Passage(s)

  • En 1969, Samuel Beckett recevait le prix Nobel de littérature. Ce livre qui rassemble des textes d'artistes de renommée internationale est publié en l'honneur du cinquantenaire de la réception de cette haute distinction. Il vient aussi commémorer une vie de créativité extraordinaire qui s'est terminée il y a trente ans, en 1989. Les mots qu'il contient offrent en outre un témoignage émouvant sur une oeuvre qui, longtemps encore, va « continuer ».

    Samuel Beckett was awarded the Nobel Prize for Literature in 1969. This book, composed of texts by internationally renowned artists, is offered in continued recognition of that high honor fifty years on. It is further offered in commemoration of a life of extraordinary creativity that came to an end thirty years ago, in 1989. Its words pay moving testimony to an oeuvre that will long «go on.» Contributeurs / Contributors :

    Barry McGovern, David Mamet, John Banville, Philippe Sollers, Seth Colter Walls, J.M. Coetzee, Bruno Clément, Serge Merlin, Bill Irwin, Jean-Philippe Toussaint, Éric Chevillard, Geneviève Asse & Silvia Baron Supervielle, Laurent Mauvignier, Billie Whitelaw, Georges Didi-Huberman, Paul Auster, Nathalie Léger, John Montague, Jean Martin, Charles S. Klabunde, Ilan Ronen, Charles Juliet, Martin Page, Robert Wilson, Conor Lovett & July Hegarty, Ann Madden le Brocquy LL.D, hc, Michael Coffey, Lisa Dwan, Maguy Marin, Peter Brook.

    Sur commande
  • Accompagnements, analyses et célébration, tout à la fois?: les textes recueillis embrassent l'ensemble d'un parcours, mais sous des perspectives diverses donnant la parole ici à des essayistes, là à des écrivains qui ont fait l'amitié de dire l'empreinte d'une oeuvre dans le siècle ou l'impression durable de cette oeuvre dans leur propre sensibilité.

    Ce présent, c'est aussi celui que Pierre Bergounioux nous a fait, en nous ouvrant son atelier, à travers quelques pages inédites de ses carnets de notes, des photographies qui scandent son histoire ou un entretien qui embrasse à la manière d'un panorama saisissant ces quelque quatre-vingts volumes publiés.

    Sur commande
  • Lors des rares entretiens qu'il a livrés, Le Clézio a souvent répété que c'est sa propre enfance, marquée par l'occupation et par l'exil, qui est à la naissance de son désir d'écrire, et l'enfance et les lieux dans lesquels elle se déploie, occupent une place prépondérante dans son oeuvre. Qui sont ces enfants ? Quels sont ces royaumes dont ces enfants rêvent, qu'ils atteignent, qu'ils inventent ou qu'ils ne rejoindront jamais ? De quelle matière sont-ils construits ? Sont-ils réels, utopistes ou fantasmés ? Sont-ils autobiographiques, seulement issus d'un substrat autobiographique ou encore purement imaginaires ? Y a-t-il une poétique, un imaginaire, une narration communs à tous ces récits et ces personnages? Cette poétique induit-elle un sens ? C'est pour répondre à ces questions que Medhi Alizaleh, Houda Benmansour Jorgensen, Muguras Constantinescu, Justine Feyereisen, Orphée Gerson Gore, Dominique Lanni, Nicolas Pien et Marina Salles se sont réunis à Malte le 30 mars 2012. Les ont rejoints dans cet ouvrage Sonia Dosoruth, Dominique-Joëlle Lalo, Anca Magurean, Fanny Mahy, Raymond M'Bassi Atéba, Bernadette Rey Mimoso-Ruiz, Maryam Sheibanian, Bogdan Veche et Fredrik Westerlund, ainsi que J.M.G. Le Clézio lui-même, dans un entretien exclusif accordé à Houda Benmansour Jorgensen et Nicolas Pien lors du Festival « Étonnants voyageurs » qui s'est tenu à Rabat en mars 2014.

    Sur commande
  • Les années 1920 et 1930 sont fertiles en voyages, explorations de l'ailleurs et rencontres de l'autre. Nombreux sont les écrivains qui ont rendu compte de leurs périples et expériences dans des carnets, des journaux, ou qui en ont livré une transfiguration à travers des fictions ou des poèmes, nouant à chaque fois une relation entre le moi, l'autre et le monde. Que révèlent les oeuvres et travaux d'auteurs aussi différents que Lévi-Strauss, Prévert, Breton, Greene, Daumal, Saint-John Perse, Cendrars, Rabearivelo, Beauvoir, Gauguin, Segalen, Gide, Morand, Londres, Leiris, Griaule ou encore Hergé sur l'ailleurs ? Sur l'autre ? Sur le moi ?

    C'est pour élucider ces rapports que Jean-Baptiste Bernard, Maéva Bovio, Françoise Douay, Lorraine Dumenill, Dominique Lanni, Tiphaine Martin, Laurence Perrigault, Mathilde Poizat-Amar, Richard Spiteri, Erika Thomas et Thierry Tremblay se sont réunis à Malte le 30 mars 2012. Cet ouvrage est le fruit de leurs échanges.

    Sur commande
  • «?Maintenant que j'ai la possibilité de parler, je ne vais pas m'arrêter.?» «?Pour l'auteur, il n'y a pas de salut dans l'écriture. Pas de thérapie possible. C'est même le contraire qui se passe et recommence à chaque instant?: les livres volent des morceaux de votre vie, de vos émotions, de votre mémoire, de vos tragédies et ils vous abandonnent.?» «?Écrire c'est ne pas se soumettre. Je ne me soumets pas aux riches et aux puissants du Maroc, et depuis que je vis en France, il est hors de question pour moi de donner aux Français et autres Occidentaux ce qu'ils attendant d'un Musulman gay. Je ne deviendrai jamais la victime qu'ils veulent que je sois.?» «Now that I have the possibility to speak, I am not going to stop.» «For the author, there is no salvation in writing. No possible therapy. It is even the opposite that occurs and reoccurs at every instant: books steal bits of your life, of your emotions, of your memory, of your tragedies and abandon you.» «To write is to not submit. I do not submit to the wealthy and powerful in Morocco, and since I've been living in France, it's out of the question that I would give the French and other Westerners what they expect from a gay Muslim. I'll never become the victim they want me to be.»

    Sur commande
  • Écrivain à la biographie singulière et tourmentée, et aux racines métisses et plurielles, Modiano porte en lui un potentiel imaginaire et identitaire dont se nourrit tout un pan de la littérature contemporaine, et qui reflète un souci et une condition incontournables du temps présent. Qui plus est, son oeuvre, à l'instar de son parcours personnel, porte un regard aiguisé sur l'histoire familiale, d'une part, et d'autre part, sur l'Histoire collective du XXe siècle, plus précisément la Deuxième Guerre mondiale, l'Occupation, la Collaboration, la Déportation et la Shoah, et s'inscrit, de ce fait, dans une perspective post-mémorielle, prolifique dans la fiction et la critique contemporaines.

    Sur commande
  • Ce volume regroupe des articles - ainsi qu'un entretien réalisé avec l'auteure - issus d'une conférence internationale sur l'écriture de Marie Nimier, intitulée Marie Nimier : Absence et Perte, qui s'est tenue les 7 et 8 juillet 2014 sur le campus parisien de l'Université du Kent (Paris School of Arts and Culture).

    Analysant les rapports entre texte et image, lecture et écriture, mot et geste, ou encore spatialité et perte, ces articles sont autant de mises en résonance avec le travail créateur foisonnant et multiple de Marie Nimier.

    Autour de ce double thème de l'absence et de la perte, les chercheurs réunissent des analyses et des réflexions variées et originales, portant tout autant sur des considérations autour de la figure de l'auteur et l'acte d'écrire, la figure paternelle, l'enfance, la sexualité, le genre et gender, que sur les rapports entre humains et animaux, la psychanalyse, l'importance des couleurs ou encore la synesthésie.

    Sur commande
empty