Premieres Loges

  • Dans la fosse d'orchestre de l'Opéra, la partition n'est pas que musique. Au gré des répétitions, voire des représentations, elle peut se faire journal intime, par l'écriture ou le dessin. Croquer le chef ou un collègue en action, communiquer avec son voisin de pupitre, donner traits à ses pensées buissonnières, nourrir la chronique collective de l'Orchestre en notant noms, dates et horaires, ou même réagir à l'actualité : tout est possible. En marge des notes, dessins et commentaires témoignent d'un métier, et confrontent les aléas du quotidien et la grande Histoire.
    Fruit d'une enquête photographique dans les collections de partitions de l'Opéra et d'une carrière de musicien dans son Orchestre, l'ouvrage de Jean-Noël Crocq en révèle des coulisses insoupçonnées, et de savoureux souvenirs. Dévoilant la vie secrète d'un collectif musical plongé dans l'ombre, il permet de redécouvrir l'histoire de l'Opéra sous un regard nouveau.

    Sur commande
  • Le génie des Modernes est une réflexion de fond sur le devenir de la musique classique dans les sociétés occidentales, notamment européenne. Partant du constat du dépérissement de cet univers (public vieillissant mal renouvelé, image élitiste persistante malgré les efforts des acteurs concernés, éducation à la pratique amateur ou professionnalisante de plus en plus ténue, survie sous perfusion - subventions -), il tente d'en établir les causes en questionnant notamment le rapport de l'homme au sacré (l'art fut-il et est-il encore sacré ? et l'artiste ? ), à la culture savante et populaire.
    Ne se posant jamais en censeur ou en défaitiste, mais en prenant un recul pour observer la crise actuelle du monde musical classique (y compris celle due au Covid-19) à l'aune des siècles et de l'Histoire.

  • " Piano pour la main gauche " comble une lacune de la bibliographie française : il constitue la première étude de fond en français du répertoire pour piano pour la main gauche. Son approche est historique (contextualisation des oeuvres, de leurs conditions de genèse et de création, de leurs compositeurs et de leurs interprètes), musicologique (présentation des oeuvres et de leurs traits musicaux saillants) et esthétique (réflexion sur la création contrainte, mais aussi sur le rapport entre les oeuvres pour piano " amputé " et les douleurs des deux guerres mondiales - cause de la plupart des handicaps des pianistes concernés).
    Outre le concerto fameux de Ravel et son interprète non moins fameux Paul Wittgenstein, il permet de (re)découvrir un répertoire vaste et méconnu - et notamment une compositrice oubliée par l'Histoire et totalement absente de la littérature musicologique, Angélique Thibault.

  • Le contre-ténor Philippe Jaroussky a conquis une place prééminente dans le paysage musical international, comme l'ont confirmé les Victoires de la Musique (Révélation Artiste lyrique en 2004 puis Artiste Lyrique de l'Année en 2007 et 2010) et, récemment, les prestigieux Echo Klassik Awards en Allemagne, lors de la cérémonie 2016 à Berlin (Chanteur de l'Année, titre qu'il avait déjà remporté en 2008).
    Âgé d'à peine 41 ans, Philippe Jaroussky fête déjà ses 20 ans de carrière.
    Ayant foulé les planches du monde entier et partagé la scène avec des tornades lyriques du calibre de Cécilia Bartoli et Marie-Nicole Lemieux, Jaroussky investit à présent dans le partage des connaissances en fondant, à la Senne Musicale, son Académie Philippe Jaroussky. Une initiative académique majeure qui n'interfère pourtant pas avec son actualité musicale vu qu'il fera en 2019 ses débuts à La Scala de Milan et au Festival de Pâques de Salzbourg en compagnie de Cécilia Bartoli.

    Sur commande
  • Créé à Saint-Pétersbourg en 1862, remanié à Milan en 1869, La forza del destino (La Force du destin) est l'opéra le plus "baroque" de Giuseppe Verdi (1813-1901). Inspiré d'un drame romantique espagnol contemporain d'Hernani de Hugo, il développe une intrigue échevelée mêlant malédiction paternelle, amours interdites et vengeance d'honneur, le tout sur fond de guerre opposant Espagne et Italie - tout en agrémentant les tableaux les plus violemment passionnés de touches légères inattendues, au travers notamment d'un moine bougon et d'une leste vivandière.
    L'Avant-Scène Opéra avait consacré une première édition à cet opéra en 1989 (n° 126). Les décennies ont passé et justifient cette nouvelle édition, riche de textes inédits (notamment le guide d'écoute), entièrement revus et mis à jour (la discographie et la vidéographie), et d'une iconographie désormais en couleur, représentative des plus récentes productions.
    Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage et en approfondir la découverte : le livret intégral original, sa traduction française, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes.

  • Rossini est un compositeur populaire, surtout pour ses oeuvres comiques : Le Barbier de Séville est l'un des opéras les plus joués au monde, et tout le monde connaît ou croit connaître la musique pétillante et le caractère bon vivant de celui qui, après tout, a donné son nom à un tournedos... Le constat est plaisant, mais aussi paradoxal - car Rossini a composé bien plus d'oeuvres sérieuses, voire tragiques, dominées par d'incroyables personnages, de Sémiramis la reine de Babylone à Moïse et Pharaon, de Guillaume Tell à Mehmet II le Conquérant.
    Ce livre explore donc les créations du « Cygne de Pesaro » dans toute leur variété, et fait de même avec l'homme, qui a aussi ses surprises : il écrit son dernier opéra à 37 ans, en pleine gloire, mais il lui en reste près de quarante à vivre...
    Comme tous les volumes de la collection des Modes d'emploi, ce guide s'articule en cinq parties (voir sommaire en page suivante), embrassant l'homme, sa musique, ses opéras clés et ses interprètes, ainsi que tous les outils pratiques pour partir à sa rencontre.

  • Créé en 1875 au Théâtre de la Gaîté, Le Voyage dans la lune est un opéra-féerie où Offenbach laisse libre cours à une démesure narrative et scénographique inouïe : 25 décors différents, des changements à vue spectaculaires (l'arrivée de l'obus sur la Lune, une éruption volcanique, etc.), une foule de personnages fantaisistes, au service d'une intrigue très lointainement inspirée de Jules Verne, aussi drôle qu'inventive. Cette imagination visuelle débordante inspirera directement Méliès pour son film de 1902.
    Pour la première fois en France depuis 1877, ce volume offre au lecteur l'édition de son livret intégral, signé Albert Vanloo, Eugène Leterrier et Arnold Mortier.
    Comme chaque numéro de L'Avant-Scène Opéra, il réunit aussi tous les outils pour appréhender l'ouvrage d'Offenbach et en approfondir la découverte, notamment grâce à un guide d'écoute illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, ses sources littéraires et ses interprètes, et des textes d'époque permettant de la resituer dans son contexte.

    Sur commande
  • Créé à titre posthume à l'Opéra de Paris en 1865, L'Africaine est une oeuvre "culte" chez les amateurs d'opéra : il s'agit du dernier ouvrage de Giacomo Meyerbeer, qui mourut avant de le voir représenté, de l'un des plus flamboyants exemples du "grand opéra français" - ce genre lyrique qui conjugue décors spectaculaires et intrigues historiques, et fait une large place au ballet -, mais aussi d'un ouvrage controversé.
    Connu sous le titre L'Africaine passé à la postérité, il fut conçu par ses auteurs sous celui de Vasco de Gama , d'après le personnage principal qu'il met en scène ; déplacé, selon les différentes versions que composa Meyerbeer au fil de trente ans de genèse, d'Inde en Afrique, il mêle finalement des éléments de couleur locale empruntés à plusieurs cultures. Représenter L'Africaine aujourd'hui pose question : quelle Africaine ? quelle version musicale, mais aussi sous quelle apparence théâtrale (maquillage, costume, etc.) ?
    Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage et ses enjeux problématiques, et en approfondir la découverte : le livret intégral de la création complété de fragments alors coupés, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes.

    Sur commande
  • Créé en 1973 au Festival d'Aldeburgh, Death in Venice (La Mort à Venise) est le dernier opéra de Benjamin Britten (1913-1976). Comme le film de Visconti sorti deux ans plus tôt, le livret de Myfanwy Piper est inspiré de la nouvelle Der Tod in Venedig de Thomas Mann (1912). Il lui est très fidèle, à trois interventions notables près : le jeune Tadzio est interprété par un danseur ; les différents personnages que rencontre successivement Gustav von Aschenbach sont confiés à un même interprète ; le dialogue esthétique entre Apollon et Dyonisos est incarné vocalement.
    Malade (il devait mourir trois ans plus tard), Britten composa le rôle d'Aschenbach pour son ténor fétiche Peter Pears, également son compagnon. Pears ne fut pas insensible au charme du jeune Robert Huguenin, le premier interprète de Tadzio. La Mort à Venise possède ainsi l'aura troublante d'une oeuvre testamentaire où l'intime rejoint la fiction. Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage de Verdi et en approfondir la découverte : le livret intégral original, sa traduction française, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes, des textes d'époque permettant de la resituer dans son contexte.

    Sur commande
  • Le Ring de Wagner 2.0 Intitulée L'Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen), la Tétralogie lyrique de Richard Wagner est constituée de quatre opéras : un " Prologue " (L'Or du Rhin) et trois " Journées " (La Walkyrie, Siegfried et Crépuscule des dieux). Après avoir consacré quatre numéros à ses différents volets (ASO nos 227 à 230, disponibles séparément ou en coffret), L'Avant-Scène Opéra réserve aujourd'hui un cinquième volume au Ring pris dans sa globalité, afin d'explorer cet immense continent à la lumière des plus récentes réflexions.
    Le bicentenaire Wagner (2013) et, plus encore, l'actuel mouvement de mise en cause des artistes et créateurs au regard de leur biographie changent-ils aujourd'hui notre regard sur Wagner ? La temporalité démesurée de cette gigantesque partition est-elle encore adaptée à l'ère du zapping ? Fidèle aux grands principes de la collection, ce volume est enrichi d'une abondante iconographie et fait aussi le point sur les quinze dernières années d'interprétation de l'oeuvre : discographie et vidéographie comparées, chronologie des grandes distributions, analyse et portfolio des productions clés.
    Outil inédit : l'appli ASOpéra permet au lecteur d'entendre isolément les 50 leitmotiv les plus importants de la partition.

    Sur commande
  • L'un des trois opéras les plus joués au monde (avec La Traviata et La Flûte enchantée), une héroïne universelle, une musique où l'Espagne est écrasée de soleil et de sang : on ne présente plus Carmen !

    Fidèle à sa mission, L'Avant-Scène Opéra offre toutes les clés pour mieux en savourer tous les parfums :
    - le livret intégral dans ses deux versions (avec récitatifs chantés ou avec dialogues parlés) - un guide d'écoute permettant de suivre l'action musicale scène à scène - des études sur la source littéraire, Georges Bizet et son oeuvre, les personnages et leurs interprètes - une discographie et une vidéographie comparées pour mieux s'orienter dans la jungle des versions audio et vidéo - une riche iconographie en coulruer, représentative des plus grandes productions.

  • Créé en 1845 à la Scala de Milan, Giovanna d'Arco est le septième opéra de Giuseppe Verdi, alors âgé de 32 ans. Moins connu que Nabucco, il appartient à la même famille des opéras "patriotiques" du compositeur, où le souffle de l'Histoire (porté notamment par les choeurs) le dispute au destin individuel des protagonistes. Le livret de Temistocle Solera distord copieusement la vérité historique, ce qui conduira l'ouvrage à être mal reçu en France lors de sa première à Paris en 1868.
    Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage de Verdi et en approfondir la découverte : le livret intégral original, sa traduction française, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes, des textes d'époque permettant de la resituer dans son contex

  • Fondé en 1980 à Pesaro, ville natale de Gioachino Rossini située dans les Marches, sur la côte Adriatique, le ROF (Rossini Opera Festival, ou Festival de Pesaro pour les francophones) est rapidement devenu un incontournable du circuit estival des passionnés d'opéra. Sa particularité est d'avoir établi par principe un partenariat étroit entre recherche scientifique et production théâtrale : avec l'aide de musicologues spécialistes de Rossini, le ROF a permis la redécouverte de plusieurs oeuvres oubliées du compositeur, notamment ses ouvrages tragiques, et celle d'une école de chant dont les fondements techniques avaient disparu dès la seconde moitié du xixe siècle : ce fut la "Rossini Renaissance".
    C'est grâce au Festival de Pesaro que l'on chante aujourd'hui, partout sur la planète, un Rossini qui n'est plus seulement celui du Barbier de Séville, et dans un style vocal et orchestral qui a retrouvé tout son panache et sa virtuosité.

    Sur commande
empty