Le Publieur

  • Le développement des îles à la périphérie de l'U.E.
    Açores, Antilles, Canaries, Caraïbes, Madère, océan Indien.

    Sur commande
  • Dans la continuité des travaux initiés par le CRESOI (Centre de Recherches sur les Sociétés de l'Océan Indien), fondés sur les problématiques de l'histoire coloniale, cet ouvrage s'attache à la greffe des sports et des loisirs anglo-saxons dans des sociétés marquées par leurs origines et identités culturelles.
    Il participe de cette dynamique de recherche qui considère que le sport, " phénomène social total " s'impose comme une clé ouvrant sur une meilleure compréhension de l'évolution des sociétés contemporaines. Quelles sont les fonctions éducatives, sociales, culturelles, politiques des sports et/ou des loisirs dans des communautés subissant l'importation des modèles du colonisateur ? Les sports et les loisirs se présentent paradoxalement comme un instrument de la colonisation (d'éducation, de distinction, d'intégration, d'assimilation...), mais également comme un levier de la décolonisation (espace d'association, de rassemblement, de combat, d'expression identitaire).
    Cette double fonction, complexe dans les processus qu'elle met en jeu sur la durée, s'inscrit de manière originale et singulière au regard des espaces de pratique (région, nation, continent), des formes de la colonisation et des périodes examinées. C'est à ce questionnement large que souhaite répondre l'ouvrage en s'appuyant sur des exemples historiquement et géographiquement situés. Associant des universitaires, spécialistes de l'étude des pratiques corporelles dans les colonies, issus d'horizons différents, il propose une base de réflexion et d'échanges la plus large possible dans un domaine nouveau et fécond.

    Sur commande
  • Histoire politique du département sur 20 ans de vie politique marquée par M. Debré.
    Reproduction de nombreux documents inédits.

  • Le récit de la mission astronomique effectuée dans l'océan Indien
    par l'abbé Pingré en 1761 à l'occasion du transit de Vénus
    sur le disque solaire, assorti d'un appareil critique. Ce texte est un inédit.

  • Cet ouvrage réunit les contributions de douze chercheurs autour de la présence géographique et géologique, historique, mythique et poétique des volcans de l'océan Indien, du XVIe siècle à nos jours.
    Il s'adresse à tout lecteur cultivé, curieux de mieux saisir la spécificité des îles de l'océan Indien. Il se propose de constituer une somme momentanée des connaissances autour de cette thématique caractéristique de l'océan Indien: " Magma Mater ", l'île l'est par l'union intime de la terre, du feu et de l'eau, puissance mystérieuse dont la source échappe si souvent à la représentation raisonnable et renvoie aux profondeurs de l'esprit, opérant une plongée vers le magma de l'inconscient ! Lorsque la terre pulse au rythme des éruptions volcaniques, c'est une réalité qui se vit au quotidien, dans l'actualité journalistique et dans la production littéraire et scientifique toujours activée au souffle de Vulcain.
    Plusieurs approches méthodologiques sont donc à l'oeuvre dans cet ouvrage et en font la richesse : comment l'esprit humain a-t-il peu à peu compris l'origine de cette manifestation monstrueuse et terrifiante qu'est l'éruption volcanique ? Parti d'une conception manichéenne magico-religieuse de phénomènes naturels, comment en est-il arrivé à vérifier les hypothèses de la volcanologie naissante par l'étude concrète du terrain ? Mais l'appréhension scientifique des manifestations volcaniques n'a pas tué l'effervescence poétique et surtout mythique qu'elles suscitent toujours.
    Tous les récits des voyageurs, du milieu du XVIIe siècle au début du XIXe siècle, rendent compte de l'évolution de la perception du volcan, d'abord mythique puis de plus en plus objective. La tension entre recherche objective de l'esprit scientifique et libération subjective de l'imaginaire féconde les mentalités qui relisent l'histoire de leur île et disent leurs aspirations sous les formes métaphoriques du feu souterrain et de la beauté qui en jaillit.

  • Ce recueil est le premier des deux volumes qui réunissent des travaux présentés à l'occasion du colloque international organisé en mai 2004, à l'Université de La Réunion, sous l'égide du Centre de Recherches Littéraires et Historiques de l'Océan Indien (CRLHOI) sur le thème : "Dérives et déviances".
    Ces deux notions s'inscrivent dans une dynamique qui nous éloigne des normes existantes et des canons. Ce mouvement nous entraîne vers les marges, les frontières ou même les éclatements, préludes à une restructuration ou une refondation.
    Les vingt études de ce recueil traitent de la thématique retenue dans des domaines aussi divers que l'histoire, le droit et la politique, les arts et la culture ou l'anthropologie, la linguistique et la créolistique, les langues et la littérature.


    Sur commande
  • De l'Antiquité à nos jours, les populations du continent africain et les îles de l'océan Indien ont participé à des échanges de cultures, de sociétés et de produits commerciaux qui ont modifié en profondeur leur patrimoine originel.
    Bien que les Européens n'arrivent dans cet espace avec leurs navigateurs qu'au XVe siècle, ils connaissent déjà l'existence de l'Afrique de l'Est par l'intermédiaire des commerçants arabes ou de quelques rares aventuriers.
    Toutefois, que de mystères planent encore sur la situation réelle des échanges de populations et de cultures entre l'Afrique et les îles de l'océan Indien ! Avec la colonisation européenne, les flux de populations s'intensifient et les déplacements forcés de populations africaines permettent la construction de sociétés créoles dans les îles. L'Afrique, sortie de ses frontières continentales, participe à la construction de nouveaux espaces.
    Mais quels espaces ? Quelle transculturalité ? Quels mécanismes expliquant les recompositions sociales ? Toutes ces questions sont au centre de cet ouvrage, publié à la suite du colloque Regards sur l'Afrique et l'océan Indien, organisé en mai 2003 à La Réunion.

    Sur commande
  • Le site d'Ambohimanga-Rova, au nord d'Antananarivo, la capitale de Madagascar, est un espace historique majeur.
    Ambohimanga est représentatif d'un système socio-politique et culturel qui allie l'élément sol puissamment domestiqué et soigneusement mis en valeur au bien-être spirituel de la population.
    L'organisation de l'espace est minutieusement étudiée pour l'harmonie de l'homme avec son environnement. Elle obéit à ce qu'il est convenu d'appeler l'astrologie pour mettre chaque élément à la place qui lui convient, dans un cadre et une orientation favorables.
    L'ensemble royal constitue un territoire privilégié où sont inscrits et où se donnent à lire les signes et symboles relevant des différentes conceptions cosmologiques qui ont structuré la civilisation merina et malgache.
    Ambohimanga raconte l'adaptation à un nouveau milieu naturel et culturel de peuples venus s'installer sur les Hautes Terres centrales malgaches après un long périple qui les a fait traverser tout l'Océan Indien d'est en ouest. Avec ses réussites et ses échecs, c'est une grande aventure humaine qui se profile derrière le passé et le présent de la colline sacrée.

  • Dans les années 1990, de tous les pays développés, c'est l'australie qui contre toute attente, a connu le taux de croissance économique le plus élevé.
    Plusieurs raisons contribuent à expliquer cette performance. le fait le plus marquant date de 1983, année pendant laquelle l'ancienne colonie britannique a joué la carte de l'ouverture rompant ainsi radicalement avec son passé protectionniste. cette ouverture induisit deux modifications majeures. sur le plan macroéconomique, le déficit extérieur est placé au centre du débat. son niveau alarmant résulte de la structure particulière du commerce extérieur, de la dégradation des termes de l'échange et de l'accroissement de la dette extérieure.
    Jusqu'au début des années 1990, les choix de politiques économiques visant à combler ce déficit - parfois éloignés des préceptes keynésiens - furent discutables conduisant même entre 1989 et 1991 à la récession. toutefois l'orthodoxie budgétaire visant à résorber le déficit, voire à générer des excédents, a permis - même si elle n'a pas atteint tous ses objectifs - d'éviter les crises de confiance et a renforcé la place de l'australie dans l'économie mondialisée.
    Au niveau microéconomique, le pays s'est distingué par sa capacité à se réformer rapidement et en profondeur pour faire face à la concurrence extérieure. les transformations ont à la fois porté sur le plan économique - essentiellement du côté de l'offre - mais également sur le marché du travail où elles furent intenses, conduisant à modifier le contrat social australien. la " réforme microéconomique " destinée à rendre l'économie plus efficace concerna tous les secteurs d'activité, privés comme publics.
    Grâce en partie à cette politique, l'australie offre l'exemple d'une petite économie développée qui est parvenue à surmonter le challenge de la mondialisation.

  • Histoire politique comparative des deux îles sur trois décennies.

  • À vocation pédagogique, ce livre retrace les différentes étapes de l'histoire de la presse réunionnaise.
    Celle de l'après-guerre reflète bien la bipolarisation de deux camps, l'un anti-colonial, l'autre anti-communiste. L'arrivée de Michel Debré dans l'île, en 1963, accentue ces tensions. L'audiovisuel d'État et les journaux sont alors sous contrôle. Avec l'ouverture de la presse et la libéralisation des ondes durant la décennie 80, les verrous sautent. Les chaînes satellitaires et l'information en ligne apparaissent fin 90, en même temps qu'à Maurice et à Madagascar.
    Chaque chapitre propose des outils de compréhension des processus de changement des médias. L'histoire récente des organes d'information réunionnais se révèle étroitement mêlée au contexte social, politique et économique de ce département d'outre-mer. Ici, l'espace public médiatique s'est forgé en à peine trente ans, alors qu'il aura fallu deux siècles à d'autres pays (d'Europe) pour le conquérir. C'est là l'une des singularités d'une île en mutation, véritable laboratoire social, si fécond pour l'observateur du temps présent.

empty