moins violentes... nous constatons un attachement étonnant et grandissant pour le folklore (sardanes, castells...), pour les chants (havaneres, nova cançó...), pour les traditions (cargolade, bunyettes...) même pour le renouveau de certaines pratiques religieuses (procession de la Sanch...).
    Ces mouvements dans les nombreuses entités linguistiques et culturelles qui constituent l'Europe, ont pu parfois dégénérer au delà des manifestations bruyantes et bon enfant vers des attentats parfois meurtriers.
    La violence inexcusable, mais toujours en filigrane dans l'histoire, n'est que le résultat de l'impuissance entraînant le désespoir des personnes qui se sentent opprimées et qui pensent ne jamais voir sinon aboutir, au moins prendre en compte, leurs revendications qu'ils jugent à tort ou à raison justes.
    Les attentats et la violence ne seront certainement jamais un remède ni une solution au mal-être des ethnies tenues dans l'interdit, comme le fut la Catalogne sous le régime franquiste.
    Basques, Catalans, Corses, Bretons, Alsaciens... en France, Irlandais, Ecossais...et certainement d'autres en Europe et combien au Moyen Orient, n'acceptent que de plus en plus difficilement au nom de l'histoire le joug d'une tutelle oligarchique qui les opprime. Aujourd'hui on compte sur la démocratie par le moyen du référendum pour faire entendre la voix du peuple !
    L'histoire n'explique pas tout, mais elle permet de poser des jalons, de comprendre parfois pourquoi certaines revendications explosent aujourd'hui et n'ont pas encore, depuis des siècles, trouvé solution.
    C'est un peu et bien modestement l'objet de cet ouvrage que de confronter le passé au présent et constater encore une fois que « rien n'est nouveau sous le soleil » ! (Ecclésiaste 1:9 )

    Sur commande
  • Cessons d'être des Valises ! décrit de façon sensorielle comment nous entrons en relation avec notre environnement et avec l'autre. Sa vocation est d'accompagner tous ceux qui désirent se réinvestir de façon plus consciente dans la mise en oeuvre de relations de qualité. Basé sur des exemples concrets empruntés aux situations de la vie quotidienne, ce livre propose une approche simple des actions à poser pour améliorer notre rapport au monde et aux autres.

  • Les " bourgeois honorés " créés sur le modèle des " citoyens honorés " de Barcelone furent depuis 1449 à Perpignan les principaux acteurs de la vie municipale mais leur influence s'étendait bien au-delà des limites de la ville. Leur position dominante dans la société roussillonnaise des XVIIe et XVIIIe siècle était le fruit d'une évolution qui depuis le XIIIe siècle avait vu l'émergence du phénomène urbain et l'avènement d'une bourgeoisie d'affaire laquelle à l'instar de celle de Barcelone s'était affirmée, et considérablement enrichie, au fil du temps. L'occupation de Perpignan par les troupes de Louis XIII en 1642, suivie de l'annexion du Roussillon par la France dix sept ans plus tard, créèrent un véritable traumatisme dans la société roussillonnaise, et notamment parmi la noblesse et la bourgeoisie. L'institution des " bourgeois honorés " de Perpignan, maintenue malgré les profonds bouleversements politiques, se trouvait constituer un corps étranger au sein de la société française. Jouissant d'un statut hybride inconnu en France, à mi-chemin entre la noblesse et la roture, dans une société où la promotion des classes bourgeoises était depuis longtemps une réalité, ils manifesteront leur désir de se voir reconnaître leur appartenance au second ordre, encouragés en cela par le mouvement général des idées qui agitaient le XVIIIe siècle. Il s'ensuivit une procédure commencée devant le Conseil d'Etat en 1738 dont les archives ont conservé l'abondante documentation. Au-delà de " l'affaire ", c'est la vision d'un monde pas aussi révolu qu'on le croit que l'auteur nous invite à découvrir.

    Sur commande
  • Le rôle des Catalans et de la Catalogne dans l'arrivée des cartes à jouer en Europe au XIVe siècle paraît avoir été décisif. Les marchands barcelonais ont profité de leurs échanges commerciaux avec la partie orientale de la Méditerranée, qualifiée alors de « lac catalan », pour faire découvrir à leurs contemporains ces nouveaux objets aussitôt baptisés « naips ».
    La précocité des cartiers catalans, barcelonais mais aussi perpignanais, n'est donc pas pour surprendre. Cela se traduit par un « âge d'or » qui s'épanouit durant tout le XVe siècle. Si les références concernant les fabricants barcelonais sont étonnamment pauvres, il en va tout autrement pour leurs homologues nord-catalans. Ainsi apprend-on que les premiers cartiers répertoriés à Perpignan sont des représentants de la communauté juive de la ville, convertis durant l'année 1416.
    Les échanges entre fabricants des deux principales villes de Catalogne vont s'avérer très fructueux au point de faire de Barcelone et Perpignan deux villes cartières incontournables en Europe.
    C'est durant cet « âge d'or » que les cartes fabriquées en Catalogne vont acquérir peu à peu une spécificité qui va perdurer jusqu'à nos jours. Les joueurs actuels de truc, flor, ou autres jeux catalans, utilisent toujours ces « cartes catalanes » qui sont les héritières directes de celles qui étaient fabriquées dès la fin du XIVe siècle.
    Un net déclin s'amorcera au début du XVIe siècle, la fabrication des cartes à jouer devenant le fait des cartiers français qui exerceront alors un véritable monopole dans toute la péninsule ibérique.

    Sur commande
  • Dans son dixième ouvrage, Jean-Paul Martin nous raconte le destin exceptionnel au Xe siècle de Gerbert D'Aurillac enfant abandonné à la suite d'une razzia de soldats dans cette région pauvre d'Auvergne. Il fut élevé par des moines.

    Reconnu très tôt pour son intelligence et pour son étonnante mémoire, les moines lui donnent une solide culture sous la férule de l'écolâtre Raymond de Lavaur. Gerbert apprend plusieurs langues, s'imprègne de culture grecque et latine et s'initie au métier des armes. Il voyage et arrive dans diverses abbayes Catalanes : St-Michel-de-Cuxa, Vic, Ripoll et s'intéresse aux connaissances scientifiques nouvelles, véhiculées par Al-Andaluz, le monde musulman si proche. On comprend difficilement dans son entourage comment il a pu assimiler si rapidement autant de connaissances et de compétences. N'oublions pas que nous sommes aux portes de l'an " Mil " et que tout ce que les esprits incultes ne peuvent expliquer est généralement attribué au surnaturel et pourquoi pas au Diable !

    Très proche des Empereurs romains germaniques, Gerbert devient l'écolâtre d'Otton II. Fin politique, il conseille Adalbéron pour faire élire Hugues Capet sur le trône de France puis, à la mort du prélat, contre la volonté du Pape Jean XV, il est nommé archevêque de Reims ; " celui qui a le pouvoir de sacrer les Rois de France ". En 999 il accède au trône de St Pierre, devient le Pape de l'an Mil sous le nom de Silvestre II.

    Certes, cette histoire exceptionnelle basée sur une réalité historique est romancée, car une question se pose : Quel historien est capable de nos jours de réécrire fidèlement et sans paraître présomptueux ou amphigourique, l'histoire au Xe siècle, après tant de désastres, de guerres, d'évolutions sociales en tous genres ! Notre devoir est pourtant de rappeler nos racines et le parcours de Gerbert fait rêver, un rêve merveilleux qui a plus de 1000 ans !

    Sur commande
  • As the century turned Aristide Maillol was simplifying the sensuous lines of his monumental sculptures in the small seaside town of Banyuls-sur-Mer. By 1905 Matisse and Derain were exploding pure colour all over their Fauvist paintings just along the coast in Collioure. George Daniel de Monfreid was taking delivery of Gauguin's canvases from the South Seas at his Château St Clément in Corneilla-de-Conflent and sharing them with Gustave Fayet of the Abbaye de Fontfroide near Narbonne. And, a few years later, Frank Burty Haviland, Manolo and Déodat de Séverac, whilst on a visit to the sculptor Maillol, discovered Céret. When in 1910 they were joined by Picasso, then by Braque and Juan Gris, Céret was well on the way to becoming known as the Mecca of Cubism.

    Why the Roussillon? How did the revolution reach Paris and then the world from two obscure towns on the Mediterranean edge of the Pyrenees? How did the local painters and collectors contribute to the revolution? What were the links with the Paris dealers and the all important Salons? Who were the artists' wives and mistresses? And what mark have they left here?...

    In Art Revolution in the Roussillon their stories come alive. Tales of artists born and bred in this remote and at the time little known corner of France are intertwined with the stories of the visiting artists from Paris who were challenging and changing the face of modern art. The gathering of these tales and the exploration of the Roussillon's recent art history has proved has proved a fascinating task.

    Sur commande
  • Encore un bouquin sur l'école ! Certes !
    Mais on parle dans ce livre d´une École qui a définitivement disparu. « L´Instit » est bien mort au début des années 2000. Il a disparu définitivement de l´environnement de l´École élémentaire, même si encore, avec nostalgie, sinon peut-être par respect, la plupart des gens n´ont pas encore admis dans le langage, qu´il a été remplacé par « le professeur des écoles ».

    Jean-Paul Martin qui a terminé sa carrière avec les derniers « Instits », après 37 ans et demi au service des enfants et des parents, dans plusieurs écoles publiques de village des Pyrénées-Orientales, a proposé à plusieurs collègues, anciens instituteurs comme lui et pour la grande majorité désormais pensionnés au « Grand livre de la dette publique », de parler de l´École qu´ils ont connue et servie pendant de nombreuses années. Les jeunes « professeurs des écoles » d´aujourd´hui y apprendront que les débuts du métier d´instituteur étaient aussi difficiles « avant la guerre » que de nos jours... Certes, les postes ne manquaient pas, mais il fallait souvent s´expatrier, que l´on soit normalien ou pas, et accepter bien souvent un poste « loin de tout » en « classe unique » pour entrer dans la carrière.

    Nos jeunes collègues comprendront peut-être que le « métier » d´instituteur ne s´est jamais, à aucune époque, exercé comme tant d´autres métiers... Malheur à celui ou celle qui a essayé de devenir « instituteur ou institutrice » sans une certaine foi, sans aimer profondément les enfants et surtout sans avoir profondément enraciné dans son être les principes fondamentaux de l´École de la République. C´est grâce à cette passion pour la Liberté, l´Égalité et la Justice que l´ascenseur social scolaire a permis à de nombreux enfants de familles déshéritées d´accéder aux plus hautes fonctions et à de grandes réussites sociales.

    « Paroles d´instit » n´est pas un recueil de lamentations sur l´École républicaine disparue, mais au contraire un vibrant témoignage sur un moment glorieux de notre histoire de France, plein d´espérance et de fraternité pour les années à venir...

    Sur commande
  • Les Pyrénées-Orientales c'est par ici ! Nouv.

  • La présence militaire française en Afrique : Du protectorat postcolonial aux missions internationales du maintien de la paix Les autorités politiques françaises après la décolonisation des années 60, ont voulu mettre en place un système de coopération, pensé par le général de Gaulle. En effet plus de cinq décennies après les indépendances octroyées par la France dans le cadre d'une coopération bilatérale multiforme, tant sur un plan politique, culturel, économique, financier et militaire, la France maintient toujours des relations étroites avec ses anciennes colonies.
    L'hypothèse généralement admise est celle d'une continuité de ces relations entre Paris et l'Afrique.
    On note en revanche depuis la fin de la guerre froide des signes de changements subtils mais réels dans plusieurs domaines. Beaucoup d'indices mettent en exergue la fin d'une époque et un changement de stratégie inévitable qui s'opère par une remise en cause totale de la politique traditionnelle de la France vis-à-vis de l'Afrique. Parmi ces changements, notons la réforme institutionnelle et politique de la coopération, le désengagement économique et financier progressif de la France.
    La politique africaine française est donc entrée dans une période de transition où les signes de changements interfèrent avec la continuité. En fait, il ne s'agit pas d'une nouvelle politique africaine, mais seulement de l'adoption d'un certain nombre de mesures nouvelles engendrées par la géopolitique du monde actuel.

    Sur commande
  • BJD : Ball Jointed Doll... Trois lettres pour un objet d'une infinie complexité de fabrication pour des artistes modernes utilisant des techniques déjà éprouvées dans le passé.
    Ce tout nouveau modèle de poupée apparu il y a plus d'une dizaine d'années est devenu un vrai phénomène de mode. Concentré de savoir faire artistiques et techniques extraordinaires - modelage, peinture, couture etc..., la production de BJD a vu l'émergence d'une génération d'artistes aux talents multiples et le retour à un mode de fabrication à petite échelle, avec peu de modèles mais de qualité exceptionnelle. Des poupées uniques et originales, expression de la sensibilité d'un artiste. A découvrir dans ce livre, réunis pour la première fois, plus de 40 artistes parmi les plus grands noms.

    BJD: Ball-Jointed Doll ... Three letters for something of infinite complexity of manufacturing for modern artists using techniques already proven in the past.
    This new model of doll appeared more than a decade ago became a real phenomenon. Concentrate of extraordinary artistic and technical know-how - modelling, painting, sewing etc ..., the production of BJD saw the emergence of a generation of artists with multiple talents and the return to a small scale of manufacturing, with few models but of exceptional quality. Unique and original dolls, expression of the sensibility of an artist. Gathered for the first time, more than 40 artists among the biggest names to discover in this book.

    Sur commande
  • S'il est un domaine soumis à controverse, c'est bien celui des rebouteux, guérisseurs et magnétiseurs. Inconditionnels et sceptiques s'opposent. Parmi ces derniers, certains, en dernier ressort, font un appel désespéré à leurs services quand la médecine traditionnelle est sans voie. Cependant, nul ne peut camper dans l'intransigeance ! Toutes ces pratiques irrationnelles restent un mystère pour la science.

  • Mal-aimé de la vie publique, le lobbying est souvent perçu comme corrupteur et contraire à l'intérêt général. Pourtant il est partout et constitue désormais un acteur à part entière de la démocratie française. Il est indispensable pour aider les décideurs publics à se faire un avis sur des sujets complexes. D'où vient alors notre rejet d'une pratique bien courante chez nos voisins, notamment aux États-Unis et dans l'Union européenne ? Comment expliquer ce rapport répulsion/attraction pour la plaidoirie des intérêts particuliers ? Plus encore, quand il s'agit désormais de se battre à armes égales sur la scène internationale, la France peut-elle à ce point être dans le déni ?
    Dans ce livre, les auteurs offrent le regard unique d'un universitaire et d'un représentant d'intérêt sur cette « névrose française » qui consiste à refuser le lobbying au nom d'un intérêt général sublimé. Ils nous proposent une perception nouvelle des règles s'appliquant désormais aux métiers et pratiques de l'influence. Face à l'incohérence des comportements des représentants de l'État et à la crise de confiance des citoyens dans leurs rapports avec leurs élus, ils plaident surtout pour que la réforme du lobbying initiée en 2016 relève un défi : celui de l'art de convaincre, et non de contraindre, pour une démocratie renforcée.
    Et si le lobbying était le dernier atout des individus comme des entreprises pour faire bouger un État indolent ?

    Sur commande
  • Maître Mohamed Lemine El Haycen est l'auteur de plusieurs publications universitaires auxquelles s'ajoutent celles à caractère politique dont « La Mauritanie et ses Présidents, 1958-2008 » publié en 2009 et ce livre intitulé « Mohamed Abdel Aziz : Construire la Mauritanie autrement » en 2016.

    Maître Mohamed Lemine El Haycen est né à Nouadhibou en Mauritanie et a exercé successivement les professions d'avocat, d'enseignant à l'université de Nouakchott et à l'école nationale d'administration, de notaire, de Président de la Chambre de notaire de Mauritanie, d'Ambassadeur en Australie, au Mexique et aux U.S.A avec résidence à Washington (2010-2015).

    Il est actuellement représentant permanent de la République Islamique de Mauritanie auprès des Nations Unies avec résidence à New-York, ambassadeur au Canada et à Cuba.
    Il vient d'être élu vice-président de l'Assemblée Générale des Nations Unies pour 2016-2017.

    Sur commande
empty