Littérature générale

  • à l'école des chats Nouv.

    Dès le onzième jour de sa vie, Michèle Bourton est mutilée par sa mère, et ne pourra jamais avoir d'enfant - son père est inexistant. Placée en famille d'accueil, elle retourne au foyer « maternel » à cinq ans et demi. Maltraitance et sévices reprennent sans délai. Ainsi, sa mère la traîne tous les jours par les cheveux jusqu'à la cave, où elle l'oblige à dormir sur un tas de charbon. Là, le miracle se produit : les chats du quartier la rejoignent, au fond de l'obscurité, et lui donnent amour, chaleur et réconfort. Ils la sauvent. On ne peut en dire autant des services de la protection de l'enfance. Évidemment handicapée par un tel calvaire, Michèle passe et réussit le baccalauréat à l'âge de... trente-trois ans. Elle devient néanmoins professeure d'histoire-géographie et de français, ce qui la conduit à ouvrir par la suite une école unique au monde, avec soixante-quinze élèves et... quinze chats. Les résultats de cette pédagogie nouvelle sont extraordinaires : même les enfants déjà abîmés par la vie et le système scolaire commencent à se reconstruire. Alors bienvenue dans ce livre qui raconte la lumière au milieu des ténèbres. Un témoignage d'espoir et d'émotions unique. Une vie hors norme. Et quand on a le bonheur de rencontrer Michèle, on ne peut que l'aimer. Même sans être un chat.

    À paraître
  • Par cet essai à saveur poétique, l'auteure nous démontre, en dix tableaux et plusieurs fresques, la concertation et la convergence des différents milieux du pouvoir dans la création de ce qui lui apparaît être l'un des plus importants mythes fabriqués par l'humanité, et la promotion des nombreux préjugés l'alimentant. Cet ouvrage consacré à la démystification des différences entre hommes et femmes aborde successivement l'implication des milieux scientifique, médical, littéraire, culturel et social.

    Sur commande
  • En juillet 1998, on fit des funérailles nationales aux dépouilles de la « famille Romanov », auxquelles ne voulut point paraître le Patriarche de Moscou, Alexis II. Pourquoi ? C'est ce que vous apprendrez à travers cette enquête passionnante, qui se lit comme un roman policier. L'auteur a eu accès à des documents inédits qui bousculent toutes les conclusions publiées à ce jour.

    Sur commande
  • Un discours qui se politise : les animaux sont nos égaux, il faut leur donner des droits, en calquant la « libération animale » sur celle des femmes. Pourtant, la protection animale reste foncièrement ancrée dans une vision conservatrice et conformiste du rôle de la femme dans notre société : de la chair fraîche, bonne à servir de défouloir, marchandisée, autochosifiée, culpabilisée, victimisée. Si les animalistes affirment l'égalité entre les humains et le reste des animaux, ils traitent la femme comme inférieure à l'homme et se complaisent à la « rabaisser » à la condition de l'animal.

    Sur commande
  • La voie du renard

    Richard Boivin

    Sur commande
empty